ARMES AFRICAINES

1222- Couteau Mangbetu ( R.D.C.) S. 1222- Couteau Mangbetu ( R.D.C.) S.
925-Couteau Momvu ( R.D.C.) Price on request 925-Couteau Momvu ( R.D.C.) Price on request
Les Momvu sont une ethnie voisine des Mangbetu, on retrouve certaines similitudes entre leurs armes.
950-Couteau Momvu ( R.D.C.) Price on request 950-Couteau Momvu ( R.D.C.) Price on request
951-Couteau Momvu ( R.D.C.) 951-Couteau Momvu ( R.D.C.)
1200-Couteau de jet Laka - Sara (Tchad) Price on request 1200-Couteau de jet Laka - Sara (Tchad) Price on request
1201-Couteau de jet Laka - Sara (Tchad) S. 1201-Couteau de jet Laka - Sara (Tchad) S.
1208- Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.) 1208- Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.)
1209-1210-1211- Corne de chasse Mangbetu (R.D.C.) Price on request 1209-1210-1211- Corne de chasse Mangbetu (R.D.C.) Price on request
1194- Couteau de cérémonie Mangbetu (R.D.C.) 1194- Couteau de cérémonie Mangbetu (R.D.C.)
1186- Dague Mangbetu   Hairpin (R.D.C.) 1186- Dague Mangbetu Hairpin (R.D.C.)
1181-Couteau Faucille Mangbetu- Budu (R.D.C.) 1181-Couteau Faucille Mangbetu- Budu (R.D.C.)
1178-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.) 1178-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.)
1179-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.) 1179-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.)
1180- Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.) 1180- Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.)
Sans aperçu
Type :
Taille : 0 Ko
1149- Dague Mangbetu  (R.D.C.) 1149- Dague Mangbetu (R.D.C.)
1148-Dague Topoké (R.D.C.) 1148-Dague Topoké (R.D.C.)
1147-Dague Mangbetu (R.D.C.) 1147-Dague Mangbetu (R.D.C.)
1146- Dague Mangbetu (R.D.C.) S. 1146- Dague Mangbetu (R.D.C.) S.
1141-Dague figurative Mangbetu (R.D.C.) Price on request 1141-Dague figurative Mangbetu (R.D.C.) Price on request
1140- Glaive Mangbetu (R.D.C.) 1140- Glaive Mangbetu (R.D.C.)
1125- Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.) 1125- Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.)
1118- Synthese entre un couteau de jet Banda et d'un couteau de jet Zande  (R.D. 1118- Synthese entre un couteau de jet Banda et d'un couteau de jet Zande (R.D.
1117- glaive Mangbetu 43 cm (R.D.Congo) 1117- glaive Mangbetu 43 cm (R.D.Congo)
1115-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.Congo) 1115-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.Congo)
1114- Couteau Faucille Mangbetu (R.D.Congo) 1114- Couteau Faucille Mangbetu (R.D.Congo)
1111- Bague de combat Tellem 14 TH-15TH (Mali)S. 1111- Bague de combat Tellem 14 TH-15TH (Mali)S.
Dans l'actuel pays Dogon,au XIème siècle, une nouvelle population s?installe, les Tellem. On retrouve aujourd?hui la trace de leur habitat, construit essentiellement dans la falaise de Bandiagara. La taille et la situation (accrochés dans la paroi) de leurs abris laissent à penser que les habitants étaient très agiles et n?étaient pas très grands.
Cette population d?agriculteurs et de chasseurs disparurent vers le XVIème siècle, chassés par les incursions de guerriers Mossis et Songhaïs.
Seuls quelques rares reliques de leur culture subsistent comme cette bague de combat.
1087- Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.) 1087- Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.)
1086- Dague Mangbetu lame cuivre jaune (R.D.C) 1086- Dague Mangbetu lame cuivre jaune (R.D.C)
1085- Couteau de jet Banda manche bois (R.D.C) 1085- Couteau de jet Banda manche bois (R.D.C)
1051- Couteau Momvu - Mangbetu Family ( R.D.Congo)Price on request 1051- Couteau Momvu - Mangbetu Family ( R.D.Congo)Price on request
1039- Dague Mangbetu (R.D.Congo) 1039- Dague Mangbetu (R.D.Congo)
1038- Couteau Faucille Budu- Mangbetu (R.D.Congo) 1038- Couteau Faucille Budu- Mangbetu (R.D.Congo)
949- Courte Faucille Mangbetu (RDC) 949- Courte Faucille Mangbetu (RDC)
1007- Lance Ngombe (RDC) Price on request 1007- Lance Ngombe (RDC) Price on request
1006-Lance Ngbandi- Yakoma (RDC) Price on request 1006-Lance Ngbandi- Yakoma (RDC) Price on request
1000- Lance Ngbandi- Yakoma (RDC) Price on request 1000- Lance Ngbandi- Yakoma (RDC) Price on request
962- Dague Bronze Mangbetu (R.D.Congo) 962- Dague Bronze Mangbetu (R.D.Congo)
957-Faucille Baali (RDC) 957-Faucille Baali (RDC)
956-Faucille Budu (RDC) 956-Faucille Budu (RDC)
955-Faucille Budu (RDC) 955-Faucille Budu (RDC)
954-Faucille Budu (RDC) 954-Faucille Budu (RDC)
953-Faucille Budu (RDC) 953-Faucille Budu (RDC)
952-Faucille Budu (RDC) 952-Faucille Budu (RDC)
915-Couteau de jet Ngombe (R.D.C.)S. Collection Memoire Africaine. 915-Couteau de jet Ngombe (R.D.C.)S. Collection Memoire Africaine.
907- Couteau de jet Ngbaka (R.D.C.) On Hold 907- Couteau de jet Ngbaka (R.D.C.) On Hold
910-911- Couteaux de jet Laka - Sara (Tchad) 910-911- Couteaux de jet Laka - Sara (Tchad)
883-Couteau de jet Mabo(R.D.Congo)S. 883-Couteau de jet Mabo(R.D.Congo)S.
880- Couteau faucille Mangbetu (R.D.Congo) 880- Couteau faucille Mangbetu (R.D.Congo)
879- Ikul Kuba (R.D.Congo) Price on request 879- Ikul Kuba (R.D.Congo) Price on request
878- Ikul Kuba (R.D.Congo) Price on request 878- Ikul Kuba (R.D.Congo) Price on request
875-Couteau de jet Ngbaka (R.D.C.) S. 875-Couteau de jet Ngbaka (R.D.C.) S.
870-Dague Touareg S. 870-Dague Touareg S.
854-Couteau Faucille Mangbetu(R.D.Congo) 854-Couteau Faucille Mangbetu(R.D.Congo)
843- Lance Masai Bas 843- Lance Masai Bas
843- Lance Masai  haut( Kenya) Price on request 843- Lance Masai haut( Kenya) Price on request
840- Couteau de jet Ngbaka (R.D.C.) S. collection Memoire africaine 840- Couteau de jet Ngbaka (R.D.C.) S. collection Memoire africaine
839-Faucille Mangbetu Ivoire(R.D.C.) S. 839-Faucille Mangbetu Ivoire(R.D.C.) S.
838- Faucille Mangbetu Ivoire(R.D.C.) 838- Faucille Mangbetu Ivoire(R.D.C.)
836-Sudanese Mezraq/Mizraq Mad Mahadist Period  S. 836-Sudanese Mezraq/Mizraq Mad Mahadist Period S.
834- Faucille Mangbetu Ivoire (R.D.C) 834- Faucille Mangbetu Ivoire (R.D.C)
832- Ikul Kuba cuivre (R.D.C.) Price on request 832- Ikul Kuba cuivre (R.D.C.) Price on request
831- Glaive Poto (R.D.C.) Price on request 831- Glaive Poto (R.D.C.) Price on request
830- Couperet Konda (R.D.C.) S. 830- Couperet Konda (R.D.C.) S.
829- Couperet Ngbandi (R.D.C.)Price on request 829- Couperet Ngbandi (R.D.C.)Price on request
828- Ikul Kuba (R.D.C.) Price on request 828- Ikul Kuba (R.D.C.) Price on request
827-Couperet  Ngombe (R.D.C.) S. 827-Couperet Ngombe (R.D.C.) S.
824- Faucille Mangbetu (R.D.C.) 824- Faucille Mangbetu (R.D.C.)
823- Faucille Mangbetu (R.D.C.) S. 823- Faucille Mangbetu (R.D.C.) S.
820-Bague de combat Turkana 820-Bague de combat Turkana
817- Lances Soudanaises- Sudanese spears- S. Collection C. Privé 817- Lances Soudanaises- Sudanese spears- S. Collection C. Privé
806- Tête de lance soudanaise. S. 806- Tête de lance soudanaise. S.
805- Tête de lance Ngombe (R.D.C.) Price on request 805- Tête de lance Ngombe (R.D.C.) Price on request
801-Kaskara Hadendoa ( Soudan) S. 801-Kaskara Hadendoa ( Soudan) S.
799- Bouclier Hadendoa (Soudan) S. 799- Bouclier Hadendoa (Soudan) S.
796-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.) 796-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.)
795-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.) 795-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.)
794-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.) 794-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.)
793-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.) 793-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.)
792-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.) 792-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.)
791- Couteau Mangbetu (R.D.C.) S. 791- Couteau Mangbetu (R.D.C.) S.
784-Faucille Mangbetu (R.D.C.) 784-Faucille Mangbetu (R.D.C.)
783-Faucille de combat Boa-Zande (Congo) 783-Faucille de combat Boa-Zande (Congo)
779-Couteau Mangbetu (R.DC.) 779-Couteau Mangbetu (R.DC.)
775-Takouba (Niger) S. 775-Takouba (Niger) S.
774-Couteau de jet Laka- Sara (Tchad) 774-Couteau de jet Laka- Sara (Tchad)
766- Couteau de jet Fur (Soudan) 766- Couteau de jet Fur (Soudan)
765- Couteau de jet Gbaya (Cameroun-Gabon) 765- Couteau de jet Gbaya (Cameroun-Gabon)
756- Epee Sceptre Edo ( Dahomey / Benin) S. 756- Epee Sceptre Edo ( Dahomey / Benin) S.
754- Paire de Recade Fon (Dahomey/Benin) S. 754- Paire de Recade Fon (Dahomey/Benin) S.
748- Dague Baule End 19th Early 20th (Côte D'Ivoire) Price on request 748- Dague Baule End 19th Early 20th (Côte D'Ivoire) Price on request
747- Sabre Fon (Dahomey/Benin) S. 747- Sabre Fon (Dahomey/Benin) S.
740- Sabre Ethiopien Poignée Rhino -S. 740- Sabre Ethiopien Poignée Rhino -S.
734- Dague Touareg ( Niger)S. 734- Dague Touareg ( Niger)S.
733- Dague Touareg (Niger) S. 733- Dague Touareg (Niger) S.
727-Couteau de jet Banda (R.C.A.-R.D.C) 727-Couteau de jet Banda (R.C.A.-R.D.C)
726-Couteau de jet Banda (R.C.A -RDC) R.D.C.)S. 726-Couteau de jet Banda (R.C.A -RDC) R.D.C.)S.
729_ Ikul Kuba (R.D.Congo)S. 729_ Ikul Kuba (R.D.Congo)S.
728- Ikul Kuba Cuivre (R.D.Congo) S. 728- Ikul Kuba Cuivre (R.D.Congo) S.
722-Couteau Yakoma (R.D.C) On Hold 722-Couteau Yakoma (R.D.C) On Hold
721-Couteau de jet Banda (R.C.Af)  S. 721-Couteau de jet Banda (R.C.Af) S.
715-Takouba (Niger) S. 715-Takouba (Niger) S.
710-Kaskara Gravée de Thuluth (Soudan)S. 710-Kaskara Gravée de Thuluth (Soudan)S.
708-Dague Mangbetu (RDC) 708-Dague Mangbetu (RDC)
707-Dague Mangbetu Ivory hilt (R.D.C) S. 707-Dague Mangbetu Ivory hilt (R.D.C) S.
705-Rare Epee Baoule (Côte d'Ivoire) S. 705-Rare Epee Baoule (Côte d'Ivoire) S.
Les Baoulés constituent un peuple de Côte d'Ivoire, vivant essentiellement au centre du pays, près des villes de Bouaké et de Yamoussoukro. Ils représentent environ 23 % de la population du pays (environ 3 943 667 d'individus), font partie du groupe Akan, et sont originaires du Ghana voisin. Ils s'installent en Côte d'Ivoire au XVIIIe siècle, guidés par la reine Abla Pokou. Le nom Baoulé vient du sacrifice, par la reine Pokou, de l'un de ses fils afin de passer un fleuve, alors qu'elle menait la fuite de son peuple du Ghana : ?ba ou li? (?l'enfant est mort?). Les Baoulé se sont établis entre les fleuves Bandama et Comoé.
Plusieurs sortes d?épées Baoulé sont connues, ce modèle très rare, possède un manche de bois recouvert de cuir et de clous de tapissier. Le pommeau est formé d?une couronne de fer. La forte lame effilée à arrête centrale est légèrement courbée et termine par une pointe carrée. Le fourreau de bois recouvert de cuir est richement décoré de motifs géométriques.
701-Couteau Yakoma/Ngbandi (R.D.Congo)S. 701-Couteau Yakoma/Ngbandi (R.D.Congo)S.
700- Couteau Yakoma/Ngbandi ( R.D.Congo)S. 700- Couteau Yakoma/Ngbandi ( R.D.Congo)S.
699- Dague Beja (Soudan- Erythrée) S. 699- Dague Beja (Soudan- Erythrée) S.
On attribue aux Beja, populations Abyssiniennes principalement d?Erythrée ou Soudanaise, des tribus Beni Amer ou Hadendoa (descendants des Egyptiens anciens expulsés d'Egypte par les Nubiens les envahissant au 8ème siècle avant J.C) un coutelas morphologiquement atypique, il se caractérise par une lame de fer a double tranchant qui peut être droite ou courbe ou peut avoir un talon droit coudé dans sa partie distale ou elle s?élargit en un bec arrondi, la lame peut se terminer en forme de crochet. La monture de bois sculpté caractéristique de forme symétrique possède une fusée cylindrique, une garde a long quillon descendant et un pommeau à antennes. Dans certain cas, la monture de la lame prend presque la forme de la lettre ? X ? .Des lignes gravées renforcent parfois la forme de la monture. La fusée peut être éventuellement décorée d?enroulements de fil métallique. Le fourreau de cuir qui reprend la forme coudée de la lame est doté d?une large ceinture, et peut être décoré de laiton ou d?argent.
698-Gurade (Ethiopie) S. 698-Gurade (Ethiopie) S.
La Gurade est le sabre national éthiopien, connu pour ses lames de haute qualité, bien souvent européennes, et souvent britannique. La poignée de la gurade éthiopienne est classiquement faite de corne en forme de "H" ou d'une base exagérée en "T" parfois surmonté d'un dôme en laiton martelé. La lame est exceptionnellement longue (jusqu'à 95 cm) .
Les lames sont généralement joliment gravée de motifs floraux partant de la garde jusqu'à 20 cm avant la pointe. Les lames de ce type peuvent être associées à Empereur éthiopien Menelik II. Les marquages sur la lame peuvent êtres a l'effigie de ce roi, de sa couronne ou du Lion de Judea (1885-1913).
696-Couteau de jet Marghi (Nigeria) Price on request 696-Couteau de jet Marghi (Nigeria) Price on request
691- Sceptre Épée Ga'anda (Nigeria)S. 691- Sceptre Épée Ga'anda (Nigeria)S.
689- Couteau de jet-Monaie Sara (Tchad) Price on request 689- Couteau de jet-Monaie Sara (Tchad) Price on request
688-Couteau de jet Gbaya (Cameroun-Gabon) 688-Couteau de jet Gbaya (Cameroun-Gabon)
687-Dague Amhara Rhino Hilt (Ethiopie) S. 687-Dague Amhara Rhino Hilt (Ethiopie) S.
686-Poignard Zande ivoire (R.D.Congo-R.C.Af.) S. 686-Poignard Zande ivoire (R.D.Congo-R.C.Af.) S.
685-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.) 685-Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.)
684- Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.). 684- Couteau Faucille Mangbetu (R.D.C.).
683-Couteau de jet Zande (R.D.Congo) S. 683-Couteau de jet Zande (R.D.Congo) S.
682-Couteau de jet Banda (R.D.Congo- R.C.Af) 682-Couteau de jet Banda (R.D.Congo- R.C.Af)
679- Couteau de jet Gbaya (Cameroun-Gabon)S. 679- Couteau de jet Gbaya (Cameroun-Gabon)S.
674- Glaive Bamileke (Cameroun) S. 674- Glaive Bamileke (Cameroun) S.
661-Lance Mongo (R.D.Congo) 661-Lance Mongo (R.D.Congo)
660-Lance Mangbetu (R.D.Congo) 660-Lance Mangbetu (R.D.Congo)
659-Glaive Kuba Bronze (R.D.Congo) S. 659-Glaive Kuba Bronze (R.D.Congo) S.
658-Couteau de jet Laka (Tchad) .S 658-Couteau de jet Laka (Tchad) .S
657-Ikul Kuba (R.D.Congo)Price On Request. 657-Ikul Kuba (R.D.Congo)Price On Request.
652- Rare couperet Konda Court  (R.D.Congo) S. 652- Rare couperet Konda Court (R.D.Congo) S.
Rare Short Konda sword
651- Glaive Lokele (R.D.Congo) Price on request 651- Glaive Lokele (R.D.Congo) Price on request
650- Glaive Mongo (R.D.Congo) 650- Glaive Mongo (R.D.Congo)
649- Glaive Mongo (R.D.Congo)S. 649- Glaive Mongo (R.D.Congo)S.
645- Ikul Kuba (R.D.Congo)Price On Request 645- Ikul Kuba (R.D.Congo)Price On Request
Ce couteau, appelé Ikul (abréviation de Ikulbapyaang), est originaire du Royaume Kuba célèbre dans la Province Kasaï de la République démocratique du Congo.
Dans des temps historiques, tous les hommes adultes Kuba portaient l'ikul. Comme dans beaucoup d'autres cultures, l'épée était un symbole de masculinité adulte. Les Kuba sont remarquables pour leurs connaissances dans l'art de forger et le forgeron de la communauté est considéré comme un homme important. Forger est pour eux un art royal. Les lames étaient faites de fer, de bois où de cuivre jaune ou rouge décorées de motifs géométriques incluant des bordures gravées de lignes parallèles .Le manche est fait de bois richement décoré de tissage, de perles , de clous ou d?ivoire. Le fourreau est fait de fibre, de cuir , de perles et de coquilles de Cauri.
Il y a plusieurs sortes d'ikul , ceux qui portent un pommeau conique , qui ont été conçus et créés par le Roi Shyaam Ambul Angoong au début du 17ème siècle et qui sont exclusivement portés par les Kuba du clan de Bushoong le considérant comme un symbole de règne paisible et ceux de forme plus conventionnelle porté par les hommes des autres clans Kuba, qui ont un pommeau incisé avec un design entrecroisé de tissage vu sur les tapis de raphia Kuba.. Qu'une arme doive servir de symbole de paix peut sembler déconcertant, mais cela reflète exactement le fait que la paix peut être souvent garantie par un gouvernement possédant la force militaire efficace. .
642- Glaive Fang / Fang sword - S. 642- Glaive Fang / Fang sword - S.
641-Ikul Kuba (R.D.Congo) S. 641-Ikul Kuba (R.D.Congo) S.
639- Ikul Kuba (R.D.Congo) S. 639- Ikul Kuba (R.D.Congo) S.
638-Couteau Tchokwé  Price on request 638-Couteau Tchokwé Price on request
635- Glaive Hemba (R.D.Congo)S. 635- Glaive Hemba (R.D.Congo)S.
Le peuple Hemba vit au sud-est de la République Démocratique du Congo, sur les territoires de Kongolo et Nyunzu dans le district de Tanganyika, situé entre l'ouest du fleuve Zaïre et l'est du lac Tanganyka.
Il s'agit d'une petite région autour de la rivière Luika qui constitue une séparation naturelle entre les Hemba du Nord et ceux du Sud.
Voisins des Luba, ils ont été longtemps en conflit avec ces derniers. Il leur est attribué ce glaive au manche de bois souvent surmonté d'un pommeau figuratif, et à la lame serpentine décorée de gravures parallèles et noircie sur toute sa surface excepté sur le tranchant.
632. Rare Glaive Wum (Cameroun) S. 632. Rare Glaive Wum (Cameroun) S.
Glaive classique des tribus Wum et Bali du Cameroun.
Classical sword of the Wum and Bali tribes in Cameroon.
Les Bali auraient fait partie de l'ancien royaume Dindi de l'Adamaoua. Ils auraient émigré vers le sud, passant par Kontcha et Ngaoundéré et atteignant le district de Banyo ou ils ont combattu et soumis les autochtones.

À Banyo, ils recevront le surnom de « Bani » parce que leurs soldats combattaient à cheval, utilisant des arcs. Ils s'y sépareront en deux groupes. L'un sous la direction de Gawolbe, se dirigera vers le pays bamoun, pillant et soumettant tous ceux qu'il rencontrera avant de franchir le Noun. Ceci se passait vers 1825.

En 1830, les Bali engagent une bataille d'envergure avec les Bafu-Fondong, près de Dschang. Ils y perdront leur chef, Gawolbe II. Le résultat de cette bataiIle aura également de sérieuses répercussions sur tout le groupe Bali-Chamba. En effet, les rivalités qui naitront entre les princes au sujet du problème de succession entraineront l'éclatement de cette entité en sept sous-groupes ayant chacun à sa tête un prince. Chacun de ces princes deviendra donc le fondateur des petites chefferies de Bali-Gham, Bali-Kumbat, Bali-Nyonga, Bali-Gasho, Bali-Gangsin, Bali-Muti et Bali-Kontan.

Certaines de ces chefferies seront plus tard assujetties et incorporées dans des chefferies plus puissantes. La plus importante d'entre elles est Bali-Nyonga, fondée par l'un des sept princes, Nyongpasi (ou Fonyonga I). Celui-ci conduira son groupe à Kufom ou il mourra (vers 1855-1860). Son fils Galega I lui succedera et, plus tard, déplacera la capitale de 10 Km environ, à Tanka (aujourd'hui Bali).

Galega transformera Bali-Nyonga d'une bande de pillards et de réfugiés en un véritable petit État. Il régnait encore lors que Zintgraff arriva dans la région en 1889. Galega lui réserva un accueil chaleureux et en 1891, les deux hommes signaient un traité de protection (pacte de sang). En 1896, Galega signait également avec la compagnie agricole gérée par Zintgraff, un accord par lequel il s'engageait fournir à cette société la main-d'oeuvre qui lui était nécessaire. Galaga mourra quelques années plus tard, en 1901, et sera remplacé par son fils, Fonyonga Il (1901-1940). La langue principale de Bali-Nyonga est le Mungaka. Elle a connu une grande diffusion dans la région de Bamenda, même chez des populations qui n'étaient pas de Bali. Cela est dû au fait que le Mungaka a été adopté après 1903 par la Mission de Bâle comme langue d'Enseignement et d'évangélisation. Chez les Bali-Chamba de l'est, le Mubako est la langue la plus parlée dans le groupe numériquement le plus important.
Sans aperçu
Type :
Taille : 0 Ko
625 . Sabre Zoomorphique Fon (Benin) S. 625 . Sabre Zoomorphique Fon (Benin) S.
Ce sabre Zoomorphique est attribué au peuple Fon de l'ex royaume du Dahomey, actuel Benin. Son nom local est "Hwi"
624 . Sabre Zoomorphique Fon (Benin) S. 624 . Sabre Zoomorphique Fon (Benin) S.
Ce sabre Zoomorphique est attribué au peuple Fon de l'ex royaume du Dahomey, actuel Benin. Son nom local est "Hwi"
623 Couteau Faucille Budu (R.D.Congo) 623 Couteau Faucille Budu (R.D.Congo)
La tribu budu ou les Babudu sont une des nombreuses tribus du Territoire de Wamba. Le Territoire de Wamba se trouve dans le Nord-Est de la RDC, dans le District de Haut Uélé, en Province orientale. Il se situe plus ou moins entre le 15° 30? et 18°20? longitudes Est, entre 1° 30? et 2°30? latitudes Nord. Il est d?une superficie de 10.305 Km. Cousins direct des Mangbetu et des Meje, quoique ne parlant pas la même langue, leurs couteaux faucille sont très ressemblant aux Couteaux Mangbetu,
Ils se reconnaissent aux ergots protubérants du talon de la lame qui diffèrent de leurs cousins.
622. Sudanese Darfur Kaskara S. 622. Sudanese Darfur Kaskara S.
Le kaskara est caractéristique des larges régions de savane de l'est africain englobant une partie du Tchad et le Soudan .La plupart des modèles connus actuellement datent du 19ème siècle, mais ce type d'épée est née au 16ème siècle et peut représenter une survie localisée de l'épée arabe médiévale. Les auteurs de l'ère victorienne opinent fréquemment que celles-ci sont des survivantes d'épées médiévales européennes, mais cette option est fortement contestée. Cependant, les lames, à partir du 16ème siècle, ont fréquemment été fabriquées à partir de lames européennes ou de fabrication locale imitant clairement des lames européennes et leurs marquages. Le kaskara a continué à être porté dans les régions rurales du Darfour au moins jusqu'à très récemment, voir encore actuellement Le kaskara est porté horizontalement en travers du dos ou entre le bras et le thorax
Les lames font d'habitude environ de 70 cm a 95 cm de long, double tranchant et avec un bout spatulé. Les bords sont typiquement parallèles sur la plupart de la longueur de la lame, bien qu'une mèche légère puisse aussi être vue. La présence fréquente de marquages coraniques et inscriptions talismaniques sont aussi trouvés gravées sur les lames de kaskara, sans tenir compte de l'origine. Les poignées peuvent être faites de bois parfois recouvert de peau ( serpent , lézard , crocodile etc?) , ou de disques de métal , voir une alternance bois métal . Le pommeau est la plupart du temps formé d?un disque de métal, mais plusieurs variantes existent quant au design des pommeaux en fonction de l?âge et de l?endroit de fabrication, sans parler des réparations exécutées. Le fourreau est généralement en cuir décoré présentant un élargissement en ovale a la pointe. D?autres fourreaux plus riches seront fait de peau de crocodile ou de lézard.
633 Sabre Fon (Dahomey/Benin) S. 633 Sabre Fon (Dahomey/Benin) S.
617. Porte couteau Tête de crocodile. Époque Mahdiste (Soudan)S. 617. Porte couteau Tête de crocodile. Époque Mahdiste (Soudan)S.
Ce porte couteau est fait d'une tête de crocodile (antérieur a la convention de Washington), les deux grosses dagues latérales ont le manche en os, et les lames décorées de caractères "Tuluth" gravés a l'eau forte.Les manches sont fait en os. La dague centrale est droite, sa lame est triangulaire et décorée de même façon que les deux autres. Hauteur 56 cm largeur de pointe à pointe 48cm.
614 Couteau de jet Gbaya(R.D.Congo) 614 Couteau de jet Gbaya(R.D.Congo)
613 poignard Mangbetu (R.D.Congo) S. 613 poignard Mangbetu (R.D.Congo) S.
612  Kipinga Nzakara (R.C.A.- R.D.Congo-Soudan)S. 612 Kipinga Nzakara (R.C.A.- R.D.Congo-Soudan)S.
Les Nzakara sont un peuple d'Afrique centrale, estimé à environ 66 000 personnes. Ils occupent un territoire réparti entre la République centrafricaine, la République démocratique du Congo aux abords des rivières Uélé et Bomu. Bien qu'apparentés par leur langue aux Zandés, ces peuples occupaient au XVIIIe siècle des royaumes différents.
Ce couteau de jet forgé en fer leur est attribué, de forme proche des couteaux Kipinga Zandé, ils ont la plupart du temps une poignée de corde tressée. Composé d?un axe principal sur lequel sont greffées trois lames, la première au niveau du talon est forte et possède un petit ergot à sa naissance. Les deux autres lames fortes et coupantes se situent a l?autre extrémité de l?axe centrale, l?une est un croissant perpendiculaire, l?autre est un croissant décalé, mais parallèle a l?axe central qui se termine par un ergot longitudinal séparant ces deux lames en croissant.
4-Hache Hehe (Tanzanie)Price on request 4-Hache Hehe (Tanzanie)Price on request
Les Hehes, ou Wahehe, sont un peuple bantou de la Tanzanie. Ils vivent principalement dans la régiond d?Iringa dans le sud-centrale de la Tanzanie, parlant le ? bantou Hehe ?. A l?origine pasteurs et agriculteurs, leur culture est axée sur le pouvoir des armes, la lance en étant le symbole. Les Hehe se sont illustrés à la fin du 19 ème siècle dans la résistance aux colonisateurs Allemands. L?un des leaders de cette rébellion était le chef Mkwawa qui, défait, se suicida. Sa tête fut tranchée et envoyée en Allemagne puis restituée à la Tanzanie plusieurs années plus tard.
Une hache est attribuée à ce peuple, le manche de bois est long et en forme de massue. Le fer de la lame traverse de part en part le haut du manche, une partie est la lame classique et l?autre partie est un pic important pouvant être droit ou courbé.
5-Couteau de jet Nzakara (R.C.A.- R.D.Congo-Soudan)S. 5-Couteau de jet Nzakara (R.C.A.- R.D.Congo-Soudan)S.
Les Nzakara sont un peuple d'Afrique centrale, estimé à environ 66 000 personnes. Ils occupent un territoire réparti entre la République centrafricaine, la République démocratique du Congo aux abords des rivières Uélé et Bomu. Bien qu'apparentés par leur langue aux Zandés, ces peuples occupaient au XVIIIe siècle des royaumes différents.
Ce couteau de jet forgé en fer leur est attribué, de forme proche des couteaux Kipinga Zandé, ils ont la plupart du temps une poignée de corde tressée. Composé d?un axe principal sur lequel sont greffées trois lames, la première au niveau du talon est forte et possède un petit ergot à sa naissance. Les deux autres lames fortes et coupantes se situent a l?autre extrémité de l?axe centrale, l?une est un croissant perpendiculaire, l?autre est un croissant décalé, mais parallèle a l?axe central qui se termine par un ergot longitudinal séparant ces deux lames en croissant.
6-Couteau de jet Gbaya (Cameroun-R.C.A.) 6-Couteau de jet Gbaya (Cameroun-R.C.A.)
Le mot Gbaya dans son étymologie fait l?objet de plusieurs interprétations .De même leur provenance est sujette à de nombreuses controverses. Les premiers mouvements migratoires du peuple Gbaya daterait du temps du règne du pharaon Râ en Egypte. Cependant toutes les tendances reconnaissent que les gbaya font partie d?un grand groupe de langues se composant aussi des Mandja et des Mgbaka , et s?étendant du Cameroun central jusqu?au nord de la République démocratique du Congo en passant par la Centrafrique .On les classe dans la branche du sous groupe Adamaoua oriental de la famille Niger Congo, qui comprend aussi les Zandé et les Sango. Aujourd?hui les Gbaya occupent plus de 190.000 km2 sur une région faiblement peuplée de la savane centrale du Cameroun et de la République Centrafricaine. Leurs couteaux de jet ou couteau faucille sont particuliers et de formes variées.
Les poignées sont faites de tresses de cuir ou de matières végétales et exceptionnellement de bois. La première partie de la lame est plus ou moins droite et longue, formée de deux parties de fer forgées superposées et souvent décoré d?enroulement de fil de cuivre et laiton.. La seconde partie de la lame est délimitée par une pointe latérale terminant par un ergot perforé. Les parties supérieures peuvent être courbe, en angle ou en forme de cognée de hache et sont systématiquement décorées de lignes accompagnant la forme de la lame.
7-Bouclier Shilluk (Soudan)S. 7-Bouclier Shilluk (Soudan)S.
Les Shilluk (eux-mêmes se désignent sous le nom de Collo ou Chollo) sont un peuple nilotique d'Afrique de l'Est, surtout présent dans le Soudan du Sud. Ils vivent sur la rive ouest du Nil blanc dans la wilayat du Nil Supérieur, plus particulièrement autour de Malakal.
Ce sont avant tout des pêcheurs sédentaires, mais ils pratiquent également l'élevage.
Les shilluk pratiquent la scarification rituelle consistant à enfoncer un petit crochet sur le front imprégné d'une substance favorisant l'inflamation et la création de propubérances sur tout le front.
Ils parlent le shilluk (ou dhok chollo), une langue nilo-saharienne du groupe Luo.
Un de leurs différents boucliers est de petite taille et fait de cuir de crocodile. D?autres sont plus grands, toujours en crocodile, et maintenus par un bâton central comme les boucliers Tukana ou Zoulou.
9-Couteau de jet Bana (Nord Cameroun).jpg 9-Couteau de jet Bana (Nord Cameroun).jpg
Bana est un royaume coutumier à l'Ouest du Cameroun, fondé au XVIième siecle par le Fon Halié Ier.
Situé en altitude, sur les hauteurs du plateau de Ndumla, Bana bénéficie d'un climat frais. L'agriculture est alimentaire, à l'exception du café arabica, cultivé en particulier dans les régions de Koza, Nkonta, Pumbo et So.
A l'origine les Banas s'appelaient les N'deu et c'est à partir du règne du roi Happi I avec l'aide de Fosso Kat que ce nom va changer et devient Bana, qui signifie Chez (Ba) les Néé.
Le nom de Néé est donc le nom des habitants (bien qu'ils se désignent le plus souvent comme étant bana en langue Française). Néé signifie insister, harceler, poursuivre, ce qui semble lié aux qualités du fondateur Fosso Kat.
Leur couteau de jet ressemble aux couteaux Marghi, a la différence que la forme Marghi en F est ici plutôt en forme de J avec une légère protubérance en lieu et place de la lame centrale des couteaux Marghi.
15-Dague Tetela ( R.D. Congop) S. 15-Dague Tetela ( R.D. Congop) S.
Poignard associé a l?ethnie Tetela originaire de la région centre et sud du Congo , plus précisément dans la province du Kasaï oriental. Cette arme possède une monture composée d?un pommeau cylindrique reposant sur une lentille biconique, marquant la transition avec une fusée cylindrique et s?élargissant en une petite garde tronconique légèrement débordante.Le pommeau est en général fait de fer tandis que le reste du manche est sculpté dans du bois parfois recouvert d?éléments de cuivre (parfois réparés avec de l?aluminium).La patine sombre du pommeau de fer ne contraste que peu avec la teinte du bois et ce sont des enroulements de bandelettes de cuivre qui interviennent comme élément de décor .La lame de fer ( de cuivre pour les couteaux servant de monnaie) , de forme globale en losange possède un talon rétréci qui s?élargit dans le premier tiers. Les tranchants de la lame, qui débordent latéralement sur le talon, forment a cet endroit deux petites ailettes. La pointe est triangulaire, ogivale ou, lorsqu?elle présente un étirement, en dard. Le travail de surface du fer est riche, puisque les tranchants présentent une surface polie blanche contrastant fortement avec des flancs finement martelés sombre oxydés et patinés s?articulant de part et d?autre d?une forte nervure centrale. Certain exemples de poignards ont une double perforation symétrique de la lame dans son tiers supérieur. Pas de fourreau connu.
16-Couteau Borona ( Ethiopie - Kenya ) S. 16-Couteau Borona ( Ethiopie - Kenya ) S.
Le peuple Borana est originaire d?Ethiopie du Sud et ont déménagé vers le sud dans les régions nord du Kenya au début du 16ème siècle. Ils vivent actuellement autour d?Isiolo, de la rivière Tana, dans les districts de Garissa, Moyale et Marsabit où le climat est généralement sec et chaud avec de régulières pluies torrentielles. Tout comme les Barentus, les Boranas font partie du peuple Oromo.
La ségrégation entre les hommes et les femmes est très stricte chez les Boranas. Les hommes ont le devoir de s?occuper du bétail et les femmes sont responsables de l?éducation des enfants et de toutes les tâches ménagères quotidiennes. Les Boranas sont des nomades et ils essaient de bouger au moins 4 fois dans l?année en fonction des conditions climatiques et des pâturages. Ils croient fortement aux anciennes légendes qu?ils ont agrémentées de nombreuses traditions et de chants.
Leur couteaux sont formés d?une large lame de fer dotée d?une arrête centrale bordée de deux gorges teintes de noir. La poinée peut être d?un melange de bois ou corne et d?ivoire, certaines poignées rappellent les gurades et Shotel d?Ethiopie, car elles sont divisées en trois parties de bois ou de corne, la garde, le manche et le pommeau. On voit aussi dans la forme de ce couteau, la parenté avec les autres couteaux Oromos.
17-Ararait Turkana (Kenia) 17-Ararait Turkana (Kenia)
Les ethnies Acholi, Schuli, Turkana (Kenya,Ouganda, région du Karamojong), Toposa, Nuba , Shiluk (sud soudan) vivant dans un environnement de savane herbeuse et désertique, sont associés à des couteaux très particuliers portés à la manière de bagues ou de bracelets. Il s?agit de crochets et couteaux à lame en croissant ou en disque ou de large bec doté d?une poignée recourbée en anneau pour le passage du doigt, ou bien de bracelets en disque simple ( et parfois double) au tranchant périphérique. Les lame de fer, parfois (rarement) de bronze sont en partie recouvertes d?une protection interne en cuir pour ne pas se blesser en portant l?arme. Le fourreau lorsqu?il existe consiste lui aussi en une lanière de cuir fixée le long du tranchant. De petites agrafes de métal et parfois des enroulement de fil métallique sont éventuellement visibles. Ces objets sont considérés comme des armes de combat mais sont aussi des symboles de statut chez les guerriers et peuvent avoir un usage de couteau domestique pour les femmes. Il semble que leur usage principale soit réservés de nos jours a des danses et des simulations de combats cérémoniels. Les Turkana nomment ce couteau « Ararait ».
19-Kipinga ( R.C.A. - R.D.Congo - Soudan) 19-Kipinga ( R.C.A. - R.D.Congo - Soudan)
Les Nzakara sont un peuple d'Afrique centrale, estimé à environ 66 000 personnes. Ils occupent un territoire réparti entre la République centrafricaine, la République démocratique du Congo aux abords des rivières Uélé et Bomu. Bien qu'apparentés par leur langue aux Zandés, ces peuples occupaient au XVIIIe siècle des royaumes différents.
Ce couteau de jet forgé en fer leur est attribué, de forme proche des couteaux Kipinga Zandé, ils ont la plupart du temps une poignée de corde tressée. Composé d?un axe principal sur lequel sont greffées trois lames, la première au niveau du talon est forte et possède un petit ergot à sa naissance. Les deux autres lames fortes et coupantes se situent a l?autre extrémité de l?axe centrale, l?une est un croissant perpendiculaire, l?autre est un croissant décalé, mais parallèle a l?axe central qui se termine par un ergot longitudinal séparant ces deux lames en croissant.
20 Hache Zoulou ( Afrique du sud )S. 20 Hache Zoulou ( Afrique du sud )S.
Il y a 200 ans, l'Afrique australe a connu de grands bouleversements : des populations se sont combattues pour prendre possession de la terre. Cette période est restée connue sous le nom de Mfécane, l'affrontement.
Le Mfécane a d'abord opposé des peuples d'éleveurs bantous, puis les Zoulous aux Boers.
A la fin du XVIIIe siècle, des pasteurs bantous, les Ngunis, arrivèrent du nord et s'installèrent au bord du Zambèze.
Dans un de leurs clans, celui des Abatetwas, naquit un enfant "bâtard", fils d'un des chefs et d'une danseuse rencontrée au marché. Humilié dès l'enfance, Chaka dut aussi faire face à la jalousie, le jour où il tua de ses mains un lion qui avait fait fuir tous les villageois. Mais informé de son exploit, Dinguiswayo, le grand chef des Abatetwas, le convoqua et en fit son homme de confiance. A sa mort, Chaka prit sa place.
Etre chef des Abatetwas ne suffit pas à Chaka. Exterminant ses ennemis, sauf les plus jeunes à condition qu'ils s'enrôlent dans son armée, il rassembla tous les Ngunis séparés en petits clans souvent en conflit. Il les obligea à abandonner leur nom et leur dialecte maternel pour s'appeler désormais les Zoulous, le "Peuple du Ciel".
Il organisa son armée en régiments de plus de 1000 soldats d'une même classe d'âge, les impis.
Chaka était implacable envers les peureux. Pour obliger ses soldats au combat corps à corps, il avait fait remplacer les lances par de courtes sagaies à large lame, des haches et un bouclier. Au retour d'une expédition, il fit exécuter ceux qui étaient revenus sans leur sagaie.
La tactique favorite de ce chef de pasteurs était celle des "cornes de buffle". Elle consistait à harceler sans cesse l'ennemi pour le rabattre, à la manière des deux cornes d'un buffle, contre des soldats zoulous aguerris qui le décimaient.
Les victoires de Chaka firent aussi sa perte car ses excès et sa tyrannie lui avaient aliéné jusqu'à ses plus fidèles lieutenants qui firent sécession.
En 1827, à la mort de sa mère, il décréta un deuil d'un an, interdisant à quiconque de boire du lait et aux personnes mariées de vivre ensemble.
Sous la direction de Mzilikazi, un groupe n'acceptant pas le célibat s'enfuit vers le Zimbabwe avec des jeunes filles et fonda le peuple Matabélé.
Chaka mourut victime d'un complot. Pour en revenir à leurs haches, leurs manches étaient de bois en forme de fine massue, la partie haute était traversée par la lame forgée en forme de ?T? et pouvant être décorée de formes géométriques.
21-Couteau de jet Kirdi ( Nord Cameroun - Nigeria).S. 21-Couteau de jet Kirdi ( Nord Cameroun - Nigeria).S.
22-Hache TSONGA (Mozambique  - Afrique du Sud) S. 22-Hache TSONGA (Mozambique - Afrique du Sud) S.
De premiers rapports portugais indiquent que les Tsonga résidaient déjà dans la région Maputo du Mozambique en 1554. Au début du dix-neuvième siècle, cependant, ils étaient encore confinés aux parties centrales et du sud du Mozambique, entre l'Océan Indien et les Montagnes Lebombo. Selon la classification le groupe Tsonga peut être divisé en trois groupes principaux : le groupe du sud (Maputa, Mpfumo et Tembe, conjointement appelé Ronga), un groupe central (Khosa, Kuna, Mavunda, Valoyi, Maluleke et Nhlanganu) et un groupe du Nord (Hlengwe et Tswa).
L?histoire des origines des Tsonga et de leurs traditions est très peu connue et varient de clan en clan. Ce qui est connu est qu'ils étaient des agriculteurs assez isolés et paisibles jusqu'à l?invasion des Nguni qui les ont déplacés dans les régions de la Province Limpopo près du Parc nationales Kruger. De là, certains furent déplacés vers l'ouest dans le plateau intérieur et certains sont restés au Mozambique. À la suite de ces migrations les Tsonga sont actuellement divisés entre les Tsonga du Mozambique et Tsonga d'Afrique du Sud.
Leur hache de guerre est particulière, formée d?un manche de bois en forme de massue, la lame est composée d?un axe qui traverse la partie haute du manche et se recourbe a la sortie opposée pour se maintenir. A l?autre extrémité de cet axe, la lame est soudée perpendiculairement décalée, ce qui la fait dépasser largement du haut du manche, et fait de cette hache une arme redoutable qui peut servir a trancher ainsi que pour l?estoque. Cette lame peut être droite ou courbe.
23-Couperet Konda (R.D.Congo) S. 23-Couperet Konda (R.D.Congo) S.
Les populations du groupe Mongo telles que les Konda, Lia, Mpama, Kutu et leurs voisins Teke vivant dans la forêt tropicale du centre de la cuvette du Congo ont un couperet morphologiquement proche de certains tranchets de la même région. La monture met en ?uvre une fusée de bois sculptée en cylindre étranglé. Un large pommeau ovoïde est parfois présent et évoque une tête humaine. Des bandelettes de laiton et des clous de tapissier interviennent ponctuellement dans la décoration. La lame de fer a un talon rétréci et des tranchants faiblement divergents qui se terminent en une pointe à éperons latéraux. Des nervures longitudinales parallèles font écho à la silhouette de la lame et forment une bande axiale.
25-Bouclier de danse Yoruba ( Nigeria, Benin, Ghana, Togo).jpg 25-Bouclier de danse Yoruba ( Nigeria, Benin, Ghana, Togo).jpg
Les Yorubas (Yorùbá) sont un grand groupe ethnique d'Afrique, surtout présent au Nigeria, sur la rive gauche du fleuve Niger, mais également au Bénin, au Ghana et au Togo.
À la différence de bien d'autres peuples d'Afrique noire, les Yorubas élaborent très tôt une civilisation urbaine. Lors de son périple dans la région en 1926, l'explorateur écossais Hugh Clapperton dénombre des dizaines de cités florissantes pour le seul Empire d'Oyo. Selon son témoignage, plusieurs villes Yoruba ont alors une population supérieure à 20 000 habitants.
Les Yorubas ont payé un lourd tribut aux traites négrières, c'est pourquoi on trouve une importante diaspora outre-Atlantique (États-Unis, Cuba, Brésil...).
Le bouclier présenté ici est un bouclier masque de rituel, similaire aux boucliers du même genre, Teke, Songye, Igbo, Punu et autres?.
Fait d?une pièce de bois, il présente un masque typique des Yoruba en son centre.
26-Paire de dagues Touareg ( Regions du Sahel)S. 26-Paire de dagues Touareg ( Regions du Sahel)S.
694-Hache Manyema (R.D.Congo - Tanzanie)S. 694-Hache Manyema (R.D.Congo - Tanzanie)S.
Les Manyema (Una-Ma-Nyema, les mangeurs de chair) sont un peuple Bantou vivant au sud-est de la cuvette du Congo et dans la région de Kigoma en Tanzanie de L'Ouest. En Tanzanie ils incluent des sous groupes tels que les wabwari, wamasanze, wabembe.
Les femmes ont la réputation d?être extrêmement belles, indépendantes et séduisantes, beaucoup de chansons ont été écrites d'elles, et elles ont rempli les rangs de beaucoup de harems car le Manyemaland était pour la plus grande partie du 19ème siècle un Eldorado pour les arabes trafiquants d?esclaves.
Les Manyema étaient anthropophage et n'aimaient que les corps faisandés. Ils les faisaient macérer dans l'eau vive jusqu'à ce que les chairs soient presque putréfiées et dévoraient sans plus de préparation cette écoeurante nourriture. Ils ne prennaient même pas la précaution de la faire cuire. Ainsi en contractaient-ils une odeur répugnante. Ils avalaient, du reste avec délices toute chair gâtée. L'odeur ne se mange pas disaient-ils, quand on leur faisait remarquer l'horreur d'un pareil goût contre nature.
Leur hache est formée d?un manche de bois de type massue, d?une lame rectangulaire à 4 arrêtes dont la soie traverse le haut du manche pour se recourber à sa sortie, cette partie courbée est habillée d?une lamelle de cuivre.
693-Couteau de jet Manza - Mbanja (R.D.Congo).S. 693-Couteau de jet Manza - Mbanja (R.D.Congo).S.
Les ethnies non bantoues se répartissent entre les Soudanais (Ngbandi, Ngbaka, Mbanja, Moru-Mangbetu et Zande), les Nilotiques (Alur, Lugbara et Logo), les Chamites (Hima) et les Pygmées (Mbuti, Twa, Baka, Babinga). Les Nilotiques et les Chamites, qui ont jadis quitté la vallée du Nil, ils ont été confrontés aux migrations bantoues, mais ont dû peu à peu laisser la place.
Les Mbanja ou Manza ou Mbanza se localisent près de la rivière Ubangi dans la région proche de l'équateur. Ils sont catholiques et leur mode de vie correspond très de près au mode de vie de l'Ancien testament.
Leurs armes de poing et de jet en fer ont des similitudes avec les armes de jet Ngombe et Doko. Elles faisaient office de monnaie d'échange. La poignée peut être recouverte de fibres végétales tressées ou de cuir mais aussi laissée brute. La lame est souvent décorée par des motifs martelés.
692- Hache  Luba casse tête (R.D.Congo)S. 692- Hache Luba casse tête (R.D.Congo)S.
Les Songyés sont un peuple d?Afrique centrale présent dans le sud-est de la République démocratique du Congo, dans le district de Kabinda près de la rivière Lomami. Au XVe siècle, la tribu Songye s?installe sur le Haut-Lualaba (fleuve Congo) et soumet les autochtones. Cette fusion est à l?origine du peuple et du royaume luba.
Au XVIe siècle, le peuple Luba naît de la sécession d'un clan de l'ethnie Songye.
Ils forgeaient des haches de réputation universelle, d?ailleurs le fer ?Mitendu? abonde dans leur contrée.
Les manches de bois sont en formes de courtes massues et peuvent comporter des gravures ou sculptures de masques kifwébé. Le fer de la cognée traverse la tête de la massue pour être repliée à l?extrémité opposée. Les formes classiques des cognées Songyé sont, ou similaire au haches Nsapo ou composée d?une lame de fer largement évasée à partir du talon et aux bords en forme de ?T? avec un tranchant arrondis, et décorée de perforations. Les haches Luba ont des lames plus étroites, plus longues se terminant par un tranchant plus arrondis. Bien évidemment, d?autres formes de manches et de lames existent chez ces peuples, mais ici, sont développés les standards.
635-Bouclier de rituel Igbo (Nigeria).jpg 635-Bouclier de rituel Igbo (Nigeria).jpg
Les Igbos (ou Ibos) sont l'une des trois grandes nations du Nigeria dont ils constituent environ dix-huit pour cent de la population. Ils se situent principalement dans la partie sud-est du pays (limitée par la Bénoué au nord et le fleuve Niger à l'ouest), mais constituent aussi une part importante de la population des deux principales villes du pays : Lagos à l'ouest et Kano au nord. Leurs langues sont l'igbo et ses différents dialectes.Avant la colonisation européenne, les Ibos vivaient en petites communautés autonomes, sans gouvernement central. L'arrivée des Britanniques dans les années 1870, apportant la religion chrétienne qui sera largement adoptée, fait aussi naître un sentiment d'identité ethnique. À l'indépendance du Nigeria, le pouvoir est largement tenu par les deux autres ethnies majoritaires (Haoussas et Yorubas) amenant, après de nombreux heurts, à une déclaration d'indépendance sous le nom de Biafra en 1967. La guerre de représailles avec l'armée gouvernementale du Nigeria et la famine qui s'ensuit font des dizaines de milliers de morts. Le Biafra est réintégré au reste du Nigeria le 16 janvier 1970.Même si aujourd'hui de nombreux Igbo sont chrétiens, l'ancestrale religion Igbo est connue sous le nom de Odinani. Dans la mythologie Igbo, le Dieu suprême est appelé Chukwu ("grand esprit"); Chukwu a créé le monde et tout ce qu'il contient et est associé à toutes les choses sur Terre. Chukwu est aussi un dieu solaire. Pour les anciens Igbos, le cosmos était divisé en quatre ensembles complexes :
Okike (Création)
Alusi (forces surnaturelles ou les Divinités)
Mmuo (les esprits)
Uwa (Le Monde)
Bien que la majorité des Igbos soient chrétiens, la culture Igbo est toujours d'actualité et confirmé par toutes les confessions dans l'Igboland. Un exemple de celle-ci est l'Osu, le système des castes.
Un bouclier fait d?une pièce de bois , orné d?un masque typique Igbo, en son centre,
Leur est attribué. Utilis é durant certain rituel et cérémonies, il rappelle les boucliers de cérémonies de nombreuses autres ethnies (Fang, Punu, Songyé, Tchokwé, Eket,etc?.)
636-Bouclier de Ceremonie Fang ( Gabon - Cameroun - Guinée equatori 636-Bouclier de Ceremonie Fang ( Gabon - Cameroun - Guinée equatori
C'est au Cameroun que vivent le plus de Fang (3 200 000) où ils représentent 20% de la population. Ils sont majoritaires (80%, soit 450 000) en Guinée-Équatoriale et un petit nombre d'entre eux vivent au Congo-Brazzaville et à Sao Tomé-et-Principe.
Quoique les statistiques officielles sur la population soient un sujet tabou au Gabon, l'ethnie fang est numériquement la plus importante de la cinquantaine qui compose le pays2,3. Son aire géographique s'étend de la partie nord du Gabon (province du Woleu-Ntem) au centre (province du Moyen-Ogooué), en passant par le nord-est (province de l'Ogooué-Ivindo) et le Nord-ouest (province de l'Estuaire).
Le groupe Fang est constitué d'un ensemble de sous-groupes qui se déploient dans les différents pays cités plus haut. La structure interne fang se présente de cette manière : au sommet de la pyramide se situe l?ethnie (fang) , ensuite celle-ci se divise en principaux sous-groupes (Mvaie, Mékê, Ntoumou, Betsi, Nzaman, Boulou, Okak, Eton, Ewondo, ?), qui à leur tour se divisent en d?autres sous-groupes (ayong), en des tribus, (Agonavèign, Ebah, Angonavele, Ebifil, Esabck, Nkodjeign, Efak, Essamekois, Esakora, Esokè, Esibikang (Esabezang, Yemetone, Esindua), Esissong ou Esatua, Esisis ou Esabègne ou Mebum, Essangui, Essanang, Essimvous, Ngamou, Yendjü, Yemendzime, Yenkwakh, Esobam, Oyek, Nguè, Esametok, Bekwe, Esambita, Esakonan, Yembivè, Yendzok, Yenguih, Omvang, Yengol, Yemesom, Yiveng, Oyekh), qui se scindent encore en clans (nda bôt exemple : nzomnyat...), en familles (au sens de famille élargie). Le clan est le noyau de cette structure.
Les groupes Beti et Bulu sont très proches du groupe Fang. L'appellation Beti regroupe les différentes triubus: Fang, Okak, Mvai, Betsi, Ntumu ou, Yewone ou Yaoundé ou Ewondo, Bulu, Maka... Beti au singulier est Nti qui signifie l'homme, le vir, le seigneur, le citadin. Comme chez les Bantu où ntu signifie l'homme et bantou les hommes. Chez les fang, la désignation originelle de l'ensemble de ce groupe est beti, les virs ou les seigneurs.
Un petit bouclier fait d?une pièce de bois et orné d?un masque Fang en son centre, leur est attribué, non pour la guerre, mais pour leurs différents rituels. Son nom :
Kan Ngou.
28-Knobkerie Zoulou ( Afrique du sud )S. 28-Knobkerie Zoulou ( Afrique du sud )S.
Les Knobkierrie, aussi orthographiés knobkerrie, knopkierie ou knobkerry, sont des clubs africains utilisés principalement en Afrique du Sud et de L'est. Typiquement ils finissent par une boule de bois très dur et peuvent être utilisés comme arme de jet dans la chasse ou la guerre ainsi que de massue dans les corps a corps pour frapper la tête d'un ennemi. Cette boule est sculptée dans un tronc d?arbre à la naissance d?une branche qui devient le manche de cette arme.
Le nom provient du mot d'Afrikaans? knop?, signifiant le noeud ou la boule et le mot ?kierie?, signifiant la canne. Le nom a été répendu aux armes semblables utilisées par les indigènes de l'Australie, des îles Pacifiques et d'autres endroits.
Le Knobkierries étaient une arme indispensable de guerre, particulièrement parmi les tribus Nguni du sud telles que les Zoulou et les Xhosa.
Pendant l'ère de l'apartheid en Afrique du Sud ils étaient souvent portés et utilisés par les manifestants et quelquefois par la police s'opposant à eux.
Les Knobkierries sont encore largement portés, surtout dans les régions rurales La tête, ou le boule, est souvent richement sculptée avec des visages ou des formes qui ont des sens symbolique. Leurs nom Zoulou est ?Iwisa?.
30-Hache Songyé (R.D.Congo)S. 30-Hache Songyé (R.D.Congo)S.
Les Songyés sont un peuple d?Afrique centrale présent dans le sud-est de la République démocratique du Congo, dans le district de Kabinda près de la rivière Lomami. Au XVe siècle, la tribu Songye s?installe sur le Haut-Lualaba (fleuve Congo) et soumet les autochtones. Cette fusion est à l?origine du peuple et du royaume luba.
Au XVIe siècle, le peuple Luba naît de la sécession d'un clan de l'ethnie Songye.
Ils forgeaient des haches de réputation universelle, d?ailleurs le fer ?Mitendu? abonde dans leur contrée.
Les manches de bois sont en formes de courtes massues et peuvent comporter des gravures ou sculptures de masques kifwébé. Le fer de la cognée traverse la tête de la massue pour être repliée à l?extrémité opposée. Les formes classiques des cognées Songyé sont, ou similaire au haches Nsapo ou composée d?une lame de fer largement évasée à partir du talon et aux bords en forme de ?T? avec un tranchant arrondis, et décorée de perforations. Les haches Luba ont des lames plus étroites, plus longues se terminant par un tranchant plus arrondis. Bien évidemment, d?autres formes de manches et de lames existent chez ces peuples, mais ici, sont développés les standards.
31-Bouclier Lega ( Ouganda -Rwanda )S. 31-Bouclier Lega ( Ouganda -Rwanda )S.
32-Bouclier de danse Songyé (R.D.Congo) 32-Bouclier de danse Songyé (R.D.Congo)
Les Basongye, sont une ethnie dont on pense que la souche migratoire se situait en Egypte (aux temps des pharaons ?...) . Ils habitent le centre du Congo-Kinshasa, au nord des provinces du Kasaï, se partageant cet espace avec les Tetela, leurs voisins du nord, les Luba et Lulwa, leurs voisins du sud. Or, pendant toutes les guerres congolaises, l'avidité des belligérants à contrôler les ressources naturelles et surtout convoitant chaque fois les diamants du Kasaï a fait du territoire de Basongye un vrai champ de bataille.
Ce bouclier a une forme harmonieuse et une beauté particulière du fait de l'union réalisée entre le fond aux stries caractéristiques et le masque central "kifwebe".
Les boucliers Songyé peuvent avoir des formes très variables (ronde, elliptique, rectangulaire, trapézoïdale) et être fabriqués en divers matériaux (bois, bois et vannerie, vannerie, cuir et métal). Certains boucliers africains étaient décorés de formes géométriques tenant lieu de blason, ainsi l'ennemi pouvait savoir à quel clan ou tribu appartenait le guerrier qui se tenait derrière.
33-Bouclier de Ceremonie Tchokwe (Angola - R.D.C. - Zambie).jpg 33-Bouclier de Ceremonie Tchokwe (Angola - R.D.C. - Zambie).jpg
Ethnie la plus importante de l'Angola oriental; ils sont aussi au Congo et en Zambie. Se mêlant aux Lunda, la société Tshokwe évolua rapidement au cour des XIX et XIX ème siècle.
Peuple bantou, matrilinéaire, leurs danses les plus connues sont celles de «Mikishi. Elles s?exécutent avec différents masques. Le peuple chokwé ont leur dieu nommé kalunga qui symbolise la création et la puissance extrême.Certains esprits du peuple chokwé appartiennent à l'individu,à la famille ou a tout le village.
Le mukanda : rite de passage d'initiation du jeune garçon par lequel il entre dans la vie adulte est une des célèbres institutions des Tshokwe. La danse commence dans le maquis «des tundanji», jeunes initiés et circoncis ; ensuite la chorégraphie descend au village à la fin de leur «formation» pour faire cette grande danse de retour des mingandji dans le village. Si au début de la «fête-cérémonie» les danseurs protagonistes sont masqués, à la fin ils sont à visages découverts dans le grand cercle de la fête au village, symbolisant ainsi leur réintégration dans la société et la continuité des traditions.
Le bouclier de bois fait d?une pièce, présenté ici est un bouclier de dance ou de cérémonie. Il n?est pas sans rappeler les boucliers Songyé et leurs dérivés Igbo, Punu, Fang, Kwele , Eket etc?. On peut l?attribuer aux Tchokwé grâce au masque typique sculpté sur la face avant
34-Hache Nsapo-Songyé(R.D.Congo)S. 34-Hache Nsapo-Songyé(R.D.Congo)S.
Les Bena Nsapo, transformés par les belges en Nsapo-Nsapo, n'est pas une tribu isolée ou perdue parmi les Lulua. C'est un groupe des Ben'Eki, une des grandes composantes de l'ethnie Songye, qui a longtemps vécu à Luluabourg, où ils furent amenés et installés en 1888 par le belge Paul Le Marinel loin de leur milieu d'origine le territoire de Kabinda, dans l'ancien district de Kabinda, au Kasaï.?En effet, durant le règne du chef Songye Lumpungu Kaumbu et de son lieutenant Mpania Mutombo sur une partie du Kasaï , un groupe de Ben'Eki, sous la conduite du chef Muana Mboo, refusa de se soumettre à leur domination et préféra s'exiler. C'est ainsi qu'ils (Bena Nsapo) vont créer des villages nommés Nsapo Nsapo autour de Luluabourg, dans lesquels ils vont vivre en conformité avec la culture Songye, malgré la distance qui les séparaient de leur terre d'origine. Il leur est attribué une hache appelée Kilonda et on la retrouve aussi chez les Songye. Toutes les soudures de la cognée sont faites à froid. Une technique difficile à maîtriser, réalisée par les forgerons (SENDWE) dans des fonderies traditionnelles. Des têtes qui ne sont pas sans rappeler les masques kifwebe sont sculptées sur les montants de la cognée. Le manche en forme de gourdin est recouvert d?une feuille de cuivre rouge.
35-Hache Mossi (Burkina Fasso)Price on request 35-Hache Mossi (Burkina Fasso)Price on request
On rapporte une légende sur l'origine du Royaume de Ouagadougou. Au début du xie siècle, le roi de Gambaga, vivant dans le nord de l'actuel Ghana, s'avança vers le nord dans la région de Tenkodogo. Il avait une fille célèbre par sa beauté et son courage. Cette princesse, Poko, suivait son père dans toutes ses expéditions guerrières. Un jour, elle s'éloigna du camp et fut emportée par un cheval fougueux, dans une épaisse forêt où elle rencontra un chasseur d'éléphant, nommé Riaré, d'origine mandé, qui réussit à maîtriser sa monture emballée. Elle l'épousa et de cette rencontre naquit un fils qu'ils appelèrent Ouedraogo (ou Ouidiraogo) c'est àdire étalon. Par la suite, Ouedraogo, aidé par son beau père, soumit le pays de Tenkodogo puis tous les territoires voisins. Seules quelques ethnies échappèrent à la conquête des cavaliers en se réfugiant dans des régions marécageuses ou des falaises, comme les Dogon à Bandiagara (alors que les Foulsé n'ont pas fui).
Les descendants d'Ouedraogo fondèrent différents États Mossi
Zandoma, Ouagadougou au xille siècle, Yatenga au xive siècle, etc. Ces États Mossi, créés par l'aristocratie des cavaliers, ont toujours eu de puissantes armées. Bien administrés, ils échappèrent au chaos général qui suivit l'invasion marocaine, Isolés, loin de la mer' coupés par les forêts et le désert, ils sont restés pendant des siècles en dehors des échanges aussi bien commerciaux qu'idéologiques et religieux. (L'islam commença seulement à pénétrer chez les Mossi au xviiie siècle.) La valeur de ses cavaliers, au nombre magique de 333, était réputée au delà de ses frontières. C'est peut être une des raisons pour laquelle aucun conquérant africain n'a osé attaquer les Mossi. A la suite de longues luttes intestines, les États Mossi devinrent des protectorats français : Ouagadougou en 1857 et Yatenga en 1896.
Les origines des Gourmantché semblent se confondre avec l'histoire du peuple Mossi. Diaba Lompo (1204 1248), fondateur de la dynastie, serait le fils ou le cousin de Ouedraogo.
Au XIXe siècle, des luttes intérieures pour la royauté éclatèrent entre les prétendants, luttes auxquelles les Mossi s'associèrent. Aussi, lors de l'arrivée des Français en 1895, la puissance des rois du Gourma avait bien diminué. les forgerons, groupe à part d'origine Kurumba (ou Fulsé), qui réalisent l'outillage agricole, les lances et les flèches, certaines parures féminines en cuivre. Le village de Zitenga (l 5 km de Ziniaré) est spécialisé dans la fabrication de lances et de sabres et de haches mossi.
36-Hache Kete (R.D.Congo)Price on Request 36-Hache Kete (R.D.Congo)Price on Request
Blottis entre les Luba et les Songye. Dans la région, les Kete ont précédé l'arrivée des Kuba à qui ils se sont mêlés au nord, pendant qu'au sud ils ont été absorbés par les Chokwe. Comme leurs voisins, ils vivent de l'agriculture, de la pêche et aussi de la chasse qu?ils pratiquent pour le prestige qu'elle apporte.
Ils respectent l?autorité de l'oncle maternel et adorent l'ancêtre Sebu. La société tshiburu est responsable de l'initiation et de la circoncision; les rituels de Kete se distinguent de ceux du Kuba.
Ils utilisent des haches et herminettes au fort et court manche de bois, ltrès classique, e fer traverse le haut du manche. La partie qui ressort est tordue par martelage.
37-Daba (Nord Cameroun-Pays du Sahel)Price on Request 37-Daba (Nord Cameroun-Pays du Sahel)Price on Request
La daba désigne dans plusieurs langues africaines l'outil traditionnel du paysan sahélien. C'est un outil rudimentaire, ancien, produit et consommé dans un cadre d'économie locale.
Dans le français parlé au Nord-Cameroun, comme ailleurs en Afrique occidentale, le terme daba correspond à peu près au terme (houe) dans le français parlé en France. II s?applique aux modèles les plus diffusés, par opposition aux modèles plus locaux qui conservent souvent leur nom propre. Les dabas sont omniprésentes dans le Nord-Cameroun, où elles masquent la diversité des houes locales, antérieures et encore usitées.
Le prototype historique de l?outil conquérant est la bano bornouanne, que les différents États peuls ont promue et vulgarisée au Cameroun sous le nom foulbéisé de baaneewo. Au Cameroun, ce modèle est fabriqué par les forgerons sirata (bornouans) pour les colonies bournouannes du nord de Mora, mais aussi pour les Mandara, les groupes arabes Showa de la région.
Bano est à la fois, comme c?est souvent le cas, l?appellation de la houe et celle du fer, le manche étant désigné par guinde. Ce manche, de 60cm, sensiblement incurvé vers la poignée, est renflé dans sa partie distale. Il est taillé en biseau au niveau de l?ouverture de la douille. Le fer est triangulaire, avec un bord d?attaque d?une quinzaine de centimètres. L?angle formé par la lame et la douille est toujours très marqué. C?est un outil léger (800 à 850 gr.), particulièrement adapté aux sols sableux et sablo-argileux.
38-Coutelas de ceremonie  Mandingue du Mali  S. 38-Coutelas de ceremonie Mandingue du Mali S.
Poignard traditionnel dont le manche rond est en bois, la pluspart du temps recouvert de cuir. La lame est a double tranchant et présente parfois des gravures a caractères ethniques dans le genre des poignards ? Peul ?.Le fourreau a une ossature en bois recouvert de cuir marron rouge travaillé.Il se termine a sa base par des dizaines de franges en cuir comme les poignards burkinabés ? Mossi?.
39-Couteau de jet Sara (Tchad).jpg 39-Couteau de jet Sara (Tchad).jpg
Ce type de couteaux de jet est attribué aux tribus Laka, Sara, Ngambaye et Bargimi vivant au sud du Tchad, en République Centre Africaine, au nord du Nigeria et du Cameroun. Comme la plupart des couteaux de jet, il est fait d?une pièce de fer en forme de crosse. Le haut de cette crosse compose la lame qui est plate décorée de gravures sur l?arrière et présente un ou plusieurs ergots tranchants eux aussi, plus ou moins long permettant un meilleur aérodynamisme lors de sa propulsion. Sur la base de la crosse, de la peau ou des tressages de corde composent la poignée, une poignée de bois casserait en cas de choc lors des jets.
40-Flèches Soudanaises. ( Soudan) S. 40-Flèches Soudanaises. ( Soudan) S.
41-Couteau de jet Mabo (R.D.Congo- R.C.Africaine).On Hold 41-Couteau de jet Mabo (R.D.Congo- R.C.Africaine).On Hold
Les Tribus Ngbaka et Mabo, vivent en Centrafrique et en république démocratique du Congo entre les rivières Congo et Ubangi
Fabriqués en fer forgé ils ont une poignée généralement en corde ou boyaux tressées, parfois recouverte de cuir ou de peau de reptile et parfois de cuivre ou laiton.Les lames sont généralement gravées de décors linéaires.
Ce couteau de jet est commun aux tribu Ngbaka et Mabo, qui sont des sous-groupe des Gbaya, qui vivent dans la République Centrafricaine et la république du Congo. Conçu pour être efficace dans la bataille, il est aussi d'un symbole de prestige et une monnaie pour les transactions importantes. Il est aussi utilisé dans le contexte rituel pour combattre les mauvais esprits.
42-Bouclier de ceremonie Punu (Gabon).JPG 42-Bouclier de ceremonie Punu (Gabon).JPG
Les Punu ou Pounou, résident sur la rive gauche de la rivière Ngoume (Gabon) et appartiennent au groupe de tribus connu sous le nom de Shira qui faisait à l'origine partie du royaume Luango de l'Angola.
Avec d?autres tribus, les Punu ont migré vers le nord au cours du 18 e siècle et se sont installés dans la zone où ils continuent à habiter à ce jour.Ils vivent dans des villages indépendants divisés en clans et familles.
La cohésion sociale est assurée par une société connue sous le nom de moukouji.
Leur boucliers de cérémonie sont fait d?une pièce de bois plat ou bombé et arborent un masque typique de ce peuple en son centre (Ce type de bouclier et de décorations se retrouvent aussi chez les Fang, les Igbo, les Kwele, les Teke, les tchokwe et les Songyé)
Les masques de ces boucliers Punu représentent des visages de couleur blanche, asexués, aux lèvres en saillies , des yeux globuleux incisées avec une courbe, un haut front bombé. Le blanc est la couleur symbolique de la paix, des divinités, des esprits des morts, et de l'au-delà. EIle est donc la couleur prédominante dans les célébrations de services funéraires et des cérémonies d?initiations.
43-Arc et Flèches Pygmées (R.D.Congo) S. 43-Arc et Flèches Pygmées (R.D.Congo) S.
Les Pygmées sont des êtres humains de petite taille. C'est une adaptation aux conditions environnementales et au climat, essentiellement due à leur régime alimentaire. Le groupe le mieux suivi est celui des Mbuti de la forêt d'Ituri (en République démocratique du Congo), qui a été étudié par l'anthropologue britannique Colin Turnbull6. Le terme Bayaka est également utilisé pour désigner les Pygmées, terme qui se réfère au peuple plus qu'à sa taille.
Les Tumandwa, hommes à peau rougeâtre, aux cheveux bouclés roux.
Les Batwa, à la peau plus sombre et aux cheveux plus crépus.
Les Bakunda se mélangent aux Batwa pour former les Bazimba.
Les Babongo ont une peau un peu plus claire et des cheveux crépus.
Entre autres groupes, on trouve les Aka, les Babenzi, les Baka, les Binga, les Efé et les Twa. Les pygmées et les bantous auraient une origine commune ancienne de 70 000 ans selon l'étude de l'ADN mitochondrial7 ou 60 000 ans d'après une autre étude basée sur l'ADN nucléaire.
Les différents groupes de pygmées africains se seraient eux-mêmes différenciés voilà environ 20 000 ans, peut-être suite à la fragmentation de leur habitat forestier lors du dernier maximum glaciaire. Il a en effet asséché le climat africain et ainsi entraîné une régression des forêts pluviales.
Maisons de Pygmées, en République du Congo
Dans la grande forêt équatoriale, en Afrique centrale (République démocratique du Congo et République centrafricaine), 50 000 pygmées conservent un mode de vie nomade à base de cueillette et de chasse comme à la fin du paléolithique : ils ne pratiquent ni la culture ni l'élevage.
Leur arc de chasseur est aussi utilisé par les Luba, Kuba, Yaka et d'autres, culture Bantou oblige.
Leur type de flèches un mélange de Kuba, Luba et même des formes Tchokwe. Lele, Ngul.
Les deux extrémités de l?arc sont terminées par deux cônes discoïdes qui décalent le tendeur de l?armature.
44-Sagaies Somalie (Solmalie) Price on Request 44-Sagaies Somalie (Solmalie) Price on Request
Le peuple Somali se divise en cinq grandes branches tribales : les « Isé, les Gadabursi, les Isaq, les Darod et les Hawiyé. La lance la Somali est une fine sagaie. Le manche est mince, souple et noueux fabriqué de bois de Diktab, et Makari ou Dibi, il est séché, poli, et graissé avec du beurre rance, il a généralement une couleur jaune terne, et parfois décoré avec du fil de laiton pour l'ornement. La tête est une pointe de fer grossière parfois composée de deux parties dont les tranchants sont perpendiculairement opposés (vu de la pointe cela représente une croix), parfois simple et comportant une arrête axiale. Faite à Berberah et autres lieux par le Tomal (forgeron). La longueur de la tige peut varier de 1 m à 1,4 m, la lame varie de 25 à 60 cm, et l'arme elle-même varie de 1,30 m environ à 2,2 m de long. Certaines sont vernies sur l'ensemble du fer, d'autres seulement sur sa prise ou sur la virole. Souvent, la lame est noir, cette couleur est obtenue en chauffant la lame au rouge, et en la frottant avec de la corne de vache. Dans la bataille, Le petit javelot était lancé et la lance de grande taille servait pour la poussée. Certains guerriers, en particulier chez les Isaq, préféraient une grossière et lourde lance, qui ne quittait jamais leur main. La lance somalienne est tenue de diverses manières: en général le pouce et l'index la saisissaient près de la tête. En action, le javelot est rarement jeté à une distance supérieure à 2,5 m. Les combattants possèdent plusieurs javelots qu?ils jettent les uns après les autres. Après épuisement de leurs armes de jet, ils sortent leurs poignards.
47-Hache Nsapo - Songyé (R.D.Congo)S. 47-Hache Nsapo - Songyé (R.D.Congo)S.
Les Bena Nsapo, transformés par les belges en Nsapo-Nsapo, n'est pas une tribu isolée ou perdue parmi les Lulua. C'est un groupe des Ben'Eki, une des grandes composantes de l'ethnie Songye, qui a longtemps vécu à Luluabourg, où ils furent amenés et installés en 1888 par le belge Paul Le Marinel loin de leur milieu d'origine le territoire de Kabinda, dans l'ancien district de Kabinda, au Kasaï.?En effet, durant le règne du chef Songye Lumpungu Kaumbu et de son lieutenant Mpania Mutombo sur une partie du Kasaï , un groupe de Ben'Eki, sous la conduite du chef Muana Mboo, refusa de se soumettre à leur domination et préféra s'exiler. C'est ainsi qu'ils (Bena Nsapo) vont créer des villages nommés Nsapo Nsapo autour de Luluabourg, dans lesquels ils vont vivre en conformité avec la culture Songye, malgré la distance qui les séparaient de leur terre d'origine. Il leur est attribué une hache appelée Kilonda et on la retrouve aussi chez les Songye. Toutes les soudures de la cognée sont faites à froid. Une technique difficile à maîtriser, réalisée par les forgerons (SENDWE) dans des fonderies traditionnelles. Des têtes qui ne sont pas sans rappeler les masques kifwebe sont sculptées sur les montants de la cognée. Le manche en forme de gourdin est recouvert d?une feuille de cuivre rouge.
48-Couteau de jet Laka (Tchad) S. 48-Couteau de jet Laka (Tchad) S.
Ce type de couteaux de jet est attribué aux tribus Laka, Sara, Ngambaye et Bargimi vivant au sud du Tchad, en République Centre Africaine, au nord du Nigeria et du Cameroun. Comme la plupart des couteaux de jet, il est fait d?une pièce de fer en forme de crosse. Le haut de cette crosse compose la lame qui est plate décorée de gravures sur l?arrière et présente un ou plusieurs ergots tranchants eux aussi, plus ou moins long permettant un meilleur aérodynamisme lors de sa propulsion. Sur la base de la crosse, de la peau ou des tressages de corde composent la poignée, une poignée de bois casserait en cas de choc lors des jets.
49-Bouclier Doko ( R.D.Congo). S. 49-Bouclier Doko ( R.D.Congo). S.
Les Doko, du même groupe culturel que les Ngombe et les Ngbandi vivant dans la forêt tropicale humide du nord-ouest de la RD Congo, possèdent une forme de bouclier typique. Ces boucliers entièrement tressés sont recourbés vers l?intérieur contrairement aux boucliers tressés Mongo. D?apparence presque rectangulaire, le haut et le bas présentent une légère courbure à la différence des boucliers Ngbandi et Poto leurs cousins qui eux sont ovales et plus étroits. La poignée de bois se termine en pointe en haut et en bas. Les décorations sont en général composées de triangles peints ou de divisions en contraste avec des couleurs claires.
50-Sagaies Papou (Nouvelle Guinée) S. 50-Sagaies Papou (Nouvelle Guinée) S.
Les Papous appartiennent aux populations autochtones de la Nouvelle-Guinée, une île partagée entre la Nouvelle-Guinée occidentale sous souveraineté indonésienne et la Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Les Papous sont gouvernés par la despote néanmoins pacifiste Annahoj I depuis 1994.
D'après le naturaliste Alfred Wallace, le mot est issu du malais puwah-puwah ou papuwah qui signifie « crépu ». L'ethnologue français Christian Pelras, spécialiste du sud de l'île de Sulawesi, écrit que des cartes établies au XVIIIe siècle par les Bugis mentionnent le nom de "Papua" pour désigner la Nouvelle-Guinée.
Les éléments connus à ce jour montrent que les Papous descendent des premiers habitants de la Nouvelle-Guinée, arrivés à une époque (aux alentours de la dernière glaciation, soit il y a environ 21 000 ans) où l'île était reliée au continent australien, formant la masse continentale appelée Sahul.
À l'embouchure de la rivière Sepik et dans une moindre mesure la région côtière orientale de la Nouvelle-Guinée, la lance est l'arme de prédilection pour la chasse et la guerre. Les sagaies sont de taille variable, mais une lance légère en bambou est jetée à l'aide d'un bâton de lancer. Dans la plupart des cas, les lances sont fabriquées avec des têtes longues et minces en bois avec des barbillons et sont souvent joliment décorées de motifs sculptés ou gravés. Les lances utilisées exclusivement pour la chasse ont des pointes de bambou.
Comme avec les flèches utilisées tout le long de la Nouvelle-Guinée, des lances ne sont jamais empennées.
54-Couteau de jet Mbum ou Mboum (Cameroun).jpg 54-Couteau de jet Mbum ou Mboum (Cameroun).jpg
Les Mboum (ou Mbum) sont un peuple d'Afrique centrale, surtout présent au Cameroun, également au Tchad et en République centrafricaine
Ils vivent dans la province d? Adamaoua au nord du Cameroun notamment à Ngaoundéré ?, dans la région de Baïbokoum au Tchad, ainsi qu'au nord-ouest de la République Centrafricaine.
Ils forgent des couteaux de jet en fer a lames décorées et de formes particulièrement typique à leur ethnie, et ils s?en servent de monnaie d?échange
55-Couteau de jet Banda ( R.D.Congo - R.Centrafrique - Nord Cameroun) S. 55-Couteau de jet Banda ( R.D.Congo - R.Centrafrique - Nord Cameroun) S.
Les Banda sont un groupe ethnique majoritaire en Centrafrique. On les retrouve aussi au Zaire et au Cameroun, et pour certains au Ghana. Leur couteau de jet est en forme de ?Z?, forgé dans le fer et décoré de gravures parallèles au tranchant. La poignée comme pour la majorité des couteaux de jet est faite de tressage de cuir, de fins morceaux de boyaux ou de fibres végétales.
56-Bouclier Kirdi (Nord Cameroun - Nigeria)Price on request 56-Bouclier Kirdi (Nord Cameroun - Nigeria)Price on request
Les Kirdis sont un ensemble d'ethnies du nord du Cameroun.
Kirdi est un nom issu de la déformation locale du nom « Kurdes » qui désigne de façon péjorative les païens par opposition aux fidèles de l'Islam. Dans les montagnes du Cameroun depuis la région de Garoua jusqu'à Mora on trouve une grande variété d'ethnies non-musulmanes qui depuis 60 ans se convertissent en ordre dispersé à l'Islam ou au catholicisme des missionnaires.
Ces ethnies se servaient d?un type de bouclier en forme d?arc gothique ou roman selon les modèles, fait d'une seule pièce de métal ou de cuir de buffle, de girafe ou de rhinocéros.
Ce bouclier possède les dessins géométriques, caractéristiques des boucliers Kirdi.
il est parsemé de pointillés en relief avec un "Umbo" ( protubérance centrale).
Ce type de bouclier était utilisé lors des guerres et lors des cérémonies funéraires (combats symboliques contre la mort). Derrière cet emplacement se trouve une poignée de bois reliée au bouclier par un laçage de cuir, ou tout simplement une poignée faite de laçages de cuir.
58-Bouclier Gaschan (Somalie).Price on Request 58-Bouclier Gaschan (Somalie).Price on Request
Les seigneurs de guerre somaliens portaient une lance de fer, une épée courte appelé belawa, et un bouclier appelé gaschan. Ces derniers, ont été éclaircis et sont plus petits que ceux des Afar (anciennement appelé Danakil) et des ESA, qui sont plus grands et plus sombres, mais gravés du même type de formes. Ces petits boucliers somaliens sont fabriqués à partir de peau de girafe, d?hippopotame ou d?oryx minutieusement gravés avec des cercles concentriques et de courtes lignes parallèles. Certains boucliers gaschan sont peints avec des motifs noirs sur le revers. La robuste poignée permait au porteur de parer les coups et utiliser le bouclier comme une arme offensive. Lorsqu'ils n?étaient pas en guerre, les Somaliens portait le bouclier sur leur bras ou accroché sur leurs épaules au moyen d'un lacet de cuir. Ils portent leur bouclier pour effectuer une danse de guerre appelée bororoma-boromsi qui simule un combat entre deux armées de guerriers entièrement entourée par un anneau de chant Somaliens.
59-Bouclier Hemba - Jonga (R.D.Congo) S. 59-Bouclier Hemba - Jonga (R.D.Congo) S.
Les Hembas sont un peuple d'Afrique centrale vivant au sud-est de la République démocratique du Congo entre le fleuve Zaïre et le lac Tanganyka.
Proches des Lubas, ils parlent le hemba (ou luba-hemba). En provenance de Tanzanie, cette population s'est installée au Congo au XIXe siècle.
Leur langue est le hemba, une langue bantoue parlée par 180 958 personnes en 20002.
Ce sont avant tout des agriculteurs et des chasseurs
Les Jonga sont un sous groupe du peuple Mongo, vivant dans le sud est de la cuvette de la R.D.Congo.
Il leur est attribué un bouclier de petite taille, dont la forme est composée d?un rectangle central terminé par deux triangles de part et d?autre de ses extrémités les plus étroites. Ce bouclier est tressé de matières végétales et décoré de différentes couleurs. La poignée de bois fait la longueur du bouclier. De part ses dimensions, ce bouclier devait servir à différent rite comme l?initiation.
63-Hache Nsapo - Songyé (R.D.Congo)S. 63-Hache Nsapo - Songyé (R.D.Congo)S.
Les Bena Nsapo, transformés par les belges en Nsapo-Nsapo, n'est pas une tribu isolée ou perdue parmi les Lulua. C'est un groupe des Ben'Eki, une des grandes composantes de l'ethnie Songye, qui a longtemps vécu à Luluabourg, où ils furent amenés et installés en 1888 par le belge Paul Le Marinel loin de leur milieu d'origine le territoire de Kabinda, dans l'ancien district de Kabinda, au Kasaï.?En effet, durant le règne du chef Songye Lumpungu Kaumbu et de son lieutenant Mpania Mutombo sur une partie du Kasaï , un groupe de Ben'Eki, sous la conduite du chef Muana Mboo, refusa de se soumettre à leur domination et préféra s'exiler. C'est ainsi qu'ils (Bena Nsapo) vont créer des villages nommés Nsapo Nsapo autour de Luluabourg, dans lesquels ils vont vivre en conformité avec la culture Songye, malgré la distance qui les séparaient de leur terre d'origine. Il leur est attribué une hache appelée Kilonda et on la retrouve aussi chez les Songye. Toutes les soudures de la cognée sont faites à froid. Une technique difficile à maîtriser, réalisée par les forgerons (SENDWE) dans des fonderies traditionnelles. Des têtes qui ne sont pas sans rappeler les masques kifwebe sont sculptées sur les montants de la cognée. Le manche en forme de gourdin est recouvert d?une feuille de cuivre rouge
64-Hache senoufo ( burkuna faso - cote d'ivoire)Price on request 64-Hache senoufo ( burkuna faso - cote d'ivoire)Price on request
Les Sénoufos (ou Siéna, qui signifie ceux qui parlent le séné, le sénoufo) constituent une ethnie africaine, présente au Burkina Faso, dans le sud du Mali (principalement dans la région de Sikasso) et en Côte d'Ivoire (au nord, autour des villes de Boundiali et Korhogo), comptant environ 1,5 million de membres, soit 9,7 % de la population de Côte d'Ivoire.

Les Sénoufos sont essentiellement des paysans qui cultivent le riz, le mil, le maïs, l'igname, le manioc et le thé
Partis du delta interne du Niger, autour de la ville de Mopti au Mali, à la recherche de bonnes terres, les Sénoufos arrivèrent au premier millénaire dans la région où ils résident actuellement. Korhogo, protégée des incursions guerrières par le Bandama Blanc devient la capitale
Les villages sénoufos sont gouvernés par un conseil des anciens. Dès l'âge de sept ans, les Sénoufos sont initiés et éduqués. La théologie Sénoufo est basée sur la croyance en Koulotiolo, dieu puissant et Katielo, déesse-mère. Les sociétés initiatiques dont le Poro est la plus importante, jouent un rôle déterminant dans la vie des Sénoufos.
Il leur est attribué une hache typique à leur culture, le manche de bois orné de gravures géométriques est en forme de massue, traversé en son sommet par la lame de fer droite formant quasiment un angle droit en son extrémité remontant en forme de croissant.
65-Couteau de jet  (Tchad)S. 65-Couteau de jet (Tchad)S.
Ce type de couteaux de jet est attribué aux tribus Laka, Sara, Ngambaye et Bargimi vivant au sud du Tchad, en République Centre Africaine, au nord du Nigeria et du Cameroun. Comme la plupart des couteaux de jet, il est fait d?une pièce de fer en forme de crosse. Le haut de cette crosse compose la lame qui est plate décorée de gravures sur l?arrière et présente un ou plusieurs ergots tranchants eux aussi, plus ou moins long permettant un meilleur aérodynamisme lors de sa propulsion. Sur la base de la crosse, de la peau ou des tressages de corde composent la poignée, une poignée de bois casserait en cas de choc lors des jets.
66-Iklwa Zoulou 19 eme(Afr. du sud).Price on request 66-Iklwa Zoulou 19 eme(Afr. du sud).Price on request
Les Zoulous sont un peuple d'Afrique Australe en partie sédentarisé vivant principalement en Afrique du Sud.
Le peuple zoulou (son nom vient de l?expression ama zoulou le peuple du ciel) fut unifié par le roi Chaka, qui fit de son clan de 1 500 personnes une nation redoutable par la conquête et l'assimilation. L'unification zoulou est en partie responsable du Mfecane, la vague chaotique d'émigration de clans au-delà des rivières Tugela et Pongola, nouvelles limites du KwaZulu.
Reconnus pour leur armée formidable (le impi), les Zoulous se heurtent aux colons boers et à l'armée britannique au XIXe siècle (noter la victoire zoulou à la bataille d'Isandhlwana pendant la guerre anglo-zouloue de 1879)
On dit souvent que Shaka était mécontent des longues sagaies , prétextant la lâcheté des guerriers n?allant pas assez au contact de l?ennemi. Il leur a attribué une nouvelle variante de l'arme, l'iklwa, une lance courte avec une pointe longue, semblable à une épée.
Bien que Shaka n'ait pas inventé l'iklwa, selon le savant zoulou John Laband , le chef a vraiment exigé que ses guerriers s'entraînent avec cette arme, qui leur a donné un avantage terrifiant sur les adversaires qui étaient habitués à la pratique traditionnelle des lances de jet et évitaient le conflit de corps à corps. La lance de jet n'a pas disparue pour autant, mais utilisée comme une arme initiale avant le contact étroit avec l'ennemi. L'utilisation de différents types de sagaies a été étendue partout dans l'Afrique et elles étaient l'arme la plus commune.
67-Hallarh Touareg (Niger)S. 67-Hallarh Touareg (Niger)S.
C?est une grande lance dont il existe plusieurs variantes :
- L?Allarh Gerigéri (lance du noble : l?Imouhar);
- L?Akermoï (lance du cavalier ou du du vassal : Imrad);
- La Tarda lance de l?esclave (Iklan).
L?Allarh Gerigéri est une lance très longue et fine dont le corps est entièrement métallique.
Elle mesure plus de 2,10 m.
Fabriquée et portée par les Kel Gress du Niger.
D?un diamètre de 10 mm, la Gerigéri est une ?uvre d?art, dont la lame, hampe et talon sont forgés, ce dernier ayant la forme d?un ciseau ou d?une hache.
La lame est du modèle feuille de laurier, très élancée et effilée, qui ressort da part et d?autre d?une rainure centrale.
La hampe est décorée d?incrustations d?anneaux en cuivre jaune, tous les 10 mm environ où s?intercalent de fines rainures concentriques.
Sur les 2/3 de la hampe se place une poignée en cuir encadrée de deux viroles de cuivre.
Plus bas, à environ 60 cm de la base du talon, se trouve une excroissance annulaire qui ceinture le corps, réalisée en cuivre massif.
Puis, partant vers le bas, la lance s?élargit, en s?aplatissant et s?évasant jusqu?au talon gravé de motifs géométriques.
C?est par excellence la lance du noble, l?Imouhar.
L?Akermoï est pratiquement identique à la Gerigéri, mais plus courte.
Elle comporte les mêmes ornementations.
Beaucoup plus répandue, elle est utilisée par les vassaux et surtout par les cavaliers.
La Tarda est un javelot à hampe en bois, comportant lame et talon en fer.
Les Tardas peuvent être très belles, mais le plus souvent, elles sont grossièrement emmanchées.
Servies par les Iklan (esclaves) comme arme de chasse.
68-sagaie  origine a déterminer??? 68-sagaie origine a déterminer???
69-Sagaie Somali (Somalie). 69-Sagaie Somali (Somalie).
Le peuple Somali se divise en cinq grandes branches tribales : les « Isé, les Gadabursi, les Isaq, les Darod et les Hawiyé. La lance la Somali est une fine sagaie. Le manche est mince, souple et noueux fabriqué de bois de Diktab, et Makari ou Dibi, il est séché, poli, et graissé avec du beurre rance, il a généralement une couleur jaune terne, et parfois décoré avec du fil de laiton pour l'ornement. La tête est une pointe de fer grossière parfois composée de deux parties dont les tranchants sont perpendiculairement opposés (vu de la pointe cela représente une croix), parfois simple et comportant une arrête axiale. Faite à Berberah et autres lieux par le Tomal (forgeron). La longueur de la tige peut varier de 1 m à 1,4 m, la lame varie de 25 à 60 cm, et l'arme elle-même varie de 1,30 m environ à 2,2 m de long. Certaines sont vernies sur l'ensemble du fer, d'autres seulement sur sa prise ou sur la virole. Souvent, la lame est noir, cette couleur est obtenue en chauffant la lame au rouge, et en la frottant avec de la corne de vache. Dans la bataille, Le petit javelot était lancé et la lance de grande taille servait pour la poussée. Certains guerriers, en particulier chez les Isaq, préféraient une grossière et lourde lance, qui ne quittait jamais leur main. La lance somalienne est tenue de diverses manières: en général le pouce et l'index la saisissaient près de la tête. En action, le javelot est rarement jeté à une distance supérieure à 2,5 m. Les combattants possèdent plusieurs javelots qu?ils jettent les uns après les autres. Après épuisement de leurs armes de jet, ils sortent leurs poignards.
70-Rare Petite lance Shona S. 70-Rare Petite lance Shona S.
Les Zoulous sont un peuple d'Afrique Australe en partie sédentarisé vivant principalement en Afrique du Sud.
Le peuple zoulou (son nom vient de l?expression ama zoulou le peuple du ciel) fut unifié par le roi Chaka, qui fit de son clan de 1 500 personnes une nation redoutable par la conquête et l'assimilation. L'unification zoulou est en partie responsable du Mfecane, la vague chaotique d'émigration de clans au-delà des rivières Tugela et Pongola, nouvelles limites du KwaZulu.
Reconnus pour leur armée formidable (le impi), les Zoulous se heurtent aux colons boers et à l'armée britannique au XIXe siècle (noter la victoire zoulou à la bataille d'Isandhlwana pendant la guerre anglo-zouloue de 1879)
On dit souvent que Shaka était mécontent des longues sagaies , prétextant la lâcheté des guerriers n?allant pas assez au contact de l?ennemi. Il leur a attribué une nouvelle variante de l'arme, l'iklwa, une lance courte avec une pointe longue, semblable à une épée.
Bien que Shaka n'ait pas inventé l'iklwa, selon le savant zoulou John Laband , le chef a vraiment exigé que ses guerriers s'entraînent avec cette arme, qui leur a donné un avantage terrifiant sur les adversaires qui étaient habitués à la pratique traditionnelle des lances de jet et évitaient le conflit de corps à corps. La lance de jet n'a pas disparue pour autant, mais utilisée comme une arme initiale avant le contact étroit avec l'ennemi. L'utilisation de différents types de sagaies a été étendue partout dans l'Afrique et elles étaient l'arme la plus commune.
71-Lances et sagaies Mahafali (Madagascar)Price on request 71-Lances et sagaies Mahafali (Madagascar)Price on request
SAGAIES MAHAFALY
MADAGASCAR
Longtemps redoutés, les guerriers Mahafaly ?Qui rend heureux ou Qui rend tabou? vivent sur le grand plateau calcaire qui borde la côte Sud-Ouest de Madagascar.
Cette région aride est réputée pour sa grande sécheresse et pour sa végétation rare, faite d?épineux.
Les Mahafaly vivent en petits groupes clairsemés.
C?est un peuple de pasteurs, vivant dans des conditions extrêmes, se nourrissant de maïs, de mil, de lentilles, de manioc et de tubercules sauvages et ayant un amour immodéré pour les boeufs.
Tout comme la plupart des ethnies de Madagascar, ils ont le culte des morts et leur art funéraire, très particulier, est caractérisé par l?érection d? Aloalo, sortes de poteaux de bois sculptés représentant des scènes de la vie quotidienne et des animaux, sur les tombeaux de leurs défunts.
Les Mahafaly sont très manuels et leur artisanat est de plus en plus connu et recherché. Ils se distinguent dans la sculpture du bois, l?orfèvrerie et les tatouages.
Leurs sagaies ont le manche en bois, à section transversale circulaire. La lame en fer comporte une tige décorée de motifs géométriques gravés, permettant de l'enchâsser sur le manche. L'autre extrémité du manche comporte une partie en fer aplatie et étroite. Sur certains modèles, on trouve des incrustations de cuivre et laiton sur le tube d?enchâssement.
73-Hache Zulu (Afr. du Sud)  S. 73-Hache Zulu (Afr. du Sud) S.
HACHE ZOULOU
AFRIQUE DU SUD
Il y a 200 ans, l'Afrique australe a connu de grands bouleversements : des populations se sont combattues pour prendre possession de la terre. Cette période est restée connue sous le nom de Mfécane, l'affrontement.
Le Mfécane a d'abord opposé des peuples d'éleveurs bantous, puis les Zoulous aux Boers.
A la fin du XVIIIe siècle, des pasteurs bantous, les Ngunis, arrivèrent du nord et s'installèrent au bord du Zambèze.
Dans un de leurs clans, celui des Abatetwas, naquit un enfant "bâtard", fils d'un des chefs et d'une danseuse rencontrée au marché. Humilié dès l'enfance, Chaka dut aussi faire face à la jalousie, le jour où il tua de ses mains un lion qui avait fait fuir tous les villageois. Mais informé de son exploit, Dinguiswayo, le grand chef des Abatetwas, le convoqua et en fit son homme de confiance. A sa mort, Chaka prit sa place.
Etre chef des Abatetwas ne suffit pas à Chaka. Exterminant ses ennemis, sauf les plus jeunes à condition qu'ils s'enrôlent dans son armée, il rassembla tous les Ngunis séparés en petits clans souvent en conflit. Il les obligea à abandonner leur nom et leur dialecte maternel pour s'appeler désormais les Zoulous, le "Peuple du Ciel".
Il organisa son armée en régiments de plus de 1000 soldats d'une même classe d'âge, les impis.
Chaka était implacable envers les peureux. Pour obliger ses soldats au combat corps à corps, il avait fait remplacer les lances par de courtes sagaies à large lame, des haches et un bouclier. Au retour d'une expédition, il fit exécuter ceux qui étaient revenus sans leur sagaie.
La tactique favorite de ce chef de pasteurs était celle des "cornes de buffle". Elle consistait à harceler sans cesse l'ennemi pour le rabattre, à la manière des deux cornes d'un buffle, contre des soldats zoulous aguerris qui le décimaient.
Les victoires de Chaka firent aussi sa perte car ses excès et sa tyrannie lui avaient aliéné jusqu'à ses plus fidèles lieutenants qui firent sécession.
En 1827, à la mort de sa mère, il décréta un deuil d'un an, interdisant à quiconque de boire du lait et aux personnes mariées de vivre ensemble.
Sous la direction de Mzilikazi, un groupe n'acceptant pas le célibat s'enfuit vers le Zimbabwe avec des jeunes filles et fonda le peuple Matabélé.
Chaka mourut victime d'un complot. Pour en revenir à leurs haches, leurs manches étaient de bois en forme de fine massue, la partie haute était traversée par la lame forgée en forme de ?T? et pouvant être décorée de formes géométriques.
74-Hache Luba (R.D.Congo)S. Coll C. Privé 74-Hache Luba (R.D.Congo)S. Coll C. Privé
HACHES LUBA (R.D.CONGO)
Au XVIe siècle, le peuple Luba naît de la sécession d'un clan de l'ethnie Songye.
Ils forgeaient des haches de réputation universelle, d?ailleurs le fer ?Mitendu? abonde dans leur contrée
Les haches Luba ont des lames étroites, longues se terminant par un tranchant arrondis. Bien évidemment, d?autres formes de manches et de lames existent chez ces peuples, mais ici, sont développés les standards.
75-Dague Kwanyama (Angola -Namibie)S. 75-Dague Kwanyama (Angola -Namibie)S.
Les Kwanyama vivent principalement dans le sud de l?Angola et au nord de la Namibie. Ils sont une des douze tribus formant le peuple Ovambo et représentent l'ethnie la plus importante 35%. Les tribus sont dirigées par plusieurs chefs ou sages réunis au sein d'un conseil. Dans les zones rurales, on peut apercevoir les Kraal, ces villages constitués de huttes aux toits de paille. Les terres autour des Kraal servent à élever le bétail, cultiver le Mahango, millet dont on se sert pour fabriquer de la bière. Il leur est attribué une dague similaire en tout points aux dagues Ovambo. Une monture à pommeau tronconique se fermant sur une fusée également tronconique s?ouvrant sur la garde. La lame de fer à doubles tranchants est de forme lancéolée et fine. La seule différence avec les dagues Ovambo se trouve dans le fourreau de bois qui épouse la forme de la lame et se termine par un triangle en lieu et place des deux ergots des dagues Ovambo. Ce fourreau est ouvert sur sa face avant ce qui permet de voir la lame.
76-Bouclier Mongo (R.D.Congo) S. 76-Bouclier Mongo (R.D.Congo) S.
Boucliers attribués aux tribu Ngandu, Saka,Yasama Nkole, Tsongo, Kota, Kote, Ntomba, et Turumbu vivant dans la forêt tropicale au centre de la cuvette du congo ( les Turumbu vivant au nord) . Ces tribu sont des sous groupe appartenant au groupe culturel Mongo.
Ces boucliers sont fais de vannerie tressée pour leur ensemble et de bois pour leur ossature, leur poignée et leur deux contreforts composant l?axe central. De nombreuses décorations géométriques ornent ces boucliers, elles peuvent être peintes simplement de noir ou de couleurs plus vives (bleu, rouge, blanc, noir) en fonction des différents peuples qui les fabriquent
77-Bouclier Mongo (R.D.Congo)S. 77-Bouclier Mongo (R.D.Congo)S.
Boucliers attribués aux tribu Ngandu, Saka,Yasama Nkole, Tsongo, Kota, Kote, Ntomba, et Turumbu vivant dans la forêt tropicale au centre de la cuvette du congo ( les Turumbu vivant au nord) . Ces tribu sont des sous groupe appartenant au groupe culturel Mongo.
Ces boucliers sont fais de vannerie tressée pour leur ensemble et de bois pour leur ossature, leur poignée et leur deux contreforts composant l?axe central. De nombreuses décorations géométriques ornent ces boucliers, elles peuvent être peintes simplement de noir ou de couleurs plus vives (bleu, rouge, blanc, noir) en fonction des différents peuples qui les fabriquent
78-Épée Tedda (Sahel)  S. 78-Épée Tedda (Sahel) S.
Ces dagues sont typiques des peuples Toubous vivant au Sahara oriental, nord du Tchad, sud de la Libye, nord-est du Niger, sud-ouest de l'Égypte.
Le terme Toubou désigne en fait les habitants du Tibesti, en langue Kanembou. Cette dénomination adoptée par la colonisation française, est maintenant admise et passée dans l'usage courant. Eux-mêmes se nomment Teda ou Tedda au nord, Daza au sud. Les Touareg appellent cet ensemble de populations les ?Ikaraden ? Ces populations se divisent en clans.
Ils vivent dans les massifs montagneux du Tibesti et de l'Ennedi, dans la région de Borkou- Ennedi- Tibesti au nord du Tchad, et dans le Kanem, ainsi que dans l'est de la république du Niger notamment à Djado , Seguedine , Aney, Emitchouma, Achenouma, Argui, Djouray, N'gourty, Dirkou, Chimindour, Beza, Agueur, Bilma , Zoo Baba et Fachi, où on les appelle souvent « Guezibida » du fait de leur sédentarisation ou de leur métissage avec les Kanuris. Ils sont également présents dans les oasis du sud de la Libye, et du sud-ouest de l'Égypte (jusqu'en1920). Ils occupent donc une immense région de 1 300 000 km². Les Toubous, plus qu'un peuple, sont une confédération de clans.
Leurs dagues possèdent un manche entièrement recouvert de cuir décoré . Le pommeau laisse émerger un triangle métallique forgé dans le même fer que la lame. La fusée est de forme cylindrique avec un élargissement médian. La garde faiblement débordante recouvre légèrement le talon de la lame qui est de forme triangulaire aux bords légèrement convexes et pouvant être décorée de lignes parallèles. Le fourreau épouse la forme de la lame , il est fait de cuir travaillé finement , souvent recouvert de peau de serpent ou de lézard. A l?arrière du fourreau est positionné un bracelet qui permet de suspendre la dague au bras de son propriétaire.
79-Knobkerries ( Tanzanie-Afrique du sud - Iles pacifique) S. 79-Knobkerries ( Tanzanie-Afrique du sud - Iles pacifique) S.
Les Knobkierrie, aussi orthographiés knobkerrie, knopkierie ou knobkerry, sont des clubs africains utilisés principalement en Afrique du Sud et de L'est. Typiquement ils finissent par une boule de bois très dur et peuvent être utilisés comme arme de jet dans la chasse ou la guerre ainsi que de massue dans les corps a corps pour frapper la tête d'un ennemi. Cette boule est sculptée dans un tronc d?arbre à la naissance d?une branche qui devient le manche de cette arme.
Le nom provient du mot d'Afrikaans? knop?, signifiant le noeud ou la boule et le mot ?kierie?, signifiant la canne. Le nom a été répendu aux armes semblables utilisées par les indigènes de l'Australie, des îles Pacifiques et d'autres endroits.
Le Knobkierries étaient une arme indispensable de guerre, particulièrement parmi les tribus Nguni du sud telles que les Zoulou et les Xhosa.
Pendant l'ère de l'apartheid en Afrique du Sud ils étaient souvent portés et utilisés par les manifestants et quelquefois par la police s'opposant à eux.
Les Knobkierries sont encore largement portés, surtout dans les régions rurales La tête, ou le boule, est souvent richement sculptée avec des visages ou des formes qui ont des sens symbolique. Leurs nom Zoulou est ?Iwisa?.
80-Bouclier Zoulou (Afrique du sud )S. 80-Bouclier Zoulou (Afrique du sud )S.
Les boucliers zoulous traditionnels ont été utilisés depuis plusieurs siècles par les tribus Zoulou dans les batailles. Il est maintenant utilisé pour les cérémonies Zoulous traditionnelles telles que les mariages et les enterrements.
Les boucliers zoulous ont joué un rôle essentiel dans les batailles, ils étaient toujours confectionnés à la main dans de la peau de vache ou plus communément connus dans les termes zoulous comme Nguni (Gnou). Le Nguni est natif d'Afrique du Sud et joue un rôle important dans la vie quotidienne des zoulous. Le Nguni est une devise dans les traditions, et détermine la richesse d'un homme par le nombre de vaches qu'il a. Quand un jeune homme se marie, il doit payer sa dote en bétail.
Il y a 5 types de boucliers zoulous, qui sont chacun utilisés pour de différentes occasions
1 - Isihlangu - le grand bouclier de bataille (1.5 m) utilisé par Roi Shaka Zulu.
2 - Umbumbuluzo - le petit bouclier de bataille auquel qui pouvait tenir facilement dans une main en attaquant
3 - Ihubelo - un petit bouclier de funérailles, de couleur rouge
4 - Igqoka - un petit bouclier de danse qui est utilisé aux Cérémonies traditionnelles
5 - Ihawu - un bouclier rare et difficile à trouver
Les boucliers zoulous sont tous faits de peau de vache et bien que l'on peut constater que des boucliers sont faits de Zèbre et de Kudu mais ces boucliers ne sont pas considérés comme boucliers zoulous authentiques. Seulement l'utilisation la peau de vache marque le vrai bouclier Zoulou.
Les dessins de couleur de la peau de vache joueront un rôle dans la hiérarchie militaire Zoulou. Le grand bouclier en couleur blanc, rare, sera gardé pour un chef ou un guerrier se classant haut gradé et la couleur plus commune tel que Noir et blanc serait pour un guerrier zoulou normal aguerrit, et la couleur marron pour les jeunes guerriers. Cela aidait dans la bataille à reconnaitre les régiments portant pour chacun d'eux le même bouclier.
Un long bâton amovible traverse l'axe central du bouclier, c'est le Mgobo.
1 - Apporterait l'appui supplémentaire au bouclier quand il était porté dans le dos.
2 - Il permettait au guerrier de planter le bouclier en terre en position verticale devant lui, comme protection.
Le bouclier ne donnait pas seulement une protection physique, mais aussi une protection d'une nature symbolique, ils avaient des pouvoirs médicinaux, magiques. Avant la bataille, les boucliers étaient saupoudrés d'herbes (muti) magiques pour augmenter le pouvoir protecteur du bouclier.
81-Bouclier Songyé (R.D.Congo).S 81-Bouclier Songyé (R.D.Congo).S
Les Basongye, sont une ethnie dont on pense que la souche migratoire se situait en Egypte (aux temps des pharaons ?...) . Ils habitent le centre du Congo-Kinshasa, au nord des provinces du Kasaï, se partageant cet espace avec les Tetela, leurs voisins du nord, les Luba et Lulwa, leurs voisins du sud. Or, pendant toutes les guerres congolaises, l'avidité des belligérants à contrôler les ressources naturelles et surtout convoitant chaque fois les diamants du Kasaï a fait du territoire de Basongye un vrai champ de bataille.
Ce bouclier a une forme harmonieuse et une beauté particulière du fait de l'union réalisée entre le fond aux stries caractéristiques et le masque central "kifwebe".
Les boucliers Songyé peuvent avoir des formes très variables (ronde, elliptique, rectangulaire, trapézoïdale) et être fabriqués en divers matériaux (bois, bois et vannerie, vannerie, cuir et métal). Certains boucliers africains étaient décorés de formes géométriques tenant lieu de blason, ainsi l'ennemi pouvait savoir à quel clan ou tribu appartenait le guerrier qui se tenait derrière.
82-sceptre ga'anda (nigeria) S. 82-sceptre ga'anda (nigeria) S.
Ce couteau de jet (sceptre) appelé "cicawa" est attribué à un petit groupe ethnique appelé Ga'anda vivant dans la région de Abuja, au nord de la rivière Benue, leur langage est aussi parlé par les Dadiya, les Chadic ou les Adamawa Ce "cicawa" n'est jamais utilisé comme arme, mais est porté par les gardiens de l'initié à la fin de l'initiation des jeunes garçons.
Il est fait de fer, forgé en forme de crosse pastorale, avec un élargissement terminant en crochet fermé à la base du manche. La partie arrondie de cette crosse se termine par une partie plate et tranchante comme une petite hache. La partie courbe est surmontée de piques qui peuvent êtres pointus ou avoir l?extrémité des pointes recourbées, ces parements faisant penser a une crête. Des décorations géométriques sont gravées sur un côté de cette crosse.
Des derivés plus modernes et plus artistiques existent et prennent le plus souvent des formes ?design? d?oiseaux.
84-Lance Zoulou (Afrique du sud). S 84-Lance Zoulou (Afrique du sud). S
Les Zoulous sont un peuple d'Afrique Australe en partie sédentarisé vivant principalement en Afrique du Sud.
Le peuple zoulou (son nom vient de l?expression ama zoulou le peuple du ciel) fut unifié par le roi Chaka, qui fit de son clan de 1 500 personnes une nation redoutable par la conquête et l'assimilation. L'unification zoulou est en partie responsable du Mfecane, la vague chaotique d'émigration de clans au-delà des rivières Tugela et Pongola, nouvelles limites du KwaZulu.
Reconnus pour leur armée formidable (le impi), les Zoulous se heurtent aux colons boers et à l'armée britannique au XIXe siècle (noter la victoire zoulou à la bataille d'Isandhlwana pendant la guerre anglo-zouloue de 1879)
On dit souvent que Shaka était mécontent des longues sagaies , prétextant la lâcheté des guerriers n?allant pas assez au contact de l?ennemi. Il leur a attribué une nouvelle variante de l'arme, l'iklwa, une lance courte avec une pointe longue, semblable à une épée.
Bien que Shaka n'ait pas inventé l'iklwa, selon le savant zoulou John Laband , le chef a vraiment exigé que ses guerriers s'entraînent avec cette arme, qui leur a donné un avantage terrifiant sur les adversaires qui étaient habitués à la pratique traditionnelle des lances de jet et évitaient le conflit de corps à corps. La lance de jet n'a pas disparue pour autant, mais utilisée comme une arme initiale avant le contact étroit avec l'ennemi. L'utilisation de différents types de sagaies a été étendue partout dans l'Afrique et elles étaient l'arme la plus commune.
86-Hache Toma (Liberia - Sierra Leone) Price on request 86-Hache Toma (Liberia - Sierra Leone) Price on request
HACHE TOMA
LIBERIA-SIERRA LEONE-GUINÉE

Installé au nord-ouest du Liberia, à l'Ouest de la Sierra Leone et à l'est de la Guinée, le peuple Toma organise la vie politique et religieuse autour de l'association Poro. Cette société était responsable, entre autres, de l'initiation des jeunes garçons dans la forêt, qui est particulièrement dense sur les terres des Toma. Il leur est attribué une hache à manche de bois et lame quasi rectangulaire, courbée et légèrement évasée au tranchant. De nombreuses décorations de laiton sont présentes, et, sur le manche, et sur le talon de la lame
89-Hache Toma (Sierra Leone-Liberia-Guinée).S. 89-Hache Toma (Sierra Leone-Liberia-Guinée).S.
Installé au nord-ouest du Liberia, à l'Ouest de la Sierra Leone et à l'est de la Guinée, le peuple Toma organise la vie politique et religieuse autour de l'association Poro. Cette société était responsable, entre autres, de l'initiation des jeunes garçons dans la forêt, qui est particulièrement dense sur les terres des Toma. Il leur est attribué une hache à manche de bois et lame quasi rectangulaire, courbée et légèrement évasée au tranchant. De nombreuses décorations de laiton sont présentes, et, sur le manche, et sur le talon de la lame.
90-Hache Tchokwé - Mbuella ( Angola) S. Coll. A. Olivo 90-Hache Tchokwé - Mbuella ( Angola) S. Coll. A. Olivo
Depuis les années 1900 la hache Tchokwe a une lame en fer forgée, appelée chimbuya, c'était l'objet d'art possédé par les chefs et les nobles. De nombreux clous en laiton peuvent décorer son manche supérieur et inférieur. La hache mesure - 46 centimètres x 26.5 centimètres. Les haches tchokwé sont profondément inculquées dans le symbolisme, le statut et le pouvoir. Elles sont tenus comme des insignes et imposent le respect. Les Chokwe (Tshokwe - Jokwe), Lwena et peuples Luvale, représentent la région de base de ce style de hache. Ils vivent en Angola, Congo DRC et la Zambie de L'Ouest. À la suite de troc et de commerce, il est connu que les tribus rattachées ont possédé cette forme de hache, ainsi des différences stylistiques se sont produites avec le mélange des cultures. Les formes des haches Chokwe ont été reprises par les Lunda, aussi bien que les Kwamashi, Luchazi (Chazi), Mbunda (Bundu - Mbundu), Mbwela (Ambuella - Mbuella), Minungu, Ngangela (Imbangala), Ovimbundu, Shinji et peuples Songo, avec leurs propres styles
91-Hache Kuba (R.D.Congo)Price on request 91-Hache Kuba (R.D.Congo)Price on request
C?est au milieu du XVIIe siècle, qu?un premier royaume Kuba (ou Kouba) s?est constitué dans une région fertile du centre de la République démocratique du Congo, délimitée au nord et à l'est par la rivière Sankuru et à l'ouest par la rivière Kasaï qui donne le nom à cette région.
Une véritable entité culturelle s?est ainsi construite depuis 3 siècles avec une administration complexe, une société très hiérarchisée et un roi (nyim) choisi parmi la tribu des Bushoong, fondateurs de la première dynastie.
Cette population compte actuellement environ 200000 personnes et se divisent en plusieurs clans.
Il leur est attribué une courte hache au manche de bois en forme de massue, dont la partie large traversée par la lame est ornée de clous de tapissier. La lame est décorée de motifs géométriques.
93-Couteau Faucille Gbaya-Bumali (Cameroun - Gabon) S. 93-Couteau Faucille Gbaya-Bumali (Cameroun - Gabon) S.
Ces couteaux apparenté a des couteaux de jet, sont très rependus au sud du Cameroun et au Gabon, chez les Gbaya, qui en étaient les principaux producteurs, ainsi que les Pomo, les Kouele, les Njem et les Bumali. On en trouvait aussi chez les Kaka, les Maka, les Yangere et les Manza. Fabriqué en fer, la lame est marquée de nervures, et sa forme peut rappeler une tête d?oiseau. la poignée est en bois.
95-Couteau de jet Nzakara (R.C.A.-R.D.Congo-Soudan).On Hold 95-Couteau de jet Nzakara (R.C.A.-R.D.Congo-Soudan).On Hold
Les Nzakara sont un peuple d'Afrique centrale, estimé à environ 66 000 personnes. Ils occupent un territoire réparti entre la République centrafricaine, la République démocratique du Congo aux abords des rivières Uélé et Bomu. Bien qu'apparentés par leur langue aux Zandés, ces peuples occupaient au XVIIIe siècle des royaumes différents.
Ce couteau de jet forgé en fer leur est attribué, de forme proche des couteaux Kipinga Zandé, ils ont la plupart du temps une poignée de corde tressée. Composé d?un axe principal sur lequel sont greffées trois lames, la première au niveau du talon est forte et possède un petit ergot à sa naissance. Les deux autres lames fortes et coupantes se situent a l?autre extrémité de l?axe centrale, l?une est un croissant perpendiculaire, l?autre est un croissant décalé, mais parallèle a l?axe central qui se termine par un ergot longitudinal séparant ces deux lames en croissant
96-Couteau de jet Laka (Tchad).S. 96-Couteau de jet Laka (Tchad).S.
Ce type de couteaux de jet est attribué aux tribus Laka, Sara, Ngambaye et Bargimi vivant au sud du Tchad, en République Centre Africaine, au nord du Nigeria et du Cameroun. Comme la plupart des couteaux de jet, il est fait d?une pièce de fer en forme de crosse. Le haut de cette crosse compose la lame qui est plate décorée de gravures sur l?arrière et présente un ou plusieurs ergots tranchants eux aussi, plus ou moins long permettant un meilleur aérodynamisme lors de sa propulsion. Sur la base de la crosse, de la peau ou des tressages de corde composent la poignée, une poignée de bois casserait en cas de choc lors des jets.
97-Hache Tchokwé(Angola)Price on request 97-Hache Tchokwé(Angola)Price on request
Depuis les années 1900 la hache Tchokwe a une lame en fer forgée, appelée chimbuya, c'était l'objet d'art possédé par les chefs et les nobles. De nombreux clous en laiton peuvent décorer son manche supérieur et inférieur. La hache mesure - 46 centimètres x 26.5 centimètres. Les haches tchokwé sont profondément inculquées dans le symbolisme, le statut et le pouvoir. Elles sont tenus comme des insignes et imposent le respect. Les Chokwe (Tshokwe - Jokwe), Lwena et peuples Luvale, représentent la région de base de ce style de hache. Ils vivent en Angola, Congo DRC et la Zambie de L'Ouest. À la suite de troc et de commerce, il est connu que les tribus rattachées ont possédé cette forme de hache, ainsi des différences stylistiques se sont produites avec le mélange des cultures. Les formes des haches Chokwe ont été reprises par les Lunda, aussi bien que les Kwamashi, Luchazi (Chazi), Mbunda (Bundu - Mbundu), Mbwela (Ambuella - Mbuella), Minungu, Ngangela (Imbangala), Ovimbundu, Shinji et peuples Songo, avec leurs propres styles.
101-Lances Mongo (R.D.Congo).jpg 101-Lances Mongo (R.D.Congo).jpg
Un bel exemple de lances attribuées aux peuples Mongo du nord est de la cuvette de la R.D.Congo. Sa forme parfaite est formée d?une large lame de fer forgé, soutenu par une longue poignée de bois terminée par une tige de fer plate . Les armes des peuples Mongo sont parmi les plus fortes et les plus fascinantes de toute l'Afrique. Ces gens doivent faire face à la rude vie de la forêt et à toute la sorte d'animaux dangereux. Pour cette raison ils ont développé une large gamme d'armes pour se protéger contre les voisins, ainsi que pour la chasse. et dans les temps anciens, ils devaient se défendre aussi contre les forces coloniales. Ainsi, leurs lances ont servi pendant les batailles et servent aussi comme un objet de haut prestige, cette dernière fonction est la plus importante aujourd'hui. Dans certains groupes ethniques, les lances ont été utilisées comme monnaies dans le paiement de la dot à la famille de la femme pendant un processus de mariage.
102-Lances Maasaï (Kenya - Tanzanie). 102-Lances Maasaï (Kenya - Tanzanie).
La lance a longtemps été l'arme de choix du Maasai. Elle était utilisée pour défendre le bétail, la communauté et le guerrier lui-même contre les animaux sauvages et les envahisseurs. Construit de bois et de fer, c'est la possession personnelle la plus importante après le bétail. Il y a d'innombrables légendes centrées autour de de la lance, impliquant des géants de Maasai, et des luttes courageuses contre l'homme et la bête. Les Maasaï sont les chasseurs de lion les plus puissants d'Afrique, brave et impitoyables envers tout ce qui les attaquent. En fait, le rêve de chaque guerrier Maasai est de tuer un ennemi en lui infligeant une blessure de lance mortelle au torse . De cette manière il gagnerait le plus grand honneur de ses parents. La lance rallongé de 1,60m de long est la préféré et la plus classique chez les Maasai. La lourde tête de lance en fer de 80 cm de long a été conçue spécialement pour chasser les lions. L'arme a uneconfiguration de trois morceaux. La tête de lance et la fin sont en métal maintenues par de la cire durcie et la troisième section, la prise est faite de bois. Cette longue lance est bien équilibrée et expose une technique de travail du métal spécialisée. Cette lance est vraiment belle!
103-Bouclier Maasaï (Kenya - Tanzanie) Price on request 103-Bouclier Maasaï (Kenya - Tanzanie) Price on request
Les boucliers africains représentent un des nombreux genres d'objets fabriqués qui brouillent la ligne entre l'artisanat utilitariste et l'art parfait. Ce bouclier convexe, elliptique est attribué au peuple Maasai, pasteurs qui vivent dans les prairies du Kenya du sud et de la Tanzanie du Nord. Le bouclier est fait de peau de buffle cousu sur un cadre de bois. La poignée est attachée au centre à l'arrière du bouclier et emballée avec les bandes de cuir. La surface du bouclier est décorée avec de grands croissants, presque symétriques dans des teintes rouge, blanc et noir et marron. De part et d'autre de l'axe médian, des motifs à la forme triangulaire sont peints dans une variété de couleurs incluant le bleu et le blanc. Chez les Maasai, la peinture rouge est traditionnellement obtenue en mélangeant la terre avec du sang ou la sève du fruit rouge nommé solanum campylae . Le blanc est tiré des argiles locales et le noir des peaux brûlées. On permet seulement aux guerriers plus jeunes l'utilisation de noirs, de blanc, ou de gris sur leurs boucliers, en leur indiquant que le bouclier illustré est possédé normalement par un berger/guerrier ayant fait ses preuves.
Les boucliers restent un des outils les plus importants du guerrier Maasai. Ils ont été utilisés dans la guerre et la chasse aussi bien que dans les cérémonies et à l'entraînement. À l'extérieur du contexte conflictuel, les boucliers ont été utilisés dans les rites de passage et sont aussi des objets de prestige et des symboles d'identification. La société Maasai est organisée dans la distinction de l'âge et les qualités sexuelles. Au début du vingtième siècle les études ont révélé que les marquages des lances et les designs des boucliers ont été utilisés pour différencier certains des sous-groupes Maasai grace à un système d'identification de lignage plus grand et plus complexe. Les designs des boucliers sont connus sous le nom de Sirata. Sirata Sambu tire sur les marquages d'un zèbre, et peint sur le milieu du bouclier. Sirata ol ebor indique l'espace blanc qui apparaît quelquefois dans le centre du bouclier. Le bouclier présentant une pièce rouge peinte est probablement un Sirata el langarbwali. Certaines pièces, peuvent prendre aussi la forme d'un motif semblable à une fleur rouge, ceci signifie une grande bravoure dans la bataille et est seulement peint avec la permission d'un chef. La complexité du design et le grand art des boucliers Maasai s'étendent au-delà de l'utilitarisme et transmettent la dignité et le statut de guerriers avec lequel leurs propriétaires ont été investis.
105-Hache Songyé (R.D.Congo)S. 105-Hache Songyé (R.D.Congo)S.
Les Songyés sont un peuple d?Afrique centrale présent dans le sud-est de la République démocratique du Congo, dans le district de Kabinda près de la rivière Lomami. Au XVe siècle, la tribu Songye s?installe sur le Haut-Lualaba (fleuve Congo) et soumet les autochtones. Cette fusion est à l?origine du peuple et du royaume luba.
Au XVIe siècle, le peuple Luba naît de la sécession d'un clan de l'ethnie Songye.
Ils forgeaient des haches de réputation universelle, d?ailleurs le fer ?Mitendu? abonde dans leur contrée.
Les manches de bois sont en formes de courtes massues et peuvent comporter des gravures ou sculptures de masques kifwébé. Le fer de la cognée traverse la tête de la massue pour être repliée à l?extrémité opposée. Les formes classiques des cognées Songyé sont, ou similaire au haches Nsapo ou composée d?une lame de fer largement évasée à partir du talon et aux bords en forme de ?T? avec un tranchant arrondis, et décorée de perforations. Les haches Luba ont des lames plus étroites, plus longues se terminant par un tranchant plus arrondis. Bien évidemment, d?autres formes de manches et de lames existent chez ces peuples, mais ici, sont développés les standards.
106-Hache Pende (R.D.Congo)S. 106-Hache Pende (R.D.Congo)S.
Au sud-ouest de la république démocratique du Congo , dans la province de Bandundu entre savane boisée et forêt tropicale, l' ethnies Pende utilise une Hache, où plutôt une herminette, formée d'un manche de bois avec à son sommet une sculpture en forme de tête , une lame de fer plate horizontale sortant de la bouche de la tête scuptée, un masque est également sculpté le long du manche du côté opposé à la face de la sculpture du sommet. Sur certains modèles ce peut être un animal ou un corps complet qui est scupté le long de ce manche.
106-Hache Pende (R.D.Congo) 106-Hache Pende (R.D.Congo)
108-Couteau de jet Gbaya (Cameroun - R.C.A.) S. 108-Couteau de jet Gbaya (Cameroun - R.C.A.) S.
Le mot Gbaya dans son étymologie fait l?objet de plusieurs interprétations .De même leur provenance est sujette à de nombreuses controverses. Les premiers mouvements migratoires du peuple Gbaya daterait du temps du règne du pharaon Râ en Egypte. Cependant toutes les tendances reconnaissent que les gbaya font partie d?un grand groupe de langues se composant aussi des Mandja et des Mgbaka , et s?étendant du Cameroun central jusqu?au nord de la République démocratique du Congo en passant par la Centrafrique .On les classe dans la branche du sous groupe Adamaoua oriental de la famille Niger Congo, qui comprend aussi les Zandé et les Sango. Aujourd?hui les Gbaya occupent plus de 190.000 km2 sur une région faiblement peuplée de la savane centrale du Cameroun et de la République Centrafricaine. Leurs couteaux de jet ou couteau faucille sont particuliers et de formes variées.
Les poignées sont faites de tresses de cuir ou de matières végétales et exceptionnellement de bois. La première partie de la lame est plus ou moins droite et longue, formée de deux parties de fer forgées superposées et souvent décoré d?enroulement de fil de cuivre et laiton.. La seconde partie de la lame est délimitée par une pointe latérale terminant par un ergot perforé. Les parties supérieures peuvent être courbe, en angle ou en forme de cognée de hache et sont systématiquement décorées de lignes accompagnant la forme de la lame.
109-2 Haches Nsapo -Songyé (R.D.Congo).S. 109-2 Haches Nsapo -Songyé (R.D.Congo).S.
Les Bena Nsapo, transformés par les belges en Nsapo-Nsapo, n'est pas une tribu isolée ou perdue parmi les Lulua. C'est un groupe des Ben'Eki, une des grandes composantes de l'ethnie Songye, qui a longtemps vécu à Luluabourg, où ils furent amenés et installés en 1888 par le belge Paul Le Marinel loin de leur milieu d'origine le territoire de Kabinda, dans l'ancien district de Kabinda, au Kasaï.?En effet, durant le règne du chef Songye Lumpungu Kaumbu et de son lieutenant Mpania Mutombo sur une partie du Kasaï , un groupe de Ben'Eki, sous la conduite du chef Muana Mboo, refusa de se soumettre à leur domination et préféra s'exiler. C'est ainsi qu'ils (Bena Nsapo) vont créer des villages nommés Nsapo Nsapo autour de Luluabourg, dans lesquels ils vont vivre en conformité avec la culture Songye, malgré la distance qui les séparaient de leur terre d'origine. Il leur est attribué une hache appelée Kilonda et on la retrouve aussi chez les Songye. Toutes les soudures de la cognée sont faites à froid. Une technique difficile à maîtriser, réalisée par les forgerons (SENDWE) dans des fonderies traditionnelles. Des têtes qui ne sont pas sans rappeler les masques kifwebe sont sculptées sur les montants de la cognée. Le manche en forme de gourdin est recouvert d?une feuille de cuivre rouge.
110-Gurade Droite (Ethiopie) S. 110-Gurade Droite (Ethiopie) S.
La Gurade est le sabre national éthiopien, connu pour ses lames de haute qualité, bien souvent européennes, et souvent britannique. La poignée de la gurade éthiopienne est classiquement faite de corne en forme de "H" ou d'une base exagérée en "T" parfois surmonté d'un dôme en laiton martelé. La lame est exceptionnellement longue (jusqu'à 95 cm) .
Les lames sont généralement joliment gravée de motifs floraux partant de la garde jusqu'à 20 cm avant la pointe. Les lames de ce type peuvent être associées à Empereur éthiopien Menelik II. Les marquages sur la lame peuvent êtres a l'effigie de ce roi, de sa couronne ou du Lion de Judea (1885-1913).
111-Couteau de jet Ngbaka (R.D.Congo).jpg 111-Couteau de jet Ngbaka (R.D.Congo).jpg
Les ethnies Ngombe, Gbaya , Ngbaka originaire des forêts de la cuvette du Congo ont , outre leurs sabres, leurs couperets d?exécutions et autres poignards typiques de leur artisanat, des couteaux de jet, fait de fer, ornés de gravures décoratives, et comme la plupart des couteaux de jet, une poignée faite de cuir, ou de fibres végétales tressés . Leurs formes ressemblant au signe ? ? ainsi qu?a la lettre ?Y?.
112-couteau de jetteda- tubu -daza (tchad-soudan) à l'envers 112-couteau de jetteda- tubu -daza (tchad-soudan) à l'envers
Appeler ETHIOPIEN par les Grecs, TUBU ou TOUBOUS par leurs voisins, Tedas en Tedaga, leur langue.
Le mélange des peuples Garamantes et Nubiens donne naissance au Tedas .
TOUBOUS : TEBO-TOU signifie l'homme de Tibesti en langue kanouri. L' occupant Français a utilisé TOUBOUS pour désigné le peuple du Tibesti, comme il a utilisé Canoubou pour désigner le peuple du Kanem.
Les Toubous sont:
Arina , Derdékichia, Dirsina ,Erdirga , Eguéméda ,Ehida, Emewoya Ezedia, houctia , Madia, Odowoya, Odrouya ,Serdega ,Tamertoua ,Tarsouya, Tawouya, Tchioda, Tédéma, Tega , Tezéria, Tirindra , Touzouba , Fourtouna , Gouboda, Gouna, Keassa, Koussouda, Kressa, Mahadena, Mogodé, Naagra, Teran,Toudoufouya, Serdiguia, Toumagra , zouya .
Le père fondateur de l'empire Tedas est Derde Taharké 1er en 1230 avant jc, venu du l'est il crée l'empire de Tedas composé des clans indigènes de Tibesti et Fezzan. La patrie d'origine des Tedas est situé dans la zone de l'ouest du désert Libyque, du Fezzan et du Tibesti. Dans cet environnement de clans, les Tedas développent une économie fondée sur les moutons, les chèvres et les chameaux, des produits sont cultivés dans les oasis. De plus la chasse et le commerce des esclaves étaient la principale occupation des Tedas.
Il leur est attribué plusieurs formes de couteaux de jet, fait de fer, a poignée recouverte de tressage de cuir ou végétaux. Leur forme varie en fonction de la région ou ils sont fabriqués, par exemple ceux forgés dans la région de l?Ennedi ont une forme de tête d?oiseau (calao).
112-couteau de jet tubu-teda-daza (tchad-soudan) Price on request 112-couteau de jet tubu-teda-daza (tchad-soudan) Price on request
Sans aperçu
Type :
Taille : 0 Ko
115-Poignard Tedda (Sahel).S. 115-Poignard Tedda (Sahel).S.
Ces dagues sont typiques des peuples Toubous vivant au Sahara oriental, nord du Tchad, sud de la Libye, nord-est du Niger, sud-ouest de l'Égypte.
Le terme Toubou désigne en fait les habitants du Tibesti, en langue Kanembou. Cette dénomination adoptée par la colonisation française, est maintenant admise et passée dans l'usage courant. Eux-mêmes se nomment Teda ou Tedda au nord, Daza au sud. Les Touareg appellent cet ensemble de populations les ?Ikaraden ? Ces populations se divisent en clans.
Ils vivent dans les massifs montagneux du Tibesti et de l'Ennedi, dans la région de Borkou- Ennedi- Tibesti au nord du Tchad, et dans le Kanem, ainsi que dans l'est de la république du Niger notamment à Djado , Seguedine , Aney, Emitchouma, Achenouma, Argui, Djouray, N'gourty, Dirkou, Chimindour, Beza, Agueur, Bilma , Zoo Baba et Fachi, où on les appelle souvent « Guezibida » du fait de leur sédentarisation ou de leur métissage avec les Kanuris. Ils sont également présents dans les oasis du sud de la Libye, et du sud-ouest de l'Égypte (jusqu'en1920). Ils occupent donc une immense région de 1 300 000 km². Les Toubous, plus qu'un peuple, sont une confédération de clans.
Leurs dagues possèdent un manche entièrement recouvert de cuir décoré . Le pommeau laisse émerger un triangle métallique forgé dans le même fer que la lame. La fusée est de forme cylindrique avec un élargissement médian. La garde faiblement débordante recouvre légèrement le talon de la lame qui est de forme triangulaire aux bords légèrement convexes et pouvant être décorée de lignes parallèles. Le fourreau épouse la forme de la lame , il est fait de cuir travaillé finement , souvent recouvert de peau de serpent ou de lézard. A l?arrière du fourreau est positionné un bracelet qui permet de suspendre la dague au bras de son propriétaire.
116-Poignard Hausa - Peul ( Sahel)S. 116-Poignard Hausa - Peul ( Sahel)S.
Poignard du peuple Peul , nomades du Sahel qui évoluent entre la Mauritanie, Senegal, mali, Tchad et niger.
117-Gile Danakil (Ethiopie, Erythrée, Djibouti).Price on request 117-Gile Danakil (Ethiopie, Erythrée, Djibouti).Price on request
Les Afars forment un peuple d'Afrique de l?est d'environ 1 660 000 personnes vivant pour 1 075 000 d'entre eux en Éthiopie, 445 000 en Érythrée et 310 000 à Djibouti. Leur nombre est estimé à 3 millions et demi de personnes. Ils sont majoritairement de confession islamique sunnite et parlent une langue couchitique la langue Afar, appelées également Danakil les Afars seraient apparus dans la Corne de l'Afrique mille à deux mille ans avant J.-C. Descendants de Cham, fils de Noé , ces pasteurs guerriers, comme beaucoup de peuples africains, font pourtant remonter leur origine à leur conversion à l'islam, au VIIIe siècle. Leur couteau est composé d?une large lame de fer a double tranchant coudée a pointe effilée. Une gouttière, une nervure centrale ou même une bande de métal noirci , orne l?axe médian de la lame. Le manche de bois est en forme de cylindre étranglé formant une garde élargie peu débordante et comporte souvent un pommeau en ellipse .Cette monture peut être décorée de fils de cuivres, de plaque d?argent et comporte un cone de bronze surmontant le pommeau de bois. Le fourreau de même forme que la lame, est recouvert de peau entouré d?une fine sangle de même matière.
122-Couteau de jet Nzakara (R.C.A. - R.D.Congo - Soudan).Sold 122-Couteau de jet Nzakara (R.C.A. - R.D.Congo - Soudan).Sold
Les Nzakara sont un peuple d'Afrique centrale, estimé à environ 66 000 personnes. Ils occupent un territoire réparti entre la République centrafricaine, la République démocratique du Congo aux abords des rivières Uélé et Bomu. Bien qu'apparentés par leur langue aux Zandés, ces peuples occupaient au XVIIIe siècle des royaumes différents.
Ce couteau de jet forgé en fer leur est attribué, de forme proche des couteaux Kipinga Zandé, ils ont la plupart du temps une poignée de corde tressée. Composé d?un axe principal sur lequel sont greffées trois lames, la première au niveau du talon est forte et possède un petit ergot à sa naissance. Les deux autres lames fortes et coupantes se situent a l?autre extrémité de l?axe centrale, l?une est un croissant perpendiculaire, l?autre est un croissant décalé, mais parallèle a l?axe central qui se termine par un ergot longitudinal séparant ces deux lames en croissant.
123-Poignard Toussian (burkina faso - côte d'ivoire) S. 123-Poignard Toussian (burkina faso - côte d'ivoire) S.
Les Toussians et les Turka vivent dans le sud ouest du Burkina Faso. Les Gouin et les Lobi vivent aussi bien là qu?au Nord-Est de la Côte d?Ivoire. S?il est certain que de telles 2pées sont en usage chez les Toussian, les Turka et les Gouin, l?on sait aussi que des spécimens ont été collectés aussi chez les Lobi.
Cette étrange et très rare arme que l?on aurait tendance à classer dans les couteaux de jet, a une poignée saillante ; aussi ne saurait elle être considérée comme un couteau de jet, et ce d?autant que celui ci n?est pas attesté chez les peuples dont il est question ici. L?arme est creuse à l?arrière et a été forgée en une pièce. De forme longiligne, elle est fortement coudée par deux fois en son milieu. Elle est nommée ?Sanégué?, c?est à dire « fer en forme de serpent.
124-ÉPÉE  SANÉGUÉ (burkina faso)S. 124-ÉPÉE SANÉGUÉ (burkina faso)S.
Les Toussians et les Turka vivent dans le sud ouest du Burkina Faso. Les Gouin et les Lobi vivent aussi bien là qu?au Nord-Est de la Côte d?Ivoire. S?il est certain que de telles 2pées sont en usage chez les Toussian, les Turka et les Gouin, l?on sait aussi que des spécimens ont été collectés aussi chez les Lobi.
Cette étrange et très rare arme que l?on aurait tendance à classer dans les couteaux de jet, a une poignée saillante ; aussi ne saurait elle être considérée comme un couteau de jet, et ce d?autant que celui ci n?est pas attesté chez les peuples dont il est question ici. L?arme est creuse à l?arrière et a été forgée en une pièce. De forme longiligne, elle est fortement coudée par deux fois en son milieu. Elle est nommée ?Sanégué?, c?est à dire « fer en forme de serpent.
127-Faucille Dadiya (Nigeria) S. 127-Faucille Dadiya (Nigeria) S.
Les ethnie Dadiya et Tula évoluent dans le nord est du Nigéria autour des villes de Bauchi, Taraba, Adamawa, Bambam et Dadiya. Les Tula, évoluent du côté de Gombe a l?est de Billiri. Il leur est attribué une faucille faite entièrement de fer en forme de ?S?. Le pommeau est biconique et la fusée circulaire composée d?un enroulement de bandelettes de fer. De la poignée jusqu'à la pointe de la lame, une tige de fer de section carrée forme l?ossature en ?S? de cette faucille et un ergot en demi cercle, marque le premier virage de ce ?S?. La lame en forme de bec de Calao est soudée sur la partie supérieure de l?ossature. Toutes les parties de cette pièce sont richement gravée de motifs géométriques.
128-Couteau de jet Sara (Tchad). 128-Couteau de jet Sara (Tchad).
Ce type de couteaux de jet est attribué aux tribus Laka, Sara, Ngambaye et Bargimi vivant au sud du Tchad, en République Centre Africaine, au nord du Nigeria et du Cameroun. Comme la plupart des couteaux de jet, il est fait d?une pièce de fer en forme de crosse. Le haut de cette crosse compose la lame qui est plate décorée de gravures sur l?arrière et présente un ou plusieurs ergots tranchants eux aussi, plus ou moins long permettant un meilleur aérodynamisme lors de sa propulsion. Sur la base de la crosse, de la peau ou des tressages de corde composent la poignée, une poignée de bois casserait en cas de choc lors des jets.
130-Couteau de jet -faucille Gbaya  (R.C.A. - Cameroun) S. 130-Couteau de jet -faucille Gbaya (R.C.A. - Cameroun) S.
Le mot Gbaya dans son étymologie fait l?objet de plusieurs interprétations .De même leur provenance est sujette à de nombreuses controverses. Les premiers mouvements migratoires du peuple Gbaya daterait du temps du règne du pharaon Râ en Egypte. Cependant toutes les tendances reconnaissent que les gbaya font partie d?un grand groupe de langues se composant aussi des Mandja et des Mgbaka , et s?étendant du Cameroun central jusqu?au nord de la République démocratique du Congo en passant par la Centrafrique .On les classe dans la branche du sous groupe Adamaoua oriental de la famille Niger Congo, qui comprend aussi les Zandé et les Sango. Aujourd?hui les Gbaya occupent plus de 190.000 km2 sur une région faiblement peuplée de la savane centrale du Cameroun et de la République Centrafricaine. Leurs couteaux de jet ou couteau faucille sont particuliers et de formes variées.
Les poignées sont faites de tresses de cuir ou de matières végétales et exceptionnellement de bois. La première partie de la lame est plus ou moins droite et longue, formée de deux parties de fer forgées superposées et souvent décoré d?enroulement de fil de cuivre et laiton.. La seconde partie de la lame est délimitée par une pointe latérale terminant par un ergot perforé. Les parties supérieures peuvent être courbe, en angle ou en forme de cognée de hache et sont systématiquement décorées de lignes accompagnant la forme de la lame.
131-IKUL (R.D.Congo)jpg S. 131-IKUL (R.D.Congo)jpg S.
Ce couteau, appelé Ikul (abréviation de Ikulbapyaang), est originaire du Royaume Kuba célèbre dans la Province Kasaï de la République démocratique du Congo.
Dans des temps historiques, tous les hommes adultes Kuba portaient l'ikul. Comme dans beaucoup d'autres cultures, l'épée était un symbole de masculinité adulte. Les Kuba sont remarquables pour leurs connaissances dans l'art de forger et le forgeron de la communauté est considéré comme un homme important. Forger est pour eux un art royal. Les lames étaient faites de fer, de bois où de cuivre jaune ou rouge décorées de motifs géométriques incluant des bordures gravées de lignes parallèles .Le manche est fait de bois richement décoré de tissage, de perles , de clous ou d?ivoire. Le fourreau est fait de fibre, de cuir , de perles et de coquilles de Cauri.
Il y a plusieurs sortes d'ikul , ceux qui portent un pommeau conique , qui ont été conçus et créés par le Roi Shyaam Ambul Angoong au début du 17ème siècle et qui sont exclusivement portés par les Kuba du clan de Bushoong le considérant comme un symbole de règne paisible et ceux de forme plus conventionnelle porté par les hommes des autres clans Kuba, qui ont un pommeau incisé avec un design entrecroisé de tissage vu sur les tapis de raphia Kuba.. Qu'une arme doive servir de symbole de paix peut sembler déconcertant, mais cela reflète exactement le fait que la paix peut être souvent garantie par un gouvernement possédant la force militaire efficace. .
132-Couteau Faucille Gbaya-Bumali ( Cameroun-Gabon) Price on request 132-Couteau Faucille Gbaya-Bumali ( Cameroun-Gabon) Price on request
Ces couteaux apparenté a des couteaux de jet, sont très rependus au sud du Cameroun et au Gabon, chez les Gbaya, qui en étaient les principaux producteurs, ainsi que les Pomo, les Kouele, les Njem et les Bumali. On en trouvait aussi chez les Kaka, les Maka, les Yangere et les Manza. Fabriqué en fer, la lame est marquée de nervures, et sa forme peut rappeler une tête d?oiseau. la poignée est en bois.
135-Arbalette Fang et Beti (Gabon- Cameroun) S. 135-Arbalette Fang et Beti (Gabon- Cameroun) S.
Les Betis sont un groupe ethnique présent au Cameroun, comprenant entre autres les Étons, les Ewondos et les Manguissas. Les Bulu, Fangs et Ntumu ne sont pas des Beti, mais des Pahouins.
L?arbalète constituait avec la lance la principale arme des Fang et des Beti ; et sa fabrication à première vue simple, banale, demandait pourtant la maîtrise, la patience et la finesse.
Ainsi, l?arbalète est constituée d?un bois central long de près d?un mètre et demi (1,50 m), traversé à la perpendiculaire par un autre bois en forme de demi-arc, dont les deux extrémités sont reliées par une cordelette légèrement tendue (voir photo). Ainsi considérée à première vue, le Mban est une arme simple, pourtant tous ces éléments sont choisis avec rigueur et travaillés avec minutie.Le bois central est travaillé dans l?arbre appelé « Mvoma ». Il est taillé de manière que le haut qui doit porter l?arc soit un peu plus volumineux que la partie arrière.Vers le haut, un trou est percé à travers lequel l?on va passer le bois en arc pour le fixer. Une entaille latérale est faite dans ce bois central à 40 centimètres du trou qui tient l?arc, et au-dessus de ce bois. Vers le bas, le bois central est fendu jusqu?au niveau de l?entaille que nous venons de signaler plus haut.Cette entaille sert au chasseur le temps qu?il vise de tirer sur la cordelette et de l?y fixer. Le tireur bloque la corde dans cette entaille à l?aide de son pousse. Ainsi bloquée, la cordelette va expulser la fléchette posée sur une autre entaille plus fine faite le long du bois central à partir de l?entaille latérale. La cordelette tirée à son maximum, en reprenant sa forme initiale est capable de propulser la fléchette à une distance d?une trentaine à une quarantaine de mètres à une très grande vitesse.La fente faite sur l?arrière du bois central sert quant à elle de sûreté. Car le temps de viser, le tireur y intercale ses doigts qu?il va retirer au moment de lâcher la cordelette qui ira propulser la fléchette. Ainsi, il apparaît que chaque touche faite sur les éléments constitutifs d?une arbalète a un rôle précis à jouer. La même perfection utilisée pour le bois central est utile pour les autres éléments. Ainsi donc, l?arc est taillé spécifiquement dans le bois de l?arbre « zo?o », ou alors dans l?arbre « ébam ». Quant à l?arc, il est appelé « Endziè ». Nous pouvons donc dire que fabriquer une arbalète obéissait à la maîtrise des arbres sinon le résultat n?était pas celui escompté.La cordelette utilisée comme gâchette est faite à base d?une fibre de l?arbre « échuèmè » lorsqu?il est encore tout jeune. Elle est travaillée dans la fibre pendant un certain temps. C?est ce travail qui lui confère la qualité de résister à la pression lorsqu?elle est tirée, sans se rompre. Cette cordelette est appelée « mboua » ou « mbua ».L?arme examinée, nous nous intéressons aux fléchettes et autres éléments qui entrent dans l?utilisation d?une arbalète. Ainsi, le carquois appelé « Koula mban » sert pour le transport des fléchettes. Il est fait à base de peau d?animal dont la préférence est donnée aux grands animaux dont la peau est dure et par conséquent résiste plus aux assauts du temps et surtout aux intempéries.Les fléchettes sont taillées dans le raphia, avec cependant une préférence pour le raphia appelé « Andzim ». Ses fléchettes, très résistantes sont les meilleurs projectiles.Et pour couronner tout cet assemblage, le tireur va préparer le poison dont il enduira les fléchettes, il s?agissait pour cela de mélanger en un seul ensemble tous les produits capables d?ôter la vie le plus vite possible. Et tous les témoignages recueillis accordent la première place au poison préparé à base des éléments de la grenouille « mvoñ »
141-Poignard Rotsé (Zambie) S. 141-Poignard Rotsé (Zambie) S.
Le peuple Rotse ou Lozi vit en Zambie appelée république de Zambie, est un pays de l?Afrique subtropicale, enclavé entre le Congo-Kinshasa au nord-ouest, la Tanzanie au nord-est, le Malawi à l?est, le Mozambique au sud-ouest, le Zimbabwe, le Botswana et la bande de Caprivi appartenant à la Namibie, au sud, et l?Angola à l?ouest. Le pays couvre une superficie de 752 614 km² (la France: 547 030 km²) et sa capitale est Lusaka. Il leur est attribué un poignard à monture de bois à la fusée cylindrique s?élargissant légèrement en cône au niveau du pommeau; la garde est de forme demi ovale s?ouvrant sur le talon de la lame de fer triangulaire, présentant des gravures sur son axe médian. Le fourreau de bois est étroit à sont embouchure, s?élargit avant de s?étrangler en son milieu et repart en forme évasée jusqu?à son extrémité, il présente une ouverture en son centre qui permet de voir les gravures de la lames. Le pommeau comme le fourreau sont gravés de formes géométriques.
142-Tranchet Ngbandi (R.D.Congo)Price on Request 142-Tranchet Ngbandi (R.D.Congo)Price on Request
Tranchet attribué aux populations vivant au nord-ouest de la RD Congo telles que les Yakoma, Sango,Ngbandi, Poto,Ngombe, Doko et Mbudja. Cette arme a un manche cylindrique légèrement élargi au niveau du pommeau. La fusée de bois est généralement recouverte de bandelettes de cuivre ou de laiton. Parfois tout le manche est façonné dans de l?ivoire. La lame est forgée dans du fer, et par exception en cuivre ou laiton. Le talon de l?arme est rétréci et les tranchants sont divergents. La pointe forme un angle obtus. La lame porte des décorations sous forme d?incisions, d?incrustations ou de perforations elliptiques au niveau du talon. Une nervure axiale s?étend du talon à la pointe, où elle s?épanouie dans une composition plus complexe de courbes rehaussées de perforations.
143- Couteau Tchokwé (Angola) . S. 143- Couteau Tchokwé (Angola) . S.
Les Tchokwés (ou Tschokwe ou Chokwe) sont un peuple d'Afrique centrale et australe, surtout présent en République démocratique du Congo et en Angola, et à un moindre degré en Zambie. Quelques milliers vivent aussi en Namibie. Il leur est attribué des couteaux dont la lame de fer est souvent excentrée par rapport au manche de bois souvent sculpté de volumes géométriques, la garde est la plupart du temps tronconique, la fusée cylindrique présentant souvent un percement laissant apparaître la soie et le pommeau biconique. Le fourreau possède une forme caractéristique avec un dos droit, un bord courbe et un petit ergot angulaire distal. Il est souvent décoré de nombreux motifs géométriques et de clous de tapissier. Ce couteau n?est pas sans rappeler certains tout petits couteaux Kota, Fang Kele, Nzabi et Mbede vivant au Gabon.
144-Couteau Tchokwé (Angola).S. 144-Couteau Tchokwé (Angola).S.
Les Tchokwés (ou Tschokwe ou Chokwe) sont un peuple d'Afrique centrale et australe, surtout présent en République démocratique du Congo et en Angola, et à un moindre degré en Zambie. Quelques milliers vivent aussi en Namibie. Il leur est attribué des couteaux dont la lame de fer est souvent excentrée par rapport au manche de bois souvent sculpté de volumes géométriques, la garde est la plupart du temps tronconique, la fusée cylindrique présentant souvent un percement laissant apparaître la soie et le pommeau biconique. Le fourreau possède une forme caractéristique avec un dos droit, un bord courbe et un petit ergot angulaire distal. Il est souvent décoré de nombreux motifs géométriques et de clous de tapissier. Ce couteau n?est pas sans rappeler certains tout petits couteaux Kota, Fang Kele, Nzabi et Mbede vivant au Gabon.
148-Rare Couteau Hemba (R.D.congo)S. 148-Rare Couteau Hemba (R.D.congo)S.
Le peuple Hemba vit au sud-est de la République Démocratique du Congo, sur les territoires de Kongolo et Nyunzu dans le district de Tanganyika, situé entre l'ouest du fleuve Zaïre et l'est du lac Tanganyka.
Il s'agit d'une petite région autour de la rivière Luika qui constitue une séparation naturelle entre les Hemba du Nord et ceux du Sud.
Voisins des Luba, ils ont été longtemps en conflit avec ces derniers. Il leur est attribué un petit couteau (circoncision?). Sa monture de bois cylindrique ou rectangulaire est finement travaillée. La lame de fer à double tranchant finement martelée est très acérée et observe un angle à 45° a partir du talon. Elle présente un ergo pointu du coté sortant de l?angle. Le fourreau est fait de deux parties de bois assemblées par des lamelles de fer.
149-Tranchet  Kuba Ndengese (R.D.Congo)S. 149-Tranchet Kuba Ndengese (R.D.Congo)S.
150-Tranchet Yakoma (Congo- Soudan)S. 150-Tranchet Yakoma (Congo- Soudan)S.
Les Ngbandi ou Sango, sont un groupe ethnique d'origine soudanaise se situant principalement en République centrafricaine (RCA) et en République démocratique du Congo (ex. Zaïre). La langue de ce peuple est le ngbandi ou le Sango. On les retrouve aussi mais en petit nombre dans le sud-est du Cameroun, au Congo-Brazzaville et au sud-ouest du Soudan. Ils sont habituellement appelés Sango en Centrafrique lorsqu'il parle le sango et Yakoma lorsqu'il parle le ngbandi (forme dialectale) ou le yakoma dans ce pays.
On peut supposer que les Ngbandi travaillaient le fer en Haute-Égypte parce que là où ils vivent maintenant depuis plus de trois cent ans, ils travaillaient encore le fer avant la colonisation, avec lequel ils faisaient des dagues faites de divers métaux, qui attestent de leur savoir-faire dans la dorure, l'argenture et le bronze. Les dagues, tranchets et glaives fabriqués par leur soins on en commun une monture de bois tronconique a pommeau évasé recouvert de bandelettes de cuivre. Les lames de fer , fortes sont décorées de diverses gravures et percée parfois de petit trous et les talons plus épais sont percés d?un orifice elliptique. Les lames de tranchets sont trapézoïdales et les lames des dagues sont de forme lancéolées.
154-Poignard Mahdiste (Soudan) S. 154-Poignard Mahdiste (Soudan) S.
Les populations arabes du Soudan dans la région de Khartoum, Omdurman, fordofan voire au Darfour ont fabriqué notamment vers la fin du 19 ème siècle, durant la période de rébellion Mahdiste, de nombreuses armes dont des couteaux a lame de fer courbe effilée. Ces lames étaient parfois décorées d?inscriptions gravées a l?acide évoquant l?écriture arabe ou des textes islamiques dits ?Tuluth ?. La monture de ces armes peut être recouverte de cuir de reptile ou de saurien, façonnée dans de l?ivoire ou dans un bois noir genre ébène.Le manche a une toute petite garde peu débordante et un pommeau en triangle ou arrondi. Le fourreau épousant la forme de la lame, est souvent fabriqué en peau de reptile, crocodile et peut être rehaussé de tressage métalliques voire de perles de verre multicolores et de coquillages (cauris).Il existe des fourreaux pour deux ou trois couteaux.
155-Rare Poignard Lugbara (Ouganda-R.D.Congo) S. 155-Rare Poignard Lugbara (Ouganda-R.D.Congo) S.
Les Lugbara sont un groupe ethnique qui vit principalement dans la région d'Ouganda du Nil occidental et dans un secteur contigu à la République démocratique du Congo avec la majorité de leur population vivant sur le côté du Congolais de la frontière. Ils parlent la langue de Lugbara, langue centrale Sudanic semblable à la langue parlée par les Madi, avec qui ils partagent également beaucoup de similitudes culturelles.Un des plus célèbre Lugbara reste le président angolais IDI AMIN DADA. Il leur est attribué une dague bien particulière (ainsi qu?a leur voisins Logo) dont la monture est faite de bois, tronconique ou cylindrique, légèrement sculpté s?élargissant pour former la garde. La lame de fer est de forme lancéolée terminant par une pointe très fine et très longue comme un ?dart?.
156-Poignard  Mfinu-Kota-Kele (Gabon-R.D.Congo) S. 156-Poignard Mfinu-Kota-Kele (Gabon-R.D.Congo) S.
Ce poignard est présent dans les ethnies diverses du centre de la cuvette du Congo que ce soit à l?ouest de la R.D.Congo (ethnies Saka, Kele, Kundu, associées au groupe culturel Mongo et plus au sud Mfinu), à l?est du Congo les Mboshi, et au centre est du Gabon les Kota Nabi et Mbete.La grande aire de répartition qu?occupe ce type d?arme est peut être due à la simplicité de sa morphologie, composée d?une monture variable à base de cilyndre simple, aux flancs convexes ou crénelés. Le pommeau s?il existe peut adopter une forme conique courte ou cilyndrique reposant sur une lentille biconique. Bien qu?elle soit sculpté dans le bois, la monture joue sur un aspect métallique marqué obtenu par l?enroulement de bandelettes de cuivre ou de laiton plate ou en relief. La lame de fer finement martelée a une silhouette lancéolée régulière marquée par une nervure axiale
157-Haladie Soudanais (Soudan).S 157-Haladie Soudanais (Soudan).S
Le Haladie soudanais est une "revisite" du Haladie indo persan. Il fut fabriqué pendant la rébellion Mahdiste à la fin du 19 ème siècle. Il est composé de deux lames opposées fixées de part et d?autre d'un manche centrale en forme de rectangle à bord concaves. La matière utilisée pour la fabrication de ce manche est le plus souvent l?os, mais on en trouve en laiton, ou en ivoire. La lame de fer est courbe, a double tranchants et la plupart du temps décorée de gravures a l?acide représentant des caractères Arabe simples ou de "Tuluth" évoquant les versets du Coran Les fourreaux sont le plus souvent fait de bois recouverts de peau de reptile
(Serpent, crocodiles etc?). Certains exemples ont la poignée et les fourreaux recouverts de perles.
160-Bilao et sa ceinture ( Somalie).S 160-Bilao et sa ceinture ( Somalie).S
Le billao (en somalien : billaawe), est une dague ou petite épée avec une poignée typiquement faite en corne de buffle, bien que d'autres types de cornes soient aussi utilisés (rhinocéros) ainsi que l?os et l?ivoire en fonction de la richesse du propriétaire. .Le pommeau se termine souvent par de trois dents de bronze, de zinc ou d'argent. La dent du milieu est la plus proéminente. La lame à double tranchant est en forme de feuille, asymétrique , elle est faite de fer ou d'acier dure , le fourreau est fait de la peau de mouton et la dague est portée sur une ceinture autour de la taille. Il a servi dans la lutte de résistance des Derviches contre les pouvoirs impérialistes.
Sa longueur varie d?une trentaine de centimètre a plus de 50 cm.
Certains Bilao de la frontière Ethiopienne renommé Karra, subissent dans leurs formes les influences des tribus de proximité et l?on peu trouver des bilao, ayant la forme de ? belawa ? ( dague des tribu Affar , Danakil et Issa) .
161-Bague de combat Turkana ( Soudan -Kenya).jpg 161-Bague de combat Turkana ( Soudan -Kenya).jpg
Les ethnies Acholi, Schuli, Turkana (Kenya,Ouganda, région du Karamojong), Toposa, Nuba , Shiluk (sud soudan) vivant dans un environnement de savane herbeuse et désertique, sont associés à des couteaux très particuliers portés à la manière de bagues ou de bracelets. Il s?agit de crochets et couteaux à lame en croissant ou en disque ou de large bec doté d?une poignée recourbée en anneau pour le passage du doigt
162-Menelik Shotel  (Ethiopie) .jpg S. 162-Menelik Shotel (Ethiopie) .jpg S.
Le Shotel Est un sabre de forme courbe venant d'Abyssinie (Anciennement l'Éthiopie) . L'Éthiopie fait partie de la Corne de l'Afrique (Afrique de l'est). L'Éthiopie est un des pays les plus vieux sur la planète qui a plus de 79.2 millions de personnes avec Addis Abeba comme la capitale.
La courbe de la lame Shotel arrive a faire un demi cercle. La lame est pointue , plate aussi avec une section transversale en forme de diamant. La lame a une longueur totale de 1 Mètre et la poignée est faite de corne de rhinocéros et parfois de bois. Son fourreau est fait de cuir et porté près du corp. Le Shotel a été employé par les troupes montées ainsi que par l'infanterie qui l' utilisait pour accrocher leurs ennemis en contournant leurs boucliers aussi bien que d'autres armes défensives que leurs ennemis utilisaient. Cette arme a été utilisée faire tomber un soldat ennemi de son cheval.Cet exemplaire est une arme destinée a un notable de très haut niveau, Prince, ministre , peut être roi. Il est certainement de fabrication Allemande,Les écritures gravées sont en "Ge'ez"langue Copte et disent Dieu aide l'Ethiopie.Les visages gravés sont ceux de MenelikII, de l'imperatrice Zewuditu et de Lij Eyasu. Pièce unique et extrènement rare.
167-Glaive Poto (R.D.Congo).S. 167-Glaive Poto (R.D.Congo).S.
Glaive associé au groupe culturel Ngombe-Doko-Ngbandi et en particulier les ethnie Ngala, poto, ngombe vivant dans la forêt tropicale humide du nord-ouest de la RD Congo, il se caractérise par une monture à large pommeau ovoïde composé d?entrelacs de fibres végétales et parfois recouvert de fourrure ( ce, pour les pommeaux que la nature et le temps ont conservé). La fusée cylindrique est recouverte de pièces de laiton, tandis que la garde trapézoïdale non débordante ne laisse apparaître qu?un savant tressage de fils métalliques. Ici aussi, l?esthétique de l?arme associe formes amples à des matériaux sombres organiques et les formes fines à des matériaux minéraux lumineux. La lame de fer est pourvue d?un talon ovale perforé de part et d?autre de son axe central de deux ouvertures en arc de cercle. ; elle est en forme d?ogive aux tranchants légèrement concaves pourvus d?un petit élargissement médian. La pointe est large et arrondie. Une série de lignes courbes et d?arcs concentriques faisant écho aux tranchants d écorent la lame, notamment à droite de l?axe central.
168-Glaive Luba (R.D.Congo) S. 168-Glaive Luba (R.D.Congo) S.
Les populations du groupe culturel Songye-Luba en particulier les ethnies Luba, Wongo,Ngeende,Binji,Luba-Kasaï, et Luntu ainsi que quelquespopulations voisines telles que les Kusu, Nkutshu, et Kuba, vivant au sud-est de la R.D.Congo , dans un environnement de savane tropicale et préforestière, utilisent un très beau glaive. Cette arme a une monture de bois à pommeau discoïde et fusée cylindrique étranglée a la base, puis s?élargissant en une garde arrondie légèrement débordante. Le bois est couvert d?une patine sombre et parfois décoré de fil de cuivre ou de laiton. La lame de fer a un fin talon rectangulaire puis s?épanouit en une forme ogivale caractérisée par un fort renflement distal. La surface du métal est martelée uniformément et présente de fines nervures soulignant à la fois l?axe médian de l?arme et son renflement distal. Les fourreaux sont fait de deux parties de bois assemblés par des bibres végétales ou du cuir
169-Glaive Boa manche Ivoire (R.D.Congo)S. 169-Glaive Boa manche Ivoire (R.D.Congo)S.
Les Boa et les Zande ou Azande sont des peuples frontaliers entre le Soudan, la République Centrafricaine et la République Démocratique du Congo. Leurs Couteaux sont distinctifs, ils ont souvent une petite poignée de bois en forme de ?I? et les lames ont des parties segmentées alternées le design linéaire. Leurs lames ont souvent un ou plusieurs trous dans leur plus large partie. Ces épées servent aussi de monnaie comme dans beaucoup de pays du continent africain.
174-Couteau de jet Nzakara (R.C.A. - R.D.Congo-Soudan).S 174-Couteau de jet Nzakara (R.C.A. - R.D.Congo-Soudan).S
Les Nzakara sont un peuple d'Afrique centrale, estimé à environ 66 000 personnes. Ils occupent un territoire réparti entre la République centrafricaine, la République démocratique du Congo aux abords des rivières Uélé et Bomu. Bien qu'apparentés par leur langue aux Zandés, ces peuples occupaient au XVIIIe siècle des royaumes différents.
Ce couteau de jet forgé en fer leur est attribué, de forme proche des couteaux Kipinga Zandé, ils ont la plupart du temps une poignée de corde tressée. Composé d?un axe principal sur lequel sont greffées trois lames, la première au niveau du talon est forte et possède un petit ergot à sa naissance. Les deux autres lames fortes et coupantes se situent a l?autre extrémité de l?axe centrale, l?une est un croissant perpendiculaire, l?autre est un croissant décalé, mais parallèle a l?axe central qui se termine par un ergot longitudinal séparant ces deux lames en croissant.
175-petit couteau de circoncision konda (r.d.congo) S. 175-petit couteau de circoncision konda (r.d.congo) S.
Les Konda qui sont une des ethnies des populations du groupe Mongo au même titre que les Lia, Mpama, Kutu et leurs voisins Teke vivent dans la forêt tropicale du centre de la cuvette du Congo. Ils sont connus pour leurs couperets, leurs tranchets et leurs glaives de cérémonie, plus rarement on peut trouver chez eux de tout petits couteaux à la monture cylindrique élargie à la garde et au pommeau trapézoïdal, recouverte de bandelettes de laiton ou de cuivre. La courte lame de fer est de forme lancéolée et présente une arrête longitudinale asymétrique due au forgeage de deux pièces de fer superposées pour composer cette lame.
176-couteau d'execution lia (r.d.congo)S. 176-couteau d'execution lia (r.d.congo)S.
Ces sabres compliqués et dramatiques a tranchant simple ont été utilisés par les tribus Ngombe, Doko, Nzombo, Lobala, et Lia comme sabres de cérémonie et de parade sur une large région de ce qui est maintenant la république Congo, autrefois le Zaïre. Utilisé par les chefs et les élites sociales ils indiquent le grade et le rang sociale. Des femmes ont été vues portant des épées semblables pendant les cérémonies. Bien qu'essentiellement connu récemment pour leurs côtés cérémoniels, ils ont été à l'origine utilisés dans les exécutions cérémonielles d'esclaves. 'Un explorateur' belge a fourni une description d'une exécution dont il était témoin en 1883 dans lequel une épée de ce type a été utilisée de manière particulièrement efficace. La lame gravée de dessins géométriques traditionnels est en en fer forgée à long talon axial et pointe en large crochet , le dos est animé de décrochements et parfois de petites excroissances en ergot. La fusée est emballée de lamelles de cuivre et la poignée formée de plusieurs éléments biconiques est faite de bois parfois orné de clous. Les lia ont leur poignée formée de disques de bois superposés en pyramide. Les formes de lames ( des ergots en plus ou en moins ) diffèrent en fonction de leur propriétaire et de l'endroit ou ils sont fabriqués.
177-Glaive Mongo Konda ( R.D.Congo)S. 177-Glaive Mongo Konda ( R.D.Congo)S.
Les populations Konda du groupe culturel Mongo situé au centre de la cuvette du Congo près des lac Tumba et Maï-Ndombe produise ce glaive. Cette arme a une monture en simple fusée cylindrique aux parois concaves sculptée dans du bois et recouverte de bandelettes de cuivre. La lame de profil général triangulaire possède un talon rétréci aux bords convexes, des tranchants pourvus d?un rétrécissement médian et une pointe fine élargie en spatule dans le même style que certains couperets Konda. La lame est énergiquement martelée et fait apparaître plusieurs nervures encadrant l?axe central médian et soulignant les tranchants de l?arme. Il n?est pas connu de types de fourreaux.
178-Sceptre hache Bana et Kapsiki ( Cameroun)Price on Request 178-Sceptre hache Bana et Kapsiki ( Cameroun)Price on Request
Les Kapsiki vivent dans les monts Mandara, au Nord-Cameroun dans Un univers lunaire composé de savane abritant des dykes volcaniques dans une région isolée et totalement à l?abri de la civilisation. C?est un haut plateau où se dressent d?immenses pics de lave volcanique à plus de 1000 mètres d?altitude. Ils sont un des groupes ethnique qui compose le peuple Kirdi que l?on retrouve aussi au Nigéria et Tchad. Les Kapsiki du Nord Cameroun et le groupement Higi du Nigeria ont souvent été considérés comme une seule et même ethnie. Lors de cérémonie ils utilisent une sorte de hache de fer ou de bronze, forgée ou coulée d?une pièce, reconnaissable au pic présent a l?arrière de la cognée (presque dans le style Bontoc des Philippines). Les modèles de bronze peuvent être très décorés du fait qu?ils sont coulés a la cire perdue. Les modèles de fer sont beaucoup plus sobres et leur manche est recouvert d?un tressage de cuir.
180-Sabre de cérémonie Dengese (R.D.Congo)Price on Request 180-Sabre de cérémonie Dengese (R.D.Congo)Price on Request
Les Dengeses (ou Ndengeses) sont un peuple originaire de la R.D.Congo. Leur région est située dans le territoire de Dekese au Kasaï occidental. Les Dengeses sont issus de plusieurs migrations en provenance du nord, ils appartiennent au grand groupe Mongo. Longtemps rattachés à leur voisins Kuba, ils formaient autrefois un royaume regroupant plusieurs peuples: Le royaume Kuba, dans la région du Sankuru. Il leur est associé ainsi qu?aux Songo-Meno une arme faucille en bois appelée Itapi, quelques exemplaires étant en fer. Ces armes sont la marque de dignité des Ntotchi, une société secrète des Ndengese. Les motifs gravés sur l?extrémité élargie de la lame, sa forme, et sa poignée attestent de l?influence Mongo. Les Itapi de bois sont gravés sur les deux faces à l?identique. Faites d?une pièce de bois, la monture a un pommeau pyramidal, une fusée tronconique s?élargissant vers le bourrelet qui sert de garde. La lame s?élargie en partant d?un talon fin et termine par un angle a 90°.
181-Poignard Monnaie Ikul Kuba ( R.D.Congo)Price on Request 181-Poignard Monnaie Ikul Kuba ( R.D.Congo)Price on Request
IKUL
Tribus KUBA - R.D. CONGO

Ce couteau, appelé Ikul (abréviation de Ikulbapyaang), est originaire du Royaume Kuba célèbre dans la Province Kasaï de la République démocratique du Congo.
Dans des temps historiques, tous les hommes adultes Kuba portaient l'ikul. Comme dans beaucoup d'autres cultures, l'épée était un symbole de masculinité adulte. Les Kuba sont remarquables pour leurs connaissances dans l'art de forger et le forgeron de la communauté est considéré comme un homme important. Forger est pour eux un art royal. Les lames étaient faites de fer, de cuivre jaune ou rouge décorées de motifs géométriques incluant des bordures gravées de lignes parallèles .Le manche est fait de bois richement décoré de tissage, de perles , de clous ou d?ivoire. Le fourreau est fait de fibre, de cuir , de perles et de coquilles de Cauri.
Il y a plusieurs sortes d'ikul , ceux qui portent un pommeau conique , qui ont été conçus et créés par le Roi Shyaam Ambul Angoong au début du 17ème siècle et qui sont exclusivement portés par les Kuba du clan de Bushoong le considérant comme un symbole de règne paisible et ceux de forme plus conventionnelle porté par les hommes des autres clans Kuba, qui ont un pommeau incisé avec un design entrecroisé de tissage vu sur les tapis de raphia Kuba.. Qu'une arme doive servir de symbole de paix peut sembler déconcertant, mais cela reflète exactement le fait que la paix peut être souvent garantie par un gouvernement possédant la force militaire efficace. .
182-Poignard Ngandu(R.D.Congo).Price on request 182-Poignard Ngandu(R.D.Congo).Price on request
Au centre de la R.D.Congo vivent les ethnies Ngandu,, certains pensent qu?ils sont descendants de l?ancêtre Ngandu qui était forgeron, d?autres émettent l?hypothèse que leur nom vient de l?habitude qu?ils ont d?extraire de l?huile de palme par pression, sans cuisson.
Ce procédé s?appelle ngandu, mais il est possible que ce nom ngandu vient justement du fait que ce sont les Ngandu qui extraient de l?huile par ce procédé.
Enfin, certains pensent que BaNgandu veut seulement dire ?gens de terre? (BaNtu ya mokili) par opposition aux riverains (BaNtu ya mai). Il leur est associé ainsi qu?aux Saka un type de poignard particulier similaire aux poignards Mba, Lokele, Mbole, Topoke, Leka et So que l?on trouvent plus a l?est. Les seules différences que l?on trouve entre ces deux types de poignards sont, le pommeau Ngandu a son contrepoids de forme arrondie terminant par deux pointes latérales, ainsi que ses ergot près du talon, plus accentuées.
183-Petit couteau Bomboma (Baloi) (R.D.Congo)S. 183-Petit couteau Bomboma (Baloi) (R.D.Congo)S.
Les Bomboma vivent de part et d'autre de l'Ubangi, dans le bassin de la haute Ngiri. Le Secteur Bomboma est situé dans la province de l'Equateur plus particulièrement au Sud de la rivière Ubangi. Il partage ses frontières avec quatres villages voisins, Dongo au Nord-Est, Kungu au Nord, Akula à l'Ouest, et Bokala au Sud. Un de leurs outils est un petit couteau à forte lame de fer plate et large, au talon resserré et à l?extrémité spatulaire. La monture de bois est cylindrique étranglée en son milieu et le pommeau est légèrement tronconique. Des bandelettes de laiton ou de cuivre peuvent recouvrir cette monture. Il n?y a pas de garde. Ce couteau est considéré par certain comme une monnaie, mais la qualité de sa fabrication le destine plus certainement a un usage quotidien.
184-Glaive Ngala ( R.D.Congo)Price on request 184-Glaive Ngala ( R.D.Congo)Price on request
Dans la région nord de la cuvette du Congo, au nord-ouest de la République Démocratique du Congo mais aussi à l?extrême nord est du Congo, vivent les ethnie Lobala, Ngiri, Ngbaka et Ngala. Ces derniers utilisent un glaive à large lame dont la forme est parfois ogivale au talon droit avec les flancs concaves dans la première moitié, ou peut être aussi de forme ovale a talon rétréci. Un axe médian polis contraste avec les flancs martelé et noirci. La monture de cette arme est cylindrique étranglée en son milieu recouverte de bandelettes de cuivre ou de laiton voir de fer. avec un pommeau tronconique.
185-Glaive Luba (R.D.Congo)S. 185-Glaive Luba (R.D.Congo)S.
Les populations du groupe culturel Songye-Luba en particulier les ethnies Luba, Wongo,Ngeende,Binji,Luba-Kasaï, et Luntu ainsi que quelquespopulations voisines telles que les Kusu, Nkutshu, et Kuba, vivant au sud-est de la R.D.Congo , dans un environnement de savane tropicale et préforestière, utilisent un très beau glaive. Cette arme a une monture de bois à pommeau discoïde et fusée cylindrique étranglée a la base, puis s?élargissant en une garde arrondie légèrement débordante. Le bois est couvert d?une patine sombre et parfois décoré de fil de cuivre ou de laiton. La lame de fer a un fin talon rectangulaire puis s?épanouit en une forme ogivale caractérisée par un fort renflement distal. La surface du métal est martelée uniformément et présente de fines nervures soulignant à la fois l?axe médian de l?arme et son renflement distal. Les fourreaux sont fait de deux parties de bois assemblés par des bibres végétales ou du cuir.
186-Glaive de cérémonie Konda (R.D.Congo)Price on Request 186-Glaive de cérémonie Konda (R.D.Congo)Price on Request
Ce "couteau" est fait de fer forgé et la poignée est faite de bois et insérée dans la base en fer. Ces couteaux sont typiques des tribus Konda et d'autres sous-groupes Mongo dans la République démocratique du Congo. Les couteaux de "culte" des Konda, Kunda et Saka sont exagérés et remodelés dans des designs purement ornementaux avec des "lame" presque ridicules..." Le fer est martelé dans de la tôle mince. La poignée de bois est sculptée avec élégance et simplicité. Les couteaux tels que cela sont utilisés dans des danses ou comme devise dans des transactions ancestrales.
187-Glaive Boa (R.D.Congo)Price on request 187-Glaive Boa (R.D.Congo)Price on request
Les Boa et les Zande ou Azande sont des peuples frontaliers entre le Soudan, la République Centrafricaine et la République Démocratique du Congo. Leurs Couteaux sont distinctifs, ils ont souvent une petite poignée de bois en forme de ?I? et les lames ont des parties segmentées alternées le design linéaire. Leurs lames ont souvent un ou plusieurs trous dans leur plus large partie. Ces épées servent aussi de monnaie comme dans beaucoup de pays du continent africain.
188-Glaive Tchokwé  (Angola- Zambie)S. 188-Glaive Tchokwé (Angola- Zambie)S.
190-Glaive Ngombe (R.D.Congo) S. 190-Glaive Ngombe (R.D.Congo) S.
Glaive associé au groupe culturel Ngombe-Doko-Ngbandi, vivant dans la forêt tropicale humide du nord-ouest de la RD Congo, il se caractérise par une monture au pommeau tronconique. La fusée cylindrique est recouverte de bandelettes de fer, il n'y a pas de garde. La lame de fer est pourvue d?un talon triangulaire qui peut être perforé en son axe central ; ouvert au niveau de la monture et se refermant pour donner naissance à la lame elle aussi triangulaire pouvant être pourvue de six ergots symétriques latéraux. La pointe est fine ou triangulaire a l'image du reste de l'arme. Une gouttière est présente sur l?axe central.
189-Couteau faucille Benge(R.D.Congo). 189-Couteau faucille Benge(R.D.Congo).
Les Benge sont l'un des groupes les plus importants de l'ethnie Boa. Venus de l'actuelle Région de l'Equateur (sources de la rivière Likati), il y a environ trois siècles, les Benge se sont établis autour de Likati et sur l'axe Likati-Bondo au nord de la R.D.Congo.
Les Benge se reconnaissent comme bantous. Cependant, certaines particu- larités linguistiques les rapprochent des soudanais, ce qui pourrait vraisemblablement s'expliquer par les relations ?parfois orageuses? qu'ils ont entretenues et entretiennent encore avec leurs voisins Zande.
Cette arme faucille a une lame forgée en fer, en forme de croissant de lune à rayon court. L?intérieur du croissant est aiguisé et l?extérieur de la pointe arrondie également. Le manche est le plus souvent en bois cerclé de cuivre, laiton ou fil de fer. Ces couteaux sont essentiellement utilisés pour le combat. Ce couteau faucille attribué à l?ethnie Benge est ressemblant a certains couteaux faucille de leurs cousins Boa .
192-Glaive Fang ( Gabon). S. 192-Glaive Fang ( Gabon). S.
Les ethnies Fang et Kota, vivant dans un environnement de forêt tropicale humide, sur le cours moyen de la rivière Ogooué et dans la région du mont Tembo au nord, au centre et au nord du Gabon et en Guinée équatoriale,, sont associés à un type de glaive caractéristique. La monture de cette arme se compose d?une simple fusée en cylindre étranglé séparé d?une garde cruciforme par un petit rétrécissement biconique. La garde faiblement débordante a une forme originale, puisqu?elle se prolonge de part et d?autre de le lame par deux languettes de bois. Des éléments de cuivre ou de laiton peuvent de manière sporadique, décorer le manche de l?arme. La lame de fer adopte une silhouette générale d?ogive aux bords légèrement concaves, aménageant un faible élargissement distal. Le talon de la lame légèrement rétréci peut avoir des bords convexes. La transition entre la monture et le talon est souvent entièrement recouverte de fils dorés ou cuivrés et la base de la lame est maquée par deux ergots latéraux pointus. En dehors d?une nervure axiale plus ou moins soulignée, peu de décors ornent la lame. On note toutefois la présence d?une bande de motifs gravés a la base de la lame. Il existe deux formes de fourreaux, l?un avec une chape en arc de cercle, surmonté d?une boucle fixée sur les bords, une forme rectangulaire terminant par deux pointes latérales. L?autre de forme rectangulaire présente un étranglement a sa base. Ces fourreaux sont recouverts de cuir cousu, le plus souvent de reptile. Cette arme est connue sous le nom de ?Fa?.
193-Glaive Mongo-Konda (R.D.Congo) S. 193-Glaive Mongo-Konda (R.D.Congo) S.
Ce type de poignard est associé aux populations Kundu, Konda, Ntombe, Kote qui font partie du groupe culturel Mongo vivant dans la forêt tropicale du centre de la cuvette du Congo au nord ouest de la République Démocratique du Congo dans les provinces Equateur et Bandundu. Cette arme est caractérisée par une monture à pommeau proéminent composé d?une base tronconique large supportant, soit un disque parfois surmonté d?une section de cylindre de diamètre plus fin, soit un cylindre de même diamètre aux parois concaves. La monture est entièrement sculpté dans du bois et peut être agrémentée de bandelettes de laiton, cuivre, parfois même de plomb, qui recouvrent la fusée tandis que des clous de tapissier peuvent apparaître sur le pommeau. La lame de fer est de forme lancéolé et pourvue d?un talon rétréci convexe. La partie centrale de la lame est gravée d?un ogive délimitant une zone de décors formant une composition imbriquée à partir de motifs linéaires a base de lignes concentriques curvilignes, parallèles rectilignes ou brisées. Une ligne gravée souligne souvent l?axe médian de la lame sur toute sa longueur. De forme globale rectangulaire aux bords plus ou moins incurvés, le fourreau a une chape élargie et un léger renflement médian suivi d?un rétrécissement dans la partie distale du fourreau. C?est a ce niveau que se situe la différence entre deux formes de fourreaux, puisque certains ont une bouterolle à bord convergent, tandis que d?autres fourreaux développent un élargissement distal. En dessous de la chape un passant de bois permet de fixer une lanière de suspension de l?arme. Le fourreau entièrement composé de bois, peut être partiellement recouvert de bandelettes et de plaques métalliques de cuivre et de laiton et de clous de tapissier. Cette arme est parfois désignée sous le terme ?Libaka?
194-Dague Touareg S. 194-Dague Touareg S.
Les familles de forgerons Touareg nigériens vivent dans la région d?Agadez au nord du Niger depuis la nuit des temps du peuple touareg. Dans l?organisation sociale touareg les forgerons appartiennent à ce qui s?apparente à une caste, hommes maitres du feu, qui depuis toujours travaillent notamment les métaux: armes, objets usuels et surtout bijoux en argent, ce qui leur a toujours conféré une place à part dans cette société.Ils en constituent la deuxième principale composante avec les nobles et jouent le rôle d?intermédiaires entre ces nobles et les autres groupes de la société touareg.Leur savoir-faire ancestral perdure et se transmet dans la sphère familiale de génération en génération, par un apprentissage dès le plus jeune âge, par immersion dans la forge familiale. Les dagues fabriquées présentent différent aspect en fonction de l?époque et de l?endroit de fabrication, mais on retrouvera souvent un travail d?orfèvre sur chaque pièces . Les ciselures des lames sont très fines et précises, le mélange de métaux est présent sur différents desing de dague qu?elles soient droites ou courbes. On y retrouve l?acier, le cuivre et l?argent et parfois l?or.Les poignée sont également très travaillées, qu?elles soient en forme de croix ou de demi lune, le laiton , l?argent , l?ébène et l?ivoire y sont présent ainsi que sur les fourreau en cuir.
195-Dague et monnaie Kirdi - Mumuye (Cameroun- Nigeria) Price on request. 195-Dague et monnaie Kirdi - Mumuye (Cameroun- Nigeria) Price on request.
Les Kirdis sont un ensemble d'ethnies du nord du Cameroun.

Kirdi est un nom issue de la déformation locale du nom « Kurdes » qui désigne de façon péjorative les païens par opposition aux fidèles de l'Islam. Dans les montagnes du Cameroun depuis la région de Garoua jusqu'à Mora on trouve une grande variété d'ethnies non-musulmanes qui depuis 60 ans se convertissent en ordre dispersé à l'Islam ou au catholicisme des missionnaires. Une bonne partie de ces ethnies compte à peine 10 000 habitants. Les plus nombreux, quelques dizaines de milliers. Chaque ethnie parle sa propre langue. Quelques noms: Mofu, Dowayo, Mafa, Kapsiki, Fali, Mada, Moundang, Podokwo, Toupouri, Mouktele, Ouldémé, Giziga et Mumuyé. Les Mumuye vivent au Nord est du Nigeria entre les villes de Jalingo et de Zinna, dans une région comprise entre la boucle de la Benoué et la frontière camerounaise où les premières traces d'activité humaine datent de 39 000 ans.
Estimés à 400 000 individus, ce sont des cultivateurs de sorgho, de millet et d'ignames. Ils se divisent en 7 sous groupes aux coutumes et croyances distinctes : les Pugu, un groupe sans dénomination au nord de leur région, les Yoro, les Rang, les Zinna, les Yakoko, les Gola. Il leur est associé cette dague, faite d?une pièce de fer avec un pommeau composé de deux tiges de fer enroulées côte à côte. La fusée est une tige de fer et la lame est droite , symétrique a double tranchant. Cette dague servait éventuellement de monnaie d?échange comme beaucoup d?armes africaines.
196-Couteau de danse Chamba et Bata ( Nigeria-Cameroun) S. 196-Couteau de danse Chamba et Bata ( Nigeria-Cameroun) S.
Les Chambas sont un peuple d'Afrique centrale et occidentale, surtout présent au Nigeria et dans le nord-ouest du Cameroun, dans la région du Grassland.
Les Chambas parlent le Samba Daka et sont parfois désignés par d'autres ethnonymes tels que : Chamba-Dakas, Dakas, Samas, Sambas, Tchambas, Tsambas, Jamas, Nakanyares ou Dengs. Ils sont apparentés aux Chamba-Lekos qui parlent une autre langue, le Samba Leko. Il leur est attribué un couteau dit ?de danse ? composé d?un manche de bois de type manche de hache, percé en sont extrémité pour laisser le logement de la soie de la lame. Cette lame de fer est en forme de point d?interrogation ???, avec une arrête centrale. Son extrémité se termine par une pointe de flèche reliée à la lame par un filin de fer. Toute la partie lame, filin et tête de flèche est forgée d?une seule pièce.
197-Bilao ( Somalie).S. 197-Bilao ( Somalie).S.
Le billao (en somalien : billaawe), est une dague ou petite épée avec une poignée typiquement faite en corne de buffle, bien que d'autres types de cornes soient aussi utilisés (rhinocéros) ainsi que l?os et l?ivoire en fonction de la richesse du propriétaire. .Le pommeau se termine souvent par de trois dents de bronze, de zinc ou d'argent. La dent du milieu est la plus proéminente. La lame à double tranchant est en forme de feuille, asymétrique , elle est faite de fer ou d'acier dure , le fourreau est fait de la peau de mouton et la dague est portée sur une ceinture autour de la taille. Il a servi dans la lutte de résistance des Derviches contre les pouvoirs impérialistes.
Sa longueur varie d?une trentaine de centimètre a plus de 50 cm.
Certains Bilao de la frontière Ethiopienne renommé Karra, subissent dans leurs formes les influences des tribus de proximité et l?on peu trouver des bilao, ayant la forme de ? belawa ? ( dague des tribu Affar , Danakil et Issa) .
198-Bena Lulua (R.D.Congo) Price on request 198-Bena Lulua (R.D.Congo) Price on request
Les Lulua qu'on appelle aussi Bena Lulua ont émigré de l'Afrique de l'Ouest au 18ème siècle et occupent maintenant un territoire vaste de la Province du Kasaï, à la limite sud de la forêt de Dekese, la rivière Kasaï en marque exactement la frontière Ouest. Le pays est traversé par un affluent du Kasaï dont les Européens ont emprunté le nom pour désigner la tribu, car vers 1880, au début de l'exploration, on parlait de Bena moyo et surtout de Bashilange. Les Bena Lulua vivent dans de petites chefferies régionales et en temps de crise élisent un chef commun. Le rôle du chef du village doit assurer la cohésion juridique, politique et sociale. A la fin du 19ème siècle, la culture de Lulua a subi des changements radicaux, en 1875, le roi Lulua, Kalambam, introduit de nouveaux règlements sociaux et religieux, qui ont mis fin a la consommation de vin de palme traditionnel et au tabagisme du chanvre. Il leur est attribué un court glaive à la monture de bois, doté d?une fusée légèrement tronconique pourvue de deux bourrelets en son centre.La garde est de la largeur de la lame et légèrement débordante. La lourde lamle de fer est de forme ogivale avec un talon élargi et des flancs concaves dans la première moitié. Des décorations de martelage pointillé peuvent être présente le long de l?arrête axiale.
199-cicawa ga'anda (Nigeria)S. 199-cicawa ga'anda (Nigeria)S.
CICAWA GA'ANDA
NIGERIA


Ce couteau de jet (sceptre) appelé "cicawa" est attribué à un petit groupe ethnique appelé Ga'anda vivant dans la région de Abuja, au nord de la rivière Benue, leur langage est aussi parlé par les Dadiya, les Chadic ou les Adamawa Ce "cicawa" n'est jamais utilisé comme arme, mais est porté par les gardiens de l'initié à la fin de l'initiation des jeunes garçons.
Il est fait de fer, forgé en forme de crosse pastorale, avec un élargissement terminant en crochet fermé à la base du manche. La partie arrondie de cette crosse se termine par une partie plate et tranchante comme une petite hache. La partie courbe est surmontée de piques qui peuvent êtres pointus ou avoir l?extrémité des pointes recourbées, ces parements faisant penser a une crête. Des décorations géométriques sont gravées sur un côté de cette crosse.
200-Takouba (Niger).S. 200-Takouba (Niger).S.
Les Targui sont l'un des groupes de tribus Berbères nomadisant de part et d'autre du tropique du Cancer entre l'Atlantique et la Mer Rouge. Leur territoire couvre le sud-ouest de l'Algérie, le sud-est de la Lybie et le nord du Mali et du Niger. Leur influence s'étend aux confins de ce territoire sur les grands marchés du Sud comme Agadès ou de l'Est comme Ghat. Leur principale activité est l'élevage auquel s'ajoute, pour certaines tribus, l'extraction du sel. Mais, leur réputation est avant tout celle de guerriers redoutés qui ont pratiqué jusqu'au début du XX° les rezzou et péages.
Leur armement comprenait une épée droite à deux tranchants et garde simple (Takouba, Takooba, Takuba), un poignard de bras (Telek), un bouclier en peau d'antilope et une lance d'environ 2 mètres (Allarh). Beaucoup plus rarement, un sabre à légère courbure (Alguinjar).
La Takouba appartient à un groupe d'armes typiquement africaines, tout comme la Kaskara de la partie ouest du Soudan, sans écarter de possibles influences hispaniques par les Almoravides du XI° (Nicolaisen 1997) ou arabes (Spring 1993).
La lame provient ,soit d'importation européenne du début du XVI° au début du XIX° soit d'origines diverses et pour certaines, de très haute qualité, soit de production locale par les forgerons soudanais (ineden). Ceux-ci formaient une caste avec son propre langage (ténet) .Ces forgerons copiaient en tous points les modèles d'importation. Mais, leurs techniques de forge étant simples, ils ne travaillaient que le fer battu avec une très légère trempe pour les tranchants. La surface de la lame restait assez brute, tachetée et comme piquée en raison d'une finition rudimentaire. Le résultat donnait néanmoins une lame de qualité très satisfaisante, facile à réparer sur un feu de campement.
C'est une lame large et droite à deux tranchants et d'une longueur comprise entre 74 et 84 cm. Sa forme va en s'amincissant de la garde à la pointe ordinairement arrondie. Les tranchants, surtout vers la pointe, sont souvent rendus irréguliers par les affutages successifs laissant des stries grossières sur 0,5 à 1 cm. Les 20 à 30 cm. sous la garde sont en principe sans tranchant.
Habituellement, les lames de production locale ont trois gorges étroites partant de la garde: une centrale courant jusqu'à la pointe, encadrée par deux plus courtes. Parfois, on trouve jusqu'à cinq gorges étroites et courtes ou une seule gorge large et courte (largeur du quart ou tiers de la lame). Quant aux lames d'importation ou provenant de rezzou, elles pouvaient avoir des gorges différentes en fonction des forges.
La poignée se compose d'une garde simple, d'une poignée formée d'une feuille de métal enroulée et d'un pommeau. La soie passe dans la poignée où elle est calée (soit par 2 plaques de bois dur, soit par 2 feuilles de métal enroulées) et est rivetée au pommeau.
- Le type du Sud avec une garde large et un pommeau épais de forme ronde ou ovoïde.
-Le type du Centre a un pommeau formé de 2 pyramides inversées en fer dont la supérieure est garnie de bandes alternées de cuivre jaune et rouge.
Le fourreau est souple, il est formé de plusieurs couches de cuir renforcées par des nerfs. Le cuir de surface (en dromadaire ou en chèvre) est teinté en brun-rouge et est repoussé de motifs géométriques traditionnels. Il est parfois agrémenté de plaques d'argent ou de cuivre elles aussi décorées. Enfin, 2 anneaux de bélière permettent son port (à l'horizontale) à la ceinture.
203-Dague Oromo et Amaro (Ethiopie)  S. 203-Dague Oromo et Amaro (Ethiopie) S.
POIGNARD OROMO (GALLA) et AMARO
ETHIOPIE

Le peuple Oromo ou Galla, habite le sud-ouest et le sud de l'Éthiopie, entre Addis-Abeba et la région nord du Kenya. Les Oromo, dont la population compte au moins 23 millions d'individus, sont appelés Galla par leurs voisins et adversaires au cours de l'histoire, un nom qui serait issu de l'Arabe ? ghaliz ? signifiant «brutal, sauvage» et que les nationalistes du Front de libération Oromo considèrent comme péjoratif et discriminatoire. Ce peuple a un long passé de conflits (pour l'obtention de terres) avec les Amhara, les Somalis et les Afars de la Corne de l'Afrique.. Le peuple Oromo compte plus de 200 tribus, dont l'important groupe guerrier des Tulama qui regroupe 35 tribus. Ces derniers pratiquent un système de castes et ont une longue tradition esclavagiste. Les Wallo représentent un autre groupe important, composé de 25 tribus. Au cours de l'histoire, les Oromo se comportent autant en adversaires qu'en partenaires des dynasties Éthiopiennes. Au XVIème siècle, des Oromo islamisés participent aux côtés de l'émir Gragne et du royaume d'Adal à l'invasion de l'Abyssinie. Au XVIIIème siècle, alors que le royaume de Gondar entame sa chute, des seigneurs Oromo dirigent l'Éthiopie sans pour autant renverser la dynastie défaillante. Opposés à la politique annexionniste de Ménélik II puis de Hailé Sélassié, les Oromo ont appuyé le régime révolutionnaire de Mengistu Hailé Mariam (1974-1991) qui était d'origine Oromo. Depuis l'arrivée au pouvoir de dirigeants originaires du Tigré, des Oromo sont entrés dans une opposition armée.
Les Amaro étaient une peuplade Ometo, population d'Éthiopie vivant au sud du lac Tana et parlant l'amharique, une langue d'origine sémitique. Ils furent conquis par les Amhara au XVIII ème siècle. C'est l'ethnie qui domine politiquement le pays, tout en étant numériquement faibles...Ils sont connus pour la qualité de leurs boucliers. Il est associé a ces peuples, une dague, dérivée des Jambiya Arabes, la monture est composée d?un pommeau de bronze en forme de cloche, recouvrant la partie supérieure de la fusée cylindrique faite de bois. La garde est aussi en bois légèrement débordante et séparée de la fusée. La lame est forgée de fer, elle est courbe, à double tranchant et très épaisse.
Une double gorge longitudinale est présente sur l?axe central et descend sur la moitié de la lame. Le fourreau est fait de cuir et termine par une bouterolle en forme de ressort de bronze.
205-Dague Dogon (Mali) S. 205-Dague Dogon (Mali) S.
Ces dagues sont attribuées au peuple Dogon vivant au Mali, en Afrique de l?ouest. Leur population totale au Mali est estimée à 700 000 personnes. Ils occupent la région, nommée Pays Dogon, qui va de la Falaise de Bandiagara au sud-ouest de la boucle du Niger. Quelques Dogons sont installés dans le nord du Burkina Faso, d'autres se sont installés en Côte d?Ivoire. Les Dogons sont avant tout des cultivateurs et des forgerons. Ils sont réputés pour leur Cosmogonie et leurs sculptures. La monture en bois de ces dagues est anthropomorphique représentant, une femme à genoux (qui n?est pas sans rappeler certains pommeaux Batak indonésiens) ou des cavaliers.
La lame de fer est à double tranchant et peut avoir une nervure axiale.
Le fourreau est fait de cuir décoré de bourrelets de cuir non sans rappeler les fourreaux ?hausa , Teda ect??, et termine par une multitude de franges comme les fourreaux de dague Mandingue.
Une autre version existe toute en bronze coulée a la cire perdue.
207-Bouclier Turkana (Kenya-Soudan-Ethiopie) S. 207-Bouclier Turkana (Kenya-Soudan-Ethiopie) S.
Les Turkana sont un peuple d'Afrique de l'Est surtout présent au nord-ouest du Kenya dans une région chaude et aride située à l'ouest du Lac Turkana, mais également en Éthiopie et à un moindre degré au Soudan.
Ce bouclier est attribué aux peuples, Turkana, Acholi, et d'autres peuples du Kenya, du Soudan et même de l'Ouganda. De tels boucliers sont remarquables par leur élégance et leur simplicité. Ils sont de forme rectangulaire étroite avec les côtés recourbés. Ils sont portés grâce à un bâton dépassant en haut et en bas, maintenu dans l?axe central par des lanières de cuir cousues à même la peau du bouclier. Ils ont été utilisés par les guerriers pour leur protection pendant la bataille. Dans certains cas, les plumes d'autruche étaient attachées au pôle pendant la bataille. La production de boucliers de cuir a décliné et ont été remplacés par des boucliers de bois ou de fer suite aux lois gouvernementales réglementant la chasse et interdisant les guerres entre tribus.
214-Glaive Ngandu Saka (R.D.Congo).S. 214-Glaive Ngandu Saka (R.D.Congo).S.
Au centre de la R.D.Congo vivent les ethnies Ngandu,, certains pensent qu?ils sont descendants de l?ancêtre Ngandu qui était forgeron, d?autres émettent l?hypothèse que leur nom vient de l?habitude qu?ils ont d?extraire de l?huile de palme par pression, sans cuisson.
Ce procédé s?appelle ngandu, mais il est possible que ce nom ngandu vient justement du fait que ce sont les Ngandu qui extraient de l?huile par ce procédé.
Enfin, certains pensent que BaNgandu veut seulement dire ?gens de terre? (BaNtu ya mokili) par opposition aux riverains (BaNtu ya mai). Il leur est associé ainsi qu?aux Saka un type de poignard particulier similaire aux poignards Mba, Lokele, Mbole, Topoke, Leka et So que l?on trouvent plus a l?est. Les seules différences que l?on trouve entre ces deux types de poignards sont, le pommeau Ngandu a son contrepoids de forme arrondie terminant par deux pointes latérales, ainsi que ses ergot près du talon, plus accentuées
215-Bouclier Arussi ( Ethiopie).S. 215-Bouclier Arussi ( Ethiopie).S.
Les Amaro étaient une peuplade Ometo, population d'Éthiopie vivant au sud du lac Tana et parlant l'amharique, une langue d'origine sémitique. Ils furent conquis par les Amhara au XVIII ème siècle. C'est l'ethnie qui domine politiquement le pays, tout en étant numériquement faibles...
Très connus pour leur boucliers, mais aussi pour tout l'art Copte.
Ce bouclier est sans doutes à attribuer à une ethnie proche des Amaro et moins connue, les Arussi. ils taillaient une peau d'hippopotame à la dimension voulue, puis la montait sur une forme convexe en bois, dans laquelle étaient enchâssées des pierres qui formaient les bosses. Elles étaient ensuite fixé par des pinces.
La peau était tendue, martelée, huilée, et battue régulièrement tout en séchant au soleil. Le bord se roulait de lui même vers l'intérieur.
Une large et solide sangle permettait au guerrier de l'enfiler jusqu'a l'épaule. Jusqu'à la fin du XIX°, le cuir très dur, les protégeait des balles en plombs des fusils ?gras?.
Après l?introduction des armes à feu a balles de cuivre ou d?acier, ils continuèrent à fabriquer ces boucliers.Ceux-ci n?avaient pas qu?une valeur défensive.
Pour récompenser le courage de leur meilleur guerrier, les gouverneurs de provinces leur offraient des boucliers ornés d'empiècements en argent.
Ces boucliers assuraient prestige et reconnaissance social
216-Glaive Ngombe (RD Congo)S. 216-Glaive Ngombe (RD Congo)S.
Glaive associé au groupe culturel Ngombe-Doko-Ngbandi et en particulier les ethnie Ngala, poto, ngombe vivant dans la forêt tropicale humide du nord-ouest de la RD Congo, il se caractérise par une monture au pommeau tronconique. La fusée cylindrique est recouverte de pièces de fer, il n'y a pas de garde. La lame de fer est pourvue d?un talon triangulaire perforé en son axe central ouvert au niveau de la monture et se refermant pour donner naissance a la lame elle aussi triangulaire et pourvue de six ergots symétriques latéraux. La pointe est fine et triangulaire a l'image du reste de l'arme. Une gouttière est présente sur l?axe central.
217-DAGUE VÉRÉ (CAMEROUN-NIGERIA) Price on request 217-DAGUE VÉRÉ (CAMEROUN-NIGERIA) Price on request
Les dagues des populations Véré vivant principalement sur le versant occidentale des monts Mandara à la frontière du Nigéria et du Cameroun sont particulièrement remarquables. La monture est entièrement en bronze moulé a la cire perdue. Le pommeau proéminent possède une forme parallélépipédique, prismatique en hémicycle ou en croisant et plus rarement en disque. De petites proéminences à caractère sphérique, tronconique ou conique ornent la partie supérieure du pommeau. La fusée est cylindrique et ornée de bourrelets superposés. La garde s?épanouit presque toujours en pavillon aux extrémités débordantes. La lame est en fer sans décors a talon droit et forme ogivale. Le fourreau est entièrement en bronze avec des forme qui peuvent varier de la simplicité a la complexité dans la réalisation des moulages.
219-Poignard Nkutchu (R.D.Congo) Price on request 219-Poignard Nkutchu (R.D.Congo) Price on request
A lest de la cuvette du Congo, dans la forêt et la savane tropicales qui occupent le centre et le sud est de la R.D.Congo dans la province du Kasaï oriental, les populations Nkutshu et Kusu sont associés à un poignard aux formes découpées et anguleuses. Cette arme possède une monture à large pommeau cylindrique reposant sur un disque. La fusée cylindrique de diamètre plus fin se termine par une garde en croissant légèrement débordante. Si l?ensemble du manche est sculpté dans le bois, sa patine fine aux reflets métalliques ne contraste pas avec le lourd pommeau composé d?un bloc de fer ou de bois recouvert de feuille de cuivre. La lame de fer paraît issue de la superposition de deux losanges. Le talon, rétréci au niveau de la garde, s?élargit fortement dans le premier tiers de la lame pour former deux ergots latéraux. Le deuxième tiers de la lame est marqué par deux enlèvement symétriques concaves qui aménagent la jonction avec la pointe en losange du poignard dans son dernier tiers. Une arrête médiane accentue le polissage des tranchants se situant de part et d?autre.
220-Poignard Ngbandi (R.D.Congo) S. 220-Poignard Ngbandi (R.D.Congo) S.
Les populations Ngbandi, Yakoma, Ngombe, Doko, vivant principalement dans les forêts tropicales au nord ouest de la république du Congo, possèdent un type de poignards de forme plus habituelle. Cette arme présente une monture en bois sculptée en forme de T ou de X pourvue d?un large pommeau plat ou légèrement convexe s?élargissant latéralement en deux pointes. La garde débordante est a l?image du pommeau. Des clous et des bandelettes de laiton ou de cuivre peuvent orner cette monture. La lame est en fer de forme triangulaire, à tranchants convergents rectilignes se joignant en une pointe effilée. Elle possède d?éventuelles fines gouttières axiales qui se présentent parfois par de larges gravures longitudinales. Elle peut comporter quelques perforation longitudinales et circulaires fines. Les fourreaux connus sont formés de deux alèses de bois recouvert de cuir.
221-Poignard Lokele (R.D.Congo)S. 221-Poignard Lokele (R.D.Congo)S.
Au centre de la république démocratique du Congo , on trouve un type de poignard et de courte épée , normalement à fort contrepoids métallique. Ces armes sont associées aux ethnies Lokele,Mbole,Topoke, Leka, So, Mba et plus à l?ouest aux ethnies Ngandu et saka vivant dans un environnement tropicale. Excepte dans la région des Saka ou la monture est semblable a leurs glaive traditionnels, la monture en général est remarquable et se caractérise par un lourd pommeau ?en noix?, en fer massif, qui rappelle fortement les contrepoids des épées médiévales européennes des 11e et 12e siècles. La fusée de bois recouverte de bandelettes de cuivre et de laiton adopte une forme de cylindre aux flancs concaves. Les reflets du métal sont atténués par une patine sombre remplissant les interstices entre les bandelettes. La lame de fer adopte différente formes : en losange, lancéolée ou carénée. Le talon, rétréci au niveau de la garde, s?élargit soit de manière rectiligne, soit en courbe convexe ou concave formant a la jonction avec la base de la lame, de petits ergots latéraux. Dans le cas des formes carénées, les tranchants ne convergent pas directement vers la pointe, mais adoptent un parcours parallèle souvent légèrement concave avant de converger franchement dans le dernier quart pour former une pointe effilée en dard. La lame est énergiquement martelée mais ses tranchants affinés contrastent avec ses flancs piquetés rugueux et ses nervures axiales.
222-Poignard Lobala (R.D.Congo) S. 222-Poignard Lobala (R.D.Congo) S.
Ce poignard est associé aux populations des forêts du nord ouest de la République démocratique du Congo, telles que les ethnies Lobala, Ngiri, Ngbaka éventuellement Leka que l?on peut rapprocher du groupe d?influence culturel Ngombe-Doko-Ngbandi. Il s?agit d?une arme à la monture composée d?un large pommeau en losange reposant sur une fusée aux bords concaves qui s?épanouit en une garde débordante, en trapèze aux bords effilés. Cette monture sculptée dans du bois peut être recouverte de bandelettes de cuivre ou de laiton. D?autres modèles existent avec un pommeau tronqué. La lame de fer est de forme ovale et peut présenter, de part et d?autre d?un axe médian triangulaire en léger relief, des piquetages sur les flancs contrastant avec le poli des tranchants. Très rarement, certains modèles ont l?extrémité de la lame recourbée. Le fourreau se caractérise par une large chape à ouverture plane se rétrécissant vers la panse aux borts parallèles finissant en une large extrémité distale.
Recouvert de cuir , le fourreau se renforce d?enroulements métalliques plus ou moins étendus.
On en trouve avec des tressages de fibres végétales, d?autres avec des clous de tapissier.
223-Poignard Dogon ( Mali).S. Coll. C. Privé 223-Poignard Dogon ( Mali).S. Coll. C. Privé
Ces dagues sont attribuées au peuple Dogon vivant au Mali, en Afrique de l?ouest. Leur population totale au Mali est estimée à 700 000 personnes. Ils occupent la région, nommée Pays Dogon, qui va de la Falaise de Bandiagara au sud-ouest de la boucle du Niger. Quelques Dogons sont installés dans le nord du Burkina Faso, d'autres se sont installés en Côte d?Ivoire. Les Dogons sont avant tout des cultivateurs et des forgerons. Ils sont réputés pour leur Cosmogonie et leurs sculptures. La monture en bois de ces dagues est anthropomorphique représentant, une femme à genoux (qui n?est pas sans rappeler certains pommeaux Batak indonésiens) ou des cavaliers.
La lame de fer est à double tranchant et peut avoir une nervure axiale.
Le fourreau est fait de cuir décoré de bourrelets de cuir non sans rappeler les fourreaux ?hausa , Teda ect??, et termine par une multitude de franges comme les fourreaux de dague Mandingue.
224-Glaive Ndengese (R.D.Congo)Price on request 224-Glaive Ndengese (R.D.Congo)Price on request
Les Dengeses (ou Ndengeses) sont un peuple originaire de la R.D.Congo. Leur région est située dans le territoire de Dekese au Kasaï occidental. Les Dengeses sont issus de plusieurs migrations en provenance du nord, ils appartiennent au grand groupe Mongo. Longtemps rattachés à leur voisins Kuba, ils formaient autrefois un royaume regroupant plusieurs peuples: Le royaume Kuba, dans la région du Sankuru. Leur glaive ou épée coute sont d?influence des peuples Mongo du sud comme les Lyembé, les Bokala, les Ooli, les Yaélima . Cette épée est portée sur la poitrine dans son fourreau. Pour sa description, elle est similaire aux glaives mongo exepté en ce qui concerne le pommeau, toujours discal mais plu petit que ces cousins. La forme lancéolée de la lame est a peut de chose prêt la même que les glaives mongo. Les fourreaux sont en bois très décoré de magnifiques gravures.
225-Glaive Kumu (R.D.Congo).Price on Request 225-Glaive Kumu (R.D.Congo).Price on Request
Les Kumu vivent principalement dans la Province du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo. Sa capitale est Goma. Elle jouxte la province Orientale au nord-ouest, le Maniema à l?ouest, et le Sud-Kivu au sud. À l?est, elle est limitée par l?Ouganda et le Rwanda. Une de leurs armes connues est un long glaive au pommeau tronconique en bois et a la fusée fine et conique. Cette monture n?a pas de garde, et on peut y trouver des enroulements de cuivre ou laiton. La lame de fer est de forme lancéolée, finement martelée et décorée de motifs géométriques sur son axe médian du talon a la pointe.
226-Couteau faucille Mbudja (R.D.Congo) S. 226-Couteau faucille Mbudja (R.D.Congo) S.
La lames en fer forgé est courbées et a double tranchant On trouve des modèles teintés de noir excepté sur les tranchants, le manche est fait de bois et très souvent est recouvert de bandelettes de laiton. On trouve ces couteaux faucilles dans la partie du Nord de la République démocratique du Congo parmi les populations Bangala d'habitude présentées comme des guerriers. Bangala est le nom générique donné aux peuples qui vivent dans la forêt la région Équatoriale dans la partie Nord du Congo. parmi eux le Benge,Poto, Ngombe, Zande, Mangbetu, Topoke, Ngbandi, Ngbaka, Budja etc.... . Ces gens devaient faire face aux guerres inter-éthniques et a la vie sauvage de la forêt. Pour ces raisons ils ont développé une large gamme d'armes pour se protéger et aussi pour la chasse. Dans les temps anciens, ils devaient se défendre aussi contre le pouvoir colonial. Ainsi, les couteaux comme cela ont servi dans des batailles et étaient aussi les objets de haut prestige, cette dernière fonction est la plus importante aujourd'hui.
227-Couteau faucille Bumali (Cameroun-Gabon) S. 227-Couteau faucille Bumali (Cameroun-Gabon) S.
Ces couteaux apparenté a des couteaux de jet, sont très rependus au sud du Cameroun et au Gabon, chez les Gbaya, qui en étaient les principaux producteurs, ainsi que les Pomo, les Kouele, les Njem et les Bumali. On en trouvait aussi chez les Kaka, les Maka, les Yangere et les Manza. Fabriqué en fer, la lame est marquée de nervures, et sa forme peut rappeler une tête d?oiseau. la poignée est en bois.
228-Couteau faucille Benge (R.D.Congo) 228-Couteau faucille Benge (R.D.Congo)
Les Benge sont l'un des groupes les plus importants de l'ethnie Boa. Venus de l'actuelle Région de l'Equateur (sources de la rivière Likati), il y a environ trois siècles, les Benge se sont établis autour de Likati et sur l'axe Likati-Bondo au nord de la R.D.Congo.
Les Benge se reconnaissent comme bantous. Cependant, certaines particu- larités linguistiques les rapprochent des soudanais, ce qui pourrait vraisemblablement s'expliquer par les relations ?parfois orageuses? qu'ils ont entretenues et entretiennent encore avec leurs voisins Zande.
Cette arme faucille a une lame forgée en fer, en forme de croissant de lune à rayon court. L?intérieur du croissant est aiguisé et l?extérieur de la pointe arrondie également. Le manche est le plus souvent en bois cerclé de cuivre, laiton ou fil de fer. Ces couteaux sont essentiellement utilisés pour le combat. Ce couteau faucille attribué à l?ethnie Benge est ressemblant a certains couteaux faucille de leurs cousins Boa .
231-Couteau de jet Laka-Sara (Tchad). Price on request 231-Couteau de jet Laka-Sara (Tchad). Price on request
Ce type de couteaux de jet est attribué aux tribus Laka, Sara, Ngambaye et Bargimi vivant au sud du Tchad, en République Centre Africaine, au nord du Nigeria et du Cameroun. Comme la plupart des couteaux de jet, il est fait d?une pièce de fer en forme de crosse. Le haut de cette crosse compose la lame qui est plate décorée de gravures sur l?arrière et présente un ou plusieurs ergots tranchants eux aussi, plus ou moins long permettant un meilleur aérodynamisme lors de sa propulsion. Sur la base de la crosse, de la peau ou des tressages de corde composent la poignée, une poignée de bois casserait en cas de choc lors des jets.
232-Couteau de jet Laka (Tchad) Price on request 232-Couteau de jet Laka (Tchad) Price on request
Ce type de couteaux de jet est attribué aux tribus Laka, Sara, Ngambaye et Bargimi vivant au sud du Tchad, en République Centre Africaine, au nord du Nigeria et du Cameroun. Comme la plupart des couteaux de jet, il est fait d?une pièce de fer en forme de crosse. Le haut de cette crosse compose la lame qui est plate décorée de gravures sur l?arrière et présente un ou plusieurs ergots tranchants eux aussi, plus ou moins long permettant un meilleur aérodynamisme lors de sa propulsion. Sur la base de la crosse, de la peau ou des tressages de corde composent la poignée, une poignée de bois casserait en cas de choc lors des jets.
233-Couperet Kete (R.D.Congo).Price on Request 233-Couperet Kete (R.D.Congo).Price on Request
Le peuple Kété occupe actuellement le territoire situé au sud des régions du Kasaï et de Bandundu en République Démocratique du Congo. .. les Kete au Kasaï et les Kunda au Katanga sont unanimement considérés comme une des couches les plus anciennes du peuplement. Les Kete, dont on retrouve des groupes de la région Kuba à celle des Lwalwa et des Kanyok, auraient été suivis au Kasai par les Lulua et les Kanyok, puis par les Bakwa Luntu du territoire de Dimbelenge, dont on retrouve aussi un groupe plus à l'ouest, et enfin par les Luba du Kasai. Tous provenaient d'un foyer de population extrêmement ancien implanté à la rencontre du plateau Samba (de Kamina) et de la dépression de l'Upemba (Kikondja), actuellement occupé par les Luba Katanga.
Un couperet est attribué a ces populations, sa monture de bois finement sculptée se compose d?un pommeau discoïde, une fusée en cylindre irrégulier et une garde arrondie non débordante. La lame de fer s?élargie en trapèze. Le talon est rétréci et protégé par deux petits ergots latéraux. Les tranchants divergents s?étendent jusqu'à une pointe tronquée biconcave pourvue de deux ergots médians pointus et d?un ergot axial proéminant. Plusieurs nervures axiales sont présentes et accentuent les tranchants et la pointe.
234-Bouclier Amhara (Ethiopie.) S. 234-Bouclier Amhara (Ethiopie.) S.
Les Amaro étaient une peuplade Ometo, population d'Éthiopie vivant au sud du lac Tana et parlant l'amharique, une langue d'origine sémitique. Ils furent conquis par les Amhara au XVIII ème siècle. C'est l'ethnie qui domine politiquement le pays, tout en étant numériquement faibles...
Très connus pour leur boucliers, mais aussi pour tout l'art Copte.
Les Amhara taillaient une peau d'hippopotame à la dimension voulue, puis la montait sur une forme convexe en bois. Elles étaient ensuite fixées par des pinces.
La peau était tendue, martelée, huilée, et battue régulièrement tout en séchant au soleil. Le bord se roulait de lui même vers l'intérieur.
Comme les boucliers Arussi, le cuir très dur, les protégeait des balles en plombs des fusils ?gras?.
Après l?introduction des armes à feu a balles de cuivre ou d?acier, ils continuèrent à fabriquer ces boucliers. Ceux-ci n?avaient pas qu?une valeur défensive.
Pour récompenser le courage de leur meilleur guerrier, les gouverneurs de provinces leur offraient des boucliers ornés d'empiècements en argent.
Ces boucliers assuraient prestige et reconnaissance sociale à leur propriétaire.
237-Glaive Yakoma (R.C.A.-R.D.C.).S. 237-Glaive Yakoma (R.C.A.-R.D.C.).S.
Les Ngbandi ou Sango, sont un groupe ethnique d'origine soudanaise se situant principalement en République centrafricaine (RCA) et en République démocratique du Congo (ex. Zaïre). La langue de ce peuple est le ngbandi ou le Sango. On les retrouve aussi mais en petit nombre dans le sud-est du Cameroun, au Congo-Brazzaville et au sud-ouest du Soudan. Ils sont habituellement appelés Sango en Centrafrique lorsqu'il parle le sango et Yakoma lorsqu'il parle le ngbandi (forme dialectale) ou le yakoma dans ce pays.
On peut supposer que les Ngbandi travaillaient le fer en Haute-Égypte parce que là où ils vivent maintenant depuis plus de trois cent ans, ils travaillaient encore le fer avant la colonisation, avec lequel ils faisaient des dagues faites de divers métaux, qui attestent de leur savoir-faire dans la dorure, l'argenture et le bronze. Les dagues, tranchets et glaives fabriqués par leur soins on en commun une monture de bois tronconique a pommeau évasé recouvert de bandelettes de cuivre. Les lames de fer , fortes sont décorées de diverses gravures et percée parfois de petit trous et les talons plus épais sont percés d?un orifice elliptique. Les lames de tranchets sont trapézoïdales et parfois courbes et les lames des dagues sont de forme lancéolées.
238-Glaive Ngombe (R.D.C.) Price on Request 238-Glaive Ngombe (R.D.C.) Price on Request
Glaive associé au groupe culturel Ngombe-Doko-Ngbandi et en particulier les ethnie Ngala, poto, ngombe vivant dans la forêt tropicale humide du nord-ouest de la RD Congo, il se caractérise par une monture au pommeau tronconique. La fusée cylindrique est recouverte de pièces de fer, il n'y a pas de garde. La lame de fer est pourvue d?un talon triangulaire perforé en son axe central ouvert au niveau de la monture et se refermant pour donner naissance a la lame elle aussi triangulaire . La pointe est fine. Une gouttière est présente sur l?axe central.
239-Épée Shi ( R.D.C.- Rwanda- Burundi) S. 239-Épée Shi ( R.D.C.- Rwanda- Burundi) S.
L'ethnie Shi vivant dans un environnement de forêt tropicale à l?est de la république démocratique du Congo, au sud ouest du lac Kivu, utilisent une épée dont la monture en bois a une forme tronconique chapeautée par un pommeau biconique. Des enroulements de fils de cuivre et de laiton recouvrent le plus souvent le manche. La lame forme une longue et fine barre aux tranchants parallèles et à la pointe effilée. Une longue nervure médiane parcourt toute la lame. Le fourreau qui reprend la forme fine et allongée de la lame se compose d?alèses de bois maintenues par de nombreux et réguliers enroulements de fils de laiton et de cuivre. Sous la chape se trouve un passant de bois qui permet la suspension de l?arme. L?extrémité du fourreau est ornée d?une bouterolle biconique.
240-Épée Hutu -Tutsi- Shi (Rwanda- burundi) S. 240-Épée Hutu -Tutsi- Shi (Rwanda- burundi) S.
242-Dague Monnaie Dadiya -Tula ( Nigéria). S. 242-Dague Monnaie Dadiya -Tula ( Nigéria). S.
Les ethnie Dadiya et Tula évoluent dans le nord est du Nigéria autour des villes de Bauchi, Taraba, Adamawa, Bambam et Dadiya. Les Tula, évoluent du côté de Gombe a l?est de Billiri. Il leur est attribué une dague toute en fer typique, servant la plupart du temps de monnaie d?échange. La monture de cette dague est fine et légèrement conique, le pommeau est composé de petites flèches de fer au milieu d?un arc dont la partie centrale donne naissance à la fusée composée d?une bandelette de fer enroulée autour de la soie. La garde est formée d?arc similaire au pommeau. La lame de fer est de forme lancéolée
244-Couteau Mangbetu (R.D.C.) Price on request 244-Couteau Mangbetu (R.D.C.) Price on request
C'est un couteau a double tranchant typique du peuple Mangbetu dont les arts sont connus et admirés par les européens depuis les années dernières du dix-neuvième siècle où ils ont découvert les palais du roi et la qualité de l'art Mangbetu. Les Mangbetu sont une petite ethnie d'environ 40 000 personnes vivant dans les contrées du Nord de République démocratique du Congo. Ils ont été gouvernés par un roi dont les parents ont exercé les fonctions de chefs locaux. Peut-être c'est une raison pourquoi leurs arts sont si homogènes et avec un tel haut niveau d'esthétique. Ce couteau est composé d'une poignée de bois ( on en trouve aussi en ivoire très décoré) avec un pommeau cylindrique souvent décoré de clous de tapissier en sur épaisseur par rapport a la fusée de bois elle même décorée de bandelettes de laiton ou de cuivre. La lame en fer percée deux trous vers le talon et décoré d'une nervure centrale laissant deux gorges de chaque côté ente cette nervure et les tranchants . Ce type de couteau a été appelé Trombasc et utilisé dans les guerres inter-ethniques. Ils ont été aussi utilisés par leurs voisins Azande (ou Zande).
245-Couteau LESE (R.D.C.)  S. 245-Couteau LESE (R.D.C.) S.
Les agriculteurs Lese vivant principalement sur la rive gauche du Fleuve de Nepoko et ses affluents du sud, l'Uala, Afande, le Mambo et les fleuves Ngaue. et les chasseurs-cueilleurs Efe (pygmées) de la forêt de l'Ituri au nord-est de la R/D.Congo vivent en tant que groupes ethniques distincts au sein d'une même société et non comme deux sociétés distinctes. Les Lese et les Efe sont liés par des échanges économiques stables, produits de l'agriculture contre produits de la chasse et de la cueillette. Les Lese associent les Efe au genre féminin et conçoivent leurs relations avec eux sur le mode des relations homme-femme, inclusion ou exclusion du clan d'origine. Les Lese se divisent en plusieurs groupes ( Masa, Karo, Maro etc?) décentralises de leur lieu de vie original. Il leur est attribué ce couteau court a lame de fer courbe a double tranchant. La monture tronconique s?élargie vers le talon de la lame, le pommeau se compose d?un cône de bronze surplombant un disque biconique de bois.
246-Couteau de jet de parade Sara-Laka Etc....(Tchad) S. 246-Couteau de jet de parade Sara-Laka Etc....(Tchad) S.
Ce type de couteaux de jet est attribué aux tribus Laka, Sara, Ngambaye et Bargimi vivant au sud du Tchad, en République Centre Africaine, au nord du Nigeria et du Cameroun. Comme la plupart des couteaux de jet, il est fait d?une pièce de fer en forme de crosse. Le haut de cette crosse compose la lame qui est plate décorée de gravures sur l?arrière et présente un ou plusieurs ergots tranchants eux aussi, plus ou moins long permettant un meilleur aérodynamisme lors de sa propulsion. Sur la base de la crosse, de la peau ou des tressages de corde composent la poignée, une poignée de bois casserait en cas de choc lors des jets.
247-Couteau de jet Sara -Laka ect....(Tchad) Price on request 247-Couteau de jet Sara -Laka ect....(Tchad) Price on request
Ce type de couteaux de jet est attribué aux tribus Laka, Sara, Ngambaye et Bargimi vivant au sud du Tchad, en République Centre Africaine, au nord du Nigeria et du Cameroun. Comme la plupart des couteaux de jet, il est fait d?une pièce de fer en forme de crosse. Le haut de cette crosse compose la lame qui est plate décorée de gravures sur l?arrière et présente un ou plusieurs ergots tranchants eux aussi, plus ou moins long permettant un meilleur aérodynamisme lors de sa propulsion. Sur la base de la crosse, de la peau ou des tressages de corde composent la poignée, une poignée de bois casserait en cas de choc lors des jets.
248-Couteau de jet Laka-Sara, Ngambaye, Bargimi etc...(Tchad).Price on request 248-Couteau de jet Laka-Sara, Ngambaye, Bargimi etc...(Tchad).Price on request
Ce type de couteaux de jet est attribué aux tribus Laka, Sara, Ngambaye et Bargimi vivant au sud du Tchad, en République Centre Africaine, au nord du Nigeria et du Cameroun. Comme la plupart des couteaux de jet, il est fait d?une pièce de fer en forme de crosse. Le haut de cette crosse compose la lame qui est plate décorée de gravures sur l?arrière et présente un ou plusieurs ergots tranchants eux aussi, plus ou moins long permettant un meilleur aérodynamisme lors de sa propulsion. Sur la base de la crosse, de la peau ou des tressages de corde composent la poignée, une poignée de bois casserait en cas de choc lors des jets.
249-Couteau de jet Laka- Sara etc....(Tchad) Price on request 249-Couteau de jet Laka- Sara etc....(Tchad) Price on request
Ce type de couteaux de jet est attribué aux tribus Laka, Sara, Ngambaye et Bargimi vivant au sud du Tchad, en République Centre Africaine, au nord du Nigeria et du Cameroun. Comme la plupart des couteaux de jet, il est fait d?une pièce de fer en forme de crosse. Le haut de cette crosse compose la lame qui est plate décorée de gravures sur l?arrière et présente un ou plusieurs ergots tranchants eux aussi, plus ou moins long permettant un meilleur aérodynamisme lors de sa propulsion. Sur la base de la crosse, de la peau ou des tressages de corde composent la poignée, une poignée de bois casserait en cas de choc lors des jets.
250-Poignard Yakoma (R.D.Congo) S. 250-Poignard Yakoma (R.D.Congo) S.
Les Ngbandi ou Sango, sont un groupe ethnique d'origine soudanaise se situant principalement en République centrafricaine (RCA) et en République démocratique du Congo (ex. Zaïre). La langue de ce peuple est le ngbandi ou le Sango. On les retrouve aussi mais en petit nombre dans le sud-est du Cameroun, au Congo-Brazzaville et au sud-ouest du Soudan. Ils sont habituellement appelés Sango en Centrafrique lorsqu'il parle le sango et Yakoma lorsqu'il parle le ngbandi (forme dialectale) ou le yakoma dans ce pays.
On peut supposer que les Ngbandi travaillaient le fer en Haute-Égypte parce que là où ils vivent maintenant depuis plus de trois cent ans, ils travaillaient encore le fer avant la colonisation, avec lequel ils faisaient des dagues faites de divers métaux, qui attestent de leur savoir-faire dans la dorure, l'argenture et le bronze. Les dagues, tranchets et glaives fabriqués par leur soins on en commun une monture de bois tronconique a pommeau évasé recouvert de bandelettes de cuivre. Les lames de fer , fortes sont décorées de diverses gravures et percée parfois de petit trous et les talons plus épais sont percés d?un orifice elliptique. Les lames de tranchets sont trapézoïdales et les lames des dagues sont de forme lancéolées.
251-Glaive Poto (R.D.Congo) S. 251-Glaive Poto (R.D.Congo) S.
Glaive associé au groupe culturel Ngombe-Doko-Ngbandi et en particulier les ethnie Ngala, poto, ngombe vivant dans la forêt tropicale humide du nord-ouest de la RD Congo, il se caractérise par une monture à large pommeau ovoïde composé d?entrelacs de fibres végétales et parfois recouvert de fourrure ( ce, pour les pommeaux que la nature et le temps ont conservé). La fusée cylindrique est recouverte de pièces de laiton, tandis que la garde trapézoïdale non débordante ne laisse apparaître qu?un savant tressage de fils métalliques. Ici aussi, l?esthétique de l?arme associe formes amples à des matériaux sombres organiques et les formes fines à des matériaux minéraux lumineux. La lame de fer est pourvue d?un talon ovale perforé de part et d?autre de son axe central de deux ouvertures en arc de cercle. ; elle est en forme d?ogive aux tranchants légèrement concaves pourvus d?un petit élargissement médian. La pointe est large et arrondie. Une série de lignes courbes et d?arcs concentriques faisant écho aux tranchants d écorent la lame, notamment à droite de l?axe central.
252-tikar  (ancien cadeau d'ambassade) (cameroun)S. 252-tikar (ancien cadeau d'ambassade) (cameroun)S.
Les ethnie Mfute, Kaka,Bamun, Tikar et Oku, établies dans la région du grasseland entre Cameroun et Nigéria, dans un environnement de mosaïque forêt-savane et par endroits de végétation d?altitude, font usage d?un couperet de forme remarquable. Cette arme possède une monture de bois composée d?un pommeau en ?U? opposé à une garde de même forme par l?intermédiaire d?un volume ovale ou biconique.. La monture, généralement peu décorée, met en valeur un bois de patine sombre. Des clous de tapissier peuvent apparaître ça et là. Plus rarement le manche est recouvert de tôle métallique et exceptionnellement on observe des montures de bronze massif. La lame de fer a un talon rétréci droit qui, après un épaulement marqué, se développe en une large langue rectangulaire aux tranchants concaves. L?extrémité tronquée de la lame est généralement concave. Le décor le plus souvent observé consiste en une série de nervures longitudinales parallèles recouvrant toute la surface du métal. Toutefois des chainages de motifs en ellipses peuvent remplacer le type de décor précédent. Le fourreau est de forme rectangulaire composé d?une alèse en bois et d?une ceinture de fibres végétales, recouverte de tissus et parfois richement décorée de petites perles de verre.
255-Shotel (Ethiopie) S. 255-Shotel (Ethiopie) S.
Le Shotel Est un sabre de forme courbe venant d'Abyssinie (Anciennement l'Éthiopie) . L'Éthiopie fait partie de la Corne de l'Afrique (Afrique de l'est). L'Éthiopie est un des pays les plus vieux sur la planète qui a plus de 79.2 millions de personnes avec Addis Abeba comme la capitale.
La courbe de la lame Shotel arrive a faire un demi cercle. La lame est pointue , plate aussi avec une section transversale en forme de diamant. La lame a une longueur totale de 1 Mètre et la poignée est faite de corne de rhinocéros et parfois de bois. Son fourreau est fait de cuir et porté près du corp. Le Shotel a été employé par les troupes montées ainsi que par l'infanterie qui l' utilisait pour accrocher leurs ennemis en contournant leurs boucliers aussi bien que d'autres armes défensives que leurs ennemis utilisaient. Cette arme a été utilisée faire tomber un soldat ennemi de son cheval.
257-Poignard Lance Mahdiste ( SOUDAN) S. 257-Poignard Lance Mahdiste ( SOUDAN) S.
Les Arabes soudanais ont produit ce genre d?armes en grandes quantité vers la fin du XIXème siècle, pendant la période dite ?mahdiste?, dans les villes d? Omdurman et de Khartoum, et probablement aussi au Kordofan et dans le Darfur. Elles sont comme beaucoup de lames de cette époque, gravées a l?acide avec des textes islamiques et ce, en caractères ? thuluth?. On a retrouvé ce genre d?armes dans certaines villes du Congo, ce qui implique que les trafiquants d?esclaves et d?ivoire d?origines Arabes soudanais, les offraient a leurs alliés notables et autre chefs locaux. De par sa forme il rappelle certains glaives Saka, l?inspiration des forgerons soudanais ayant fabriqués ce couteau viendrait elle du Congo ?
258-Dague TOUAREG (Niger).S. 258-Dague TOUAREG (Niger).S.
Les familles de forgerons Touareg nigériens vivent dans la région d?Agadez au nord du Niger depuis la nuit des temps du peuple touareg. Dans l?organisation sociale touareg les forgerons appartiennent à ce qui s?apparente à une caste, hommes maitres du feu, qui depuis toujours travaillent notamment les métaux: armes, objets usuels et surtout bijoux en argent, ce qui leur a toujours conféré une place à part dans cette société.Ils en constituent la deuxième principale composante avec les nobles et jouent le rôle d?intermédiaires entre ces nobles et les autres groupes de la société touareg.Leur savoir-faire ancestral perdure et se transmet dans la sphère familiale de génération en génération, par un apprentissage dès le plus jeune âge, par immersion dans la forge familiale. Les dagues fabriquées présentent différent aspect en fonction de l?époque et de l?endroit de fabrication, mais on retrouvera souvent un travail d?orfèvre sur chaque pièces . Les ciselures des lames sont très fines et précises, le mélange de métaux est présent sur différents desing de dague qu?elles soient droites ou courbes. On y retrouve l?acier, le cuivre et l?argent et parfois l?or.Les poignée sont également très travaillées, qu?elles soient en forme de croix ou de demi lune, le laiton , l?argent , l?ébène et l?ivoire y sont présent ainsi que sur les fourreau en cuir.
259-Dague KABRE ( Burkina Faso- Nigeria)Price on Request 259-Dague KABRE ( Burkina Faso- Nigeria)Price on Request
TOGO-NIGERIA-BURKINA FASO-CAMEROUN-GHANA-CÔTE D?IVOIRE

L?ethnie Kabre, et en particulier la tribu Konkomba du nord du Togo, utilisent un type de coutelas forgé d?une seule pièce de fer à lame courbe à double tranchant et manche en anneau. L?arme est parfois entièrement façonnée dans une pièce de bronze et, dans ce cas, des gravures géométriques peuvent apparaître sur la lame et le bracelet. On trouve ce type d?objet chez bien des groupes culturels voisins et notamment les Kotokoli, les Somba, les Fulani, les Haussa et les Tchore. Plus a l?est encore au Nigéria, de part et d?autre de la rivière Benue, les Ibo, Tiv, Munshi, Vere utilisent des lames de ce type mais à lame droite. C?est aussi le cas pour les Wute du nord du Cameroun. Ces coutelas sont utilisés en liaison avec la chasse a l?arc, notamment dans un environnement de savane boisée herbeuse et à acacia. Toutefois, l?usage de cette arme est lié à des danses. Chez les Lobi ( Burkina Faso, Côte d?ivoire, Ghana), on trouve des couteaux appelés « Tangba Khal » à lame droite et anneau dont l?usage est limité aux cultes animiste et rien d?autre.
260-Dague Hausa ( Niger - tchad)S. 260-Dague Hausa ( Niger - tchad)S.
261-Couteau Mangbetu (R.D.CONGO) Price on request 261-Couteau Mangbetu (R.D.CONGO) Price on request
C'est un couteau a double tranchant typique du peuple Mangbetu dont les arts sont connus et admirés par les européens depuis les années dernières du dix-neuvième siècle où ils ont découvert les palais du roi et la qualité de l'art Mangbetu. Les Mangbetu sont une petite ethnie d'environ 40 000 personnes vivant dans les contrées du Nord de République démocratique du Congo. Ils ont été gouvernés par un roi dont les parents ont exercé les fonctions de chefs locaux. Peut-être c'est une raison pourquoi leurs arts sont si homogènes et avec un tel haut niveau d'esthétique. Ce couteau est composé d'une poignée de bois ( on en trouve aussi en ivoire très décoré) avec un pommeau cylindrique souvent décoré de clous de tapissier en sur épaisseur par rapport a la fusée de bois elle même décorée de bandelettes de laiton ou de cuivre. La lame en fer percée deux trous vers le talon et décoré d'une nervure centrale laissant deux gorges de chaque côté ente cette nervure et les tranchants . Ce type de couteau a été appelé Trombasc et utilisé dans les guerres inter-ethniques. Ils ont été aussi utilisés par leurs voisins Azande (ou Zande).
262-Ararait Turkana ( Kenya - Soudan). 262-Ararait Turkana ( Kenya - Soudan).
Les ethnies Acholi, Schuli, Turkana (Kenya,Ouganda, région du Karamojong), Toposa, Nuba , Shiluk (sud soudan) vivant dans un environnement de savane herbeuse et désertique, sont associés à des couteaux très particuliers portés à la manière de bagues ou de bracelets. Il s?agit de crochets et couteaux à lame en croissant ou large bec doté d?une poignée recourbée en anneau, ou bien de bracelets en disque simple ( et parfois double) au tranchant périphérique. Les lame de fer, parfois (rarement) de bronze sont en partie recouvertes d?une protection interne en cuir pour ne pas se blesser en portant l?arme. Le fourreau lorsqu?il existe consiste lui aussi en une lanière de cuir fixée le long du tranchant. De petites agrafes de métal et parfois des enroulement de fil métallique sont éventuellement visibles. Ces objets sont considérés comme des armes de combat mais sont aussi des symboles de statut chez les guerriers et peuvent avoir un usage de couteau domestique pour les femmes. Il semble que leur usage principale soit réservés de nos jours a des danses et des simulations de combats cérémoniels. Les Turkana nomment ce couteau « Ararait ».
263-sabre d'execution Ngala ou Ngulu (rd congo) 263-sabre d'execution Ngala ou Ngulu (rd congo)
Ces sabres compliqués et dramatiques a tranchant simple ont été utilisés par les tribus Ngombe, Doko, Nzombo, Lobala, et Lia comme sabres de cérémonie et de parade sur une large région de ce qui est maintenant la république Congo, autrefois le Zaïre. Utilisé par les chefs et les élites sociales ils indiquent le grade et le rang sociale. Des femmes ont été vues portant des épées semblables pendant les cérémonies. Bien qu'essentiellement connu récemment pour leurs côtés cérémoniels, ils ont été à l'origine utilisés dans les exécutions cérémonielles d'esclaves. 'Un explorateur' belge a fourni une description d'une exécution dont il était témoin en 1883 dans lequel une épée de ce type a été utilisée de manière particulièrement efficace. La lame gravée de dessins géométriques traditionnels est en en fer forgée à long talon axial et pointe en large crochet , le dos est animé de décrochements et parfois de petites excroissances en ergot. La fusée est emballée de lamelles de cuivre et la poignée formée de plusieurs éléments biconiques est faite de bois parfois orné de clous. Les formes de lames ( des ergots en plus ou en moins ) diffèrent en fonction de leur propriétaire et de l'endroit ou ils sont fabriqués.
264-sabre d'execution Ngala ou Ngulu (rd congo)Price on Request 264-sabre d'execution Ngala ou Ngulu (rd congo)Price on Request
Ces sabres compliqués et dramatiques a tranchant simple ont été utilisés par les tribus Ngombe, Doko, Nzombo, Lobala, et Lia comme sabres de cérémonie et de parade sur une large région de ce qui est maintenant la république Congo, autrefois le Zaïre. Utilisé par les chefs et les élites sociales ils indiquent le grade et le rang sociale. Des femmes ont été vues portant des épées semblables pendant les cérémonies. Bien qu'essentiellement connu récemment pour leurs côtés cérémoniels, ils ont été à l'origine utilisés dans les exécutions cérémonielles d'esclaves. 'Un explorateur' belge a fourni une description d'une exécution dont il était témoin en 1883 dans lequel une épée de ce type a été utilisée de manière particulièrement efficace. La lame gravée de dessins géométriques traditionnels est en en fer forgée à long talon axial et pointe en large crochet , le dos est animé de décrochements et parfois de petites excroissances en ergot. La fusée est emballée de lamelles de cuivre et la poignée formée de plusieurs éléments biconiques est faite de bois parfois orné de clous. Les formes de lames ( des ergots en plus ou en moins ) diffèrent en fonction de leur propriétaire et de l'endroit ou ils sont fabriqués.
265-sabre d'execution Ngala ou Ngulu ( r.d.c.) Price on Request 265-sabre d'execution Ngala ou Ngulu ( r.d.c.) Price on Request
Ces sabres compliqués et dramatiques a tranchant simple ont été utilisés par les tribus Ngombe, Doko, Nzombo, Lobala, et Lia comme sabres de cérémonie et de parade sur une large région de ce qui est maintenant la république Congo, autrefois le Zaïre. Utilisé par les chefs et les élites sociales ils indiquent le grade et le rang sociale. Des femmes ont été vues portant des épées semblables pendant les cérémonies. Bien qu'essentiellement connu récemment pour leurs côtés cérémoniels, ils ont été à l'origine utilisés dans les exécutions cérémonielles d'esclaves. 'Un explorateur' belge a fourni une description d'une exécution dont il était témoin en 1883 dans lequel une épée de ce type a été utilisée de manière particulièrement efficace. La lame gravée de dessins géométriques traditionnels est en en fer forgée à long talon axial et pointe en large crochet , le dos est animé de décrochements et parfois de petites excroissances en ergot. La fusée est emballée de lamelles de cuivre et la poignée formée de plusieurs éléments biconiques est faite de bois parfois orné de clous. Les formes de lames ( des ergots en plus ou en moins ) diffèrent en fonction de leur propriétaire et de l'endroit ou ils sont fabriqués.
266-Ngala ou Ngulu ( R.D.C)S. 266-Ngala ou Ngulu ( R.D.C)S.
Ces sabres compliqués et dramatiques a tranchant simple ont été utilisés par les tribus Ngombe, Doko, Nzombo, Lobala, et Lia comme sabres de cérémonie et de parade sur une large région de ce qui est maintenant la république Congo, autrefois le Zaïre. Utilisé par les chefs et les élites sociales ils indiquent le grade et le rang sociale. Des femmes ont été vues portant des épées semblables pendant les cérémonies. Bien qu'essentiellement connu récemment pour leurs côtés cérémoniels, ils ont été à l'origine utilisés dans les exécutions cérémonielles d'esclaves. 'Un explorateur' belge a fourni une description d'une exécution dont il était témoin en 1883 dans lequel une épée de ce type a été utilisée de manière particulièrement efficace. La lame gravée de dessins géométriques traditionnels est en en fer forgée à long talon axial et pointe en large crochet , le dos est animé de décrochements et parfois de petites excroissances en ergot. La fusée est emballée de lamelles de cuivre et la poignée formée de plusieurs éléments biconiques est faite de bois parfois orné de clous. Les formes de lames ( des ergots en plus ou en moins ) diffèrent en fonction de leur propriétaire et de l'endroit ou ils sont fabriqués.
267-Mugishu (Rwanda). Price on Request 267-Mugishu (Rwanda). Price on Request
Ce couteau de jet ou couteau faucille est principalement attribué au peuple Hutu qui vit en Afrique centrale, mais aussi aux ethnies Tutsi, Rundi, Hima, Havu, Shi, Hunde , Fuliru et Lega .Les Hutu constituent le groupe majoritaire au Rwanda et au Burundi, 80 % de la population environ. Ils sont cultivateurs. C'est en fait une composante socioprofessionnelle traditionnelle de la société, à laquelle des structures politiques étaient attachées. Ces couteaux ont une monture tronconique en bois , parfois recouverte de perles ,sans garde, avec parfois une virole d?acier d?ou part une longue tige d?acier qui porte la lame en son extrémité. Cette lame d?acier a une forme de ?S? et est tranchantes de toute parts.Le nom Hutu de ce couteau est ?Mugishu?.
269-Glaive Saka (R.D.C.) Price on Request 269-Glaive Saka (R.D.C.) Price on Request
Ce type de glaive est associé aux ethnies Saka et Ngandu du groupe culturel Mongo vivant dans la forêt tropicale au centre de la cuvette du congo. Ce glaive possède une monture entièrement recouverte de plaquettes et bandelettes de laiton , cuivre et fer ou aluminium. Le long pommeau fin de forme cylindrique ou conique repose sur un volume biconique qui marque la transition avec une fusée en cylindre. La garde légèrement débordante adopte une forme trapézoïdale aux contours plus ou moins incurvés. La lame de fer de forme lancéolée émerge d?un fin talon droit. Une série de nervures mettent en valeur la base de la lame, son axe médian et les tranchants. Dans certains cas , la pointe ogivale du glaive amorce un rétrécissement dès la moitié de la lame. Aucun fourreau ne semble associé a ce type de glaive
270-Sabre Ethiopien ( Abyssinie) S. 270-Sabre Ethiopien ( Abyssinie) S.
Ce type de sabre est généralement attribué aux officiers de la Gardes Impériales du roi Ménélik d'Éthiopie. Ils sont très semblables aux sabres européens de la fin des années 1800.
La poignée et la gardes sont de style européennes (plus précisément pour ce modèle, de cavalerie anglaise mod: 1796 à la "blücher") avec un pommeau en forme de tête de lion , faite de cuivre jaune recouverte de nickel argenté .
La lame bien souvent d'origine européenne ou forgée localement, a une gorge longitudinale généralement gravée de caractères Amharique. Le fourreau est fait de cuir cousu à une ceinture.
Les marquages sur la garde sont, d?un côté le lion Abyssin, et de l?autre, les initiales du roi Ménélik II.
271-Kaskara ( Soudan)S. 271-Kaskara ( Soudan)S.
Le kaskara est caractéristique des larges régions de savane de l'est africain englobant une partie du Tchad et le Soudan .La plupart des modèles connus actuellement datent du 19ème siècle, mais ce type d'épée est née au 16ème siècle et peut représenter une survie localisée de l'épée arabe médiévale. Les auteurs de l'ère victorienne opinent fréquemment que celles-ci sont des survivantes d'épées médiévales européennes, mais cette option est fortement contestée. Cependant, les lames, à partir du 16ème siècle, ont fréquemment été fabriquées à partir de lames européennes ou de fabrication locale imitant clairement des lames européennes et leurs marquages. Le kaskara a continué à être porté dans les régions rurales du Darfour au moins jusqu'à très récemment, voir encore actuellement Le kaskara est porté horizontalement en travers du dos ou entre le bras et le thorax
Les lames font d'habitude environ de 70 cm a 95 cm de long, double tranchant et avec un bout spatulé. Les bords sont typiquement parallèles sur la plupart de la longueur de la lame, bien qu'une mèche légère puisse aussi être vue. La présence fréquente de marquages coraniques et inscriptions talismaniques sont aussi trouvés gravées sur les lames de kaskara, sans tenir compte de l'origine. Les poignées peuvent être faites de bois parfois recouvert de peau ( serpent , lézard , crocodile etc?) , ou de disques de métal , voir une alternance bois métal . Le pommeau est la plupart du temps formé d?un disque de métal, mais plusieurs variantes existent quant au design des pommeaux en fonction de l?âge et de l?endroit de fabrication, sans parler des réparations exécutées. Le fourreau est généralement en cuir décoré présentant un élargissement en ovale a la pointe. D?autres fourreaux plus riches seront fait de peau de crocodile ou de lézard.
272-Épée Kuba ( R.D.C.) 272-Épée Kuba ( R.D.C.)
Les populations de l?ensemble Kuba et en particulier les Lele et Bushoong, répartis au sud de la cuvette du Congo entre forêt et savane tropicale, utilisent de grandes épées. Ces armes ont une monture élaborée, composée d?un pommeau plano-convexe surmonté d?un petit cône, une fusée cylindrique et une garde arrondie faiblement débordante. La monture sculptée en bois est décorée de motifs gravés, d?inclusions de métal et parfois partiellement recouverte de plaques de cuivre. Les motifs décoratifs d?inspiration géométrique évoquent des entrelacs. La lame est forgée dans du fer, mais il existe des modèles sculptés en bois. Elle est de forme trapézoïdale avec un talon droit ou faiblement rétréci, deux tranchants divergents légèrement concaves et une pointe qui peut être soit tronquée droite, ou arrondie en goutte. La lame est gravée de motifs géométriques linéaires faisant écho aux contours de la lame, mais aussi dans la partie distale, de formes plus libres en lignes brisées ou succession d?arc. Le nom de cette épée est ?Ilwoon, Ilondo ou Ilongo?
Sur ce modèle j'ai du refaire le pommeau.
273-Dague IBO et Tiv ( Nigeria) Price on Request 273-Dague IBO et Tiv ( Nigeria) Price on Request
Les Tiv sont un peuple d'Afrique de l'Ouest. Ils constituent environ 2,5 % de la population totale du Nigeria, et un nombre total de 2,2 millions d'individus[réf. nécessaire] dans l'ensemble du Nigeria et du Cameroun. Les terres traditionnelles des Tiv se trouvent dans les États du Benue, du Taraba et du Nasarawa dans la partie orientale du Nigeria. Les Tivs sont chrétiens et animistes.
Les Igbos (ou Ibos) sont l'une des trois grandes ethnies du Nigeria dont ils constituent environ dix-huit pour cent de la population. Ils se situent principalement dans la partie sud-est du pays (limitée par la Bénoué au nord et le fleuve Niger à l'ouest), mais constituent aussi une part importante de la population des deux principales villes du pays : Lagos à l'ouest et Kano au nord. Leurs langues sont l'igbo et ses différents dialectes.
Ces deux peuples plus les Munshi et les Vere utilisent un type de dague caractéristique. Cette arme de fer forgée d?une pièce possède une monture en bracelet fixe dans l?axe de la lame. Des gravures peuvent orner ce bracelet principalement a la jointure de la lame. La garde constituée par un élargissement prononcé du talon de la lame s?amplifie ensuite pour adopter une forme lancéolée plus ou moins large aux bords plus ou moins réguliers. L?axe médian de la lame est marqué d?une légère nervure et quelques gravures décoratives peuvent apparaître.
Il n?est pas connu de fourreau pour ce type de dague.
274-Couperet Bamileke (Cameroun) 274-Couperet Bamileke (Cameroun)
Ce type de couperets est attribué aux ethnies Bamiléké, Baya, Voute, Bali, Bamenda et Tikar établis dans la région du Grassland entre Cameroun et Nigéria. Cette arme a un manche de bois au pommeau en forme de ?T? et à la fusée en cylindre étranglé. Des éléments de cuir peuvent être ajoutés à la monture. La lame de fer s?élargit en un trapèze aux bords concaves jusqu?à une extrémité tronquée. Le milieu de la lame est marqué par un renflement plus ou moins sensible. Une nervure longitudinale légèrement excentrée marque un décrochement dans la surface de la lame. Aucun décors n?est visible et la surface du métal porte les traces d?un martelage énergique.
278-Sabre Mongo (R.D.C..)  S. 278-Sabre Mongo (R.D.C..) S.
Rare sabre attribué au peuple Mongo et de part la forme des gravures de décorations de la lame, ce couteau se rencontre chez les sous groupes Lia, Konda et les Kundu. Mais de part les formes de la monture composée de disques trapézoïdaux, on retrouve des influences Ngombe, Poto et Doko. Cette monture peut être recouverte de fils de cuivre mais plus généralement de peau de chat sauvage. La lame au talon étranglé est forgée dans du fer et gravée de superbes motifs, elle est droite à bords parallèles sur ses deux premiers tiers et courbée a 45° sur le dernier tiers qui forme une sorte de rectangle
279-Poignard Luba (R.D.C.).Price on Request 279-Poignard Luba (R.D.C.).Price on Request
Les populations du groupe culturel Songye-Luba en particulier les ethnies Luba, Wongo,Ngeende,Binji,Luba-Kasaï, et Luntu ainsi que quelquespopulations voisines telles que les Kusu, Nkutshu, et Kuba, vivant au sud-est de la R.D.Congo , dans un environnement de savane tropicale et préforestière, utilisent un très beau glaive. Cette arme a une monture de bois à pommeau discoïde et fusée cylindrique étranglée a la base, puis s?élargissant en une garde arrondie légèrement débordante. Le bois est couvert d?une patine sombre et parfois décoré de fil de cuivre ou de laiton. La lame de fer a un fin talon rectangulaire puis s?épanouit en une forme ogivale caractérisée par un fort renflement distal. La surface du métal est martelée uniformément et présente de fines nervures soulignant à la fois l?axe médian de l?arme et son renflement distal. Les fourreaux sont fait de deux parties de bois assemblés par des bibres végétales ou du cuir.
280-LOKELE (R.D.Congo).S. 280-LOKELE (R.D.Congo).S.
Au centre de la république démocratique du Congo , on trouve un type de poignard et de courte épée , normalement à fort contrepoids métallique. Ces armes sont associées aux ethnies Lokele,Mbole,Topoke, Leka, So, Mba et plus à l?ouest aux ethnies Ngandu et saka vivant dans un environnement tropicale. Excepte dans la région des Saka ou la monture est semblable a leurs glaive traditionnels, la monture en général est remarquable et se caractérise par un lourd pommeau ?en noix?, en fer massif, qui rappelle fortement les contrepoids des épées médiévales européennes des 11e et 12e siècles. La fusée de bois recouverte de bandelettes de cuivre et de laiton adopte une forme de cylindre aux flancs concaves. Les reflets du métal sont atténués par une patine sombre remplissant les interstices entre les bandelettes. La lame de fer adopte différente formes : en losange, lancéolée ou carénée. Le talon, rétréci au niveau de la garde, s?élargit soit de manière rectiligne, soit en courbe convexe ou concave formant a la jonction avec la base de la lame, de petits ergots latéraux. Dans le cas des formes carénées, les tranchants ne convergent pas directement vers la pointe, mais adoptent un parcours parallèle souvent légèrement concave avant de converger franchement dans le dernier quart pour former une pointe effilée en dard. La lame est énergiquement martelée mais ses tranchants affinés contrastent avec ses flancs piquetés rugueux et ses nervures axiales.
281-Konda (R.D.Congo)  S. 281-Konda (R.D.Congo) S.
Les populations du groupe Mongo telles que les Konda, Lia, Mpama, Kutu et leurs voisins Teke vivant dans la forêt tropicale du centre de la cuvette du Congo ont un couperet morphologiquement proche de certains tranchets de la même région. La monture met en ?uvre une fusée de bois sculptée en cylindre étranglé. Un large pommeau ovoïde est parfois présent et évoque une tête humaine. Des bandelettes de laiton et des clous de tapissier interviennent ponctuellement dans la décoration. La lame de fer a un talon rétréci et des tranchants faiblement divergents qui se terminent en une pointe a tranchant convexe et éperons latéraux. Des nervures longitudinales parallèles font écho à la silhouette de la lame et forment une bande axiale.
282-Glaive Bamiléké ( Cameroun).Price on Request 282-Glaive Bamiléké ( Cameroun).Price on Request
Les ethnie Mfute, Kaka,Bamun, Tikar et Oku, établies dans la région du grasseland entre Cameroun et Nigéria, dans un environnement de mosaïque forêt-savane et par endroits de végétation d?altitude, font usage d?un couperet de forme remarquable. Cette arme possède une monture de bois composée d?un pommeau en ?U? opposé à une garde de même forme par l?intermédiaire d?un volume ovale ou biconique.. La monture, généralement peu décorée, met en valeur un bois de patine sombre. Des clous de tapissier peuvent apparaître ça et là. Plus rarement le manche est recouvert de tôle métallique et exceptionnellement on observe des montures de bronze massif. La lame de fer a un talon rétréci droit qui, après un épaulement marqué, se développe en une large langue rectangulaire aux tranchants concaves. L?extrémité tronquée de la lame est généralement concave. Le décor le plus souvent observé consiste en une série de nervures longitudinales parallèles recouvrant toute la surface du métal. Toutefois des chainages de motifs en ellipses peuvent remplacer le type de décor précédent. Le fourreau est de forme rectangulaire composé d?une alèse en bois et d?une ceinture de fibres végétales, recouverte de tissus et parfois richement décorée de petites perles de verre.
283-Faucille Ngombe (R.D.C.). Price on Reqsuest 283-Faucille Ngombe (R.D.C.). Price on Reqsuest
La lames en fer forgé est courbées et a double tranchant On trouve des modèles teintés de noir excepté sur les tranchants, le manche est fait de bois et très souvent est recouvert de bandelettes de laiton. On trouve ces couteaux faucilles dans la partie du Nord de la République démocratique du Congo parmi les populations Bangala d'habitude présentées comme des guerriers. Bangala est le nom générique donné aux peuples qui vivent dans la forêt la région Équatoriale dans la partie Nord du Congo. parmi eux le Benge,Poto, Ngombe, Zande, Mangbetu, Topoke, Ngbandi, Ngbaka, Budja etc.... . Ces gens devaient faire face aux guerres inter-éthniques et a la vie sauvage de la forêt. Pour ces raisons ils ont développé une large gamme d'armes pour se protéger et aussi pour la chasse. Dans les temps anciens, ils devaient se défendre aussi contre le pouvoir colonial. Ainsi, les couteaux comme cela ont servi dans des batailles et étaient aussi les objets de haut prestige, cette dernière fonction est la plus importante aujourd'hui.
284-Faucille Ngombe (R.D.C.)  Price on request 284-Faucille Ngombe (R.D.C.) Price on request
La lames en fer forgé est courbées et a double tranchant On trouve des modèles teintés de noir excepté sur les tranchants, le manche est fait de bois et très souvent est recouvert de bandelettes de laiton. On trouve ces couteaux faucilles dans la partie du Nord de la République démocratique du Congo parmi les populations Bangala d'habitude présentées comme des guerriers. Bangala est le nom générique donné aux peuples qui vivent dans la forêt la région Équatoriale dans la partie Nord du Congo. parmi eux le Benge,Poto, Ngombe, Zande, Mangbetu, Topoke, Ngbandi, Ngbaka, Budja etc.... . Ces gens devaient faire face aux guerres inter-éthniques et a la vie sauvage de la forêt. Pour ces raisons ils ont développé une large gamme d'armes pour se protéger et aussi pour la chasse. Dans les temps anciens, ils devaient se défendre aussi contre le pouvoir colonial. Ainsi, les couteaux comme cela ont servi dans des batailles et étaient aussi les objets de haut prestige, cette dernière fonction est la plus importante aujourd'hui.
285-Faucille de combat Bandia (R.D.C.)  S. 285-Faucille de combat Bandia (R.D.C.) S.
Arme faucille Bandia originaires du centre et du nord de la République démocratique du Congo, dans les régions Zande. Longue lame de fer courbe en forme de demi-lune est soulignée, sur une face dans sa partie médiane par de deux profonds sillons. Ces sillons, en dehors de leur fonction décorative, ont pour objet de rigidifier la longue lame de faible largeur. Arme de taille, le coté intérieur de la demi-lune constitue le tranchant. A l?extrémité, un épaulement du dos, non coupant, forme un élargissement terminal trapézoïdal finissant par une pointe en triangle obtus. Sur la partie élargie, proche de l?épaulement se trouve une perforation. Au bas de la lame, à quelques centimètres au dessus de la poignée, coté intérieur de la lame se trouve une protubérance triangulaire, solidaire de la lame par un fort étranglement. Cet appendice a plusieurs fonctions. Il servait à attacher une lanière reliée au manche qui permettait de porter l?arme en bandoulière. Cet appendice était également très utile lors de combat, stoppant les lames des adversaires, il protégeait la main du guerrier. Le manche, court, simple, est constitué d?une fusée évasée au niveau de la garde, se terminant par un pommeau conique à facettes.
286-Faucille banda.(R.Centrafricaine et Pays limit.)S. 286-Faucille banda.(R.Centrafricaine et Pays limit.)S.
Les Banda sont un groupe ethnique majoritaire en Centrafrique, leur territoire se nomme ? La Ouaka ?. On les retrouve aussi au Zaire et au Cameroun, et pour certains au Ghana. En dehors de leurs couteaux de jet bien connus, les Banda possèdent une faucille de combat typique. Sa monture de bois est de forme tronconique s?élargissant aux extrémités pour former d?un coté une petite garde et de l?autre un pommeau arrondi.
La lame forgée de fer est moyennement longue en forme de ?T? dont la barre supérieur serai oblique a 45% et formé de courbes.
287-Dague Mongo (R.D.C.)  S. 287-Dague Mongo (R.D.C.) S.
Ce type de dague appartient au groupe culturel Mongo vivant dans la cuvette de la République démocratique du Congo, associant les ethnies Saka, Kete, Kundu, plus au sud les Mfinu, à l?est les Mboshi, et au centre est du gabon les Kota, Nzabi et Mbete. La monture est variable selon le lieu de fabrication. Notre exemple est Mongo côté Saka, la monture de bois est tronconique s?élargissant largement d?un coté pour donner la garde. A son autre extrémité, le pommeau est formé d?un grand ?chapeau de gendarme? dans le genre des Koumyia marocaines. Ce pommeau peut être décoré de clous de tapissier et la poignée peut être ornée de bandelettes de cuivre ou de laiton. La lame de fer finement martelée a une forme lancéolée présentant un axe médian triangulaire en léger relief présentant des piquetages contrastant avec les flans polis des tranchants.
288-Couteau de jet Yangere (R.D.C.) On Hold 288-Couteau de jet Yangere (R.D.C.) On Hold
Ce couteau de jet est attribué à l?ethnie Yangere résident entre le cours inférieur de l'oubangui et la tribu Gbaya, dans l'arrière pays camerounais. Ce couteau est appelé ?Kpenga?, sa lame faite de fer se divise en trois branches, la première se situe au niveau du talon , cette branche forme comme un ergot. Le haut de la lame se divise en deux autres larges branches très tranchantes. Le centre de ces branches est teinté de couleur sombre presque noir. Le manche comme sur la plupart des couteaux de jet est fait de tressages de vibres végétales ou de cuir.
289-Couteau de jet Laka ( Tchad).Price on request 289-Couteau de jet Laka ( Tchad).Price on request
Ce type de couteaux de jet est attribué aux tribus Laka, Sara, Ngambaye et Bargimi vivant au sud du Tchad, en République Centre Africaine, au nord du Nigeria et du Cameroun. Comme la plupart des couteaux de jet, il est fait d?une pièce de fer en forme de crosse. Le haut de cette crosse compose la lame qui est plate décorée de gravures sur l?arrière et présente un ou plusieurs ergots tranchants eux aussi, plus ou moins long permettant un meilleur aérodynamisme lors de sa propulsion. Sur la base de la crosse, de la peau ou des tressages de corde composent la poignée, une poignée de bois casserait en cas de choc lors des jets.
290-sabre d'execution lobala (r.d.congo) S. 290-sabre d'execution lobala (r.d.congo) S.
Ce sabre dit d?exécution est de type double serpe (double « Ngulu ») attribuée aux peuples LOBALA et NZOMBO, vivant de part et d?autre du fleuve Oubangui au nord de la cuvette du Congo. Le double Ngulu est aussi appelé "couteau de victoire?, c?est un couteau anthropomorphe, il est inspiré d'un homme aux bras levés, il y a eu aussi des couteaux représentant réellement des personnages que l?on retrouve chez les NKUNDU, KONDA et LIA. Il existe des modèles anciens du XIX ème .
Remarquable travail de forge caractéristique : totalement symétrique et sur l?envers et sur l?endroit. La frappe des petites lignes donnant l?apparence d?un V était obtenue grâce à un marteau constitué de petits traits en relief. Le double Ngulu avait pour mission principale de servir d?insigne de Chef. Le manche est en bois généralement recouvert de fil de cuivre orné de clous en laiton sur le pommeau.
292-Glaive Mongo-Konda (R.D.Congo)Price on Request 292-Glaive Mongo-Konda (R.D.Congo)Price on Request
Les populations Konda du groupe culturel Mongo situé au centre de la cuvette du Congo près des lac Tumba et Maï-Ndombe produise ce glaive. Cette arme a une monture en simple fusée cylindrique aux parois concaves sculptée dans du bois et recouverte de bandelettes de cuivre. La lame de profil général triangulaire possède un talon rétréci aux bords convexes, des tranchants pourvus d?un rétrécissement médian et une pointe fine élargie en spatule dans le même style que certains couperets Konda. La lame est énergiquement martelée et fait apparaître plusieurs nervures encadrant l?axe central médian et soulignant les tranchants de l?arme. Il n?est pas connu de types de fourreaux.
293-Glaive Doko- Poto (R.D.Congo)  S. 293-Glaive Doko- Poto (R.D.Congo) S.
Glaive associé au groupe culturel Ngombe-Doko-Ngbandi et en particulier les ethnie Ngala, poto, ngombe vivant dans la forêt tropicale humide du nord-ouest de la RD Congo, il se caractérise par une monture à large pommeau ovoïde composé d?entrelacs de fibres végétales et parfois recouvert de fourrure ( ce, pour les pommeaux que la nature et le temps ont conservé). La fusée cylindrique est recouverte de pièces de laiton, tandis que la garde trapézoïdale non débordante ne laisse apparaître qu?un savant tressage de fils métalliques. Ici aussi, l?esthétique de l?arme associe formes amples à des matériaux sombres organiques et les formes fines à des matériaux minéraux lumineux. La lame de fer est pourvue d?un talon ovale perforé de part et d?autre de son axe central de deux ouvertures en arc de cercle. ; elle est en forme d?ogive aux tranchants légèrement concaves pourvus d?un petit élargissement médian. La pointe est large et arrondie. Une série de lignes courbes et d?arcs concentriques faisant écho aux tranchants d écorent la lame, notamment à droite de l?axe centr
294-Faucille de combat Boa ( R.D.Congo) S. 294-Faucille de combat Boa ( R.D.Congo) S.
Cette arme faucille a une lame forgée en fer, en forme de croissant de lune à rayon plus ou moins long. L?intérieur du croissant est aiguisé et l?extérieur de la pointe également. Le manche est le plus souvent en bois cerclé de cuivre, laiton ou fil de fer, mais parfois en ivoire. Ces couteaux sont essentiellement utilisés pour le combat. C?était la principale arme de poing avant d?être supplantée par les couteaux de jet. Ce couteau faucille attribué a l?ethnie Boa se retrouve au Congo, au soudan et en république centrafricaine dans la même région que les Zande.
297-Petit Couteau Shi (R.D.Congo)  S. 297-Petit Couteau Shi (R.D.Congo) S.
L?ethnie Shi vivant dans un environnement de forêt tropicale à l?est de la république démocratique du Congo, au sud ouest du lac Kivu, utilisent une épée dont la monture en bois a une forme tronconique chapeautée par un pommeau biconique. Des enroulements de fils de cuivre et de laiton recouvrent le plus souvent le manche. La lame forme une longue et fine barre aux tranchants parallèles et à la pointe effilée. Une longue nervure médiane parcourt toute la lame. Le fourreau qui reprend la forme fine et allongée de la lame se compose d?alèses de bois maintenues par de nombreux et réguliers enroulements de fils de laiton et de cuivre. Sous la chape se trouve un passant de bois qui permet la suspension de l?arme. L?extrémité du fourreau est ornée d?une bouterolle biconique.
298-Couteau de jet Zande ( Congo, Soudan, Centrafrique).Price on request 298-Couteau de jet Zande ( Congo, Soudan, Centrafrique).Price on request
Le nom "Azande" signifie le peuple qui possède beaucoup de terre, et se rapporte à leur histoire en tant que conquérants et guerriers. Il y a beaucoup d'orthographes variables d'Azande, incluant : Zande, Zandeh, A-Zandeh, Sandeh, etc.
Ce peuple d? Afrique centrale, vit en R.D.Congo, au Sud-Ouest du Soudan et en république Centrafricaine. Les Zande congolais vivent sur le Haut Congo et les Zande du Soudan vivent autour les rives de l'Uele. Ils sont au nombre de 1 et 4 millions.
Ce type de couteau de jet en forme de ?Z? est une de leurs armes. Fabriqués en fer il a une poignée généralement en corde tréssée. Ces couteaux sont considérés comme les plus aboutis au niveau de leur forme par rapport à leur fonction. Le premier modèle est connu sous le nom de KIPINGA. Les Zande redoutables guerriers, utilisaient ces couteaux dans les batailles, ils étaient facilement accessibles car stockés derrière les boucliers grâce à un ingénieux système de stockage.
299-Couteau de jet Ngombe (R.D.Congo) Price on request 299-Couteau de jet Ngombe (R.D.Congo) Price on request
Les ethnies Ngombe, Gbaya , Ngbaka originaire des forêts de la cuvette du Congo ont , outre leurs sabres, leurs couperets d?exécutions et autres poignards typiques de leur artisanat, des couteaux de jet, fait de fer, ornés de gravures décoratives, et comme la plupart des couteaux de jet, une poignée faite de cuir, ou de fibres végétales tressés . Leurs formes ressemblant au signe ? ? ainsi qu?a la lettre ?Y?.
Couteaux de jet Kota et Fang ( Gabon) Couteaux de jet Kota et Fang ( Gabon)
COUTEAU DE JET FANG -KOTA
Photo représentant mes trois Fang Kota, pour se donner une idée de leur taille.
301-Couteau de jet Kota (Gabon) 301-Couteau de jet Kota (Gabon)
COUTEAU DE JET FANG -KOTA
On retrouve ce type de couteau de jet au Gabon, au sud Cameroun, en Guinée Equatoriale et en République Democratique du Congo. Avec comme ethnies principales: les Fang, Kota, Bumali, Njem, Nzabi, Mitsogo, Wumbu, Kele, Mbete et Mbamba.?Il est appelé Onzil en langue Fang ou Osélé en kota.
Fabriqué en fer ils a généralement une poignée en fil de cuivre ou de fer tressé se terminant par un cône en cuivre, en fer ou en laiton, plus rarement en os ou en ivoire. On pense que ce couteau servait probablement plus pour les rituels d'initiation que pour le combat. Chez les Bakota de l'Ivindo, il servirait d'emblème aux dignitaires du Mungala au cours de danses acrobatiques, tentant de blesser les initiés.
Pour les Fang, la forme de la lame représente un bec de calao (famille des Bucerotidae).La croyance veut que ce dernier puisse tuer d'autres oiseaux à l'aide de son bec, afin de les manger. Ces couteaux qui à l'origine étaient soit disant des armes de jet, sont en fait des armes de main ceremonielles.
300-Couteau de jet Marghi (Nigéria)Price on request 300-Couteau de jet Marghi (Nigéria)Price on request
Les Marghi sont un peuple vivant au nord-est du Nigeria , au Tchad et au Cameroun. Leurs couteaux de jet sont comme ceux de leurs voisins, fait de fer, en forme de ?F? et des décorations apparaissent, gravées sur certaines partie . Le manche, comme les autres couteaux de jet sont en cuir ou tressages de fibres végétales.
314-Dague Shona ( Zimbabwé ) S. 314-Dague Shona ( Zimbabwé ) S.
Cette dague comme certains glaives de même forme est typique du peuple Shona qui vit dans un environnement de savane arborée tropicale et sèche au sud du fleuve Zambèze dans la province du Mashonaland au nord du Zimbabwé . La lame de fer a double tranchant parallèles se termine en forme de triangle. Une arrête centrale due au pliage du fer court sur tout son long . Souvent une des deux parties de la lame est noircie. La monture est faite de bois recouvert de cuir et décoré de tressages de fil de cuivre ou de laiton au même titre que le fourreau .Le pommeau est légèrement conique et recouvert de cuivre ou de laiton.
316-Poignard Tetela  ( R.D.Congo ) S. 316-Poignard Tetela ( R.D.Congo ) S.
Poignard associé a l?ethnie Tetela originaire de la région centre et sud du Congo , plus précisément dans la province du Kasaï oriental. Cette arme possède une monture composée d?un pommeau cylindrique reposant sur une lentille biconique, marquant la transition avec une fusée cylindrique et s?élargissant en une petite garde tronconique légèrement débordante.Le pommeau est en général fait de fer tandis que le reste du manche est sculpté dans du bois parfois recouvert d?éléments de cuivre (parfois réparés avec de l?aluminium).La patine sombre du pommeau de fer ne contraste que peu avec la teinte du bois et ce sont des enroulements de bandelettes de cuivre qui interviennent comme élément de décor .La lame de fer ( de cuivre pour les couteaux servant de monnaie) , de forme globale en losange possède un talon rétréci qui s?élargit dans le premier tiers. Les tranchants de la lame, qui débordent latéralement sur le talon, forment a cet endroit deux petites ailettes. La pointe est triangulaire, ogivale ou, lorsqu?elle présente un étirement, en dard. Le travail de surface du fer est riche, puisque les tranchants présentent une surface polie blanche contrastant fortement avec des flancs finement martelés sombre oxydés et patinés s?articulant de part et d?autre d?une forte nervure centrale. Certain exemples de poignards ont une double perforation symétrique de la lame dans son tiers supérieur. Pas de fourreau connu.
319-Couteau de jet Banda ( R.D.Congo ) Price on request 319-Couteau de jet Banda ( R.D.Congo ) Price on request
Les Banda sont un groupe ethnique majoritaire en Centrafrique. On les retrouve aussi au Zaire et au Cameroun, et pour certains au Ghana. Leur couteau de jet est en forme de ?Z?, forgé dans le fer et décoré de gravures parallèles au tranchant. La poignée comme pour la majorité des couteaux de jet est faite de tressage de cuir, de fins morceaux de boyaux ou de fibres végétales.
320-Telek Touareg    ( Niger) S. 320-Telek Touareg ( Niger) S.
TELEK TOUAREG
Ces dagues de bras ont été largement utilisées par les peuples de l'Afrique Soudanique. Les touareg, populations nomades du centre et de l?ouest du Sahara vivant entre Sahel et désert, notamment autour des mont Tassili, Hoggar des Iforas et Aïr, La monture est composée d?une triple pointe qui suggère une variation de la 'Croix d'Agadez', un motif Touareg caractéristique, appelé comme une ville de la région de l?Aïr dans le Niger central. Bien que la croix semble suggérer l'influence chrétienne, les Touaregs sont musulmans et ont des convictions extrêmement superstitieuses principalement associées au mauvais ?il. Les bras de la monture ( croix) disperseront le mal aux quatre points de la boussole. Cette monture peut être recouverte de tressages de fil de cuivre ou de laiton ou faite entièrement de bronze. La lame est fine et a double tranchant, parfois ornée d?une gorge longitudinale en son centre. On les appelle Telek mais aussi 'gozma' dans la région de l?Aïr et 'rilok' dans la région du Hoggar. Les fourreau sont fait de cuir, très travbaillé et ornés de couleurs typique marrons , rouges et verte que l?on retrouve sur les gaines de Takouba.
321-Dague soudanèse   ( Soudan) Coll Chr. Privé 321-Dague soudanèse ( Soudan) Coll Chr. Privé
DAGUE SOUDANESE
SOUDAN
Les dagues de la région du bassin du Nil au Soudan sont composées d?une monture presque toujours en bois, souvent teinté de noir et parfois sculpté. Le pommeau est de forme discoïde surmonté d?une petite calotte de fer hémisphérique terminée par la goutte de rivure de la soie. La fusée en tronc de cône étranglé est élargie vers la base pour former une garde triangulaire débordante. La lame est faite de fer parfois d?acier récupéré. Elle a une forme ogivale et peu décorée hormis d?éventuelles nervures longitudinales et de petits poinçons géométriques. Le fourreau est en bois recouvert de cuir décoré de bourrelets géométriques de couleurs différentes, on peut y retrouver de la peau de différents reptiles. Le revers est normalement équipé d?un bracelet de cuir comme sur les couteaux Tubu ou Hausa.
322-Couteau de jet Matakam ( Chad -Cameroun -Nigeria) Price on Request 322-Couteau de jet Matakam ( Chad -Cameroun -Nigeria) Price on Request
Connus sous le nom de "Sengese", ces couteaux de jet en forme de "3" sont attribués au peuple Mafa ou Matakam vivant dans le sud du Sahara dans les régions montagneuses du Nigeria, du Tchad et du Cameroun et plus particulièrement dans les montagne de Mandara .Ces couteaux ont été utilisés pour lutter contre les commerçants d'esclave arabes et pendant les nombreux conflits qui ont tourmenté la région jusqu'au premier quart du vingtième siècle. Ces couteaux de jet ont attiré l'attention des visiteurs britanniques au début du 19ème siècle , furent répertoriés au début des années 1820 et publié en 1826 par le Commandant Denham dans un de ses dessins. C'est aux interprétations locales et aux traditions que les différences sont notées dans les formes qui reflètent le symbolisme et l'esthétique et l'habileté évidente du forgeron local. Une boucle est soudée sur le puits central et une autre à la base de la poignée. Ces boucles étaient utilisées pour y attacher des cordes pour que le couteau puisse être portée sur l'épaule. Quelquefois les couteaux étaient portés sur l'épaule dans un sac de cuir, serrés par groupes de trois . Au 20ème siècle les couteaux de jet Matakam ont été forgés en utilisant de plus grandes quantités de fer réduisant ainsi leurs capacités 'de vol' et évoluant plus pour être des objets rituels. Aujourd'hui les hommes portent le Sengese pendant les cérémonies ou les réunions sociales pour indiquer leur statut et leur prestige.
324-Sengese Matakam ( Cameroun , Tchad , Nigéria) 324-Sengese Matakam ( Cameroun , Tchad , Nigéria)
Connus sous le nom de Sengese, ces couteaux de jet en forme de 3 sont attribués au peuple Mafa ou Matakam vivant dans le sud du Sahara dans les régions montagneuses du Nigeria, du Tchad et du Cameroun et plus particulièrement dans les montagne de Mandara .Ces couteaux ont été utilisés pour lutter contre les commerçants d'esclave arabes et pendant les nombreux conflits qui ont tourmenté la région jusqu'au premier quart du vingtième siècle. Ces couteaux de jet ont attiré l'attention des visiteurs britanniques au début du 19ème siècle , furent répertoriés au début des années 1820 et publié en 1826 par le Commandant Denham dans un de ses dessins. C'est aux interprétations locales et aux traditions que les différences sont notées dans les formes qui reflètent le symbolisme et l'esthétique et l'habileté évidente du forgeron local. Une boucle est soudée sur le puits central et une autre à la base de la poignée. Ces boucles étaient utilisées pour y attacher des cordes pour que le couteau puisse être portée sur l'épaule. Quelquefois les couteaux étaient portés sur l'épaule dans un sac de cuir, serrés par groupes de trois . Au 20ème siècle les couteaux de jet Matakam ont été forgés en utilisant de plus grandes quantités de fer réduisant ainsi leurs capacités 'de vol' et évoluant plus pour être des objets rituels. Aujourd'hui les hommes portent le Sengese pendant les cérémonies ou les réunions sociales pour indiquer leur statut et leur prestige.
326-Dague Soudanese ( Soudan) S. 326-Dague Soudanese ( Soudan) S.
Les dagues de la région du bassin du Nil au Soudan sont composées d?une monture presque toujours en bois, souvent teinté de noir et parfois sculpté. Le pommeau est de forme discoïde surmonté d?une petite calotte de fer hémisphérique terminée par la goutte de rivure de la soie. La fusée en tronc de cône étranglé est élargie vers la base pour former une garde triangulaire débordante. La lame est faite de fer parfois d?acier récupéré. Elle a une forme ogivale et peu décorée hormis d?éventuelles nervures longitudinales et de petits poinçons géométriques. Le fourreau est en bois recouvert de cuir décoré de bourrelets géométriques de couleurs différentes, on peut y retrouver de la peau de différents reptiles. Le revers est équipé d?un bracelet de cuir comme sur les couteaux Tubu ou Hausa.
327-COUTEAU DE JET LAKA ET SARA    (TCHAD) Price on request 327-COUTEAU DE JET LAKA ET SARA (TCHAD) Price on request
Ce type de couteaux de jet est attribué aux tribus Laka, Sara vivant au sud du Tchad, en République Centre Africaine, au nord du Nigeria et du Cameroun. Comme la plupart des couteaux de jet, il est fait d?une pièce de fer en forme de crosse. Le haut de cette crosse compose la lame qui est plate décorée de gravures sur l?arrière et présente un ou plusieurs ergots tranchants eux aussi, plus ou moins long permettant un meilleur aérodynamisme lors de sa propulsion. Sur la base de la crosse, de la peau ou des tressages de corde composent la poignée, une poignée de bois casserait en cas de choc lors des jets.
328-Mangbetu  (R D Congo) Price on request 328-Mangbetu (R D Congo) Price on request
C'est un couteau a double tranchant typique du peuple Mangbetu dont les arts sont connus et admirés par les européens depuis les années dernières du dix-neuvième siècle où ils ont découvert les palais du roi et la qualité de l'art Mangbetu. Les Mangbetu sont une petite ethnie d'environ 40 000 personnes vivant dans les contrées du Nord de République démocratique du Congo. Ils ont été gouvernés par un roi dont les parents ont exercé les fonctions de chefs locaux. Peut-être c'est une raison pourquoi leurs arts sont si homogènes et avec un tel haut niveau d'esthétique. Ce couteau est composé d'une poignée de bois ( on en trouve aussi en ivoire très décoré) avec un pommeau cylindrique souvent décoré de clous de tapissier en sur épaisseur par rapport a la fusée de bois elle même décorée de bandelettes de laiton ou de cuivre. La lame en fer percée deux trous vers le talon et décoré d'une nervure centrale laissant deux gorges de chaque côté ente cette nervure et les tranchants . Ce type de couteau a été appelé Trombasc et utilisé dans les guerres inter-ethniques. Ils ont été aussi utilisés par leurs voisins Azande (ou Zande).
329-Poignard MAHDISTE ( SOUDAN)  S. 329-Poignard MAHDISTE ( SOUDAN) S.
Les populations arabes du Soudan dans la région de Khartoum, Omdurman, fordofan voire au Darfour ont fabriqué notamment vers la fin du 19 ème siècle, durant la période de rébellion Mahdiste, de nombreuses armes dont des couteaux a lame de fer courbe effilée. Ces lames étaient parfois décorées d?inscriptions gravées a l?acide évoquant l?écriture arabe ou des textes islamiques dits ?Tuluth ?. La monture de ces armes peut être recouverte de cuir de reptile ou de saurien, façonnée dans de l?ivoire ou dans un bois noir genre ébène.Le manche a une toute petite garde peu débordante et un pommeau en triangle ou arrondi. Le fourreau épousant la forme de la lame, est souvent fabriqué en peau de reptile, crocodile et peut être rehaussé de tressage métalliques voire de perles de verre multicolores et de coquillages (cauris).Il existe des fourreaux pour deux ou trois couteaux.
332-Couperet Ngombe (R D Congo) S. 332-Couperet Ngombe (R D Congo) S.
Les ethnies Ngombe,Doko,Ngala,Mondjembo vivant dans le forêt tropicale du nord de la cuvette du Congo possèdent un couperet à pointe double. Cette arme se caractérise par une monture de bois à fusée tronconique fine et un pommeau composé de deux volumes biconiques superposés surmontés d?un petit ergot. Les décorations retrouvées sur ce type de poignées sont classiquement, les bandelettes de fer, laiton ou cuivre, ainsi que des clous de tapissier. La lame a un talon rétréci arrondi, des tranchants parallèles légèrement concaves et une extrémité distale large composée de deux antennes courbes convergentes et terminées en bec, encadrant un petit ergot médian. Des gravures ornent la totalité de la lame. Les types de modèles connus à l?heure actuelle datent des années 1930.
336-COUTEAU NJEM-BUMALI (Gabon ,Cameroun RDC, Guinée EQ) S. 336-COUTEAU NJEM-BUMALI (Gabon ,Cameroun RDC, Guinée EQ) S.
COUTEAU DE JET FANG-KOTA et NJEM-BUMALI
On retrouve ce type de couteau de jet au Gabon, au sud Cameroun, en Guinée Equatoriale et en République Democratique du Congo. Avec comme ethnies principales: les Fang, Kota, Bumali, Njem, Nzabi, Mitsogo, Wumbu, Kele, Mbete et Mbamba.
Il est appelé Onzil en langue Fang ou Osélé en kota.
Fabriqué en fer ils a généralement une poignée en fil de cuivre ou de fer tressé se terminant par un cône en cuivre, en fer ou en laiton, plus rarement en os ou en ivoire. On pense que ce couteau servait probablement plus pour les rituels d'initiation que pour le combat. Chez les Bakota de l'Ivindo, il servirait d'emblème aux dignitaires du Mungala au cours de danses acrobatiques, tentant de blesser les initiés.
Pour les Fang, la forme de la lame représente un bec de calao (famille des Bucerotidae).La croyance veut que ce dernier puisse tuer d'autres oiseaux à l'aide de son bec, afin de les manger. Pour les Njem et les Bumali, sa forme est différente et rappelle un peu la forme des couteau de jet Banda mais se termine par une ? virole? de bandelettes de fer donnant naissance à un manche en bois orné de clous de tapissier. Ces couteaux qui à l?origine étaient des armes de jet, sont devenu des armes de main.
337-Glaive Boa -Zande ( RDC , Soudan , Centrafrique) Price on Request 337-Glaive Boa -Zande ( RDC , Soudan , Centrafrique) Price on Request
Les Boa et les Zande ou Azande sont des peuples frontaliers entre le Soudan, la République Centrafricaine et la République Démocratique du Congo. Leurs Couteaux sont distinctifs, ils ont souvent une petite poignée de bois en forme de ?I? et les lames ont des parties segmentées alternées le design linéaire. Leurs lames ont souvent un ou plusieurs trous dans leur plus large partie. Ces épées servent aussi de monnaie comme dans beaucoup de pays du continent africain.
338-Dague Yakoma (RCA) S. 338-Dague Yakoma (RCA) S.
Les Ngbandi ou Sango, sont un groupe ethnique d'origine soudanaise se situant principalement en République centrafricaine (RCA) et en République démocratique du Congo (ex. Zaïre). La langue de ce peuple est le ngbandi ou le Sango. On les retrouve aussi mais en petit nombre dans le sud-est du Cameroun, au Congo-Brazzaville et au sud-ouest du Soudan. Ils sont habituellement appelés Sango en Centrafrique lorsqu'il parle le sango et Yakoma lorsqu'il parle le ngbandi (forme dialectale) ou le yakoma dans ce pays.
On peut supposer que les Ngbandi travaillaient le fer en Haute-Égypte parce que là où ils vivent maintenant depuis plus de trois cent ans, ils travaillaient encore le fer avant la colonisation, avec lequel ils faisaient des dagues faites de divers métaux, qui attestent de leur savoir-faire dans la dorure, l'argenture et le bronze. Les dagues, tranchets et glaives fabriqués par leur soins on en commun une monture de bois tronconique a pommeau évasé recouvert de bandelettes de cuivre. Les lames de fer , fortes sont décorées de diverses gravures et percée parfois de petit trous et les talons plus épais sont percés d?un orifice elliptique. Les lames de tranchets sont trapézoïdales et les lames des dagues sont de forme lancéolées.
339-Tranchet Yakoma (RCA) S. 339-Tranchet Yakoma (RCA) S.
Les Ngbandi ou Sango, sont un groupe ethnique d'origine soudanaise se situant principalement en République centrafricaine (RCA) et en République démocratique du Congo (ex. Zaïre). La langue de ce peuple est le ngbandi ou le Sango. On les retrouve aussi mais en petit nombre dans le sud-est du Cameroun, au Congo-Brazzaville et au sud-ouest du Soudan. Ils sont habituellement appelés Sango en Centrafrique lorsqu'il parle le sango et Yakoma lorsqu'il parle le ngbandi (forme dialectale) ou le yakoma dans ce pays.
On peut supposer que les Ngbandi travaillaient le fer en Haute-Égypte parce que là où ils vivent maintenant depuis plus de trois cent ans, ils travaillaient encore le fer avant la colonisation, avec lequel ils faisaient des dagues faites de divers métaux, qui attestent de leur savoir-faire dans la dorure, l'argenture et le bronze. Les dagues, tranchets et glaives fabriqués par leur soins on en commun une monture de bois tronconique a pommeau évasé recouvert de bandelettes de cuivre. Les lames de fer , fortes sont décorées de diverses gravures et percée parfois de petit trous et les talons plus épais sont percés d?un orifice elliptique. Les lames de tranchets sont trapézoïdales et les lames des dagues sont de forme lancéolées.
340-EPALANG PENDE (RDC)S. 340-EPALANG PENDE (RDC)S.
Au sud-ouest de la république démocratique du Congo , dans la province de Bandundu entre savane boisée et forêt tropicale, les ethnies Pende,Ngul, Lwer, Dzing et yanzi utilisent des hachoir a lame de fer très larges en disque irrégulier. Le dos convexe contraste avec un tranchant en forme de ?S? et une pointe en bec. La lame est désaxée par rapport au manche et possède un talon rétréci. Il n?y a pas de décors visibles sur la lame a part des traces de fin martelage. La monture de bois ne possède pas de garde, mais parfois une bague de laiton entourant la base de la fusée tronconique. Cette dernière est surmontée d?un pommeau en calotte ou conique. Le manche est pour la plupart du temps brut, mais parfois décoré de fils de laiton ou de cuivre. Bon nombre de musée possèdent ce type de hachoir collectés au début du XX ème siècle et qui servait aussi bien dans le combat que dans le quotidien.
343-sabre mandingue (mali, senegal, côte d'ivoire et guinée) COL Ch 343-sabre mandingue (mali, senegal, côte d'ivoire et guinée) COL Ch
Les peuples Mandingues du sud ouest du Mali, du nord ouest de la côte d?ivoire, de l?est du Sénégal et du nord de la Guinée, vivant entre savane boisée et herbeuses, possède ce sabre remarquable doté d?une lame courbe à simple tranchant, pourvue d?une large gouttière longitudinale, faite de fer ou d?acier, voir récupérée sur des vieux sabres européens. La monture et le fourreau sont souvent richement décorés. La monture n?a pas de garde, elle est recouverte de cuir. La fusée conique se termine par une sphère en laiton. Le fourreau recouvert de cuir orné de plusieurs bourrelets est généralement terminé à son extrémité par un élargissement ovale et une bouterolle en laiton.
349-dague hausa (tchad) Price on Request 349-dague hausa (tchad) Price on Request
Dague originaire du sahel , plus particulièrement du Tchad et fabriqué par le peuple Hausa ou Haussa , ramenée en France dans les années 50
350-Gile (Ethiopie, Erythrée, Djibouti)Price on request 350-Gile (Ethiopie, Erythrée, Djibouti)Price on request
Les Afars forment un peuple d'Afrique de l?est d'environ 1 660 000 personnes vivant pour 1 075 000 d'entre eux en Éthiopie, 445 000 en Érythrée et 310 000 à Djibouti. Leur nombre est estimé à 3 millions et demi de personnes. Ils sont majoritairement de confession islamique sunnite et parlent une langue couchitique la langue Afar, appelées également Danakil les Afars seraient apparus dans la Corne de l'Afrique mille à deux mille ans avant J.-C. Descendants de Cham, fils de Noé , ces pasteurs guerriers, comme beaucoup de peuples africains, font pourtant remonter leur origine à leur conversion à l'islam, au VIIIe siècle. Leur couteau est composé d?une large lame de fer a double tranchant coudée a pointe effilée. Une gouttière, une nervure centrale ou même une bande de métal noirci , orne l?axe médian de la lame. Le manche de bois est en forme de cylindre étranglé formant une garde élargie peu débordante et comporte souvent un pommeau en ellipse .Cette monture peut être décorée de fils de cuivres, de plaque d?argent et comporte un cône de bronze surmontant le pommeau de bois. Le fourreau de même forme que la lame, est recouvert de peau entouré d?une fine sangle de même matière.
351-Kaskara fourreau croco ( Soudan)S. 351-Kaskara fourreau croco ( Soudan)S.
Le kaskara est caractéristique des larges régions de savane de l'est africain englobant une partie du Tchad et le Soudan .La plupart des modèles connus actuellement datent du 19ème siècle, mais ce type d'épée est née au 16ème siècle et peut représenter une survie localisée de l'épée arabe médiévale. Les auteurs de l'ère victorienne opinent fréquemment que celles-ci sont des survivantes d'épées médiévales européennes, mais cette option est fortement contestée. Cependant, les lames, à partir du 16ème siècle, ont fréquemment été fabriquées à partir de lames européennes ou de fabrication locale imitant clairement des lames européennes et leurs marquages. Le kaskara a continué à être porté dans les régions rurales du Darfour au moins jusqu'à très récemment, voir encore actuellement Le kaskara est porté horizontalement en travers du dos ou entre le bras et le thorax
Les lames font d'habitude environ de 70 cm a 95 cm de long, double tranchant et avec un bout spatulé. Les bords sont typiquement parallèles sur la plupart de la longueur de la lame, bien qu'une mèche légère puisse aussi être vue. La présence fréquente de marquages coraniques et inscriptions talismaniques sont aussi trouvés gravées sur les lames de kaskara, sans tenir compte de l'origine. Les poignées peuvent être faites de bois parfois recouvert de peau ( serpent , lézard , crocodile etc?) , ou de disques de métal , voir une alternance bois métal . Le pommeau est la plupart du temps formé d?un disque de métal, mais plusieurs variantes existent quant au design des pommeaux en fonction de l?âge et de l?endroit de fabrication, sans parler des réparations exécutées. Le fourreau est généralement en cuir décoré présentant un élargissement en ovale a la pointe. D?autres fourreaux plus riches seront fait de peau de crocodile ou de lézard.
354-Couteau Toubou ( Region du Sahel) S. 354-Couteau Toubou ( Region du Sahel) S.
Ces dagues sont typiques des peuples Toubous vivant au Sahara oriental, nord du Tchad, sud de la Libye, nord-est du Niger, sud-ouest de l'Égypte.
370-Tubu -Toubou ou Tedda ( Region du sahel)S. 370-Tubu -Toubou ou Tedda ( Region du sahel)S.
Ces dagues sont typiques des peuples Toubous vivant au Sahara oriental, nord du Tchad, sud de la Libye, nord-est du Niger, sud-ouest de l'Égypte.
382-Takouba (Niger)S. 382-Takouba (Niger)S.
Épée traditionnelle des Targui sont l'un des groupes du peuple Berbères nomadisant un territoire couvrant le sud-ouest de l'Algérie, le sud-est de la Lybie et le nord du Mali et du Niger.
393-Sabre Tubu ( Region du sahel) S. 393-Sabre Tubu ( Region du sahel) S.
Ce sabre au même design que leurs dagues est typiques des peuples Toubous vivant au Sahara oriental, nord du Tchad, sud de la Libye, nord-est du Niger, sud-ouest de l'Égypte.
394-Sabre Ngbandi (RD Congo) Price on request 394-Sabre Ngbandi (RD Congo) Price on request
Sabre traditionnel du peuple Ngbandi qui se répartit en deux grands sous-groupes : le sous-groupe des « Ngbandi Likolo » ou « Ngbandi de l?Ubangi » et le sous-groupe des « Ngbandi Ngiri ». Dans le Nord-Ubangi, ils occupent un territoire situé à cheval sur les rivières Ubangi, Uele et Mbomu, aux frontières du Congo RDC et de la République Centrafricaine.
395-Sabre Ngbandi (RD Congo) Price on Request 395-Sabre Ngbandi (RD Congo) Price on Request
Sabre traditionnel du peuple Ngbandi qui se répartit en deux grands sous-groupes : le sous-groupe des « Ngbandi Likolo » ou « Ngbandi de l?Ubangi » et le sous-groupe des « Ngbandi Ngiri ». Dans le Nord-Ubangi, ils occupent un territoire situé à cheval sur les rivières Ubangi, Uele et Mbomu, aux frontières du Congo RDC et de la République Centrafricaine.
404-Poignard Tetela  (RD Congo) S. 404-Poignard Tetela (RD Congo) S.
Poignard associé a l?ethnie Tetela originaire de la région centre et sud du Congo , plus précisément dans la province du Kasaï oriental
406-Poignard Touareg Mandingue (Mali)  Price on request 406-Poignard Touareg Mandingue (Mali) Price on request
Poignard traditionnel de l'ethnie Mandingue que l'on retrouve au Senegal Oriental, Mali, Guinée Bissau, CoteD?Ivoire
407-Poignard Mandingue (Mali-Senegal) S. 407-Poignard Mandingue (Mali-Senegal) S.
Poignard traditionnel de l'ethnie Mandingue que l'on retrouve au Senegal Oriental, Mali, Guinée Bissau, CoteD?Ivoire
502-Kaskara (Soudan) S. 502-Kaskara (Soudan) S.
Le kaskara est caractéristique des larges régions de savane de l'est africain englobant une partie du Tchad et le Soudan .La plupart des modèles connus actuellement datent du 19ème siècle, mais ce type d'épée est née au 16ème siècle et peut représenter une survie localisée de l'épée arabe médiévale. Ce modèle rare est composé d'une poignée recouverte d'une patte de crocodile laissant sortir une griffe ou une dent.Le fourreau est de même recouvert de peau de crocodile.La lame est couverte d'inscriptions en arabe et en écritures Thuluth.Elle fait référence a un prince.
513-Rare Ikul  ( RD Congo) S. 513-Rare Ikul ( RD Congo) S.
Ce couteau, appelé Ikul (abréviation de Ikulbapyaang), est originaire du Royaume Kuba célèbre dans la Province Kasaï de la République démocratique du Congo.
518-Haussa Peul Sahel  Price on request 518-Haussa Peul Sahel Price on request
Poignard du peuple Peul , nomades du Sahel qui évoluent entre la Mauritanie, Senegal, mali, Tchad et niger.
521-Gurade (Ethiopie) S. 521-Gurade (Ethiopie) S.
La Gurade est le sabre national éthiopien, connu pour ses lames de haute qualité, bien souvent européennes, et souvent britannique. La poignée de la gurade éthiopienne est classiquement faite de corne en forme de "H" ou d'une base exagérée en "T" parfois surmonté d'un dôme en laiton martelé. La lame est exceptionnellement longue (jusqu'à 95 cm) .
Les lames sont généralement joliment gravée de motifs floraux partant de la garde jusqu'à 20 cm avant la pointe. Les lames de ce type peuvent être associées à Empereur éthiopien Menelik II. Les marquages sur la lame peuvent êtres a l'effigie de ce roi, de sa couronne ou du Lion de Judea (1885-1913).
535-Glaive Yaka (RD Congo) Price on request 535-Glaive Yaka (RD Congo) Price on request
Long couteau Yakas (ou Bayakas) peuple du sud-est de la république démocratique du Congo et du nord-est de l?Angola.Reconaissable facilement a son fourreau caractéristique se terminant en forme de disque.
536-Glaive Yaka (RD Congo)S. 536-Glaive Yaka (RD Congo)S.
Long couteau Yakas (ou Bayakas) peuple du sud-est de la république démocratique du Congo et du nord-est de l?Angola.Reconaissable facilement a son fourreau caractéristique se terminant en forme de disque.
537-Glaive Songye (RD Congo) S. 537-Glaive Songye (RD Congo) S.
Glaive attribué aux populations Songye-Luba vivant entre l?angola et la république démocratique du Congo au nord du plateau de Luanda.
539-Glaive Salampasu (RD Congo)S. 539-Glaive Salampasu (RD Congo)S.
Glaive typique utilisé par les Salampasu du groupe d?influence culturel Songye-Luba, vivant au sud de la R.D.Congo . Parfois ce même glaive est utilisé par leur voisins Kete et Tetela .
540-Glaive Saka  (RD Congo) Price on request 540-Glaive Saka (RD Congo) Price on request
Ce type de glaive est associé aux ethnies Saka et Ngandu du groupe culturel Mongo vivant dans la forêt tropicale au centre de la cuvette du congo.
541-Glaive Saka  (RD Congo) Price on request 541-Glaive Saka (RD Congo) Price on request
Ce type de glaive est associé aux ethnies Saka et Ngandu du groupe culturel Mongo vivant dans la forêt tropicale au centre de la cuvette du congo.
542-Glaive Poto (RD Congo)  Price on request 542-Glaive Poto (RD Congo) Price on request
Glaive associé au groupe culturel Ngombe-Doko-Ngbandi et en particulier les ethnie Ngala, poto, ngombe vivant dans la forêt tropicale humide du nord-ouest de la RD Congo.
543-Glaive Poto ( RD CONGO) S. 543-Glaive Poto ( RD CONGO) S.
Glaive associé au groupe culturel Ngombe-Doko-Ngbandi et en particulier les ethnie Ngala, poto, ngombe vivant dans la forêt tropicale humide du nord-ouest de la RD Congo.
552-Dague Touareg (sahel) S. 552-Dague Touareg (sahel) S.
Les familles de forgerons Touareg nigériens vivent dans la région d?Agadez au nord du Niger depuis la nuit des temps du peuple touareg. Dans l?organisation sociale touareg les forgerons appartiennent à ce qui s?apparente à une caste, hommes maitres du feu, qui depuis toujours travaillent notamment les métaux: armes, objets usuels et surtout bijoux en argent, ce qui leur a toujours conféré une place à part dans cette société.Ils en constituent la deuxième principale composante avec les nobles et jouent le rôle d?intermédiaires entre ces nobles et les autres groupes de la société touareg.Leur savoir-faire ancestral perdure et se transmet dans la sphère familiale de génération en génération, par un apprentissage dès le plus jeune âge, par immersion dans la forge familiale. Les dagues fabriquées présentent différent aspect en fonction de l?époque et de l?endroit de fabrication, mais on retrouvera souvent un travail d?orfèvre sur chaque pièces . Les ciselures des lames sont très fines et précises, le mélange de métaux est présent sur différents desing de dague qu?elles soient droites ou courbes. On y retrouve l?acier, le cuivre et l?argent et parfois l?or.Les poignée sont également très travaillées, qu?elles soient en forme de croix ou de demi lune, le laiton , l?argent , l?ébène et l?ivoire y sont présent ainsi que sur les fourreau en cuir.
561-Cravache dague (Afrique du nord) S. 561-Cravache dague (Afrique du nord) S.
Cravache -dague originaire certainement du sud Marocain.
562-Couteau Malien 562-Couteau Malien
Petit couteau touristique Malien.
563-Couteau Faucille Ngbandi (RD Congo) Price on request 563-Couteau Faucille Ngbandi (RD Congo) Price on request
La lames en fer forgé est courbées et a double tranchant On trouve des modèles teintés de noir excepté sur les tranchants, le manche est fait de bois et très souvent est recouvert de bandelettes de laiton. On trouve ces couteaux faucilles dans la partie du Nord de la République démocratique du Congo parmi les populations Bangala d'habitude présentées comme des guerriers. Bangala est le nom générique donné aux peuples qui vivent dans la forêt la région Équatoriale dans la partie Nord du Congo. parmi eux le Benge,Poto, Ngombe, Zande, Mangbetu, Topoke, Ngbandi, Ngbaka, Budja etc.... . Ces gens devaient faire face aux guerres inter-éthniques et a la vie sauvage de la forêt. Pour ces raisons ils ont développé une large gamme d'armes pour se protéger et aussi pour la chasse. Dans les temps anciens, ils devaient se défendre aussi contre le pouvoir colonial. Ainsi, les couteaux comme cela ont servi dans des batailles et étaient aussi les objets de haut prestige, cette dernière fonction est la plus importante aujourd'hui.
565-Couteau Beja (Soudan)S. 565-Couteau Beja (Soudan)S.
On attribue aux Beja, populations Abyssiniennes principalement d?Erythrée ou Soudanaise, des tribus Beni Amer ou Hadendoa (descendants des Egyptiens anciens expulsés d'Egypte par les Nubiens les envahissant au 8ème siècle avant J.C) un coutelas morphologiquement atypique, il se caractérise par une lame de fer a double tranchant qui peut être droite ou courbe ou peut avoir un talon droit coudé dans sa partie distale ou elle s?élargit en un bec arrondi, la lame peut se terminer en forme de crochet. La monture de bois sculpté caractéristique de forme symétrique possède une fusée cylindrique, une garde a long quillon descendant et un pommeau à antennes. Dans certain cas, la monture de la lame prend presque la forme de la lettre ? X ? .Des lignes gravées renforcent parfois la forme de la monture. La fusée peut être éventuellement décorée d?enroulements de fil métallique. Le fourreau de cuir qui reprend la forme coudée de la lame est doté d?une large ceinture, et peut être décoré de laiton ou d?argent.
566-Couteau Beja (Soudan)S. 566-Couteau Beja (Soudan)S.
On attribue aux Beja, populations Abyssiniennes principalement d?Erythrée ou Soudanaise, des tribus Beni Amer ou Hadendoa (descendants des Egyptiens anciens expulsés d'Egypte par les Nubiens les envahissant au 8ème siècle avant J.C) un coutelas morphologiquement atypique, il se caractérise par une lame de fer a double tranchant qui peut être droite ou courbe ou peut avoir un talon droit coudé dans sa partie distale ou elle s?élargit en un bec arrondi, la lame peut se terminer en forme de crochet. La monture de bois sculpté caractéristique de forme symétrique possède une fusée cylindrique, une garde a long quillon descendant et un pommeau à antennes. Dans certain cas, la monture de la lame prend presque la forme de la lettre ? X ? .Des lignes gravées renforcent parfois la forme de la monture. La fusée peut être éventuellement décorée d?enroulements de fil métallique. Le fourreau de cuir qui reprend la forme coudée de la lame est doté d?une large ceinture, et peut être décoré de laiton ou d?argent.
567-Couteau Beja (Soudan) S. 567-Couteau Beja (Soudan) S.
On attribue aux Beja, populations Abyssiniennes principalement d?Erythrée ou Soudanaise, des tribus Beni Amer ou Hadendoa (descendants des Egyptiens anciens expulsés d'Egypte par les Nubiens les envahissant au 8ème siècle avant J.C) un coutelas morphologiquement atypique, il se caractérise par une lame de fer a double tranchant qui peut être droite ou courbe ou peut avoir un talon droit coudé dans sa partie distale ou elle s?élargit en un bec arrondi, la lame peut se terminer en forme de crochet. La monture de bois sculpté caractéristique de forme symétrique possède une fusée cylindrique, une garde a long quillon descendant et un pommeau à antennes. Dans certain cas, la monture de la lame prend presque la forme de la lettre ? X ? .Des lignes gravées renforcent parfois la forme de la monture. La fusée peut être éventuellement décorée d?enroulements de fil métallique. Le fourreau de cuir qui reprend la forme coudée de la lame est doté d?une large ceinture, et peut être décoré de laiton ou d?argent.
568-Couteau Beja (Soudan) S. 568-Couteau Beja (Soudan) S.
On attribue aux Beja, populations Abyssiniennes principalement d?Erythrée ou Soudanaise, des tribus Beni Amer ou Hadendoa (descendants des Egyptiens anciens expulsés d'Egypte par les Nubiens les envahissant au 8ème siècle avant J.C) un coutelas morphologiquement atypique, il se caractérise par une lame de fer a double tranchant qui peut être droite ou courbe ou peut avoir un talon droit coudé dans sa partie distale ou elle s?élargit en un bec arrondi, la lame peut se terminer en forme de crochet. La monture de bois sculpté caractéristique de forme symétrique possède une fusée cylindrique, une garde a long quillon descendant et un pommeau à antennes. Dans certain cas, la monture de la lame prend presque la forme de la lettre ? X ? .Des lignes gravées renforcent parfois la forme de la monture. La fusée peut être éventuellement décorée d?enroulements de fil métallique. Le fourreau de cuir qui reprend la forme coudée de la lame est doté d?une large ceinture, et peut être décoré de laiton ou d?argent.
571-Couperet Tikar (RD Congo) Price on request 571-Couperet Tikar (RD Congo) Price on request
Ce sont les ethnie Mfute, Kaka,Bamun, Tikar et Oku, établies dans la région du grasseland entre Cameroun et Nigéria, dans un environnement de mosaïque forêt-savane et par endroits de végétation d?altitude,qui font usage de ce couperet de forme remarquable
572-Tranchet  Poto (RD Congo) Price on request 572-Tranchet Poto (RD Congo) Price on request
Tranchet attribué aux populations vivant au nord-ouest de la RD Congo telles que les Yakoma, Sango,Ngbandi, Poto,Ngombe, Doko et Mbudja.
573-Couperet Konda (RD Congo) Price on request 573-Couperet Konda (RD Congo) Price on request
Les populations du groupe Mongo telles que les Konda, Lia, Mpama, Kutu et leurs voisins Teke vivant dans la forêt tropicale du centre de la cuvette du Congo ont un couperet morphologiquement proche de certains tranchets de la même région.
574-Couperet Konda (RD Congo)  Price on request 574-Couperet Konda (RD Congo) Price on request
Les populations du groupe Mongo telles que les Konda, Lia, Mpama, Kutu et leurs voisins Teke vivant dans la forêt tropicale du centre de la cuvette du Congo ont un couperet morphologiquement proche de certains tranchets de la même région.
583-Bilao (Somalie) 583-Bilao (Somalie)
Le billao (en somalien : billaawe), est une dague ou petite épée avec une poignée typiquement faite en corne de buffle, bien que d'autres types de cornes soient aussi utilisés (rhinocéros) ainsi que l?os et l?ivoire en fonction de la richesse du propriétaire. .Le pommeau se termine souvent par de trois dents de bronze, de zinc ou d'argent. La dent du milieu est la plus proéminente. La lame à double tranchant est en forme de feuille, asymétrique , elle est faite de fer ou d'acier dure , le fourreau est fait de la peau de mouton et la dague est portée sur une ceinture autour de la taille. Il a servi dans la lutte de résistance des Derviches contre les pouvoirs impérialistes.
Sa longueur varie d?une trentaine de centimètre a plus de 50 cm.
Certains Bilao de la frontière Ethiopienne renommé Karra, subissent dans leurs formes les influences des tribus de proximité et l?on peu trouver des bilao, ayant la forme de ? belawa ? ( dague des tribu Affar , Danakil et Issa) .
606-Akofena (Ghana)  Price on request 606-Akofena (Ghana) Price on request
Sabre de cérémonie des peuples Akan plus précisément Ashanti (côte d'ivoire et Ghana)
1684- Calao Kota ( Gabon )S. 1684- Calao Kota ( Gabon )S.
Ce kota est inhabituel de par son manche qui a été modifié localement en son époque, il est gravé sur une seule face comme le sont les Kota authentiques, Ce n'est en aucun cas une contrefaçon comme le manche pourrait nous le faire croire.
1682- Couteau de jet Gbaya (Congo) Not for sale 1682- Couteau de jet Gbaya (Congo) Not for sale
2119- Rare Bara Knife  (Madagascar) Price on request 2119- Rare Bara Knife (Madagascar) Price on request
72-Lances Ngbandi (R.D.Congo) 72-Lances Ngbandi (R.D.Congo)





MonSite, création et hébergement gratuit de sites web