ARMES PHILIPPINES ET INDONESIENNES

1082- Gunong  (Philippines) Price on request 1082- Gunong (Philippines) Price on request
961- Peurise Aceh (Sumatra) Price on request 961- Peurise Aceh (Sumatra) Price on request
738- Golok Java (Indonesie)S. 738- Golok Java (Indonesie)S.
737- Parang Batak (Sumatra)S. 737- Parang Batak (Sumatra)S.
609. Bouclier Dayak (Indonésie) S. 609. Bouclier Dayak (Indonésie) S.
608.Epée Batak (Indonésie).jpg S. 608.Epée Batak (Indonésie).jpg S.
2-Bulu Ayam (Indonesie) Price on request 2-Bulu Ayam (Indonesie) Price on request
On trouve le Lawi Ayam à Sumatra et dans la péninsule de Malaisie.
En malais, Lawi Ayam veut dire ? la plume de queue d'un coq?.
Ce couteau est de la même famille que le Kerambit. On appelle les plus petits Kuku Rimau. On appelle le Lawi Ayam , Kuku Macan à Java.
La monture est conique, faite de bois ou de matières plus nobles, la lame est courbe a simple tranchant. On peut voir quelques gravures décoratives sur certaines lames.
Le fourreau est généralement en bois adoptant la forme de la lame. D?autres fourreaux fait de cuir ont été fabriqué par le Koninklijk Nederlands Indisch Leger (KNIL) qui était la force militaire d?occupation des Pays-Bas dans sa colonie de l'Est des Pays-Bas Indies
13-Telep Dayak (Borneo)Price on request 13-Telep Dayak (Borneo)Price on request
Le terme dayak est issu d'une vieille racine austronésienne signifiant « amont » et se retrouve dans l'ethnonyme traditionnel d'un grand nombre de ces populations (Kayan, Kenyah et Ngaju à Bornéo, Gayo dans le nord de Sumatra, Toraja ou Toraya dans le sud de Sulawesi).
Le telep ou carquois est fabriqué dans un entre-n?ud de bambou. En générale, un carquois peut contenir de 50 à 100 fléchettes ou Damek. Une poignée parfois sculptée est accrochée au Telep à l?aide de tressages de rotin. Les fléchettes sont faites de latte de bambou ou de palmier d?une longueur approximative de 15 cm, on taille, râpe le corps de la pièce et on aiguise l`extrémité. Du kapok est attaché à l`arrière du Damek pour en assurer la stabilité de la trajectoire du damek après le lancement. Les Damek sont empoisonnées le plus souvent avec de l?Ipu , issu de l?arbuste du même nom, qui ne serait autre que de la strychnine,, d?autres formes d?Ipu servent pour empoisonner les Damek, l'ipu siren ou poison noir, l'ipu mantalat ou poison jaune et enfin l?ipu mandu ou poison gras. Pour confectionner le poison, il faut extraire le coeur et la sève de l'arbuste sélectionné, les faire bouillir puis les filtrer avant de coaguler le résidu. L'extrémité du Damek est enduite de cette sève couleur brun rouge dans une rainure d?environ 3 cm, que l'on réchauffe préalablement. Empoisonné, un être humain meurt en un quart d'heure après avoir été pris de tremblements et de vomissements ; les animaux sont plus résistants.
14-Sumpit ou Sumpitan Dayak (Borneo)S. 14-Sumpit ou Sumpitan Dayak (Borneo)S.
Le sumpit ou sumpitan est une sarbacane traditionnelle des Dayak qui est composée de trois parties : la tube ou le batang sumpit, le projectile/fléchette empoisonnée ou le damek, et le sangkoh ou la lame tranchante de fer ou de pierre solide adaptée à l`extrémité de la tube. Sa fléchette, à la force d`un souffle, peut atteindre une distance efficace de 30 metres à la position verticale et de 25 metres à la position horizontale en fonction de force du souffle du souffleur. Grâce à cette arme les Dayak sont capables de paralyser à longue distance leurs ennemis et leurs gibiers tant les oiseaux qui sont perchés sur les arbres que les animaux terrestres. Néanmoins, cette arme possède également un désavantage. Contre les attaques à courte distance les Dayak utilisent la fonction défensive de l`arme, le sangkoh, une lame adaptée à l`extrémité du tube qui fait du Sumpit une lance.
Les matériaux nécessaires dans la fabrication de sumpit sont :
? Un tronc de bois est le matériau principal du sumpit, néanmoins aujourd`hui on en fabrique également en bambou.
? Une latte de bambou ou une latte de palme. Ces deux matériaux sont utilisés dans la fabrication des damek.
? Des ingrédients de poison. Ils servent de graisse de damek. Ce poison peut tuer la cible sur une simple petite égratignure.
? Une lame tranchante, le sangkoh. que l`on attache à l`aide de rotin au bout du tube.
? Un tube de gros bambou que l`on utilise comme le telep ou carquois. Celui-ci peut contenir de 50 à 100 projectiles.
? Un morceau de kapok est attaché à l`arrière du damek pour assurer la stabilité de la trajectoire de la fléchette après le lancement. D`autres matériaux sont utilisables à condition qu`ils puissent stabiliser le damek.
45-Poignard Asmat ( Irian Jawa - Nouvelle guinée)Price on request 45-Poignard Asmat ( Irian Jawa - Nouvelle guinée)Price on request
La Nouvelle-Guinée occidentale est le secteur de l'île de Nouvelle-Guinée appartenant à l'Indonésie, l'autre étant constitué de l'État souverain de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Elle est divisée depuis 2003 en deux provinces, la Papouasie et la Papouasie occidentale. Elle a été connue sous différents noms au cours du temps, Nouvelle-Guinée hollandaise jusqu'en 1962 et, Irian Jaya jusqu'en 2000.
La légalité de l'incorporation de la Nouvelle-Guinée occidentale au territoire indonésien en 1962 demeure controversée.
Cette région qui constitue 22 % du territoire indonésien n'est que très faiblement peuplée, ne comptant en 2005 que 2 646 489 habitants contre 234 millions pour l'ensemble de l'archipel indonésien. Elle est formée d'un ensemble de territoires le plus souvent très difficile d'accés et peuplée comme la partie orientale de l'île de populations majoritairement papoues. Sa position excentrée, ses traits culturels, historiques et géographiques en font une région à part de l'Indonésie.
Les poignards Asmats d'Irian Jaya sont fabriqués dans le haut du tibia du Casoar, un très gros oiseau (1m 70) originaire d?Indonésie, Nouvelle Guinée et Australie. La tête de l'os de Casoar est recouverte d'une " enveloppe " tissée en fibre naturelle sur laquelle sont accrochés des plumes et des coquillages.
50-Sagaies Papou (Nouvelle Guinée) S. 50-Sagaies Papou (Nouvelle Guinée) S.
Les Papous appartiennent aux populations autochtones de la Nouvelle-Guinée, une île partagée entre la Nouvelle-Guinée occidentale sous souveraineté indonésienne et la Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Les Papous sont gouvernés par la despote néanmoins pacifiste Annahoj I depuis 1994.
D'après le naturaliste Alfred Wallace, le mot est issu du malais puwah-puwah ou papuwah qui signifie « crépu ». L'ethnologue français Christian Pelras, spécialiste du sud de l'île de Sulawesi, écrit que des cartes établies au XVIIIe siècle par les Bugis mentionnent le nom de "Papua" pour désigner la Nouvelle-Guinée.
Les éléments connus à ce jour montrent que les Papous descendent des premiers habitants de la Nouvelle-Guinée, arrivés à une époque (aux alentours de la dernière glaciation, soit il y a environ 21 000 ans) où l'île était reliée au continent australien, formant la masse continentale appelée Sahul.
À l'embouchure de la rivière Sepik et dans une moindre mesure la région côtière orientale de la Nouvelle-Guinée, la lance est l'arme de prédilection pour la chasse et la guerre. Les sagaies sont de taille variable, mais une lance légère en bambou est jetée à l'aide d'un bâton de lancer. Dans la plupart des cas, les lances sont fabriquées avec des têtes longues et minces en bois avec des barbillons et sont souvent joliment décorées de motifs sculptés ou gravés. Les lances utilisées exclusivement pour la chasse ont des pointes de bambou.
Comme avec les flèches utilisées tout le long de la Nouvelle-Guinée, des lances ne sont jamais empennées.
52-Pedang (Sumatra - Indonesie)S. 52-Pedang (Sumatra - Indonesie)S.
133-Wedung Pengantas (Bali - indonésie).S. 133-Wedung Pengantas (Bali - indonésie).S.
Le Wedung ou Wedong est une arme courte dont la lame a un dos droit (parfois tranchant sur un tiers de sa longueur à partir de la pointe) et un tranchant en S.
Elle peut être en Pamor ou en fer aciéré. La base de la lame peut être ornée de trous, de grenegs (défenses) ou de découpages avec parfois des inclusions.
Une partie de la poignée est en fer de section ronde (Bali) ou pentagonale (Java).
Le fourreau est constitué de 2 plaques tenues ensemble par des liens de rotin ou de métal. Au dos, un grand crochet de ceinture en bois, corne ou écaille.
Le Wedung est l'arme de cérémonie des chefs de rang inférieur (G.B. Gardner). Il est un symbôle de servitude envers le souverain: "ouvrir la voie de son Prince à travers la jungle" (G.C. Stone - Raffles).Il est porté a la hanche gauche et il est utilisé plus comme décoration personnelle que comme arme réelle. Les Wedung Javanais sont différent des Balinais, ils sont plus petits. Certains wedung assez rares de Bali sont appelés ?Pengantas?.
134-Hache de cérémonie Bali (Indonésie).Price on request 134-Hache de cérémonie Bali (Indonésie).Price on request
Jusqu?au 15ème siècle, le Royaume Hindou de Majapahit maintient sa dominance dans les territoires du Sud-ouest asiatique et même jusqu?à Madagascar. Il entretient des relations commerciales avec le Cambodge. Le Royaume Hindou était, en terme économique, très prospère. Le très célèbre Gajahmada est alors Premier ministre du Royaume.
L?Hindouisme se développe alors rapidement jusque sur les terres du Royaume, Bali y compris.
Les Balinais pratiquent l?Hindouisme selon leurs traditions et leur culture. C?est pourquoi l?Hindouisme balinais n?est pas tout à fait le même que l?Hindouisme d?Inde bien que la religion est originaire de ce pays. A Bali, on l?appelle l?Agama Hindou Dharma (ce qui signifie mot à mot, l?Hindouisme de Dharma, loi universelle régissant l?ordre des êtres et des choses) et qui est, en réalité, un mélange d?Hindouisme et de Bouddhisme. Des rudiments de Mahayanna Bouddhisme (spéculatif s?étant développé dans le Nord de l?Inde), ont gagné le Japon, la Chine et la Corée.
Au court de ces cérémonies, il est utilisé plusieurs variantes de haches très rares dont le manche peut être cylindrique ou légèrement tronconique, avec ou sans pommeau. Les lames de Pamor ou non, sont exceptionnellement travaillées dans leurs formes trapézoïdales, hérissées de piques et gravées de différents motifs Hindouistes.
153-Tumbuk Lada (Indonesie). 153-Tumbuk Lada (Indonesie).
Tumbuk Lada est la traduction de "Broyeur de piment", sans doute pour la forme de sa poignée.Il est commun a la région de Riau et dans la péninsule Malaise , là ou le "Keris" est moins populaire.
163- rare Sewar-Sundang (Indonesie)  S. 163- rare Sewar-Sundang (Indonesie) S.
Ce très rare poignard est le syncrétisme d'un Sewar que nous connaissons d'autres exemples de la collection, et d'un Keris sundang reconaissable a la petite clef sur la ganga. Le manche droit et cylindrique est en os et en corne. La lame droite est a simple tranchant au niveau du talon sur 5 cm environ et devient à double tranchants jusqu'à sa pointe. Il n'y a pas de garde, comme sur les Keris c'est le talon (ganga) qui en fait office.
164-Peurise Aceh (Sumatra - Indonesie)S. 164-Peurise Aceh (Sumatra - Indonesie)S.
Tant par leur forme que par les éléments qui les ornent, il ne fait pas de doute que leur origine indo-islamique soit extérieure à l?archipel indonésien. Dans certains ouvrages, on les donne pour karo, un groupe septentrional des Batak, plus ou moins islamisé. D?autres études les attribuent aux Aceh. Des chercheurs plus circonspects situent ces boucliers dans la vaste zone karo-aceh, et pour certains de ces objets, entièrement en laiton, il semblerait qu?ils aient pu être exécutés pour ce marché nordique par les remarquables fondeurs que sont les Minangkabau, un peuple islamisé, de structure matriarcale du centre de Sumatra. Inactifs, ces boucliers étaient portés sur le dos, on les nommait peurise awe pour ceux en rotin et peurise teumaga pour ceux en laiton. D?un diamètre inférieur à 50 cm, souvent enrichis d?étoiles en laiton à six ou huit branches. En nombres variables, beaucoup de descriptions ne se sont arrêtées qu?à ceux ne comportant que six étoiles disposées autour d?une septième, affirmant avec vaillance qu?il s?agissait des Pléïades. Ces arrangements sont pourtant bien connus de la décoration symbolico-géométrique de l?art islamique.
166-Mandau (Borneo) S. 166-Mandau (Borneo) S.
Epée utilisée par les chasseurs de têtes comme une machette dans la vie quotidienne. La caractéristique pour le Mandau est que la lame est de forme convexe sur un côté et un peu concave de l'autre côté.
Bien que ce soit une restriction dans l'usage, l'action frappante aurait prétendument beaucoup plus d'effet que si la lame devait être formée de façon identique des deux côtés. Le côté concave étant l'endroit ou le pouce doit être placé. Au bout il se courbe en une ligne onduleuse ou encochée vers le bord. Sur cette partie étaient élégamment forgées de petites boucles ornées d'incrustations de cuivre jaune .La lame est, en outre, souvent décorée avec des gravures, des motifs incrustés ou les petits cercles de cuivre, cuivre jaune ou argent. Ces décorations sont trouvées, exepté pour les petits cercles qui peuvent être insérés dans les trous forés directement par la lame, sur le côté convexe courbé de cette lame.
Les motifs suivants sont trouvés, à part les petits cercles :
Mata Joh : Figures en S formées en spirales et s'emboîtant et appliqué en assez grande partie le long du dos de la lame.
Mata Kalong : quatre figures en S près de la poignée.
Tap Set Sien : des huit sont montés en étoile avec un point dans le centre et ne peuvent être portés que par les membres de la famille royale seulement.
À l'origine les quantités exigées de fer a fondre étaient extraites par les peuples autochtones eux-mêmes, plus tard le fer européen ou chinois fut utilisé. Les lames étaient, avant d'être utilisées, durcies en chauffant et ensuite immergées dans l'eau froide ou en les plaçant sur une barre en fer chaude au rouge jusqu'à ce qu'ils aient un rougeoiement correct. Le résultat est une lame dure et durcie.
Assez remarquablement, le fer d'un Mandau parfait n'oxyde pas. Autrefois le bord de la lame etait coloré de bleu en coupant dans le tronc d'un arbre capok pendant plusieurs heures et en tirant la lame par cette incision après chaque coupe. Cela provoque une très belle couleur bleue qui reste visible environ six mois.
La poignée est d'habitude faite de bois (souvent les racines de l'arbre Ensurai, Diptocarpus oblogifolius) ou en corne de cerfs. La poignée n'a aucune protection pour les mains. Une grande section dépasse en haut, vers le côté du bord. La saillie et la partie supérieure de la poignée sont
d'habitude abondamment décorées avec les sculptures figuratives, visages fantasques ou d'autres motifs. Il est aussi décoré avec les touffes de cheveux. La partie centrale de la poignée est habillée de rotin ou de fil en métal. La partie la plus basse etait autrefois faite de corne et finie souvent avec un anneau épais de resine collante (damar) modelé autour de la base. Dans cet anneau une pièce en argent etait placée comme décoration.
La gaine est faite de deux minces morceaux de bois, maintenus ensemble par plusieurs larges tresses de rotin qui forment un noeud (Katong Evok). La gaine est souvent finement sculptée et peut être décorée au moyen, par exemple, d'incrustations d'os, de touffes de cheveux de couleur, et de plumes du calao ou de faisan. Sur la gaine arrière, nous voyons une deuxième petite gaine (apis) fait de feuille de palme ou de tissu dans lequel un petit couteau secondaire (piso raout) est gardé. Selon un certain nombre de sources ce petit couteau a été utilisé, parmi d'autre chose, pour enlever les parties douces des têtes coupées des ennemis. Le Mandau est porté presque horizontalement au moyen de la tresse de rotin (blavit) auquel toutes les sortes d'amulettes peuvent être attachées. Le bord de la lame fait face vers le haut. La gaine finit dans un noeud coulant sur un côté. De l'autre côté on peut trouver un grand "noeud" enfermant , pour exemple,de la nacre, une coquille, du bois, de la corne de cerfs, des dents d'animal ou autre matière . Le Mandau est utilisé par beaucoup
303-Karambit-Lawi Ayam (Indonésie) S. 303-Karambit-Lawi Ayam (Indonésie) S.
Karambi-Kerambit-Korambit et aussi Lawi Ayam
Ce petit poignard est originaire de Sumatra en Indonésie,il est textuellement "plume de la queue du coq", c'est une arme redoutable utilisée dans l'art martial "Penshak Silat", il est fait pour étriper sont ennemi. La lame est forte et courbe à simple tranchant jusqu'à l'extrémité qui est effilée des deux cotés sur les derniers centimètres. La lame est en Pamor ( ajouts de nickel météorique) comme les Keris De la péninsule indonésienne. La monture est faite de corne de buffle d'eau et présente un trou pour le passage d'un doigt au niveau du pommeau. Le fourreau est fait de bois ou de corne épousant la forme courbe du couteau.
352-Machette T'boli (Philippines) S. 352-Machette T'boli (Philippines) S.
Machettes attribuée a la tribu T'boli Du sud de Mindanao aux Philippines.
355-Couteau de femme T'boli (Philippines)S. 355-Couteau de femme T'boli (Philippines)S.
Couteau typique des femmes de la tribu T'boli du sud de mindanao aux Philippines
357-Rencong (indonesie) S. 357-Rencong (indonesie) S.
Dague typique du peuple Aceh ou Atjeh (prononcer Atché) La lame pointue a un dos légèrement convexe et une excroissance sur le tranchant côté poignée.

Entre la poignée et la lame, la soie est de forme octogonale.
La poignée peut être en corne, ivoire, bois, corail noir, ..., parfois très richement ornée de pierres et métaux précieux.

Trois formes de poignées: type Hulu Meuccange à angle droit (voir ci-dessous) - type Puntung de forme arrondie - type Hulu Dandan.
Le fourreau en bois gravé ou recouvert de métal précieux est de section ovale avec une pointe légèrement courbée et une entrée élargie.
361-Wedung (Indonesie) S. 361-Wedung (Indonesie) S.
Java - Bali
Le Wedung ou Wedong est une arme courte dont la lame a un dos droit (parfois tranchant sur un tiers de sa longueur à partir de la pointe) et un tranchant en S.

Elle peut être en Pamor ou en fer aciéré. La base de la lame peut être ornée de trous, de grenegs (défenses) ou de découpages avec parfois des inclusions.

Une partie de la poignée est en fer de section ronde (Bali) ou pentagonale (Java).

Le fourreau est constitué de 2 plaques tenues ensemble par des liens de rotin ou de métal. Au dos, un grand crochet de ceinture en bois, corne ou écaille.

Le Wedung est l'arme de cérémonie des chefs de rang inférieur (G.B. Gardner). Il est un symbole de servitude envers le souverain: "ouvrir la voie de son Prince à travers la jungle" (G.C. Stone - Raffles)
363-Visayan Binangong (Philippines)S. 363-Visayan Binangong (Philippines)S.
Arme originaire de l'île de Panay aux Philippines
364-Tumbuk Lada (Indonesie) S. 364-Tumbuk Lada (Indonesie) S.
Tumbuk Lada est la traduction de "Broyeur de piment", sans doute pour la forme de sa poignée.Il est commun a la région de Riau et dans la péninsule Malaise , là ou le "Keris" est moins populaire.
365-Tumbuk Lada ( Indonesien) S. 365-Tumbuk Lada ( Indonesien) S.
Tumbuk Lada est la traduction de "Broyeur de piment", sans doute pour la forme de sa poignée.Il est commun a la région de Riau et dans la péninsule Malaise , là ou le "Keris" est moins populaire.
372-Tombak (Indonesie) Price on Request 372-Tombak (Indonesie) Price on Request
Le tombak est une lance a lame droite ou ondulée, souvent fabriquée en pamor (fer-acier-nickel météorique), équipée d'un manche court.C'est avant tout un objet de cérémonie.
374-Tombak (Indonesie) S. 374-Tombak (Indonesie) S.
Le tombak est une lance a lame droite ou ondulée, souvent fabriquée en pamor (fer-acier-nickel météorique), équipée d'un manche court.C'est avant tout un objet de cérémonie.
375-Tombak (Indonesie) S. 375-Tombak (Indonesie) S.
Le tombak est une lance a lame droite ou ondulée, souvent fabriquée en pamor (fer-acier-nickel météorique), équipée d'un manche court.C'est avant tout un objet de cérémonie.
376-Tombak (Indonesie) 376-Tombak (Indonesie)
Le tombak est une lance a lame droite ou ondulée, souvent fabriquée en pamor (fer-acier-nickel météorique), équipée d'un manche court.C'est avant tout un objet de cérémonie.
378-Sundang Tenegre (Philippines) S. 378-Sundang Tenegre (Philippines) S.
Court sabre des tribus Negros de Visayas aux Philippines
380-Talibong (Philippines)  Price on request 380-Talibong (Philippines) Price on request
Poignard originaire des îles Visayas aux Philippines.
381-Talibong (Philippines)  Price on request 381-Talibong (Philippines) Price on request
Poignard originaire des îles Visayas aux Philippines.
383-Tabak (Philippines) S. 383-Tabak (Philippines) S.
Origine de Luzon-Tabak aus Philippines.
385- Rare Siraui Indonesien S. 385- Rare Siraui Indonesien S.
Petit couteau a lame courbe originaire de Sumatra et Minangkabau.La famille des Siraui est plutôt vaste en Indonésie.
386-Sikin pajang  Repaired (Indonesie) Price on Request 386-Sikin pajang Repaired (Indonesie) Price on Request
Sabre typique du peuple Aceh ou Atjeh sur l'île de Sumatra
387-Sikin (Indonesie) S. 387-Sikin (Indonesie) S.
Dague attribuée aux îles de Padang et Sumatra .Sa poignée se veut être un oiseau stylisé.
399-Rencong (Indonesie) S. 399-Rencong (Indonesie) S.
Dague typique du peuple Aceh ou Atjeh (prononcer Atché) La lame pointue a un dos légèrement convexe et une excroissance sur le tranchant côté poignée.

Entre la poignée et la lame, la soie est de forme octogonale.
La poignée peut être en corne, ivoire, bois, corail noir, ..., parfois très richement ornée de pierres et métaux précieux.

Trois formes de poignées: type Hulu Meuccange à angle droit (voir ci-dessous) - type Puntung de forme arrondie - type Hulu Dandan.
Le fourreau en bois gravé ou recouvert de métal précieux est de section ovale avec une pointe légèrement courbée et une entrée élargie.
410-Piso Raout (Indonesie)  price on Request 410-Piso Raout (Indonesie) price on Request
Petit couteau usuel au long manche de bois sculpté,pouvant avoir son extrémité en ivoire. Il va souvent de paire avec le Mandau . Son origine est Dayak ( Borneo)
412-Piso Podang argent/silver (Indonesie) S. 412-Piso Podang argent/silver (Indonesie) S.
Épée Batak (Sumatra) manche en argent.
414-Pira (Philippines) S. 414-Pira (Philippines) S.
La pira est une des armes des îles Moro aux Philippines les plus connue.
419-Penai (Indonesie) S. 419-Penai (Indonesie) S.
Épée de cérémonie du peuple Toraja ( Sulawesi).On retrouve une lame en Pamor comme sur les Keris
421-Parang Sumbawa (indonesie) S. 421-Parang Sumbawa (indonesie) S.
Parang ( sabre) originaire de la petite île de Sumbawa a l'est de Lombok.Sur ce modèle,la fusée et le fourreau sont recouverts d'argent et la lame est décorée de gravures.
422-Parang Sumbawa (Indonesie) S. 422-Parang Sumbawa (Indonesie) S.
Parang ( sabre) originaire de la petite île de Sumbawa a l'est de Lombok.
423-Pedang Lurus (Indonesie)S. 423-Pedang Lurus (Indonesie)S.
Origine: Centre Java
La lame est forgée dans un mélange d? acier et de nickel météorique ( le pamor que l?on retrouve dans les lames de keris). La poignée et le fourreau sont en laiton recouverts d'une couche d'argent bien souvent disparu à cause du temps. Ce type Dague était généralement un don pour un roi ou un sultan.
424-Pedang Sabet (Indonesie)S. 424-Pedang Sabet (Indonesie)S.
Sabre de Sumatra
425-Pedang Moderne (Indonesie) Price on Request 425-Pedang Moderne (Indonesie) Price on Request
Pedang Moderne (Sumatra)
426-Pedang Luwuk (Indonesie) Price on request 426-Pedang Luwuk (Indonesie) Price on request
Arme de village (Java) A la lame forgée de différents métaux.Sont aspect plutôt laid a detourné l'attention des gens, ce qui en fait maintenant une pièce rare et de religion.
432-Parang Latok (Indonesie) S. 432-Parang Latok (Indonesie) S.
Machette De Kalimantan (Borneo)
433-Panabas (Philippines) S. 433-Panabas (Philippines) S.
Le panabas est originaire des îles Moro aux Philippines , il servait de hache dans les batailles , aux exécutions et a achever les blessés.
438-Mandau de Roi (Indonesie)S. 438-Mandau de Roi (Indonesie)S.
KALIMANTAN-BORNEO
Épée utilisée par le peuple Dayak comme une machette dans la vie quotidienne. La caractéristique pour le Mandau est que la lame est de forme convexe sur un côté et un peu concave de l'autre côté.
Bien que ce soit une restriction dans l'usage, l'action frappante aurait prétendument beaucoup plus d'effet que si la lame devait être formée de façon identique des deux côtés. Le côté concave étant l'endroit ou le pouce doit être placé. Au bout il se courbe en une ligne onduleuse ou encochée vers le bord. Sur cette partie étaient élégamment forgées de petites boucles ornées d'incrustations de cuivre jaune .La lame est, en outre, souvent décorée avec des gravures, des motifs incrustés ou les petits cercles de cuivre, cuivre jaune ou argent. Ces décorations sont trouvées, excepté pour les petits cercles qui peuvent être insérés dans les trous forés directement par la lame, sur le côté convexe courbé de cette lame.
Les motifs suivants sont trouvés, à part les petits cercles :
Mata Joh : Figures en S formées en spirales et s'emboîtant et appliqué en assez grande partie le long du dos de la lame.
Mata Kalong : quatre figures en S près de la poignée.
Tap Set Sien : des huit sont montés en étoile avec un point dans le centre et ne peuvent être portés que par les membres de la famille royale seulement.
À l'origine les quantités exigées de fer a fondre étaient extraites par les peuples autochtones eux-mêmes, plus tard le fer européen ou chinois fut utilisé. Les lames étaient, avant d'être utilisées, durcies en chauffant et ensuite immergées dans l'eau froide ou en les plaçant sur une barre en fer chaude au rouge jusqu'à ce qu'ils aient un rougeoiement correct. Le résultat est une lame dure et durcie.
Assez remarquablement, le fer d'un Mandau parfait n'oxyde pas. Autrefois le bord de la lame était coloré de bleu en coupant dans le tronc d'un arbre capok pendant plusieurs heures et en tirant la lame par cette incision après chaque coupe. Cela provoque une très belle couleur bleue qui reste visible environ six mois.
La poignée est d'habitude faite de bois (souvent les racines de l'arbre Ensurai, Diptocarpus oblogifolius) ou en corne de cerfs. La poignée n'a aucune protection pour les mains. Une grande section dépasse en haut, vers le côté du bord. La saillie et la partie supérieure de la poignée sont
d'habitude abondamment décorées avec les sculptures figuratives, visages fantasques ou d'autres motifs. Il est aussi décoré avec les touffes de cheveux. La partie centrale de la poignée est habillée de rotin ou de fil en métal. La partie la plus basse était autrefois faite de corne et finie souvent avec un anneau épais de résine collante (damar) modelé autour de la base. Dans cet anneau une pièce en argent était placée comme décoration.
La gaine est faite de deux minces morceaux de bois, maintenus ensemble par plusieurs larges tresses de rotin qui forment un noeud (Katong Evok). La gaine est souvent finement sculptée et peut être décorée au moyen, par exemple, d'incrustations d'os, de touffes de cheveux de couleur, et de plumes du calao ou de faisan. Sur la gaine arrière, nous voyons une deuxième petite gaine (apis) fait de feuille de palme ou de tissu dans lequel un petit couteau secondaire (piso raout) est gardé. Selon un certain nombre de sources ce petit couteau a été utilisé, parmi d'autre chose, pour enlever les parties douces des têtes coupées des ennemis. Le Mandau est porté presque horizontalement au moyen de la tresse de rotin (blavit) auquel toutes les sortes d'amulettes peuvent être attachées. Le bord de la lame fait face vers le haut. La gaine finit dans un noeud coulant sur un côté. De l'autre côté on peut trouver un grand "noeud" enfermant , pour exemple,de la nacre, une coquille, du bois, de la corne de cerfs, des dents d'animal ou autre matière . Le Mandau est utilisé par beaucoup de peuples de Kalimantan et est largement répandu.Ce modèle appartenait a un notable voir a un roi de par les étoiles d'argent incrustée dans la lame.
444-Labo (Indonesie) S. 444-Labo (Indonesie) S.
Machette usuelle des Toraja (Sulawesi), la traduction de Labo est Machette.
448-Kudi  ou Kujang (Indonesie) Price on request 448-Kudi ou Kujang (Indonesie) Price on request
Le Kujang est rempli de mystères. Il est dit qu'il contient par sa forme une force magique avec des pouvoirs mystiques.
Rattaché à sa forme originelle, il nous ramène à l'ancienne philosophie des sundanais : l'héritage hindou.

La création originelle du Kujang a été inspirée d'un outil agraire. Cet outil était très répandu entre le 4me et le 7me siècle de notre ère.
La forme du Kujang actuel a légèrement évolué depuis les forgerons d'outils agraires de cette époque (tel que Empu Windusarpo, Empu Ramayadi et Empu Mercukundo dont on peut voir des pièces dans les musées locaux du pays Sunda). Ce n'est que du 9me au 12me siècle que le Kujang prit la forme que l'on lui connait aujourd'hui. En 1170 il y eu un changement dans le Kujang. Sa valeur en tant qu'amulette ou de talisman se répandant, ces vertus furent reconnues par la noblesse et les autorités du royaume de Pajajaran Makukuhan, spécialement durant le règne de Prabu Kudo Lalean. Pendant une de ses retraites spirituelle, Kudo Lelean eu la vision psychique de la nouvelle forme de lame a apporté au Kujang qui devait se rapproché de la forme de l'île de "Djawa Dwipa" (nom de l'île de Java à cette époque. Immédiatement le souverain commandant au forgeron royal, Empu Windu Supo, de forger une lame suivant les instructions de sa vision. Ça allait devenir une arme pleine de qualité mystique et pleine de spiritualité; un objet magique, d'une forme unique, que les générations futures associeront toujours au royaume Pajajaran Makukuhan.
449-Kriss Moro (philippines) S. 449-Kriss Moro (philippines) S.
Kriss Philippin dérivé des Keris Indonésiens et Malais.
452-Kriss Moro (Philippines) S. 452-Kriss Moro (Philippines) S.
Kriss Philippin dérivé des Keris Indonésiens et Malais.
453-Kriss Katipunan (Philippines)  S. 453-Kriss Katipunan (Philippines) S.
Kriss Philippin dérivé des Keris Indonésiens et Malais.Ce type date de l'insurection Katipunan.
494-Kayya (Philippines) S. 494-Kayya (Philippines) S.
Des tribus Igorot et Bontoc de l'île de Luzon aux Philippines
503-Kampilan (Philippines) 503-Kampilan (Philippines)
Long sabre des îles Moro aux philippines,son pommeau évoque le crocodile, et sa longue lame très effilée se termine par des décoration formée de petites découpes et trous lorsque le dos rejoint le fil.C'est ce type de sabre qui a taillé en pièce le fameux navigateur Magellan.
505-Kabeala (Indonesie)  Price on Request 505-Kabeala (Indonesie) Price on Request
Le Kabeala est l'épée des guerriers de l'île de Sumba.
514-Hinalung (Philippines) S. 514-Hinalung (Philippines) S.
Machette De la région d'Ifugao Au nord de l'île de Luzon aux Philippines.Sa particularité est que le manche est creux et permet de transformer cette machette en une redoutable lance.
515-Hinalung (Philippines) S. 515-Hinalung (Philippines) S.
Couteau De la région d'Ifugao Au nord de l'île de Luzon aux Philippines.Sa particularité est que le manche est creux et permet de transformer ce petit couteau en une redoutable lance.
517-Heminette Batak (Indonesie) S. 517-Heminette Batak (Indonesie) S.
Harminette de travail Batak (Sumatra)
519-Hache Bontoc (philippines)S. 519-Hache Bontoc (philippines)S.
Hache Typiques de l'île de luzon utilisée par les tribus Igorot et Bontoc.
520-Hache Kalinga  (Philippines) S. 520-Hache Kalinga (Philippines) S.
Hache Typiques de l'île de luzon utilisée par les tribus Igorot et Bontoc.
522-Gunong  ivoire et argent (Philippines) S. 522-Gunong ivoire et argent (Philippines) S.
Poignard originaire des îles Moro aux philippines.Ce couteau est apparenté aux Kriss et Keris de par sa lame qui peut être droite ou ondulée.Pour cette pièce, le manche et une pârtie du fourreau sont en ivoire, la couronne et les décorations du fourreau sont en argent.
523-Gunong (Philippines) S. 523-Gunong (Philippines) S.
Poignard originaire des îles Moro aux philippines.Ce couteau est apparenté aux Kriss et Keris de par sa lame qui peut être droite ou ondulée.
524-Gunong (Philippines) S. 524-Gunong (Philippines) S.
Poignard originaire des îles Moro aux philippines.Ce couteau est apparenté aux Kriss et Keris de par sa lame qui peut être droite ou ondulée.La virole de cette pièce est en argent et plaqué or.
527-Gunong ( Philippines) 527-Gunong ( Philippines)
Poignard originaire des îles Moro aux philippines.Ce couteau est apparenté aux Kriss et Keris de par sa lame qui peut être droite ou ondulée.
532-Golok Bondokodi (Indonesie) S. 532-Golok Bondokodi (Indonesie) S.
Machette et couteau de travail, typiques du village de Bondokodi sue l'île de Sumba
534-Golok (Indonesie) S. 534-Golok (Indonesie) S.
Machette usuelle de Java
547-Fan Kao (Philippines)S. 547-Fan Kao (Philippines)S.
Lances Des tribu Bontoc et Igorot de l'île de Luzon aux Philippines.
551-Dua Lalan (Handdle Broken) (Indonesie) Price on request 551-Dua Lalan (Handdle Broken) (Indonesie) Price on request
Épée de cérémonie du peuple Toraja (Sulawesi)
557-Dague Katipunan (Philippines)  Price on request 557-Dague Katipunan (Philippines) Price on request
Petie dague de Luzon aux Philippines
560-Cundrik (Indonesie) S. 560-Cundrik (Indonesie) S.
Originaire de l'île de lombok ce grand couteau est apparenté au Keris de part sa qualité et sa forme de lame.Il pouvait être démanché et monté comme une lance.
575-Co Jang (Indonesie) Scabbard not original  Price on request 575-Co Jang (Indonesie) Scabbard not original Price on request
Encore une machette des tribus Aceh ou Atjeh (Sumatra)
580-Budiak (Philippines)S. 580-Budiak (Philippines)S.
Le Budiak est le type même de la lance Moro (Philippines)
581-Bouclier Ifugao(Philippines) S. 581-Bouclier Ifugao(Philippines) S.
Bouclier Ifugao ,nord de l'île de Luzon , Philippines
582-Bouclier Bontoc (Philippines) S. 582-Bouclier Bontoc (Philippines) S.
Bouclier Bontoc ,sud de l'île de Luzon , Philippines
589-Bendo (Indonesie) Price on request 589-Bendo (Indonesie) Price on request
Très courte machette a forte lame servant a la coupe de la noix de coco. Originaire de ouest de Java.
591-Barong (Philippines) S. 591-Barong (Philippines) S.
Le barong trouve ses origines sur les îles Moro et Sulu aux Philippines
592-Balisong (Philippines)Price on request 592-Balisong (Philippines)Price on request
Le fameux couteau papillon créé par Perfecto de Léon en 1905 dans le village de Balisong dans la region de Batangas aux Philippines.
593-Balato (Indonesie) S. 593-Balato (Indonesie) S.
Épée des guerriers Nias originaires de l'île du même nom.
594-Balato (Indonesie) S. 594-Balato (Indonesie) S.
Épée des guerriers Nias originaires de l'île du même nom. Ce modèle très rare possède une boule formée de rotin recouvert de griffes de cochons sauvages.
595-Balato (Indonesie) S. 595-Balato (Indonesie) S.
Épée des guerriers Nias originaires de l'île du même nom. Ce modèle très rare possède une boule formée de rotin recouvert de griffes de cochons sauvages.
597-Badik Java (Indonesie) Price on request 597-Badik Java (Indonesie) Price on request
Le badik est porté communément aussi bien par les hommes que par les femmes.
598-Badik de Sulawesi (indonesie) Price on request 598-Badik de Sulawesi (indonesie) Price on request
Le badik est porté communément aussi bien par les hommes que par les femmes.
603-Armure Toraja (Indonesie) S. 603-Armure Toraja (Indonesie) S.
Armure de parade des guerriers Toraja de l'île de sulawesi.Elle est composée D'os tirés d'omoplates de buffle d'eau, monté sur une veste de rotin.
604-Arit (indonesie) S. 604-Arit (indonesie) S.
Petite faucille Batak ( Sumatra) qui servait en dehors du combat a récolter le riz.
85-Ladieng ( Indonesie) S. 85-Ladieng ( Indonesie) S.
SUMATRA Tribus ACEH , GAYO, ALAS
Cette épée était une arme de combat formidable. Au début du 20ème siècle, cependant, elle a été utilisé comme machette et couteau préféré pour l'execution des animaux de sacrifices. Il est tenu dans la main droite et en general n'a pas de gaine. La lame arrière est concave et se courbe vers le bord convexe au bout. La lame qui s'élargit vers le bout montre quelquefois de belles lignes grâce au forgeage mélangé de fer et d'acier. Après avoir exposé les lames à l'effet caustique du jus jaune citron, ces lignes sont accentuées. Autrefois le sulfure d' arsenic est ajouté à ce jus résultant une couleur presque noire. Le peuple d'Aceh appellent cette ligne "kuree". Le nom de Ladieng est utilisé par les Aceh, et "rudus lenti "est le nom donné par les Gayo et les Alas
1676- Pakayun (Indonesie) S. 1676- Pakayun (Indonesie) S.
Le Pakayun est une épée attribuée au peuple Murut qui vit dans le nord de Kalimantan en Indonésie, la lame est courbe et très forte, jusqu'a 1n3 cm d'épaisseur à sa base. La poignée est composée de deux quillons de bois sculptés. Sur cet exemple deux étiquettes
sont présentes sur le fourreau de bois endomagé.L'une date l'objet de 1897 et l'autre l'attribut à un chef pirate.





MonSite, création et hébergement gratuit de sites web