Présentation de la ville de Bakel

DSCN1521.JPGSituée à 705 km de Dakar et à 243 km de la ville de Tambacounda, aux confins du Sénégal, de la Mauritanie et du Mali la ville de Bakel est érigée le long du fleuve Sénégal. Cette ville est située à la porte du Sahel mauritanien, en limite de zone désertique et subit de plein fouet le changement climatique. La chaleur y est accablante douze mois sur douze et l'activité économique y est réduite au minimum.

Du passé de cette ville, reste un patrimoine historique important. C'est le cas par exemple du Fort Faidherbe, du nom du gouverneur colonial qui le fit construire sur les ruines d'un fortin datant de 1714 pour protéger le commerce fluvial des attaques maures et du Jihad de El Hadj Omar Tall, le guerrier toucouleur.

On y rencontre également un bâtiment appelé le "pavillon René Caillé", du nom du célèbre explorateur français du début du XIXe siècle qui y résida (peut-être) lors de son périple vers Tombouctou.

Aujourd'hui, Bakel chef-lieu du département du même nom, appartient à la région de Tambacounda. Ancienne escale fluviale, la ville est localisée sur un système de collines rocheuses autour desquelles s'est organisée toute la trame urbaine. De nos jours, elle connait un dynamisme nouveau avec les émigrés qui tentent d’appuyer le développement de la zone.

 Elle couvre officiellement une superficie moyenne de 400 hectares pour 14349 habitants en 2008, soit une densité moyenne de 318 habitants par hectare. 

La ville est construite le long du fleuve Sénégal qui la sépare de la République islamique de Mauritanie. La structure urbaine révèle donc une linéarité, caractéristique principale des villes fluviales qui ont tendance à s'étendre le long des berges du fleuve. Ville frontalière, l'extension de la ville ne peut se faire que vers une direction d'où une perte progressive de la centralité des équipements qui se révèlent dans le relatif éloignement de ces derniers par rapport aux nouvelles installations.

Le type d'habitat est constitué à plus de 55% de bâtiments en dur, souvent en terrasse ou tôles ondulées. Les parcelles dépassent 200m² à l'exception des zones d'extension où le caractère semi-rural confère un habitat de type concession, disposant de plusieurs bâtiments occupés par au moins deux ménages.

Les constructions en banco se sont considérablement réduites et laissent place à des constructions en béton qui sont souvent l'oeuvre  de travailleurs émigrés.


 




MonSite, création et hébergement gratuit de sites web