ARMES OTTOMANES-INDO PERSANNES ET ISLAMIQUES

1262-Black sea Yatagan ( Greece ans balkan)S. 1262-Black sea Yatagan ( Greece ans balkan)S.
1234- Poignard Balkanique periode Ottomane. S. 1234- Poignard Balkanique periode Ottomane. S.
Longueur 44 cm
Largeur de lame 40 mm
1172- Flissa Marocaine 1172- Flissa Marocaine
1171-Flissa Yatagan (Algerie occupation Ottomane) 1171-Flissa Yatagan (Algerie occupation Ottomane)
1166- Flissa lame large 45 mm 1166- Flissa lame large 45 mm
960-  Epee Berbere De Tunisie - Berber Tunisian sword 18-19 th ( North Africa)S. 960- Epee Berbere De Tunisie - Berber Tunisian sword 18-19 th ( North Africa)S.
La poignée est en corne bien patinée, la lame finement gravée d'etoiles et d'une Lune fut Européenn.
923- Khanjarli 17th-18th (Inde) S. 923- Khanjarli 17th-18th (Inde) S.
Le Khanjarli est un poignard d'inde apparu à partir du 17ème siècle et fabriqué jusq'au 19 eme. il est une synthese entre le Khanjar et le Chilanum indien.
Le Khanjarli a une forme en S, la double courbure de la lame, a une forte arrête centrale , et des nervures creuses relativement large (rainure de sang) de chaque côté . La lame mesure environ de 17 cm à 38 cm de long. La poignée est relativement courte et a, dans la plupart des cas, un pommeau en forme de champignon ou en forme de croissant.
La garde est courte et peux présenter des quillons . Le garde-main d'acier sculpté s'étend de la garde au pommeau. La poignée est souvent faite d'ivoire pour les plus riche propriétaires, et de bois , d'os ou de corne pour les classes inferieurs . Ses ornements varient du très simple aus très riche (Or, diamants etc...)
Les gaines sont souvent faites de cuir ou de bois et recouverts de velours de couleurs différentes. La plupart des lames sont faites de lames en acier forgé trempé , on en trouve aussi en wootz .
868-Khanjar Syrien 19th S. 868-Khanjar Syrien 19th S.
850-Flissa 81 cm ( Algerie) 850-Flissa 81 cm ( Algerie)
847- Flissa 110 cm  (Algerie) 847- Flissa 110 cm (Algerie)
846-Flissa 109,5 cm (Algerie) 846-Flissa 109,5 cm (Algerie)
841- Qama Caucasien Rehaussé a l'or S. 841- Qama Caucasien Rehaussé a l'or S.
822- Badawi Saoudien 19 th S. 822- Badawi Saoudien 19 th S.
780-Cretan Yatagan Ottoman period S. 780-Cretan Yatagan Ottoman period S.
778-Albanese Yatagan Ottoman period S. 778-Albanese Yatagan Ottoman period S.
764- Silver Jambiya Rhino Hilt ? ( Arabian peninsula) S. 764- Silver Jambiya Rhino Hilt ? ( Arabian peninsula) S.
761- Flissa 88 cm (Algerie) 761- Flissa 88 cm (Algerie)
758- Poignard de Trabzon 19 eme(Turquie) S. 758- Poignard de Trabzon 19 eme(Turquie) S.
757- Poignard des  Balkan 19 eme ( Turquie , Yougoslavie ) S. 757- Poignard des Balkan 19 eme ( Turquie , Yougoslavie ) S.
745- Flissa 72 cm (Algerie) 745- Flissa 72 cm (Algerie)
744-Flissa 89,5 cm (Algerie) 744-Flissa 89,5 cm (Algerie)
743-Flissa 112 cm (Algerie) 743-Flissa 112 cm (Algerie)
741-Bichaq Wootz ( Turquie- Balkan)S. 741-Bichaq Wootz ( Turquie- Balkan)S.
732- Flissa 42 cm (Algerie) 732- Flissa 42 cm (Algerie)
723-Nimcha Droite(Maroc) S. 723-Nimcha Droite(Maroc) S.
717- Bou Saadi (Algerie) S. 717- Bou Saadi (Algerie) S.
714-Jiboula  ( Tunisie)S. 714-Jiboula ( Tunisie)S.
Fabriqué par les Berbère de Tunisie (on en trouve quelques modèles en Algérie et sur Zanzibar), ces courtes épées ont une lame d?acier triangulaire, au dos droit et à la pointe très effilée souvent tirée d?anciennes épées ou baïonnettes européennes. Sa monture en forme de ? I ? possède une garde triangulaire, une fusée cylindrique et un pommeau triangulaire aussi. Cette poignée est faite de bois, parfois de corne ou d?os recouverte de laiton repoussé. Le fourreau est identique, bois et laiton repoussé. Certains modèles peuvent être richement décorés.
712- Nimcha 18 th (Maroc)S. 712- Nimcha 18 th (Maroc)S.
Lame gravée portant des estampes europeenes du 18 eme.
711- Detail 711- Detail
711-Nimcha 18eme siecle Poignée Bois (Maroc)S. 711-Nimcha 18eme siecle Poignée Bois (Maroc)S.
La lame est gravée "Vive le Roy" ainsi que de plusieurs estampes, fleurs de lys etc...
Foureau d'origine.
706- Yatagan Ottoman (18-19th) (Turkie)S. 706- Yatagan Ottoman (18-19th) (Turkie)S.
703- Kindjal ( Caucase)  S. 703- Kindjal ( Caucase) S.
675-Rare Kurdish Khanjar With Wahabit Blade (Peninsule Arabique) S. 675-Rare Kurdish Khanjar With Wahabit Blade (Peninsule Arabique) S.
669-Khanjar Indo persan incrusté kofgari- S. 669-Khanjar Indo persan incrusté kofgari- S.
668-Kindjal Syrien silver kofgari (Syrie 19 eme) S. 668-Kindjal Syrien silver kofgari (Syrie 19 eme) S.
667- Khanjar Oman -S. 667- Khanjar Oman -S.
Debut 20 eme, poignée en bakelite, lame extraordinairement rare.
666-Épée Khyber virile en argent (Afghanistan) S.. 666-Épée Khyber virile en argent (Afghanistan) S..
662-Tulwar (Inde).jpg S. 662-Tulwar (Inde).jpg S.
648- Yatagan nord Africain (Algerie debut 19 eme) S. 648- Yatagan nord Africain (Algerie debut 19 eme) S.
643-Nimcha Marocaine 19 eme  S. 643-Nimcha Marocaine 19 eme S.
634-Sabre Hispano Marocain 19 Eme S. 634-Sabre Hispano Marocain 19 Eme S.
633-Nimcha De Zanzibar 19 Eme  S. 633-Nimcha De Zanzibar 19 Eme S.
631. Bichaq Bosniaque Sarayevo 19 th S. 631. Bichaq Bosniaque Sarayevo 19 th S.
621 Yatagan( A priori Syrien) 18-19th  S. 621 Yatagan( A priori Syrien) 18-19th S.
620 /2 Detail 620 /2 Detail
620 Yatagan ( A priori Syrie) 18 Th 19TH   S. 620 Yatagan ( A priori Syrie) 18 Th 19TH S.
616 Kastane 18th - 19th (Ceylan) S. 616 Kastane 18th - 19th (Ceylan) S.
208 Jambiya Wahabite ( peninsule arabique) S. 208 Jambiya Wahabite ( peninsule arabique) S.
3-Bagh Nakh (Inde)S. 3-Bagh Nakh (Inde)S.
Le bagh nakh ou ?la Griffe de Tigre? est une toute petite arme, portative, souvent portée secrètement et destiné à blesser ou estropier plutôt que tuer. Une telle arme, conçue pour la dissimulation, était portée sous un gant ou entre les doigts pour donner au porteur l'avantage de la surprise dans les luttes de rue et les duels.
Le bagh nakh a été associé à l'Empire Maratha des 17ème et 18ème siècles et la plupart des exemples semblent naître dans des villes indiennes importantes comme Gwalior, Madhya Pradesh, Satara , Maharashtra et Kolapore. Le Bagh Nakh n'a jamais vraiment été considéré comme une arme légitime du fait d?avoir été associé aux voleurs et aux assassins. Un événement historique célèbre peut avoir aidé à promulguer cette notion d'arme sournoise.
Cette histoire remonte à l?empereur Shivaji qui régna de 1674 à 1680, et fut le fondateur de l'Empire Maratha. Shivaji a établi l'état de Maratha après une rébellion réussie contre le Sultanat de Bijapur. Dans un engagement avec l'armée de Bijapur en 1674, Shivaji a feint le désir de parlementer avec leur chef militaire Afzal Khan (khan = général). Shivaji s?est affublé d?une cotte de mailles sous ses vêtements, en dissimulant une dague dans sa manche gauche et un bagh nakh dans sa main droite. Quand les deux chefs se sont rencontrés dans un pavillon au milieux de leurs armées, ils sont allés officiellement s'embrasser en signe de paix.C?est a ce moment là que Shivaji a poignardé Afzal Khan dans l'estomac avec le bagh nakh, et a volé son épée comme un trophée. Les descendants de Shivaji possèdent encore cette épée.
10-Pech Kabz Afghan ( Afghanistan) S. 10-Pech Kabz Afghan ( Afghanistan) S.
Le Pesh Kabz est un poignard d'origine persique. Il fut fabriqué accessoirement en Turquie et au nord des Indes. Il est analogue au perce-mailles Européen. A dire vrai, cette arme ressemble davantage a un couteau qu'à un poignard. Il possède un tranchant unique et dénué de garde. Il a pour fonction spécifique de transpercer la protection offerte par la cotte de mailles.
Son classement dans les poignard est du à son utilisation et à la forme particulière de son dos, beaucoup plus large que la lame et se présente comme un T en section transversale. Le Pesh Kabz comprend une lame robuste en acier damasquiné ou non, a profil droit ou légèrement recourbe vers le dos, débutant par un brusque rétrécissement juste après le talon. La lame continue a s'amincir progressivement et finit par former une pointe, aiguë et renforcée au point de convergence avec le dos en T. La soie est plate et les plaquettes , en matériaux divers, sont fixées par plusieurs rivets.
18-Mezraq ( Perse) S. 18-Mezraq ( Perse) S.
Le mezraq est une fourchette de combat d'origine persane. Le fait de ne pas apparaître sur les miniatures persanes, il est supposé qu'ils étaient rarement utilisés. Les fourchettes persanes ont d'habitude deux ou trois lames ondulées et sont d'habitude renforcées à leur extrémité. Ils sont d'habitude faits de l'acier et sont décorés avec un ornement damasquiné à l?or ou l?argent. Dans la plupart des échantillons préservés, la méthode pour la décoration indique qu'ils sont apparus à partir du 18ème siècle ou à partir du début du 19ème siècle. Certaine Mezraq ne sont pas renforcée à leur extrémité et servait pour la parade et les palais.
46-Pesh Kabz Gold damas ( Inde) S. 46-Pesh Kabz Gold damas ( Inde) S.
Le Pesh Kabz est un poignard d'origine persique. Il fut fabriqué accessoirement en Turquie et au nord des Indes. Il est analogue au perce-mailles Européen. A dire vrai, cette arme ressemble davantage a un couteau qu'à un poignard. Il possède un tranchant unique et dénué de garde. Il a pour fonction spécifique de transpercer la protection offerte par la cotte de mailles.
Son classement dans les poignard est du à son utilisation et à la forme particulière de son dos, beaucoup plus large que la lame et se présente comme un T en section transversale. Le Pesh Kabz comprend une lame robuste en acier damasquiné ou non, a profil droit ou légèrement recourbe vers le dos, débutant par un brusque rétrécissement juste après le talon. La lame continue a s'amincir progressivement et finit par former une pointe, aiguë et renforcée au point de convergence avec le dos en T. La soie est plate et les plaquettes , en matériaux divers, sont fixées par plusieurs rivets.
118-Flissa ( Algerie). 118-Flissa ( Algerie).
Flissa ( Algérie )
La Flissa (Flyssa ou Flissah) est l'arme séculaire d'un groupe de tribus berbères d'Algérie: les Kabyles .Son manche est recouvert de laiton travaillé et son pommeau a la forme d'une tête de chien avec parfois des yeux exubérants ( pour faire fuir les mauvais esprits). On trouve certaines poignées plus anciennes faite de bois sans être recouvertes de laiton.
La lame est droite de longueur variable et incrustée de motifs décoratifs en laiton.
119-DHAL (Perse - Inde).S. 119-DHAL (Perse - Inde).S.
Le Dhal est un bouclier indien, aussi utilisé en Perse (sipar) et d'autres pays de ces regions. De forme presque toujours ronde avec un diamètre qui varie d'environ 20 cm à 60 cm. Ils sont plus ou moins bombés, certains sont très convexes. Les bords peuvent-être droits ou roulé en arrière dans la direction contraire de la courbure du bouclier. Il est tenu par deux poignées attachées à des verrous qui traversent le bouclier qui sont rivetés sur l'extérieur. Entre les poignées il y a un coussin carré pour y reposer les articulations. Les poignées sont placées très serrées de manière à ce que les doigts soient bloqués entre les lanières de cuir et le coussin. Quelques boucliers persans ont trois poignées, deux placées au centre et une troisième boucle près du bord. Le bras peut être passé par la lanière de la troisième boucle et les poignées du centre tenues dans la main : ou il peut être tenu par les poignées du centre seulement.
Ces boucliers sont presque toujours fait d?acier, de bronze ou de cuir (rhinocéros, buffle ou éléphant) et occasionnellement de carapace de tortue. Les boucliers d'acier sont d'habitude incrustés avec l'or et / ou d'argent et la surface entière est quelquefois couverte avec des inscriptions, des dessins d?animaux et les décorations. Les boucliers personnels et secrets sont décorés avec de la dorure et la peinture.
136-Flissa (Algérie). 136-Flissa (Algérie).
La Flissa (Flyssa ou Flissah) est l'arme séculaire d'un groupe de tribus berbères d'Algérie: les Kabyles .Son manche est recouvert de laiton travaillé et son pommeau a la forme d'une tête de chien avec parfois des yeux exubérants ( pour faire fuir les mauvais esprits). On trouve certaines poignées plus anciennes faite de bois sans être recouvertes de laiton.
La lame est droite de longueur variable et incrustée de motifs décoratifs en laiton.
145-Pata (Inde).jpg S. 145-Pata (Inde).jpg S.
Le pata est la longue épée se resserrant à double tranchant avec une poignée latérale pareille au katar.Cette poignée est placée a l'intérieur d'une coque d'acier protégeant la main et l'avant bras.Il est dit être le plus efficace et le plus dur de maniemant de toutes les épées indiennes, le pata était essentiellement une arme de cavalerie utilisée de différentes manières du 16ème aux 19ème siècles par les Moghuls dans l'Inde du Nord, les Mahrathas hindou et les Sikhs dans le Punjab.La partie armure du Pata peu être très décorée en fonction de la richesse de son propriétaire.
Shivaji en son temps était un utilisateur avangardiste de cette arme. Un de ses généraux, Tanaji Malusar, a utilisé l'arme avec ses deux mains pendant la bataille de Sinhagad avant qu?une de ses mains ne soit coupée .L?empereur Akbar a également utilisé cette arme pendant le siège Le Goudgerate. Les guerriers Rajput sont connus pour avoir utilisé cette arme très efficacement pendant la période Mughal. Ils ont également développé des variations de Pata avec des pistolets fixés sur la poignée.
151-Pesh Kabz gold damas (Inde) S. 151-Pesh Kabz gold damas (Inde) S.
Le Pesh Kabz est un poignard d'origine persique. Il fut fabriqué accessoirement en Turquie et au nord des Indes. Il est analogue au perce-mailles Européen. A dire vrai, cette arme ressemble davantage a un couteau qu'à un poignard. Il possède un tranchant unique et dénué de garde. Il a pour fonction spécifique de transpercer la protection offerte par la cotte de mailles.
Son classement dans les poignard est du à son utilisation et à la forme particulière de son dos, beaucoup plus large que la lame et se présente comme un T en section transversale. Le Pesh Kabz comprend une lame robuste en acier damasquiné ou non, a profil droit ou légèrement recourbe vers le dos, débutant par un brusque rétrécissement juste après le talon. La lame continue a s'amincir progressivement et finit par former une pointe, aiguë et renforcée au point de convergence avec le dos en T. La soie est plate et les plaquettes , en matériaux divers, sont fixées par plusieurs rivets.
165-Pesh Kabz (Inde)S. 165-Pesh Kabz (Inde)S.
Le Pesh Kabz est un poignard d'origine persique. Il fut fabriqué accessoirement en Turquie et au nord des Indes. Il est analogue au perce-mailles Européen. A dire vrai, cette arme ressemble davantage a un couteau qu'à un poignard. Il possède un tranchant unique et dénué de garde. Il a pour fonction spécifique de transpercer la protection offerte par la cotte de mailles.
Son classement dans les poignard est du à son utilisation et à la forme particulière de son dos, beaucoup plus large que la lame et se présente comme un T en section transversale. Le Pesh Kabz comprend une lame robuste en acier damasquiné ou non, a profil droit ou légèrement recourbe vers le dos, débutant par un brusque rétrécissement juste après le talon. La lame continue a s'amincir progressivement et finit par former une pointe, aiguë et renforcée au point de convergence avec le dos en T. La soie est plate et les plaquettes , en matériaux divers, sont fixées par plusieurs rivets.
170-Garsoe Jamadhar ( Inde du Nord-Pakistan) S. 170-Garsoe Jamadhar ( Inde du Nord-Pakistan) S.
Le GARSOE JAMADHAR KATAR est une version du Katar de la province du Sind en inde du Nord du 18 ème siècle. La version Sind diffère du Katar indien traditionnel, essentiellement dans le fait qu'il a une lame droite et large renforcée à son extrémité, et les barres parallèles de la poignée du Katar indien sont courbés et moulées sur la version Sind et s'approchent plus du style Persan dans les gravures et les décorations.
Le Sind ou Sindh est l?une des quatre provinces du Pakistan. Il est entouré du Balouchistan à l'ouest et au nord, du Panjâb au nord et du Rajasthan indien à l'est. Il est bordé au sud par la mer d'Oman et le Rann de Kutch. La basse vallée de l'Indus coule dans le Sind bordé à l'est, en Inde, par le désert du Thar. Le Sind abrite le site de Mohenjo-daro, un des plus importants de la civilisation de la vallée de l'Indus. Il constitua une marche occidentale de l'Empire maurya, puis fit partie de l'Empire Gupta.
Le perse Nâdir Shâh incorpore le Sind à son empire après la prise de Delhi en 1739, puis il passe en 1747 dans les mains d'Ahmad Shâh, fondateur de la dynastie durrani. En 1803, il est attaqué une première fois par les Britanniques mais résiste.
En 1842-1843, les forces britanniques conduites par le général Charles Napier s'en emparèrent. La province intègre le Pakistan en 1947.
209-Jambiya (Yemen)2.jpg S. 209-Jambiya (Yemen)2.jpg S.
La jambiya, ou jambia ou djambia (arabe : ?????), correspond au terme arabe désignant un poignard, mais il est généralement utilisé pour décrire un type particulier de poignard à lame courte et courbe, porté sur la ceinture dans les pays arabiques. Son origine remonterait à une période pré-islamique , la statue du roi Sheban (Madi Karb 500 avant J.C.) découverte dans les années 50 en portait une . Elle est généralement associée à la tradition yéménite où les hommes la portent comme un accessoire avec les vêtements traditionnels. Bien qu'elle soit toujours considérée et utilisée comme telle, elle tend à perdre son statut d'arme au profit de l'aspect symbolique. La garde constitue la partie la plus importante de la jambiya; la poignée « saifani » est connue pour être l'une des plus renommée et pare les poignards de certaines personnes des classes supérieures; faite en corne de rhinocéros ou en bois précieux rehaussée a l?argent ou a l?or, décorée de pierres précieuses, elle peut coûter jusqu'à un million de dollars US. Sa conception et les détails gravés déterminent la valeur et le statut de son porteur. Dans la majorité des cas, la lame est faite en acier. Elle est rangée dans un fourreau généralement en bois, souvent décorée d'ornements divers qui se rapportent au statut de leur possesseur; tels que des pierres semi-précieuses, précieuses, du cuir, de l?argent ou des ferronneries . Le fourreau est fixé sur une ceinture de cuir de plus de cinq centimètres de largeur; généralement portée autour du bas-ventre. Les yéménites y attachent souvent d'autres ornements, tel que des bourses contenant des pièces d'argent pour les célébrations. La forme du fourreau peux varier en fonction des régions, forme en ?J? au Yemen , en ?L? à Oman et allongée et courbe pour les jambiya des régions Hijaz et Asir dites jambiya Wahabites. La jambiya est couramment utilisée dans les fêtes traditionnelles yéménites telles que les danses, les mariages ou les cérémonies d'initiation des jeunes garçons. La jambiya revêt un statut privilégié dans la culture yéménite en ce sens qu'elle est un indicateur du statut social de son porteur; les plus belles sont portées par des hauts dignitaires; parmi eux, les Hachémites (une tribu arabe qui revendique une lignée directe de Mahomet), les juges, les hommes d'affaires; peuvent porter des jambiyas atteignant des prix très élevés; celle du cheikh Al-Shaif remonte à l'imam Yahia Aldeen Hameed.
210-Ancienne Jambiya (Yemen)1.jpg S. 210-Ancienne Jambiya (Yemen)1.jpg S.
La jambiya, ou jambia ou djambia , correspond au terme arabe désignant un poignard, mais il est généralement utilisé pour décrire un type particulier de poignard à lame courte et courbe, porté sur la ceinture dans les pays arabiques. Son origine remonterait à une période pré-islamique , la statue du roi Sheban (Madi Karb 500 avant J.C.) découverte dans les années 50 en portait une . Elle est généralement associée à la tradition yéménite où les hommes la portent comme un accessoire avec les vêtements traditionnels. Bien qu'elle soit toujours considérée et utilisée comme telle, elle tend à perdre son statut d'arme au profit de l'aspect symbolique. La garde constitue la partie la plus importante de la jambiya; la poignée « saifani » est connue pour être l'une des plus renommée et pare les poignards de certaines personnes des classes supérieures; faite en corne de rhinocéros ou en bois précieux rehaussée a l?argent ou a l?or, décorée de pierres précieuses, elle peut coûter jusqu'à un million de dollars US. Sa conception et les détails gravés déterminent la valeur et le statut de son porteur. Dans la majorité des cas, la lame est faite en acier. Elle est rangée dans un fourreau généralement en bois, souvent décorée d'ornements divers qui se rapportent au statut de leur possesseur; tels que des pierres semi-précieuses, précieuses, du cuir, de l?argent ou des ferronneries . Le fourreau est fixé sur une ceinture de cuir de plus de cinq centimètres de largeur; généralement portée autour du bas-ventre. Les yéménites y attachent souvent d'autres ornements, tel que des bourses contenant des pièces d'argent pour les célébrations. La forme du fourreau peux varier en fonction des régions, forme en ?J? au Yemen , en ?L? à Oman et allongée et courbe pour les jambiya des régions Hijaz et Asir dites jambiya Wahabites. La jambiya est couramment utilisée dans les fêtes traditionnelles yéménites telles que les danses, les mariages ou les cérémonies d'initiation des jeunes garçons. La jambiya revêt un statut privilégié dans la culture yéménite en ce sens qu'elle est un indicateur du statut social de son porteur; les plus belles sont portées par des hauts dignitaires; parmi eux, les Hachémites (une tribu arabe qui revendique une lignée directe de Mahomet), les juges, les hommes d'affaires; peuvent porter des jambiyas atteignant des prix très élevés; celle du cheikh Al-Shaif remonte à l'imam Yahia Aldeen Hameed.encore un poignard Yéménite d'inspiration Indo-Persane,
de par sa poignée, il peut être rattaché à une production de la région de Sanaa, et connu sous le nom de "Sayfani" (pour la poignée)
le fourreau et nettement "Indien" ou pour le "marché Indien"
TOUJOURS contemporain

pourquoi j'écris "TOUJOURS" contemporain, ....
il ne faut pas rêver, avant 1900 il n'y avait "que" les Turcs" (Ottomans) comme groupe organisé, la population bédouine était dans une misère noire, donc avec un armement
qui devait se résumer, à des couteaux ... de cuisine, comme les "kards" ;-) sans plus
en 1978 pour me l'avoir fait raconter par mes amis Saoudiens (mes collaborateurs)
il y a 110 ans de cela, Abdel Aziz el Saoud (premier souverain, et créateur de l'État actuel) a demandé à son père une assistance physique pour essayer de récupérer ce qu'ils avaient perdu
alors que sa famille et tribus, étaient réfugiées au Koweit, et de plus vivaient des subsistes que ceux-ci leur prodiguaient avec parcimonie,
son père Abd al-Rhman Al Saoud, ne lui offrit qu'une centaine de cavaliers armés pour l'essentiel de sabres, et de qqs fusils "Towers" à percussion,
sans plus car ... c'étaient "des mendiants" au vrai sens du terme, et pas de "cash" pour s'offrir des armes, alors penser de les voir armer avec des lames de prestige ... même pas en rêve
fondation du Royaume d'Arabie (officielle) 1932, ce n'est qu'après la dernière guerre qu'une certaine prospérité commença à faire jour, c'est à ce moment que doivent apparaître ces poignards, sabres qui sont des armes de prestige avant d'être des armes de guerre
211-Ancienne Jambiya (Yemen).jpg S. 211-Ancienne Jambiya (Yemen).jpg S.
La jambiya, ou jambia ou djambia (arabe : ?????), correspond au terme arabe désignant un poignard, mais il est généralement utilisé pour décrire un type particulier de poignard à lame courte et courbe, porté sur la ceinture dans les pays arabiques. Son origine remonterait à une période pré-islamique , la statue du roi Sheban (Madi Karb 500 avant J.C.) découverte dans les années 50 en portait une . Elle est généralement associée à la tradition yéménite où les hommes la portent comme un accessoire avec les vêtements traditionnels. Bien qu'elle soit toujours considérée et utilisée comme telle, elle tend à perdre son statut d'arme au profit de l'aspect symbolique. La garde constitue la partie la plus importante de la jambiya; la poignée « saifani » est connue pour être l'une des plus renommée et pare les poignards de certaines personnes des classes supérieures; faite en corne de rhinocéros ou en bois précieux rehaussée a l?argent ou a l?or, décorée de pierres précieuses, elle peut coûter jusqu'à un million de dollars US. Sa conception et les détails gravés déterminent la valeur et le statut de son porteur. Dans la majorité des cas, la lame est faite en acier. Elle est rangée dans un fourreau généralement en bois, souvent décorée d'ornements divers qui se rapportent au statut de leur possesseur; tels que des pierres semi-précieuses, précieuses, du cuir, de l?argent ou des ferronneries . Le fourreau est fixé sur une ceinture de cuir de plus de cinq centimètres de largeur; généralement portée autour du bas-ventre. Les yéménites y attachent souvent d'autres ornements, tel que des bourses contenant des pièces d'argent pour les célébrations. La forme du fourreau peux varier en fonction des régions, forme en ?J? au Yemen , en ?L? à Oman et allongée et courbe pour les jambiya des régions Hijaz et Asir dites jambiya Wahabites. La jambiya est couramment utilisée dans les fêtes traditionnelles yéménites telles que les danses, les mariages ou les cérémonies d'initiation des jeunes garçons. La jambiya revêt un statut privilégié dans la culture yéménite en ce sens qu'elle est un indicateur du statut social de son porteur; les plus belles sont portées par des hauts dignitaires; parmi eux, les Hachémites (une tribu arabe qui revendique une lignée directe de Mahomet), les juges, les hommes d'affaires; peuvent porter des jambiyas atteignant des prix très élevés; celle du cheikh Al-Shaif remonte à l'imam Yahia Aldeen Hameed.
213-Ancienne Jambiya  (Oman).jpg S. 213-Ancienne Jambiya (Oman).jpg S.
La jambiya, ou jambia ou djambia (arabe : ?????), correspond au terme arabe désignant un poignard, mais il est généralement utilisé pour décrire un type particulier de poignard à lame courte et courbe, porté sur la ceinture dans les pays arabiques. Son origine remonterait à une période pré-islamique , la statue du roi Sheban (Madi Karb 500 avant J.C.) découverte dans les années 50 en portait une . Elle est généralement associée à la tradition yéménite où les hommes la portent comme un accessoire avec les vêtements traditionnels. Bien qu'elle soit toujours considérée et utilisée comme telle, elle tend à perdre son statut d'arme au profit de l'aspect symbolique. La garde constitue la partie la plus importante de la jambiya; la poignée « saifani » est connue pour être l'une des plus renommée et pare les poignards de certaines personnes des classes supérieures; faite en corne de rhinocéros ou en bois précieux rehaussée a l?argent ou a l?or, décorée de pierres précieuses, elle peut coûter jusqu'à un million de dollars US. Sa conception et les détails gravés déterminent la valeur et le statut de son porteur. Dans la majorité des cas, la lame est faite en acier. Elle est rangée dans un fourreau généralement en bois, souvent décorée d'ornements divers qui se rapportent au statut de leur possesseur; tels que des pierres semi-précieuses, précieuses, du cuir, de l?argent ou des ferronneries . Le fourreau est fixé sur une ceinture de cuir de plus de cinq centimètres de largeur; généralement portée autour du bas-ventre. Les yéménites y attachent souvent d'autres ornements, tel que des bourses contenant des pièces d'argent pour les célébrations. La forme du fourreau peux varier en fonction des régions, forme en ?J? au Yemen , en ?L? à Oman et allongée et courbe pour les jambiya des régions Hijaz et Asir dites jambiya Wahabites. La jambiya est couramment utilisée dans les fêtes traditionnelles yéménites telles que les danses, les mariages ou les cérémonies d'initiation des jeunes garçons. La jambiya revêt un statut privilégié dans la culture yéménite en ce sens qu'elle est un indicateur du statut social de son porteur; les plus belles sont portées par des hauts dignitaires; parmi eux, les Hachémites (une tribu arabe qui revendique une lignée directe de Mahomet), les juges, les hommes d'affaires; peuvent porter des jambiyas atteignant des prix très élevés; celle du cheikh Al-Shaif remonte à l'imam Yahia Aldeen Hameed.
253-Zira Bhuk (Inde).jpg S. 253-Zira Bhuk (Inde).jpg S.
Dague perce mailles apparue au 18 ème siècle au Rajhastan en Inde. Lame courbe acérée, incurvée vers le haut, section losangique (en diamant) et dont l?épaisseur est renforcée par un carrelet dans sa seconde partie. Fait pour percer les mailles. La monture est en acier décorée d?argent Kofgari.
254-Shula (Maroc)Price on Request 254-Shula (Maroc)Price on Request
Dague attribuée aux berbères du Maroc. La monture faite de corne et plus rarement de bois est de forme tronconique ornée de gravures géométriques et n?a pas de garde. La lame d?acier est courbe a simple tranchant et possède une gorge longitudinale dans laquelle on trouve des gravures ornementales ou des écritures. Ces lames sont parfois faites avec des anciennes lames de baïonnettes européennes retravaillées à la forge. Le fourreau qui épouse la courbe de la lame est en laiton orné de décorations faites avec la technique du laiton repoussé.
256-Shamshir whith gold incrustations(Turkie).S. 256-Shamshir whith gold incrustations(Turkie).S.
Le Shamshir (du persan : ???? aussi, Shamsheer et Chimchir qui signifie "l'épée") est un type de sabre avec une courbe très accentuée de 5 à 15 degrés du talon a la pointe de la lame. Ce sabre est de la même famille que le cimeterre, le Talwar et kilij , tous issus des sabres Turko-Mongols.
Les épées persanes étaient à l'origine droites et doubles bordées, comme les khanda Indo-persans. Les lames de cimeterre courbées étaient originaires d'Asie Centrale. La première apparition de sabres courbes, ou cimeterres, date du 9ème siècle, quand il a été utilisé par les soldats dans la région de Khurasan en Perse. Le sabre est appelé maintenant "shamshir" a été vulgarisé en Perse au début du 16ème siècle et avait "des parents" en Turquie (le kilij), dans l'Empire Mughal (le talwar) et le monde arabe contigu (le saif) et (le sam-saam).
Le shamshir présente une lame mince presque parallèle jusqu'à sa pointe. Au lieu d'être porté droit , il est porté horizontalement, avec la poignée et le bout montrant vers le haut. Il était normalement utilisé pour entailler des adversaires à pied ou montés sans armures; pendant que le bout pourrait être utilisé pour le fait d'enfoncer, la courbure extrêmement coupante de lame provoquait de sérieuses entailles, comme les lames japonaises. La soie de la lame est couverte par les plaques d'os, ivoire, bois, ou d'autre matière attachée par les épingles ou les rivets pour former la poignée.
Bien que le nom ait été associé par l'étymologie populaire avec la ville de Shamshir (qui signifie à tour de rôle "courbé comme la griffe du lion", le mot a été utilisé en persan pour signifier "l'épée" depuis les temps immémoriaux.
275-Sabre Khyber ( Afghanistan)S. 275-Sabre Khyber ( Afghanistan)S.
Épée Khyber classique des tribus Afrids résidant dans la région.
de la la passe de Khyber ( region frontalière entre l'Afghanistan et le Pakistan). C'est la route principale de Peshawar du Pakistan à Kaboul en Afghanistan. Les montagnes peuvent être gravies de chaque côté seulement dans quelques endroits. La passe est entourée par des falaises raides tel une forteresse qui varient dans la hauteur d'environ 180 à 300 m, un fait qui pendant des siècles l'a rendu point stratégique sur la route importante de l'Inde à l'ouest.

Ce sabre est nommé aussi Salawar Yatagan , il est caractérisée par sa lourde et large lame, avec un T formé en son dos. Des échantillons ont des lames légèrement courbées vers le bas . Il varie de longueur de 37 à 105 cm et varie de qualité. La gaine est de bois couverte avec du cuir ou du tissu et les habillages sont d'acier ou de cuivre jaune pour
les plus communs et d'argent dans les meilleurs.
276-Bichwa ( Inde)S. 276-Bichwa ( Inde)S.
Voici un poignard peu connu Il s'agit d'une arme hindoue, nommée "bichwa", ce qui parait-il signifierait "dard de scorpion" . Ce poignard de combat était produit en grande quantité en Inde, essentiellement dans la région centrale et méridionale du Deccan. On trouve une grande variété de pièces différentes, tant au niveau des formes que des finitions, de la plus rustique en acier quasi brut, jusqu'à la plus travaillée, avec des ciselures et inserts de métaux précieux et différant types de lames voir de double lames.
307-Paire de dagues Berbere (Algérie) S. 307-Paire de dagues Berbere (Algérie) S.
Cette dague possède une monture de bois au pommeau en Y. La surface de ce pommeau ainsi que la fusée aux bords parallèles sont recouvertes d?incrustations d?argent de formes typiquement orientales.
Des incisions géométriques régulières a base de carrés séparés en deux triangles recouvrent le fourreau formé de deux parties de bois tenues par six larges bagues en laiton. La lame est forte, droite à double tranchant, une décoration terminant en triangle recouvre son talon.
308-Nimcha de mariage ( Algérie)S. 308-Nimcha de mariage ( Algérie)S.
Nimcha et flissa de maiage ( algerie)
Dague d'Algérie et du Maroc. Ces dagues montrent un travail parfait d'incrustation de fil d'argent , de nacre , de corail et parfois de pierres sur la poignée et sur la gaine faites de bois et entièrement sculptée dans le design algérien.
La lame est aussi gravée dans un dessin géométrique typique de ces couteaux et de la région, avec du cuivre jaune incrusté sur sa colonne vertébrale de la lame .Ce type d'incrustation se retrouve sur les " flyssa".
La lame, est exceptionnellement pointue et dangereuse. Elle est considérée comme une merveille donc il est normale que cette dague est connue aussi comme une "Nimcha de Mariage? . La fonction primaire de cette dague est cérémonielle.
Le nimcha est rattaché par sa qualité aux autres armes de combat le "Shula" typique du Maroc et la "flyssa " algerienne.
309-Bichaq Algérien  (Algerie)S. 309-Bichaq Algérien (Algerie)S.
La première Question que nous pouvons nous poser en voyant ce couteau est : Est- ce un bichaq des Balkans, une Flissa algérienne ou un Yatagan ottoman ?
Ce Bichaq , nous l?appellerons ainsi, a une monture de bois recouverte de laiton dont la forme, au pommeau évasé rappelle les montures de Bichaq des Balkans. Le type de travail sur le laiton qui recouvre la poignée et la lame droite à simple tranchant et effilée ont tout de la Flissa Kabyle sans les décorations et incrustations sur la lame. Le seul ornement de laiton est sur le talon de la lame, nous rappelant les ornements des Yatagans Ottomans. Ce couteau est Berbère ( Kabyle), les influences balkaniques et ottomanes sur le travail des forgerons Kabyle remonte certainement au XVI ème siècle lors de la conquête de l?Algérie par les ottomans qui occupaient aussi les Balkans. Toutefois la Kabylie ne fut jamais occupée par les ottomans, mais des marchands et voyageurs passaient régulièrement par Alger.
311-Flissa de mariage (Algerie) S. 311-Flissa de mariage (Algerie) S.
Nimcha et flissa de maiage ( algerie)
Dague d'Algérie et du Maroc. Ces dagues montrent un travail parfait d'incrustation de fil d'argent , de nacre , de corail et parfois de pierres sur la poignée et sur la gaine faites de bois et entièrement sculptée dans le design algérien.
La lame est aussi gravée dans un dessin géométrique typique de ces couteaux et de la région, avec du cuivre jaune incrusté sur sa colonne vertébrale de la lame .Ce type d'incrustation se retrouve sur les " flyssa".
La lame, est exceptionnellement pointue et dangereuse. Elle est considérée comme une merveille donc il est normale que cette dague est connue aussi comme une "Nimcha de Mariage? . La fonction primaire de cette dague est cérémonielle.
Le nimcha est rattaché par sa qualité aux autres armes de combat le "Shula" typique du Maroc et la "flyssa " algerienne.
334-Dague Algerienne.S. 334-Dague Algerienne.S.
Dague de la famille des Nimchas de mariage Berbères d'Algérie. La lame est droite à double tranchants et la monture ainsi que le fourreau sont fait de bois filigranés d'incrustations de fils de cuivre ou laiton.
344-flissa  modèle long (algérie) 344-flissa modèle long (algérie)
La Flissa (Flyssa ou Flissah) est l'arme séculaire d'un groupe de tribus berbères d'Algérie: les Kabyles .Son manche est recouvert de laiton travaillé et son pommeau a la forme d'une tête de chien avec parfois des yeux exubérants ( pour faire fuir les mauvais esprits).
La lame est droite de longueur variable et incrustée de motifs décoratifs en laiton.
345-kastane (ceylan-sri lanka) S. 345-kastane (ceylan-sri lanka) S.
Epée traditionnelle du Sri Lanka ; lame épaisse courbe aux bords parallèles. Poignée très décorée avec animaux fabuleux, serpent de mer stylisée. Garde remontant vers le pommeau.Le tout recouver d'or et d'argent.
346-bagh nakh.   S. 346-bagh nakh. S.
Le bagh nakh ou ?la Griffe de Tigre? est une toute petite arme, portative, souvent portée secrètement et destiné à blesser ou estropier plutôt que tuer. Une telle arme, conçue pour la dissimulation, était portée sous un gant ou entre les doigts pour donner au porteur l'avantage de la surprise dans les luttes de rue et les duels.
Le bagh nakh a été associé à l'Empire Maratha des 17ème et 18ème siècles et la plupart des exemples semblent naître dans des villes indiennes importantes comme Gwalior, Madhya Pradesh, Satara , Maharashtra et Kolapore. Le Bagh Nakh n'a jamais vraiment été considéré comme une arme légitime du fait d?avoir été associé aux voleurs et aux assassins. Un événement historique célèbre peut avoir aidé à promulguer cette notion d'arme sournoise.
Cette histoire remonte à l?empereur Shivaji qui régna de 1674 à 1680, et fut le fondateur de l'Empire Maratha. Shivaji a établi l'état de Maratha après une rébellion réussie contre le Sultanat de Bijapur. Dans un engagement avec l'armée de Bijapur en 1674, Shivaji a feint le désir de parlementer avec leur chef militaire Afzal Khan (khan = général). Shivaji s?est affublé d?une cotte de mailles sous ses vêtements, en dissimulant une dague dans sa manche gauche et un bagh nakh dans sa main droite. Quand les deux chefs se sont rencontrés dans un pavillon au milieux de leurs armées, ils sont allés officiellement s'embrasser en signe de paix.C?est a ce moment là que Shivaji a poignardé Afzal Khan dans l'estomac avec le bagh nakh, et a volé son épée comme un trophée. Les descendants de Shivaji possèdent encore cette épée.
358-Zaghnal (Inde) S. 358-Zaghnal (Inde) S.
Avec l?évolution en modernité des armures défensives, des armes plus efficaces ont été développées pour y répondre. Le Zaghnal était une variété de hache de selle largement adopté par la cavalerie Indo-persane.
Le Zaghnal a une épaisse lame de perçage d'armure. À la différence d'une hache de selle conventionnelle, le Zaghnal n'a aucune lame opposée a la tête du marteau Le motif d'éléphant a une fonction pratique aussi bien que symbolique. La figure contrebalance la lame aussi bien que symbolise la force. Il peut y avoir aussi une allusion à la divinité hindoue Ganesh « le Déménageur d'obstacles »
Communément avec de telles sortes d?armes, le manche est creux et parfois contient une lame de stylet amovible vissée à la base. À la différence d'une hache de selle conventionnelle, le Zaghnal a une lame courbe qui peut être utilisée dans le balayage ou avec un mouvement de balancement à la cuillère semblable au polo à hauteur environ de tête. Les résultats ravageurs de telles attaques au galop des chevaux contre les adversaires peuvent seulement être imaginés à pied.
Le fourreau est de velours cramoisi avec une dorure gaufrée d'or vermeille.
367-Tulwar  (Inde) S. 367-Tulwar (Inde) S.
Épée indienne Tulwar
Le tulwar est un sabre courbe d'Inde. Il trouve ses origines 4000 ans avant J.C. et est encore utilisé pour les cérémonies en Inde.
Ce sabre est apparu dans le Mahabharata où il a été utilisé comme une arme de guerre. Il a été aussi utilisé dans les batailles par les rois aussi bien que par les soldats. C'était fondamentalement l'arme de la cavalerie qui lors des charges, brillait au soleil.
Ce sabre indien, à la différence des sabre européens, était plus claire et avait une forme courbée tel un croissant. Les larges sabres européens était plus lourds et pas si manoeuvrable. Dans la comparaison le tulwar était très manoeuvrable et avait ainsi un effet plus mortel.

Le tulwar fut fabriqué en grands nombres par les forgerons locaux qui étaient experts dans la fabrication de ce type d'arme. Sa lame avec sa forme courbée était plus aérodynamique, et fendait l'air avec peu de résistance.
Le tulwar a une gaine courbée et une poignée courte. Il était assez ordinaire pour les généraux et les rois dans le sous-continent d'avoir leurs propres épées distinctives avec les poignées ornementales. Certains les ont faits clouter avec les diamants et des pierres précieuses.
La venue des Musulmans a modifié quelque peu son apparence car la cavalerie Musulmane utilisait plus l'arc , la hache et la masse et le tulwar est devenu une arme de corps-à-corps. Les Britanniques qui sont venus en Inde ont été impressionnés par le Tulwar. Ils l'ont adapté comme sabre pour leur cavalerie, ainsi dans la charge de la brigade légère de l'armée britannique dans la guerre de Crimée, on retrouve ce sabre. La plupart des guerriers du sous-continent qu'ils soient Hindou ou Musulman ont préféré le tulwar. C'était une arme utilisée tant par l'infanterie que par la cavalerie. Il était très demandé par les rois et les généraux pour les batailles et les duels.
388-Shibriya (Jordanie)  Price on request 388-Shibriya (Jordanie) Price on request
Un bon exemple typique de la dague Bédouine localement connue sous le nom de Shibriya. Tous les hommes la portent et elle est très populaire entre les tribus Bédouines résidant dans le désert du Négev en Israël et en Jordanie. La lame est courte, 6 pouces, en se recourbant en double bordé avec un bout aigu. La lame est souvent gravée d'inscription arabe. La poignée est en corne et la gaine est en bois , le tout ,couvert avec du métal blanc gravé de dessins Géométrique. La gaine peut être décorée de demi sphères de verre de couleur et elle est équipée avec un passe de ceinture et se porte sur le côté arrière.
402-Pulwar (Afghanistan) S. 402-Pulwar (Afghanistan) S.
Le Pulwar (également écrit pulouar) est une épée incurvée a tranchant simple d?Afghanistan. Reprenant beaucoup de dispositifs des épées des terres voisines, de sorte que le pulwar peut être décrit comme « Talwar ou Tulwar Afghan ". L? éxistance des Pulwar remonte tôt dans le 19ème siècle, ils ressemblent considérablement aux tulwars Indien de ce temps. Certains ont des influences persannes dans ce qui est de leur lames qui sont plus minces et plus incurvées et conique vers le bout. La poignée est caractérisé par deux Quillons tournés dans la direction de la lame a la façon de certains Shamshir et Saïfs. Le pommeau de la poignée est un disque plat que l?on reconnaît sur les talwars indiens. Souvent la poignée et la lame peuvent être dans un style très fleuri gravées avec des inscriptions, conceptions, et des images, telles qu'une inscription en grande partie fleurie de phallus.
417-Pichangetti (Inde) S. 417-Pichangetti (Inde) S.
INDE DU SUD EST

Le Pichangeti est un des couteaux les plus rares de l'arsenal indien . C'est un couteau utilitaire aussi bien qu'une arme utilisée par les tribus Coorg du Sud-ouest de l'Inde et le nom signifie dans la langue tamile : Couteau de Mains. Il est d'habitude considéré comme un couteau de femmes. Il a une lourde lame au bord simple , courte d'une vingtaine de centimètres longuement décorés le long de son dos. De lourds rivets traversent la poignée généralement en argent hautement décorée (on trouve certaines poignées en ivoire ou en or) . La gaine de bois est aussi couverte avec des parties en argent et le bout de gaine est recourbé vers le haut dans une influence arabe très claire. Une lourde chaîne en argent courte est attachée au médaillon de la gaine.
415-Piha Kaetta (Ceylan) S. 415-Piha Kaetta (Ceylan) S.
La piha Kaetta est le couteau emblèmatique de l'ex Ceylan , maintenant Sri Lanka.Ses décorations d'or, d'argent, d'ivoire en font un petit trésor de poche.Ce modèle a un manche en corne , un pommeau en argent ciselé, et des incrustations d'or et d'argent sur la lame.
441-Lohar Pliant (Afghanistan) S. 441-Lohar Pliant (Afghanistan) S.
Le Lohar , appelé aussi faux de guerre Khyber est une sorte de faucille traditionnelle des tribus Bonochies qui vivent a proximité du col de Khyber, non loin de la frontière Pakistano Afghane . C?est un outil, une arme, et un signe extérieur de richesse car fabriqué par son propriétaire d'où une certaine richesse dans les matériaux utilisées et les décorations.
La lame est courbe et ressemble a un bec d?oiseau . La base du manche est évasée comme les manches de Choora. La partie basse de la lame a angle droit avec le manche, est tranchante. Sa taille varie autour de 40 cm. Il peut être rigide ou pliable ( plus facile a dissimuler) et reste avant tout une arme redoutable.
442-Lohar (Afghanistan)S. 442-Lohar (Afghanistan)S.
Le Lohar , appelé aussi faux de guerre Khyber est une sorte de faucille traditionnelle des tribus Bonochies qui vivent a proximité du col de Khyber, non loin de la frontière Pakistano Afghane . C?est un outil, une arme, et un signe extérieur de richesse car fabriqué par son propriétaire d?où une certaine richesse dans les matériaux utilisées et les décorations.
La lame est courbe et ressemble a un bec d?oiseau . La base du manche est évasée comme les manches de Choora. La partie basse de la lame a angle droit avec le manche, est tranchante. Sa taille varie autour de 40 cm. Il peut être rigide ou pliable ( plus facile a dissimuler) et reste avant tout une arme redoutable.
445-Kukri (Nepal) 445-Kukri (Nepal)
Poignard traditionnel du Népal et plus connu pour son utilisation dans les rangs des troupes Gurka de l'armée britannique.Le manche de ce modèle est en os de Yack.
455-Koumiya  (Maroc) S. 455-Koumiya (Maroc) S.
La Koummya (ou Koumaya) est le poignard traditionnel des berbères du Maroc. Encore de nos jours, il est arboré par les Chleuh de l'Atlas pour qui il est d'avantage une marque de position sociale, d'élégance et d'appartenance à un groupe qu'une arme de défense. Il se porte visible sur la djellaba, à hauteur de taille et pointe du fourreau en avant, suspendu au côté gauche par une cordelière passant sur l'épaule droite et frappée sur les 2 anneaux de bélière.
459-Kindjal ( Caucase)S. 459-Kindjal ( Caucase)S.
Long poignard typiquement Caucasien , mais trouvé aussi le long des Balkans jusqu'à la Turkie sous différente formes et tailles.
460-Kindjal ( Caucase)S. 460-Kindjal ( Caucase)S.
Long poignard typiquement Caucasien , mais trouvé aussi le long des Balkans jusqu'à la Turkie sous différente formes et tailles.
461-Khyber (Afghanistan)S. 461-Khyber (Afghanistan)S.
Épée Khyber classique des tribus Afrids résidant dans la région.
de la la passe de Khyber ( region frontalière entre l'Afghanistan et le Pakistan). C'est la route principale de Peshawar du Pakistan à Kaboul en Afghanistan. Les montagnes peuvent être gravies de chaque côté seulement dans quelques endroits. La passe est entourée par des falaises raides tel une forteresse qui varient dans la hauteur d'environ 180 à 300 m, un fait qui pendant des siècles l'a rendu point stratégique sur la route importante de l'Inde à l'ouest.

Ce sabre est nommé aussi Salawar Yatagan , il est caractérisée par sa lourde et large lame, avec un T formé en son dos. Des échantillons ont des lames légèrement courbées vers le bas . Il varie de longueur de 37 à 105 cm et varie de qualité. La gaine est de bois couverte avec du cuir ou du tissu et les habillages sont d'acier ou de cuivre jaune pour les plus communs et d'argent dans les meilleurs.
462- Khula Khud (Inde) S. 462- Khula Khud (Inde) S.
Le Kulah Khud a été durant une longue période le casque de l?armée Perse qui fut le moteur de l'Asie centrale et continuent à maintenir sa réputation d' armée forte dans l'Asie centrale, les pays arabes, turcs et le nord de l'Inde. Ce casque est typique de la culture militaire Perse de l'Inde musulmane. Le Kulah Khud (dôme), est fait d?une pièce métalliques cylindriques et de cottes de mailles pour se protéger et supporter le climat chaud et humide de l'Inde. Il est équipé d?une nasale: kobohodae fixée par une vis ou un crochet pour parer aux coups frontaux. Souvent décorés de caractères islamiques gravés et incrustés d?or et d?argent. On y trouve aussi en plus de la pointe d?acier de son sommet, 2 logements pour des plumes d?apparat, et sur certains modèle, des cornes qui faisaient passer son porteur pour un démon et effrayait l?adversaire
495- Golden Katar (Or) (Inde) S. 495- Golden Katar (Or) (Inde) S.
Katar (inde) (18-19 th)
Le katar, également connu sous le nom de "bundi"est une courte épée coup de poing originaire d'inde;il est remarquable pour sa poignée horizontale aboutissant a une lame robuste et pointue. En règles générales les katar étaient utilisés dans les combats de corps a corps
et efficaces pour percer les armures .La lame est souvent plus épaisse a sa pointe pour plus de solidité.C'est le plus caractéristique des poignards indiens.Sa longueur varie de 20 cm a 1m, on y retrouve parfois des montages de lames européennes .Certains sont protégés par des coques d'acier, on en trouve a double lame, des courbés ainsi que certaines pièces richement décoré
Katar Or 1 (Inde) Katar Or 1 (Inde)
Gros plan de mon Katar Doré a l'or
496-Double Katar (Inde) S. 496-Double Katar (Inde) S.
Katar (inde) (18-19 th)
Le katar, également connu sous le nom de "bundi"est une courte épée coup de poing originaire d'inde;il est remarquable pour sa poignée horizontale aboutissant a une lame robuste et pointue. En règles générales les katar étaient utilisés dans les combats de corps a corps
et efficaces pour percer les armures .La lame est souvent plus épaisse a sa pointe pour plus de solidité.C'est le plus caractéristique des poignards indiens.Sa longueur varie de 20 cm a 1m, on y retrouve parfois des montages de lames européennes .Certains sont protégés par des coques d'acier, on en trouve a double lame, des courbés ainsi que certaines pièces richement décoré
Double Katar (Inde) Double Katar (Inde)
Katar (inde) (18-19 th)
Le katar, également connu sous le nom de "bundi"est une courte épée coup de poing originaire d'inde;il est remarquable pour sa poignée horizontale aboutissant a une lame robuste et pointue. En règles générales les katar étaient utilisés dans les combats de corps a corps
et efficaces pour percer les armures .La lame est souvent plus épaisse a sa pointe pour plus de solidité.C'est le plus caractéristique des poignards indiens.Sa longueur varie de 20 cm a 1m, on y retrouve parfois des montages de lames européennes .Certains sont protégés par des coques d'acier, on en trouve a double lame, des courbés ainsi que certaines pièces richement décoré
497-Katar  (Inde) S. 497-Katar (Inde) S.
Katar (inde) (18-19 th)
Le katar, également connu sous le nom de "bundi"est une courte épée coup de poing originaire d'inde;il est remarquable pour sa poignée horizontale aboutissant a une lame robuste et pointue. En règles générales les katar étaient utilisés dans les combats de corps a corps
et efficaces pour percer les armures .La lame est souvent plus épaisse a sa pointe pour plus de solidité.C'est le plus caractéristique des poignards indiens.Sa longueur varie de 20 cm a 1m, on y retrouve parfois des montages de lames européennes .Certains sont protégés par des coques d'acier, on en trouve a double lame, des courbés ainsi que certaines pièces richement décoré
498-Rare curved Katar  (Inde) S. 498-Rare curved Katar (Inde) S.
Katar (inde) (18-19 th)
Le katar, également connu sous le nom de "bundi"est une courte épée coup de poing originaire d'inde;il est remarquable pour sa poignée horizontale aboutissant a une lame robuste et pointue. En règles générales les katar étaient utilisés dans les combats de corps a corps
et efficaces pour percer les armures .La lame est souvent plus épaisse a sa pointe pour plus de solidité.C'est le plus caractéristique des poignards indiens.Sa longueur varie de 20 cm a 1m, on y retrouve parfois des montages de lames européennes .Certains sont protégés par des coques d'acier, on en trouve a double lame, des courbés ainsi que certaines pièces richement décoré
499-Katar  (Inde) S. 499-Katar (Inde) S.
Katar (inde) (18-19 th)
Le katar, également connu sous le nom de "bundi"est une courte épée coup de poing originaire d'inde;il est remarquable pour sa poignée horizontale aboutissant a une lame robuste et pointue. En règles générales les katar étaient utilisés dans les combats de corps a corps
et efficaces pour percer les armures .La lame est souvent plus épaisse a sa pointe pour plus de solidité.C'est le plus caractéristique des poignards indiens.Sa longueur varie de 20 cm a 1m, on y retrouve parfois des montages de lames européennes .Certains sont protégés par des coques d'acier, on en trouve a double lame, des courbés ainsi que certaines pièces richement décoré
500-Katar (Inde) S. 500-Katar (Inde) S.
Katar (inde) (18-19 th)
Le katar, également connu sous le nom de "bundi"est une courte épée coup de poing originaire d'inde;il est remarquable pour sa poignée horizontale aboutissant a une lame robuste et pointue. En règles générales les katar étaient utilisés dans les combats de corps a corps
et efficaces pour percer les armures .La lame est souvent plus épaisse a sa pointe pour plus de solidité.C'est le plus caractéristique des poignards indiens.Sa longueur varie de 20 cm a 1m, on y retrouve parfois des montages de lames européennes .Certains sont protégés par des coques d'acier, on en trouve a double lame, des courbés ainsi que certaines pièces richement décoré
506-Jizail Afghan  S. 506-Jizail Afghan S.
Le Jezail était le mousquet des Afghans de l'ouest après l'invasion de l'Afghanistan par la Grande-Bretagne en 1838. Ces fusils étaient fait a la main, avec toute forme de pièces, souvent prises sur des mousquets Brown Bess de l'Armée britannique et admirablement décoré d?os , d?ivoire ou de nacre. Pendant les guerres anglo-afghanes le jezail était la première arme des guerriers afghans et fut utilisé avec grand effet contre les troupes britanniques. Les mousquets Brown Bess britannique étaient efficaces à seulement 130 mètres et précis à 45 , pendant que quelques jezails afghans l?étaient jusqu'à 440 mètres . À cause de leur avantage de portée, les rebelles afghans utilisaient typiquement le jezail du haut des falaises le long des vallées et des défilés pendant les embuscades. Cette tactique dévastait les rangs Britanniques pendant leur retraite de Kaboul à Jalalabad. Les commandants britanniques étaient naturellement terrifiés par des tireurs embusqués afghans armés de Jezail. Sa longueur inférieur aux fusils anglais permettait aussi de recharger plus facilement et plus vite .La forme typique de la crosse permettait aux cavaliers de la glisser sous le bras pour tirer.
509-Jambiya Kurde (Irak)S. 509-Jambiya Kurde (Irak)S.
Jambiya originaire de l' Est de la Turquie ou du Nord de l'Iraq .Elle est utilisée par les tribus kurdes résidant dans cette région. La lame a le bord courbé et double avec une arrête centrale. La poignée de corne d'arni est formée en "I" , avec la garde et le pommeau en forme d'hélypse d'argent. La lourde gaine est faite d' argent dans un style typiquement Kurde. La longueur totale dans la gaine varie jusqu'à 45 cm .
510-Jambiya Irakienne S. 510-Jambiya Irakienne S.
Cette Jambiya est la dague typique du sud de l'Iraq,, la région de Basra. La lame présente une forte courbure d'une longueur d'environ 22 cm, avec une section transversale en diamants plat on en trouve certaines gravée voir incrustées d'or. La poignée en corne est sculptée en forme de chapeau de gendarme avec les bords descendant . La gaine est faite de bois couvert avec du cuir qui peut être travaillé et un bout en métal a sa pointe.
511-Jambiya (Yemen) S. 511-Jambiya (Yemen) S.
Poignard Traditionnel Yéménite.Signe extérieur de richesse en fonction de ses décorations.La poignée est souvent en corne de rhinocéros et tout homme doit en porter une dès l'age de 15 ans
512-Jambiya  Syriennes  Price on request 512-Jambiya Syriennes Price on request
Ce modèle de jambiya est originaire de Damas , d'autres ressemblantes sont originaires du village druzes de Majjal (la Tour de Soleil) sur les Hauteurs du Golan on les reconnais aux poèmes difficilement traduisibles gravés sur les lames. Beaucoup ont été faits pendant l'occupation française de la Syrie (1941-46), mais ils sont encore faits pour la vente aux touristes. Les plus vieux ont d'habitude quelques poèmes en arabe sur la lame, fréquemment "drôle", mais avec des intentions violentes. Cela prendrait un certain temps pour des traductions mais ils étaient tous écrits sur la mêmes lignes. Ils rappellent les poèmes ou les expressions sur les couteaux mexicains.
La lame d'acier ( parfois damassée) est courbe et souvent décorée.Le manche est en corne richement orné de pierres , de corail et de nacre.
546-Flissa 66 cm (Algerie) 546-Flissa 66 cm (Algerie)
La Flissa (Flyssa ou Flissah) est l'arme séculaire d'un groupe de tribus berbères d'Algérie: les Kabyles .Son manche est recouvert de laiton travaillé et son pommeau a la forme d'une tête de chien avec parfois des yeux exubérants ( pour faire fuir les mauvais esprits).
La lame est droite de longueur variable et incrustée de motifs décoratifs en laiton.
555-Dague Marocaine Price on request 555-Dague Marocaine Price on request
Dague marocaine au manche en os de chameau,fourreau en laiton et lame gravée de caractères Arabes.
558-Dague du Daghestan S. 558-Dague du Daghestan S.
codifiées, les communautés montagnardes (djamaats) ont obtenu un degré considérable Aux seizième et dix-septièmes siècles, des traditions légales ont été d'autonomie, tandis que le potentats Kumyk (Shamhal) demandait la protection du Tsar. Les Russes ont intensifié leur prise dans la région au dix-huitième siècle, quand Pierre Le Grand a annexé le Dagestan au cours de la 1 ère guerre Russo-Persane. Bien que les territoires aient été retournés à Perse en 1735, les hostilités suivantes eurent comme conséquence la capture russe de Derbent en 1796.Le dix-huitième siècle a également vu la réapparition du Khanate d'Avaristan, qui est parvenu à repousser les attaques de Nadir Shah de Perse et a repris Shirvan et La Georgie. En 1803 le khanate s?est volontairement soumis à l'autorité russe, mais cela a pris à la Perse une décennie pour reconnaître le Dagestan comme possession russe. L'administration russe, cependant, a déçu et a rendu amer les montagnards. L'établissement d?une imposition lourde, couplée à l'expropriation des domaines et à la construction des forteresses (Makhatchkala y compris), a électrifié les montagnards qui se sont révolté sous l'égide des musulmansImamate de Dagestan, mené par Ghazi Mohamed(1828-32), Gamzat Bek(1832-34) et Shamil(1834-59). Cette guerre Caucasienne fait rage jusqu'en 1864, quand Shamil a été capturé et le Khanate d'Avaristan a été supprimé.
Le Dagestan et la Chechenie ont profité de la guerre Russo-Turc 1877-1878, pour se lever contre la Russie Impériale pour la dernière fois. Après la guerre civile russe, le Daghestan est devenu une province de l?URSS en 1921. Les dagues de cette contré se reconnaissent à leur manche de type Kindjal, et a leur décoration d?argent travaillé. Sur la dague présenté est écrit : l?homme 1714

HAHI DAWOOD DAGHRESTANI 1127
559-Dague de Kerala (Gold)(Inde )S. 559-Dague de Kerala (Gold)(Inde )S.
Forme de pesh Kabz originaire de Kerala en Inde.Le manche et la virole sont damassés d'or.
570 Couteau Afghan S. 570 Couteau Afghan S.
Couteau Pliant a la Destain d'origine Afghane.
576-Choora Afghane  S. 576-Choora Afghane S.
Poignard typique des tribus comme les Pachtoun vivant dans la région de la passe de Khyber en Afghanistan.La lame est forgée en forme de "T" pour lui donner de la force pour percer les cuirasses.
577-Choora Afghane S. 577-Choora Afghane S.
Poignard typique des tribus comme les Pachtoun vivant dans la région de la passe de Khyber en Afghanistan.La lame est forgée en forme de "T" pour lui donner de la force pour percer les cuirasses.
585-Bichwa (Inde)S. 585-Bichwa (Inde)S.
Voici un poignard peu connu Il s'agit d'une arme hindoue, nommée "bichwa", ce qui parait-il signifierait "dard de scorpion" . Ce poignard de combat était produit en grande quantité en Inde, essentiellement dans la région centrale et méridionale du Deccan. On trouve une grande variété de pièces différentes, tant au niveau des formes que des finitions, de la plus rustique en acier quasi brut, jusqu'à la plus travaillée, avec des ciselures et inserts de métaux précieux et différant types de lames voir de double lames.
588-Bichaq (Balkan) S. 588-Bichaq (Balkan) S.
BOSNIE (ERZEGOVINE) - TURQUIE ? ARMENIE
Le bichaq ( couteau en turc) est très répandu dans les pays des Balkans et apparait sous différente formes en fonction des provinces et pays d?origine . La lame est souvent damassée et a simple tranchant, le fil rejoignant le dos a la pointe .Le manche pouvant être fabriqué de bois mais plus souvent d?os , de corne ou d?ivoire est souvent ouvragé et orné d?or , argent et pierreries. L?arrière du manche se termine souvent par deux oreilles comme le yatagan, mais pas systématiquement. Le fourreau peut être fait de bois recouvert d?argent ou de métal divers, mais toujours travaillé finement.
En fait on pourrait le comparer a un mini yatagan.
353-Bou Saadi (Algérie) S. 353-Bou Saadi (Algérie) S.
Couteau typique du sud Algérien, très coupant, avec une lame décorée de motif locaux.Le fourreau est de bois recouvert de cuir.Le manche est de bois avec une virole recouverte de fil de fer ou de laiton.
507-Janwi (Maroc)  S. 507-Janwi (Maroc) S.
Dague marocaine à lame droite du 19ème siècle. Le style de la dague est indigène au Maroc, bien que certains auteurs croient que le Janwi a été inspiré par les dagues européennes à lame droite. Le terme, "Janwi" pourrait être une corruption linguistique du nom de la ville italienne " Gênes". Une poignée en morceau d'os de chameau. Double lame bordée avec quelques motifs floraux. La lame peut avoir des origines européennes, probablement convertie de dague européenne, ou d'une épée cassée. La gaine de bois couverte avec du tissu , du cuir et des parties en laiton décoré avec les motifs de style orientaux.
1668- Double dague Inde 18th S. 1668- Double dague Inde 18th S.
Cette dague en acier au fin damas Damas est couverte sur sa poignée d'un riche travail à l'argent, les deux parties s'emboitent l'une dans l'autre grâce a des encoches en forme de T découpées dans une des dague et en protubérance dans l'autre.
1671- Pata Lame Katar 18 th ( Inde) S. 1671- Pata Lame Katar 18 th ( Inde) S.
1680- Poire a poudre Inde 19th S. 1680- Poire a poudre Inde 19th S.
Sans aperçu
Type :
Taille : 0 Ko
1794- Jezail Afghan 19th ( Afghanistan)  Damascene barrel 1794- Jezail Afghan 19th ( Afghanistan) Damascene barrel
Ces grands et lourds fusils Afghan ont été utilisé notamment dans les guerres Anglo-Afghanes . On retrouve une platine a silex marquée d'un lion tenant une couronne , probablement de type Brown Bess anglais. La queue de détente est cônique, et le long canon en Damas tès fin.
1865- Khanjar Oman Double gorge.  (Personal collection) S. 1865- Khanjar Oman Double gorge. (Personal collection) S.
1830- Shamshir Perse 18 eme siecle.S. 1830- Shamshir Perse 18 eme siecle.S.
1766- Khanjar Oman Rhino.  (Personal collection) S. 1766- Khanjar Oman Rhino. (Personal collection) S.
1833- Khanjar Indien 18 eme siecle S. 1833- Khanjar Indien 18 eme siecle S.
Sans aperçu
Type :
Taille : 0 Ko
1859- Afghan Choora (Personal collection) 1859- Afghan Choora (Personal collection)
1834-1862-1745- Afghan Lohar (Personal collection) 1834-1862-1745- Afghan Lohar (Personal collection)
Sans aperçu
Type :
Taille : 0 Ko
1902- Dhal Perse  18th.jpg 1902- Dhal Perse 18th.jpg
1901- Kindjal Caucasien 18th-19th S. 1901- Kindjal Caucasien 18th-19th S.
1900-Kindjal Ottoman 18th-19th S. 1900-Kindjal Ottoman 18th-19th S.
1899- Kindjal Caucasien 18Th - 19th. S. 1899- Kindjal Caucasien 18Th - 19th. S.
1898-Kindjal Perse 19th. S. 1898-Kindjal Perse 19th. S.
1897- Kindjal Qama Geant 95 cm 18 th. S. 1897- Kindjal Qama Geant 95 cm 18 th. S.
1896- Kindjal Caucasien 18th Ivoire Teinté  Vert.S. 1896- Kindjal Caucasien 18th Ivoire Teinté Vert.S.
1895- Kindjal Ottoman 18 th. S. 1895- Kindjal Ottoman 18 th. S.
1954-55-56- Afghan Percussion gun ( Afghanistan 19th) 1954-55-56- Afghan Percussion gun ( Afghanistan 19th)
1953- Kilij Ottoman (Turkia 18-19th) Not for sale 1953- Kilij Ottoman (Turkia 18-19th) Not for sale
1952- Kilij Pala Ottoman (Turkia 18-19th) Not for sale 1952- Kilij Pala Ottoman (Turkia 18-19th) Not for sale
1943- Khanjar Indo Afghan lame wootz ( Afghanistan) 1943- Khanjar Indo Afghan lame wootz ( Afghanistan)
1905- Kanjar Zabidi ( Yemen) 1905- Kanjar Zabidi ( Yemen)
1942- Khanjar Poignée Ivoire ( Oman) 1942- Khanjar Poignée Ivoire ( Oman)
1940- Khanjar ( Yemen) S. 1940- Khanjar ( Yemen) S.
1947- Khanjar Perse Ivoire de Morse et lame Wootz ( Persia Walrus ivory and Woot 1947- Khanjar Perse Ivoire de Morse et lame Wootz ( Persia Walrus ivory and Woot
1964- Koummiya Or- Argent ( Maroc 1954) S. 1964- Koummiya Or- Argent ( Maroc 1954) S.
Koummiya offerte par le Pacha de Marrakech Thami El Glaoui au champion de Golf Jacques Leglise en 1954.
1961- Pala Perse Fin Gajar (Perse) S. 1961- Pala Perse Fin Gajar (Perse) S.
1984- Koummiya 1960-70 HASSAN II (Maroc) Not for sale 1984- Koummiya 1960-70 HASSAN II (Maroc) Not for sale
Cette Koummiya fut commandée par le Pacha d'une importante ville du Maroc pour une visite du roi Hassan II qui , au final, n'est pas venu. La dague fut revendue.
Elle est faite d'argent pur, de decoration d'or et de 7 rubis.

This Koummiya was ordered by the Pasha of an important city in Morocco for a visit of King Hassan II, who in the end did not come. The dagger was sold.
It is made of pure silver, gold decoration and 7 rubies.
1945- Salawar sword ( Khyber pass Afghanistan) 1945- Salawar sword ( Khyber pass Afghanistan)
1986- YEMENI KHANJAR - JAMBIYA (YEMEN) Not for sale 1986- YEMENI KHANJAR - JAMBIYA (YEMEN) Not for sale
Les pieces d'or de décoration sont des contrefaçons de Sequin ( Ducat) Venitiens du 17 eme siecle. Les bedouins au debut du 20 eme etait coutumier de faire des reproductions de divers monaies pour leurs échanges commerciaux. On retrouve donc la representation de Jesus dans un dedign digne de l'art contemporain.
1985- Arab silver Saif ( Arabic peninsula) not for sale 1985- Arab silver Saif ( Arabic peninsula) not for sale
2019- Koummiya gold and Rhino ( Morocco) Not for sale 2019- Koummiya gold and Rhino ( Morocco) Not for sale
2043- Koumiya griffe de Lion poignée Rhino 1920 (Maroc) S. 2043- Koumiya griffe de Lion poignée Rhino 1920 (Maroc) S.
Travail typique des bijoutier Juifs de Meknes.
2042- Koumiya  poignée Rhino 1922 (Maroc) not for sale 2042- Koumiya poignée Rhino 1922 (Maroc) not for sale
Daté de 1340 de l'hegire, soit 1922-23.
2044- Koumiya cloisonée et émaille fin 19 eme (Maroc) not for sale 2044- Koumiya cloisonée et émaille fin 19 eme (Maroc) not for sale
2007- Moroccan Koummiya 18th ( Morocco) Not for sale 2007- Moroccan Koummiya 18th ( Morocco) Not for sale
Rhino Grip
2043- Griffe de lion ( Maroc) Not for sale 2043- Griffe de lion ( Maroc) Not for sale
Rhino grip Dated 1919 and the blade dated 1780
2095- Nimcha 18eme Rhino grip (Morroco) 2095- Nimcha 18eme Rhino grip (Morroco)
2097- Koummiya Rhino grip ( Morocco)S. 2097- Koummiya Rhino grip ( Morocco)S.
2185- Moroccan Lion Claw 1793 (Morocco) Not For Sale 2185- Moroccan Lion Claw 1793 (Morocco) Not For Sale
2188- Zulficar sword 17-18 th ( Inde). S. 2188- Zulficar sword 17-18 th ( Inde). S.
2149- Genoui Rhino hilt , enamel silver ring and gold decoration (Morocco) 2149- Genoui Rhino hilt , enamel silver ring and gold decoration (Morocco)
Dated 1222 or 1277 of Hegire.
2118- Yatagan Cloisoné et emaillé 17th 5 Empire ottoman) 2118- Yatagan Cloisoné et emaillé 17th 5 Empire ottoman)
Price on request.





MonSite, création et hébergement gratuit de sites web